Vega II AK-17 - Histoire

Vega II AK-17 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Véga II

(AK-17 : dp. 11,320 ; 1. 401'1", n. 64'0", dr. 20'0", s. 11,6 k.; cpl. 227; a. 2 6"; cl. Sirius)

Le Liban-un cargo à coque en acier à vis unique construit en 1919 dans le cadre d'un contrat du United States Shipping Board à Hog Island, Pennsylvanie, par l'American International Shipbuilding Co.-a été acquis par la Marine le 2 décembre 1921. Rebaptisé Vega et donné la classification d'AK-17, elle s'est équipée pour le service de marine et a commandé au Yard de marine de Boston le 21 décembre 1921, le lieutenant William H. Newman, USNRF, dans la commande.

Affecté au service de transport naval, Vega a servi la marine d'avant la Seconde Guerre mondiale de l'Atlantique au Pacifique sur des trajets de fret qui comprenaient des escales dans les ports des côtes est et ouest, ainsi que des visites en Extrême-Orient et dans les Caraïbes. Au cours des trois premières années de son service naval, Vega a effectué six voyages aller-retour de San Francisco aux eaux asiatiques avant de rentrer chez elle en octobre 1924. Au cours des étés successifs de 1925 à 1928, le cargo a opéré entre Seattle, Washington et l'Alaska. ports, transportant des fournitures et des magasins aux stations de radio navales à St. Paul et Dutch Harbor. De plus, le Vega et le sistership Sirius (AK-16) transportaient du fret général, des canons lourds et des pièces d'artillerie à l'appui des activités de maintien de la paix de la Marine au Nicaragua. Parmi les croisières de Vega figuraient des voyages en 1928 transportant des fournitures pour le Bureau des pêches, le Département du commerce pour sceller les roqueries sur Pribilof et d'autres îles de l'Alaska. Elle est revenue avec des peaux de phoque récoltées lors de tueries supervisées.

Vega a exercé des fonctions logistiques peu prestigieuses mais vitales jusque dans les années 1930 alors que la vague de guerre se rapprochait des États-Unis. Le 6 décembre 1941, le Vega arriva à Honolulu, à Hawaï, ses cales chargées de munitions pour le dépôt de munitions navales de Pearl Harbor et une barge derrick de l'armée remorquée amarrée au quai 31 et commença à décharger sa cargaison à 01h00 le 7 décembre. Lorsque des avions japonais ont survolé Oahu, Vega s'est rendu aux quartiers généraux alors que les débardeurs civils continuaient le travail ardu de décharger sa dangereuse cargaison. Comme les Japonais recherchaient un plus gros gibier, le Hog Islander et sa cargaison vitale sont sortis indemnes de l'attaque.

Vega est resté dans les îles hawaïennes jusqu'au 3 janvier 1942, quand elle est devenue en route avec une cargaison d'automobiles civiles et d'ananas. Elle est arrivée à San Francisco 10 jours plus tard et est bientôt entrée dans le chantier naval de Mare Island pour une remise en état. Elle est revenue aux eaux hawaïennes le 10 mars. Après avoir détaché son remorquage Progress (AMc-98) et déchargé l'équipement de construction, le cargo a chargé une autre cargaison d'ananas et d'équipement de personnes à charge civile et est parti pour la côte ouest le 20 mars.

Transféré au contrôle opérationnel de Commandant, 13ème District Naval, Vega a quitté San Francisco pour Tacoma, Washington, le 9 avril. Depuis lors jusqu'au 9 janvier 1944, le cargo a opéré à partir de Tacoma et de Seattle, transportant des matériaux de construction essentiels et soutenant les opérations américaines contre les envahisseurs japonais dans les îles Aléoutiennes. Lors d'un seul passage, Vega a livré une cargaison de provisions et de munitions navales, ainsi que des canons antiaériens de 20 millimètres pour la garnison de Dutch Harbor, quelques jours seulement avant le bombardement dévastateur de cette base par un groupe de travail de croiseurs japonais début juin. 1942.

Le navire est retourné à San Francisco au début de 1944 et a rapidement été affecté à l'escadron de service (ServRon) 8. Au cours de l'année suivante, le cargo a soutenu trois opérations amphibies majeures - dans les Mariannes, les Carolines occidentales et à Okinawa, transportant des fournitures vitales. et des matériaux de construction pour aider les célèbres "Seabees" à établir les bases avancées si nécessaires au bon fonctionnement de la flotte. Elle a pris sa première charge de barges de ponton à Pearl Harbor et est devenue en route pour les îles Gilbert le 31 janvier. Cependant, ses ordres ont été modifiés en cours de route, l'envoyant chez les Marshall. Elle est arrivée à l'atoll de Kwajalein le 6 mars, a déchargé les barges et est revenue à San Francisco pour une autre charge. En quittant San Francisco le 18 mai, il a débarqué à Guam avant de retourner aux Russells pour prendre une autre charge à l'île de Banika.

Le 23 octobre 1944, le Vega a commencé à charger des bidons de poudre de laiton vides à Ulithi dans les Carolines, tandis que son bataillon "Seabee" embarque, les barges automotrices assemblées 1044e amenées à SS Claremont. Par la suite, le cargo a navigué pour Eniwetok où il a embarqué une autre charge d'assouplissements en laiton, se dirigeant vers Pearl Harbor le 30 décembre, en route vers la côte ouest. Elle a fait le port à San Francisco, un terminus familier pour le navire, le 18 janvier 1946. Vega a quitté la côte ouest avec une autre charge de barges le 9 mars à destination, via Eniwetok et Ulithi, pour le Ryukyus. Jetant l'ancre au large d'Okinawa le 13 juin, Vega a commencé à assembler des barges de ponton; et, trois jours plus tard, lors d'un raid aérien japonais sur son mouillage, le cargo a abattu un bombardier bimoteur avant que son pilote ne puisse larguer ses bombes.

En quittant Okinawa le 6 juillet, le cargo a navigué, via Pearl Harbor, vers la côte ouest et est arrivé à San Pedro peu de temps après. Déchargeant le laiton vide ramassé à Pearl Harbor, Vega a transporté une cargaison de magasins secs à San Francisco avant de se rendre à Oakland, en Californie, où elle a été désarmée le 15 janvier 1946. Radiée de la liste de la Marine le 12 mars, elle a été retournée à la Commission maritime le 1er juillet. Le cargo vétéran a été vendu le 6 août à la National Metals and Steel Corp. pour démolition.

Vega a reçu quatre étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Chevrolet Cosworth Vega

Les Chevrolet Cosworth Vega est une automobile sous-compacte à quatre passagers produite par Chevrolet pour les années modèles 1975 et 1976. Il s'agit d'une version de production limitée de la Chevrolet Vega, avec des performances plus élevées.

Chevrolet a développé le moteur quatre cylindres en ligne tout en aluminium de 122 pouces cubes (1 999 cm3) et la société britannique Cosworth Engineering a conçu la culasse à DACT. 5 000 moteurs ont été construits.

3 508 voitures ont été fabriquées. Leur prix était presque le double de celui d'une Vega de base et à seulement 900 $ de moins que la Chevrolet Corvette de 1975. [1]


Histoire, technologie et développement des armes à feu

Dans nos deux derniers articles, nous avons examiné certains types d'alliages d'acier utilisés dans la construction d'armes à feu. Dans l'article d'aujourd'hui, nous examinerons un autre type d'alliage d'acier inventé en 1912 et utilisé dans certaines armes à feu : acier inoxydable.

L'acier inoxydable est un alliage d'acier qui contient un pourcentage élevé de chrome (supérieur à 10,5% en poids). Contrairement aux aciers au carbone ordinaires, il a une bonne résistance à la corrosion et à la rouille. Cela est dû à la teneur élevée en chrome. Ce qui se passe, c'est que le chrome à la surface de l'objet réagit avec l'oxygène de l'air, pour former une fine couche d'oxyde de chrome. Cette couche d'oxyde de chrome empêche l'oxygène d'atteindre l'acier intérieur et bloque ainsi la rouille et la corrosion. Il faut se rappeler que si l'acier inoxydable est résistant à la rouille, il est pas antirouille.

À juste titre, l'invention de l'acier inoxydable était en fait liée aux armes à feu. Harry Brearley, un chimiste anglais travaillait à Sheffield, en Angleterre, pour les laboratoires de recherche de Brown Firth en 1912, essayant de trouver un nouvel acier capable de résister à l'érosion causée par les températures élevées des canons d'armes à feu. On savait déjà à cette époque que l'ajout d'un peu de chrome à l'acier augmente le point de fusion de l'acier. Il essayait d'établir avec précision la relation entre les points de fusion et la teneur en chrome de divers échantillons d'acier. Dans le cadre de cette étude, il devait étudier la microstructure des différents échantillons d'alliages d'acier et pour ce faire, il devait d'abord polir et graver les échantillons. La façon standard de procéder était d'utiliser une solution faible d'acide nitrique et d'alcool pour effectuer la gravure, mais comme l'a découvert M. Brearley, certains des échantillons étaient exceptionnellement résistants à ces produits chimiques. Après quelques recherches, il a déterminé que la teneur élevée en chrome de ces échantillons était responsable de la résistance exceptionnelle à l'acide. De cette recherche, une toute nouvelle industrie de fabrication d'aciers inoxydables a vu le jour dans la région de Sheffield.

Comme les aciers au chrome-molybdène, il existe également différentes qualités d'aciers inoxydables et seules certaines qualités sont utilisées dans la fabrication d'armes à feu. Par exemple, les grades SAE 410 et 416 sont utilisés pour les canons d'armes à feu. Ce sont tous deux des alliages d'acier à haute teneur en chrome (11,5 - 13,5% pour l'inox 410 et 12-14% pour l'inox 416). La principale différence est que l'acier inoxydable 416 contient un peu plus de soufre, ce qui le rend plus facile à usiner que l'acier inoxydable 410, ce qui rend les barils moins chers à produire. Cependant, l'acier inoxydable 410 conserve mieux sa ténacité et fonctionne mieux dans des conditions de gel. Certaines entreprises fabriquent des alliages personnalisés, tels que le 416R de Crucible Specialty Metals, spécialement conçu pour les fûts en acier de précision. Un autre alliage d'acier inoxydable utilisé par certains fabricants est le 17-4 PH (PH pour Precipitation Hardening).

Certaines des autres parties des pistolets sont également en acier inoxydable de la série 400 ou 300. La série 300 est plus résistante à la corrosion que la série 400 d'aciers, mais ne peut pas être durcie aussi facilement, elle est donc utilisée pour les pièces qui ne sont pas exposées à des forces énormes.

L'avantage des alliages d'acier inoxydable par rapport aux alliages d'acier au chrome-molybdène est qu'ils sont plus faciles à usiner et résistent mieux à l'érosion thermique. Cependant, ils sont un peu plus chers et ne peuvent pas être bleuis avec des méthodes conventionnelles. L'armée américaine préfère les canons en chrome-molybdène, mais la plupart des tireurs sur cible compétitifs préfèrent les canons en acier inoxydable, car ils peuvent être usinés avec plus de précision et conserver leur précision plus longtemps. C'est pourquoi la majorité des barils de qualité match sont en acier inoxydable.


Véga ces dernières années

Vega a pris de l'importance dans la culture populaire à la fin des années 1990 après le roman de Carl Sagan "Contact" (1985, Simon & Schuster) a été adapté en film hollywoodien. Avec Jodie Foster, le film suivait un astronome travaillant à la recherche d'intelligence extraterrestre (SETI) qui découvre un signal semblant émaner de Vega.

Des observations au télescope en 2006 ont révélé que Vega tourne si vite que ses pôles sont plusieurs milliers de degrés plus chauds que son équateur. L'étoile, qui tourne toutes les 12,5 heures, est à 90 % de sa vitesse de rotation critique, c'est-à-dire la vitesse à laquelle l'objet se déchirerait.

Début 2013, des astronomes ont annoncé avoir découvert une ceinture d'astéroïdes entourant Vega, suggérant la possibilité de planètes au milieu des roches. La disposition (qui ressemblait à celle trouvée près de l'étoile Fomalhaut) suggère qu'il y a deux zones : une région extérieure avec des astéroïdes glacés et une région plus proche de l'étoile, où résident des roches spatiales plus chaudes.

Les scientifiques examinent de plus près des étoiles brillantes comme Vega à l'aide de la mission TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA, lancée en 2018 pour mener une enquête sur tout le ciel. Alors que la mission principale de TESS est de rechercher des exoplanètes, le satellite recherchera également des signes de variabilité stellaire. L'examen par TESS de Vega et d'étoiles similaires aidera les scientifiques à en apprendre davantage sur les premiers stades de l'évolution des étoiles.


Seconde Guerre mondiale en Alaska

Des soldats américains et canadiens ont effectué un débarquement amphibie sur l'île de Kiska, le 16 août 1943. On voit ici les fantassins du 13e Groupe-brigade d'infanterie canadienne débarquant d'une péniche de débarquement lors de l'opération COTTAGE, l'invasion de Kiska.

Bibliothèque et Archives Canada, numéro d'acquisition 1967-052 NPC, article Z-1995-31

Ce guide de ressources est conçu pour aider les étudiants et les enseignants à faire des recherches sur l'histoire de l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale. Le rôle de l'Alaska en tant que champ de bataille, station de transfert de prêt-bail et bastion du Pacifique Nord a souvent été négligé par les historiens dans les décennies d'après-guerre, mais ces dernières années, la prise de conscience du passé de guerre de l'Alaska s'est accrue. Ce regain d'intérêt génère des opportunités éducatives passionnantes pour les étudiants et les enseignants qui font des recherches sur ce chapitre de l'histoire de notre État. Peu de gens savent que la seule bataille de la Seconde Guerre mondiale livrée sur le sol américain a eu lieu en Alaska ou que les forces japonaises ont occupé deux îles Aléoutiennes pendant plus d'un an. Encore moins connaissent les pilotes russes qui se sont entraînés à Fairbanks, les ouvriers qui ont risqué leur vie pour construire la route de l'Alaska ou les scouts de l'Alaska qui ont patrouillé la côte de la mer de Béring. La vie des Alaskiens a été changée à jamais par l'expérience de la guerre, et l'histoire de cette époque dramatique est toujours en cours d'écriture.

Une carte des sites importants de la Seconde Guerre mondiale, suivie d'un résumé de l'expérience de l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale est incluse. Des informations sur les monuments historiques nationaux et les monuments liés à la Seconde Guerre mondiale en Alaska sont également incluses. La bibliographie sélectionnée qui suit est divisée en douze parties pour aider les étudiants chercheurs dans le choix des sujets :

  • La guerre arrive en Alaska
  • Campagne des Aléoutiennes
  • Route de l'Alaska et pipeline Canol
  • Construction en temps de guerre
  • Défenseurs natifs
  • Avions de guerre et bateaux
  • Évacuation des Aléoutes
  • Participation canadienne
  • Internement nippo-américain
  • Programme de prêt-bail
  • Puissance navale japonaise
  • Succursales et unités

Cette bibliographie comprend des livres, des revues et des bandes vidéo qui peuvent être trouvés dans les bibliothèques de l'Alaska ou obtenus par prêt entre bibliothèques. Les articles cités ont été sélectionnés pour leur pertinence par rapport à un thème spécifique et peuvent être trouvés (à quelques exceptions près) dans les périodiques de l'Alaska. La bibliographie n'est pas censée être exhaustive, mais se veut plutôt une passerelle vers d'autres recherches.

Des informations concernant les bibliothèques et les musées de l'Alaska suivent, avec des descriptions des collections relatives à l'histoire de l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale et une liste de ressources en ligne. Les différents musées et bibliothèques sont organisés par ville. Le guide de ressources se termine par une introduction au programme de la Journée nationale de l'histoire et à la Journée de l'histoire en Alaska.

Sites militaires de la Seconde Guerre mondiale en Alaska

Explorez la campagne du Pacifique Nord de la Seconde Guerre mondiale à travers des sites à travers l'Alaska

Résumé de la Seconde Guerre mondiale en Alaska

Les bâtiments brûlent à la suite de l'attaque japonaise sur le fort de Dutch Harbor, le 3 juin 1942. Une deuxième attaque plus dommageable a eu lieu le lendemain, bien que les P-40 Aleutian Tigers se soient précipités pour intercepter l'ennemi depuis une base secrète (Fort Glenn) sur L'île d'Umnak.

Département des archives et des manuscrits, Université d'Alaska Anchorage

Agression japonaise en Chine
En 1931, le Japon a lancé des attaques dans l'est de la Chine dans le but de prendre le contrôle de la province orientale de la Chine, la Mandchourie. La suspicion et la méfiance des États-Unis à l'égard du Japon se sont intensifiées lorsque les forces militaires japonaises ont attaqué un convoi de pétroliers américains et l'USS Panay, une canonnière de la marine américaine escortant le convoi, sur le fleuve Yangtze en 1937. Trois personnes ont été tuées dans l'attaque et 11 grièvement blessées lorsque les Japonais des avions ont tiré sur des canots de sauvetage et des survivants à terre.

Défense du Nord des États-Unis
Avec l'augmentation des hostilités en Chine, le gouvernement américain s'est inquiété de la possibilité d'une attaque de l'autre côté du Pacifique. En 1935, le brigadier-général William Mitchell a exhorté le Congrès à adopter une forte défense aérienne du nord, déclarant: «Je crois en l'avenir, celui qui détient l'Alaska tiendra le monde.» En 1939, le Congrès a établi un triangle de défense Panama-Hawaï-Alaska pour protéger la côte ouest américaine vulnérable. L'Alaska, la plus grande et la moins fortifiée des trois, vit bientôt la construction de bases navales à Sitka, Dutch Harbor et Kodiak.

La guerre arrive en Alaska
Six mois après l'attaque de Pearl Harbor, les Japonais bombardèrent la base d'opérations navale américaine Dutch Harbor et le fort Mears de l'armée américaine, près de l'île d'Unalaska et occupèrent les îles Aléoutiennes d'Attu et de Kiska. Pendant de nombreuses décennies après la guerre, la compréhension qui prévalait au sujet de l'opération japonaise des Aléoutiennes était qu'elle servait de simple mesure de diversion à leur opération Midway. Des recherches récentes, cependant, concluent que les Japonais avaient une stratégie plus large et à plus long terme pour établir et étendre un périmètre défensif oriental. En réponse, les stratèges militaires américains savaient qu'ils ne pouvaient pas risquer de laisser les Aléoutiennes ouvertes comme tremplin pour les attaques japonaises sur le continent américain. De plus, l'occupation était une victoire de propagande importante pour les Japonais – l'affront ne pouvait rester sans réponse.

Campagne des Aléoutiennes
Parce que les avions au départ de Kodiak et de Dutch Harbor n'avaient pas la portée de près de 1 400 milles pour engager les Japonais à Attu et Kiska, les forces américaines ont construit des bases sur d'autres îles Aléoutiennes comme arrêts de ravitaillement et de maintenance, leur permettant de frapper plus à l'ouest. Les pilotes et les troupes au sol se sont vite rendu compte qu'ils faisaient face à un deuxième ennemi, Mère Nature. Le temps le long de la chaîne des Aléoutiennes est l'un des pires au monde, avec des brouillards denses, des mers violentes et des tempêtes de vent féroces appelées williwaws. Des avions dépourvus d'appareils de navigation précis ou de contacts radio cohérents se sont écrasés dans les montagnes, les uns contre les autres, la mer – le simple fait de trouver l'ennemi était une lutte à mort. Pour les soldats des Aléoutiennes, les contacts avec l'ennemi étaient rares et éphémères, mais le temps était un adversaire perpétuel.

Défenseurs natifs
Lorsque la Garde nationale de l'Alaska a été appelée au service actif en septembre 1941, le gouverneur Gruening a reçu l'autorisation de réorganiser et d'établir la Garde territoriale de l'Alaska. De nombreux autochtones de l'Alaska ont rejoint des unités de la Garde territoriale de l'Alaska pour patrouiller les côtes de l'Alaska et mener des missions de reconnaissance dans les zones de combat.

Évacuation des Aléoutes
Quarante-deux Aléoutes vivant sur l'île d'Attu et deux observateurs météorologiques de la Marine sur Kiska ont été faits prisonniers par les Japonais et envoyés au Japon où 17 sont morts. En juin et juillet 1942, l'armée américaine évacue 881 Aléoutes de neuf villages situés sur plusieurs îles dont les Pribilofs et Unalaska. Ils ont été emmenés par un navire de transport militaire dans des conditions exiguës vers des conserveries et des camps miniers abandonnés dans le sud-est de l'Alaska. Près d'une centaine sont morts dans les conditions horribles de ces camps. Pendant leur absence, l'armée américaine a brûlé nombre de leurs maisons pour empêcher les Japonais de les utiliser et a retiré les icônes religieuses de leurs églises.

Internement japonais
En vertu d'une mesure d'urgence en vigueur dans l'ouest des États-Unis, les Alaskiens d'origine japonaise ont été envoyés dans des camps d'internement dans le Lower 48. La peur d'une attaque soudaine a également conduit à la censure des médias, au rationnement de la nourriture et à des pannes d'électricité obligatoires dans les zones côtières.

Programme de prêt-bail
La loi sur le prêt-bail a été adoptée en 1941 comme moyen de fournir une aide militaire aux alliés. Dans le cadre du programme de prêt-bail, plus de 8 000 avions américains ont été transférés en Russie via la route Alaska-Sibérie (ALSIB) à partir de 1942. La route ALSIB consistait en une série de nouveaux aérodromes construits en Alaska et au Canada qui ont permis aux pilotes américains de sauter par-dessus à travers la nature sauvage du Canada et de l'Alaska jusqu'à Ladd Field à Fairbanks. À Ladd Field, des pilotes russes attendaient de faire voler les avions à travers la mer de Béring et la Sibérie jusqu'au front occidental de la Russie avec l'Allemagne.

Construction en temps de guerre
La construction en temps de guerre a apporté des changements majeurs dans les transports et les communications avec le monde extérieur et à l'intérieur de l'Alaska. Jusqu'en 1942, les passagers et le fret arrivaient en Alaska par deux voies : par bateau ou par avion. L'un des plus grands exploits du programme de construction en temps de guerre a été la construction de la route militaire Alaska Canada, une route sauvage de 1 420 milles qui a été achevée en moins de neuf mois. Les autres constructions comprenaient des lignes téléphoniques, des oléoducs, des chemins de fer et environ 300 installations militaires dans tout l'Alaska.

Boom démographique
À la suite de la guerre, des milliers d'hommes et de femmes se sont déplacés vers le territoire peu peuplé, et beaucoup sont restés. En 1940, un peu plus de 72 000 personnes vivaient en Alaska. En 1950, la population a presque doublé pour atteindre 129 000. Anchorage a vu sa population augmenter de 3 000 à 47 000, tandis que Fairbanks est passée de 4 000 à près de 20 000. Alors que de nombreuses bases militaires ont fermé après la guerre, certaines sont restées ouvertes et ont même grandi. La population militaire, qui était d'environ 500 en 1940, est passée à environ 22 000 en 1950.

La guerre de l'Alaska se termine
Le 11 mai 1943, les forces américaines débarquèrent sur Attu et entamèrent une bataille difficile pour reprendre l'île. Après dix-neuf jours de combat, les soldats japonais assiégés lancèrent une dernière charge banzai pour tenter de percer la ligne américaine. À la fin de la bataille, il ne restait que 29 prisonniers d'une force japonaise d'environ 2 600. Trois mois plus tard, le drame d'Attu s'accompagnait d'un dénouement tout aussi dramatique. Le mauvais temps avait retardé les tentatives des Alliés de reprendre Kiska, et lorsque les forces américaines et canadiennes ont finalement débarqué le 15 août, elles ont été stupéfaites de constater que les Japonais étaient partis, après avoir évacué sous couvert de brouillard trois semaines auparavant. Alors que les canons se sont tus dans les Aléoutiennes, de nombreuses installations de l'armée et de la marine ont été fermées, bien que les combats dans le Pacifique et en Europe se soient poursuivis pendant encore deux ans.

Monuments nationaux
Le secrétaire à l'Intérieur, par l'intermédiaire du National Park Service, a pris des mesures pour reconnaître l'importance du rôle de l'Alaska dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale en désignant huit sites comme monuments historiques nationaux. Ces sites comprennent d'anciennes bases de l'armée et de la marine, des champs de bataille des Aléoutiennes, des aérodromes et une zone de l'île de Kiska autrefois occupée par les Japonais. Le statut de monument historique national reconnaît ces lieux comme faisant partie des ressources les plus précieuses du pays, jugées dignes d'être préservées.

Monuments historiques nationaux de la Seconde Guerre mondiale en Alaska

Ulakta Head and Command Center, une caractéristique de la LNH de Dutch Harbor et de la zone historique nationale de la Seconde Guerre mondiale des Aléoutiennes.

Service des parcs nationaux, bureau régional de l'Alaska

Le secrétaire de l'Intérieur, par l'intermédiaire du National Park Service, a désigné les sites suivants de la LNH pour commémorer les événements importants et le drame humain du rôle de l'Alaska dans la Seconde Guerre mondiale :

Une partie du rôle du National Park Service consiste à administrer le programme de la LNH. Le matériel disponible comprend un livret intitulé « Repères historiques nationaux de la Seconde Guerre mondiale : la campagne des Aléoutiennes » et deux plans de cours de la série Enseigner avec des lieux historiques intitulée « Attu : champ de bataille nord-américain de la Seconde Guerre mondiale » et « Ladd Field et la mission de prêt-bail : Défendre l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale. Le programme de la LNH a mis en œuvre une subvention du programme américain de protection des champs de bataille qui a abouti au rapport de 2012 « Le paysage culturel du champ de bataille de Kiska, îles Aléoutiennes ». Pour obtenir des copies de ces documents, veuillez visiter la page Web du National Park Service, Alaska Regional Office’s National Historic Landmarks à l’adresse : https://www.nps.gov/akso/history/nhl-main.cfm.

Zone historique nationale des Aléoutiennes de la Seconde Guerre mondiale

Les villageois aléoutes étaient confrontés à un avenir incertain à la fois lorsqu'ils sont partis et sont revenus des camps du sud-est de l'Alaska. Au cours de la campagne des Aléoutiennes, 881 Aléoutes ont été évacués de leurs maisons et ont passé près de trois ans dans des « villages de durée » de fortune sans assainissement, chauffage ou soins médicaux appropriés.

Association des îles Aléoutiennes Pribilof Inc.

Bien que la visite d'un véritable lieu historique soit l'un des meilleurs moyens d'obtenir des informations précieuses, plusieurs sites de la Seconde Guerre mondiale en Alaska sont difficiles d'accès. Une ressource pour en savoir plus sur les événements dans les Aléoutiennes au cours de cette période est la zone historique nationale des Aléoutiennes de la Seconde Guerre mondiale (LNH). Désigné par le Congrès en 1996, le NHA appartient à la Ounalashka Corporation avec une assistance technique de préservation historique fournie par le National Park Service-Alaska Regional Office. La LNH comprend l'empreinte historique du fort Schwatka, ainsi qu'un centre d'accueil situé dans l'ancien bâtiment d'aérologie de la Seconde Guerre mondiale, à l'aéroport d'Unalaska sur l'île d'Amaknak. L'objectif de la NHA comprend l'éducation du public sur l'histoire du peuple aléoute et le rôle du peuple aléoute et des îles Aléoutiennes dans la défense des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale. De plus amples informations sont disponibles sur le site Web NPS suivant : http://www.nps. gov/aleu/index.htm

La bravoure de la Seconde Guerre mondiale dans le monument national du Pacifique

Attu, îles Aléoutiennes. Des bateaux de débarquement déversent des soldats et leur équipement sur la plage de Massacre Bay. C'est la force de débarquement du Sud.

Division des estampes et photographies de la Bibliothèque du Congrès, Washington, D.C.

En décembre 2008, le président George H. Bush a créé, par décret, le World War II Valor in the Pacific National Monument. Le nouveau monument a été créé pour commémorer cette « période pivot de l'histoire de notre nation » et a élevé neuf sites historiques à Hawaï, en Californie et en Alaska au rang de monument. L'unité de l'Alaska comprend des zones historiques sur Attu et Kiska, et le site du crash de l'île d'Atka d'un bombardier Consolidated B-24D Liberator. Tous les sites de l'Alaska se trouvent sur des terres gérées par le U.S. Fish and Wildlife Service.

La Seconde Guerre mondiale Valor in the Pacific National Monument interprète les histoires de la guerre du Pacifique, y compris les événements de Pearl Harbor, l'internement des Américains d'origine japonaise et la campagne des Aléoutiennes. Le National Park Service et le U.S. Fish and Wildlife Service ont élaboré conjointement une déclaration de base pour l'unité Alaska du monument. Le document fournit une vision pour la prise de décision future et l'élaboration de plans de gestion et de mise en œuvre qui définiront les opérations, la protection des ressources et l'expérience des visiteurs de l'Unité de l'Alaska. Des documents de fondation similaires sont en cours de production pour les unités d'Hawaï et de Californie. Ensemble, ces documents prépareront le terrain pour la planification et le développement futurs du World War II Valor in the Pacific National Monument. Le document peut être consulté et téléchargé en visitant alaskamaritime.fws.gov/pdf/valor.pdf.

Bibliographie sélective

Des ingénieurs noirs construisent un pont à chevalets lors de la construction de la route militaire Alaska Canada. Les GI noirs représentaient environ quarante pour cent des 11 500 soldats estimés qui, en seulement neuf mois, ont achevé une autoroute sauvage reliant l'Alaska aux États-Unis contigus.

Musée d'histoire et d'art d'Anchorage

La guerre arrive en Alaska

L'Alaska en guerre. Aurore Films. [enregistrement video]. 60 minutes Produit par Laurence Goldin. Écrit par Bradford Matsen et Laurence Goldin. Anchorage: Alaska Video Publishing pour Alaska Historical Commission, 1987, 1993, 2005.

Géographie de l'Alaska. Fairbanks, vol. 22, non. 1. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1991.

Géographie de l'Alaska. Seconde Guerre mondiale en Alaska, vol. 22, non. 4. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1995.

Antonson, Joan M. et William S. Hanable. Le patrimoine de l'Alaska. Alaska Historical Commission Studies in History, no. 133. Anchorage : Alaska Historical Society, 1985.

Chandonnet, Fougère, éd. L'Alaska en guerre, 1941-1945 : La guerre oubliée se souvient. Documents du Symposium Alaska at War, Anchorage, Alaska, 11-13 novembre 1993. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Cohen, Stan. La guerre oubliée : une histoire illustrée de la Seconde Guerre mondiale en Alaska et dans le nord-ouest du Canada. [4 vol.]. Altona, Manitoba : D.W. Friesen et fils, 1981.

Tracer les lignes de bataille : l'art militaire de la Seconde Guerre mondiale en Alaska. Anchorage : Musée d'histoire et d'art d'Anchorage, 1989.

Garfield, Brian. La guerre des mille milles : la Seconde Guerre mondiale en Alaska et dans les Aléoutiennes. Fairbanks : University of Alaska Press, 1995.

"Prisonniers de guerre allemands en Alaska : le camp de prisonniers de guerre à Excursion Inlet." Journal de l'Alaska 14 (1984): 16-20.

Hays, Otis E., Jr. « Les années silencieuses en Alaska : la panne d'électricité militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. » Journal de l'Alaska 16 (1986): 140-147.

Lawler, Pat. "Buckner et ses garçons envahissent l'Alaska - Prendre le territoire d'assaut." Journal de l'Alaska 2 (1981): 84-99.

Morison, Samuel Eliot. Histoire des opérations navales des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, vol. 7, Aléoutiennes, Gilberts et Marshalls, juin 1942-avril 1944. Boston : Little, Brown and Co., 1951.

Naske, Claus-M. et Herman Slotnik. Alaska : une histoire du 49e État. Norman : University of Oklahoma Press, 1987.

Campagne des Aléoutiennes

Géographie de l'Alaska. Les Aléoutiennes, vol. 7, non. 3. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1980.

Géographie de l'Alaska. Kodiak, vol. 19, non. 3. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1992.

Géographie de l'Alaska. Kodiak, l'île du changement, vol. 4, non. 3. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1977.

Géographie de l'Alaska. Unalaska/Dutch Harbour, vol. 18, non. 4. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1991.

Géographique de l'Alaska. Seconde Guerre mondiale en Alaska, vol. 22, non. 4. Anchorage : Alaska Geographic Society, 1995.

Invasion des Aléoutiennes : Seconde Guerre mondiale dans les îles Aléoutiennes. Préparé par les élèves de l'école secondaire Unalaska. Unalaska : Lycée d'Unalaska, 1981.

La campagne des Aléoutiennes, juin 1942-août 1943. Washington : Naval Historical Center, Département de la Marine, 1993.

Ils sanglant des Aléoutiennes. [enregistrement video]. 50 minutes. New York : Réseau de télévision A&E, 2001.

La capture d'Attu : récits de la Seconde Guerre mondiale en Alaska, racontés par les hommes qui y ont combattu. Edmonds, Alberta : Alaska Northwest Publishing, 1984.

Denfeld, Colt D. La défense de Dutch Harbor, en Alaska, de la construction militaire au nettoyage de la base. Anchorage : Corps des ingénieurs de l'armée américaine, 1987.

Ellis, Dan. « Fusils Springfield et hommes oubliés ». Journal de l'Alaska 10 (automne 1980) : 54-59.

Lorell, John A. La bataille des îles Komandorski. Annapolis : Naval Institute Press, 1984.

Morgan, Lael. « Une guerre d'artistes dans les Aléoutiennes ». Journal de l'Alaska 10 (été 1980) : 34-39.

Murray, Robert Haynes. Le seul chemin du retour. Waycross : Brantley Printing Company, 1986.

Arrière, Jim. "Kiska: le moment d'une île dans l'histoire." Alaska (septembre 1986) : 18-21, 49-51.

Arrière, Jim. Guerriers oubliés de la campagne des Aléoutiennes. Missoula: Pictorial Histories Publishing Co., 2005.

Rouge, blanc, noir et bleu. [enregistrement video]. 86 minutes Réalisé par Tom Putnam. Produit par Tom Putnam, Jeff Malmberg, Matt Redecki et Michael Harbour. Arlington : PBS Home Video, 2007.

Rapport des Aléoutiennes. [enregistrement video]. 47 minutes Réalisé par John Huston. Service pictural de l'armée. Burbank : Classiques de la vidéo Viking, 1986.

Rapport des Aléoutiennes : Hook Down, Wheels Down. [enregistrement video]. 117 minutes Corps des transmissions de l'armée américaine, 2001.

Rourke, Norman E. La guerre arrive en Alaska : l'attaque du port hollandais, les 3 et 4 juin 1942. Shippenburg : Burd Street Press, 1997.

Spennemann, Dirk H.R. Le paysage culturel du champ de bataille de Kiska, Îles Aléoutiennes pendant la Seconde Guerre mondiale. Anchorage : Service des parcs nationaux des États-Unis, 2011.

Spennemann, Clemens et Kozlowski. « Cicatrices sur la toundra : le paysage culturel du champ de bataille de Kiska, Aléoutiennes ». Sciences du parc de l'Alaska. Mouillage : Service des parcs nationaux. (juin 2011). En ligne : https://www.nps.gov/akso/nature/science/ak_park_science/PDF/2011Vol10-1/APS_Vol10-1_0-48-complete-issue.pdf

Seiple, Samantha. Fantômes dans le brouillard : l'histoire inédite de l'invasion de l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale. New York : référence scolastique, 2011.

Webber, Bert. Maux de tête des Aléoutiennes : batailles meurtrières de la Seconde Guerre mondiale sur le sol américain. Medford : Webb Research, 1993.

Route de l'Alaska et pipeline Canol

La route de l'Alaska, 1942-1992. [enregistrement video]. 58 minutes. Écrit et produit par Tom Morgan pour Alaska Public Television, KAKM TV. Anchorage : Alaska Public Television, 1992.

Brebner, Phyllis Lee. La route de l'Alaska : un récit personnel et historique de la construction de la route de l'Alaska. Erin, Ontario : Boston Mills Press, 1985.

Coates, Kenneth. La route de l'Alaska : Documents du Symposium du 40e anniversaire. Vancouver, C.-B. : University of British Columbia Press, 1985.

Coates, Kenneth. La route de l'Alaska pendant la Seconde Guerre mondiale : l'armée d'occupation américaine dans le nord-ouest du Canada. Tulsa : University of Oklahoma Press, 1992.

Coates, Kenneth. Au nord de l'Alaska ! Cinquante ans sur l'autoroute la plus remarquable du monde. Fairbanks : University of Alaska Press, 1991.

Coates, Kenneth and Judith Powell. “Whitehorse and the Building of the Alaska Highway, 1942-1946.” Alaska History 4 (Spring 1989): 1-26.

Cohen, Stan. ALCAN and CANOL: A Pictorial History of Two Great World War II Construction Projects. Missoula: Pictorial Histories Publishing, 1992.

Duesenberg, H. Milton. Alaska Highway Expeditionary Force: A Roadbuilder’s Story. Clear Lake: H&M Industries, 1994.

Gage, S.R. A Walk on the Canol Road: Exploring the First Major Northern Pipeline. Oakville, Ontario: Mosaic Press, 1990.

Griggs, William E. The World War II Black Regiment that Built the Alaska Military Highway: A Photographic History. Jackson: University Press of Mississippi, 2002.

Hesketh, Bob, ed. Three Northern Wartime Projects: Alaska Highway, Northwest Staging Route, and Canol. Occasional Publication Series, no. 38. Edmonton, Alberta: Published jointly by Canadian Circumpolar Institute and Edmonton & District Historical Society, 1996.

Hollinger, Kristy. The Haines-Fairbanks Pipeline. Fort Colins, CO: CEMML, Colorado State University, 2003.

Karamanski, Theodore J. “The Canol Project: A Poorly Planned Pipeline.” Alaska Journal 9 (Autumn 1979): 17-22.

Krakauer, Jon. “Ice, Mosquitoes and Muskeg – Building the Road to Alaska.” Smithsonian (July 1992): 102-112.

Morgan, Lael. “Forgotten Pioneers.” Alaska (February 1992): 33-34.

Morgan, Lael. “Writing Minorities Out of History: Black Builders of the Alcan Highway.” Alaska History 7 (Fall 1992): 1-13.

Naske, Claus-M.. Paving Alaska’s Trails: The Work of the Alaska Road Commission. New York: University Press of America, 1986.

Rimley, David. Crooked Road: The Story of the Alaska Highway. New York: McGraw Hill Book Company, 1976.

Twichell, Heath. Northwest Epic: The Building of the Alaska Highway. New York: St. Martin’s Press, 1992.

Wartime Construction

The Army’s Role in the Building of Alaska. Pamphlet 360-5. United States Army, 1969.

Building the Navy’s Bases in World War II: History of the Bureau of Yards and Docks and the Civil Engineering Corps, 1940-1946. Washington: U.S. Government Printing Office, 1947.

Bush, James D., Jr. Narrative Report of Alaska Construction, 1941-1944. Anchorage: Alaska Defense Command, 1943.

Cook, Linda. Elmendorf Air Force Base, vol. 1, Historic Context of World War II Buildings and Structures. Anchorage: U.S. Department of the Interior, National Park Service, 1999.

Decker, Julie and Chris Chiei. Quonset Hut: Metal Living for a Modern Age. New York: Princeton Architectural Press, 2005.

Dod, Karl C. The Corps of Engineers: The War Against Japan. Washington D.C.: Center of Military History, 1987.

Fowle, Barry, ed. Builders and Fighters: U.S. Army Engineers in World War II. Fort Belvoire: U.S. Army Corps of Engineers, 1992.

Hesketh, Bob, ed. Three Northern Wartime Projects: Alaska Highway, Northwest Staging Route, and Canol. Occasional Publication Series, no. 38. Edmonton, Alberta: Published jointly by Canadian Circumpolar Institute and Edmonton & District Historical Society, 1996.

Native Defenders

Delkettie, Buck. “An Alaskan Scout Remembers.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Hendricks, Charles. “The Eskimos and the Defense of Alaska.” Revue historique du Pacifique 1 (1985): 271-295.

Hudson, Ray. “Aleuts in Defense of the Homeland.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Marston, Marvin R. Men of the Tundra: Alaska Eskimos at War. New York: October House, 1969.

Morgan, Lael. “Minority Troops and the Alaskan Advantage during World War II.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Rearden, Jim. Castner’s Cutthroats: Saga of the Alaska Scouts. [novel]. Prescott: Wolfe Publishing, 1990.

Salisbury, C.A. Soldiers of the Mists: Minutemen of the Alaska Frontier. Missoula: Pictorial Histories Publishing, 1992.

Wooley, Chris and Mike Martz. “The Tundra Army: Patriots of Arctic Alaska.” Dans Alaska at War, 1941- 1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Warplanes and Seacraft

Amme, Carl H., ed. Aleutian Airdales: Stories of Navy Fliers in the North Pacific of WWII. Plains: Plainsman Publishing, 1987.

Blair, Clay. Silent Victory: The U.S. Submarine War Against Japan. Philadelphia: Lippincott, 1975.

Freeman, Elmer. Those Navy Guys and their PBYs: The Aleutian Solution. Spokane: Kedging Publishing, 1992.

Carrigan, Paul E. The Flying Fighting Weathermen of Patrol Wing Four, 1941-1945, U.S. Navy: Kodiak, Dutch Harbor, Umnak, Cold Bay, Adak, Amchitka, Kiska, Shemya, Attu, and The Empire Express to Paramushiro: Memoirs of Paul E. Carrigan. Forked River: Regal-Lith Printers, 2002.

Dickrell, Jeff. Center of the Storm: The Bombing of Dutch Harbor and the Experience of Patrol Wing Four in the Aleutians, Summer 1942. Missoula: Pictorial Histories Publishing Co., Inc., 2002.

Mills, Stephen E. Arctic War Planes: Alaska Aviation of World War II: A Pictorial History of Bush Flying with the Military in the Defense of Alaska and America. New York: Bonanza Books, 1978.

Rearden, Jim. Koga’s Zero: The Fighter that Changed World War II. Missoula: Pictorial Histories Publishing, 1995.

Rearden, Jim. Cracking the Zero Mystery: How the U.S. Learned to Beat Japan’s Vaunted World War II Fighter Plane. Harrisburg: Stackpole Books, 1990.

Stevens, Peter F. Fatal Dive: Solving the World War II Mystery of the USS Grunion. Washington, D.C.: Regnery Publishing, 2012.

Aleut Evacuation

Aleut Story. [DVD]. 90 minutes. A Sprocketheads Production. Lincoln, NE: Aleutian-Pribilof Heritage, Inc., 2005.

Aleut Evacuation: The Untold Story. [videorecording]. 60 min. Directed by Michael and Mary Jo Thill. Girdwood: Gaff Rigged Productions for the Aleutian/Pribilof Islands Association, 1992.

Breu, Mary. Last Letters from Attu: The True Story of Etta Jones, Alaska Pioneer and Japanese POW. Anchorage: Alaska Northwest Books, 2009.

Golodoff, Nick. Attu Boy. Anchorage: U.S. National Park Service, 2012.

Kirkland, John C. The Relocation and Internment of the Aleuts during World War II. 8 vol. Anchorage: Aleutian/Pribilof Islands Association, 1981.

Kohlhoff, Dean. “’It Only Makes My Heart Want to Cry’: How Aleuts Faced the Pain of Evacuation.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Kohlhoff, Dean. When the Wind was a River: Aleut Evacuation in World War II. Seattle: University of Washington Press in association with Aleutian/Pribilof Islands Association, 1995.

Mobley, Charles M. World War II Aleut Relocation Camps in Southeast Alaska. Anchorage: U.S. National Park Service, 2012.

Smith, Barbara Sweetland. Making it Right: Restitution for Churches Damaged and Lost during the Aleut Relocation in World War II. Anchorage: Aleutian/Pribilof Islands Association, 1993.

Canadian Participation

Adleman, R.H. and G. Walton. The Devil’s Brigade. Philadelphia: Chilton Books, 1966.

Bezeau, M.V. “Strategic Cooperation: The Canadian Commitment to the Defense of Alaska in the Second World War.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Coyle, Brendan. War On Our Doorstep: The Unknown Campaign on North America’s West Coast. Surrey, B.C.: Heritage House, 2002.

Dziuban, Stanley W. Military Relations between the United States and Canada, 1939-1945. United States Army in World War II, Special Studies. Washington: Department of the Army, 1959.

Neely, Alastair. “The First Special Service Force and Canadian Involvement at Kiska.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Perras, Galen R. “Canada’s Greenlight Force and the Invasion of Kiska, 1943.” Dans Alaska at War, 1941- 1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Japanese-American Internment

Daniels, Roger, et al., ed. Japanese Americans from Relocation to Redress. Édition révisée. Seattle: University of Washington Press, 1986.

Inouye, Ronald K. “For Immediate Sale: Tokyo Bathhouse – How World War II Affected Alaska’s Japanese Civilians.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Inouye, Ronald K. “Harry Sotaro Kawabe: Issei Businessman of Seward and Seattle.” Alaska History 5 (Spring 1990): 34-43.

Kobayashi, Sylvia K. “I Remember What I Want to Forget.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Naske, Claus-M. “The Relocation of Alaska’s Japanese Residents.” Trimestriel du Nord-Ouest du Pacifique 74 (July 1983): 124-132.

Lend-Lease Program

Brandon, Dean R. “War Planes to Russia.” Alaska (May 1976): 14-17.

Denfeld, Colt D. Cold Bay in World War II: Fort Randall and Russian Naval Lend-lease. U.S. Army Corps of Engineers, Alaska District, 1988.

Guide to the Ladd Field National Historic Landmark and Ladd Air Force Base Cold War Historic District. Fairbanks, AK: U.S. Army Garrison Fort Wainwright, 2011. 13

Hays, Otis E., Jr. The Alaska-Siberia Connection: The World War II Air Route. Texas A&M University Military History Series, 48. College Station: Texas A&M University Press, 1996.

Hays, Otis E., Jr. “White Star, Red Star.” Alaska Journal 12 (1982): 9-17.

Lake, Gretchen. “Photo Essay: The Russians are Coming, the Russians are Coming, Fifty Years Ago, the Russians were Coming.” Alaska History 8 (Spring 1993): 33-41.

Long, Everett A. and Ivan Y. Neganblya. Cobras Over the Tundra. Fairbanks: Arktika Publishing, 1992.

Moor, Jay H. World War II in Alaska: The Northwest Route: A Bibliography and Guide to Primary Sources. Alaska Historical Commission Studies in History, no. 175. Anchorage: Alaska Historical Commission, 1985.

Price, Kathy. The World War II Heritage of Ladd Field, Fairbank, Alaska. Fort Colins, CO: CEMML, Colorado State University, 2004.

Smith, Blake W. Warplanes to Alaska: The Story of a WWII Military Supply Lifeline to Alaska and Russia through the Canadian Wilderness. Surrey, B.C.: Hancock House, 1998.

Japanese Naval Power

Agawa, Hiroyuki. The Reluctant Admiral: Yamamoto and the Imperial Navy. New York: Kodansha International, 1979.

Dull, Paul S. A Battle History of the Imperial Japanese Navy, 1941-1945. Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 1978.

Francillon, Rene J. Japanese Navy Bombers of World War Two. Garden City: Doubleday, 1971.

Fuchida, Mitsuo and Okumiya Masatake. Midway: The Battle that Doomed Japan. Annapolis: U.S. Naval Institute Press, 1955.

The Japanese Navy in World War II. Annapolis: U.S. Naval Institute, 1969.

Lorelli, John A. The Battle of the Komandorski Islands. Annapolis : Naval Institute Press, 1984.

Marder, Arthur Jacob. Old Friends, New Enemies: The Royal Navy and the Imperial Japanese Navy: Strategic Illusions, 1936-1941. New York: Oxford University Press, 1981.

Parshall, Jonathan and Anthony Tully. Shattered Sword: The Untold Story of the Battle of Midway. Dulles: Potomac Books, Inc., 2007.

Takahashi, Hisashi. “The Japanese Campaign in Alaska as Seen from a Strategic Perspective.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Watts, Anthony J. Japanese Warships of World War II. Garden City: Doubleday, 1967.

Branches and Units

Amme, Carl H., ed. Aleutian Airdales: Stories of Navy Fliers in the North Pacific of WWII. Plains: Plainsman Publishing, 1987.

Benedict, Bradley H. Ski Troops in the Mud, Kiska Island Recaptured: A Saga of the North Pacific Campaign in the Aleutian Islands in World War II with Special Emphasis on its Culmination Led by the Forerunners of the 10th Mountain Division. Littleton: H.B.&J.C. Benedict, 1990.

Cloe, John Haile. The Aleutian Warriors: A History of the 11th Air Force & Fleet Air Wing 4. Missoula: Anchorage Chapter – Air Force Association and Pictorial Histories Publishing Company, 1990.

Cloe, John Haile and Michael F. Monaghan. Top Cover for America: The Air Force in Alaska, 1920- 1983. Missoula: Anchorage Chapter – Air Force Association and Pictorial Histories Publishing Company, 1984.

Goldstein, Donald M. The Williwaw War: The Arkansas National Guard in the Aleutians in World War II. Fayetteville: University of Arkansas Press, 1992.

Johnson, Robert Erwin. Bering Sea Escort: Life Aboard a Coast Guard Cutter in World War II. Annapolis: Naval Institute Press, 1992.

Leahy, Joseph M. “The Coast Guard at War in Alaska.” Dans Alaska at War, 1941-1945, edited by Fern Chandonnet. Anchorage: Alaska at War Committee, 1995.

Montgomery Watson, prepared for the U.S. Army Corps of Engineers, The Kodiak Coastal Defense System at Fort Greely during World War II, Anchorage, Alaska, 1999 (?).

Woodman, Lyman. Duty Station Northwest: The U.S. Army in Alaska and Western Canada, 1867-1987. Vol. 2. Anchorage: Alaska Historical Society, 1997.

Museums and Libraries

“Headquarters, camouflage Umnak” by Ogden Pleissner.

Anchorage Museum of History and Art

Alaska Aviation Museum
4721 Aircraft Drive
Anchorage,AK 99502
Phone: (907) 248-5325
Website: http://www.alaskaairmuseum.org/

The Alaska Aviation Museum displays a wide variety of Japanese and American WWII memorabilia from the Aleutian Campaign. The collection also includes a Catalina PBY and the wreck of a P-40 Warhawk fighter, both used in the Aleutian Campaign.

Alaska Veterans Museum
333 W. 4th Avenue, Suite 227 Anchorage, AK 99501
Phone: 907-677-8802
Website: http://www.alaskaveterans.com

Stories of Alaska’s servicemen and women are available through oral histories, documentaries, artifacts, military uniforms, weapons, photos, and models, including a 1/72 scale model of the USS Essex , complete with fighter planes.

The Anchorage Museum
625 C Street
Anchorage, AK 99501
Phone: (907) 929-9200
E-mail: [email protected]
Website: http://www.anchoragemuseum.org

The Alaska Gallery of the Anchorage Museum of History and Art is home to three displays portraying WWII Alaska. These include the uniform and rifle of an Alaska Scout and details about the Alaskan Territorial Guard a diorama of aircraft used during the Aleutian Campaign and a vision of life inside a Quonset hut.

Consortium Library
University of Alaska Anchorage
3211 Providence Drive Anchorage,AK 99508
Phone: (907) 786-1848
Website: http://consortiumlibrary.org

Consortium Library contains an impressive collection of books relating to Alaska’s WWII history. Its Archives and Manuscripts Department frequently exhibits material drawn from extensive collections of photographs, personal records, and government documents relating to Alaska’s war experiences.

National Archives and Records Administration Pacific Alaska Region
654 West Third Avenue
Anchorage,AK 99501-2145
Phone: (907) 261-7820
E-mail: [email protected]
Website: https://www.archives.gov/anchorage/

The National Archives contain vast collections of U.S. government records and material entrusted to the National Archives by various agencies. All aspects of Alaska’s WWII experience are represented in military records, municipal records, census information, and historical photographs.

Z.J. Loussac Library
Anchorage Municipal Libraries
3600 Denali Street
Anchorage, AK 99503-6093
Phone: (907) 343-2975
Website: http://www.muni.org/departments/library/pages/loussaclibrary.aspx

The Loussac Library’s Alaska collection contains
the majority of the books and articles cited in this bibliography, and is also home to a microfiche collection of Alaska’s newspapers. It is one of the best places to find material on Alaska during WWII, either in person or by interlibrary loan.

Pioneer Air Museum
Interior and Arctic Alaska Aeronautical Foundation Location: Alaskaland Park
2300 Airport Way
Fairbanks,Alaska 99701
Phone: (907) 451-0037
E-mail: [email protected]
Website: http://www.pioneerairmuseum.org

The Pioneer Air Museum has on display photographs, Russian uniforms, and other memorabilia related to the Lend-Lease Program, which ferried aircraft to the Soviet front via Alaska. The Museum is also home to a single- engine Norseman plane used during the War for cargo delivery and search-and-rescue missions.

Elmer E. Rasmuson Library
University of Alaska Fairbanks 310 Tanana Loop
Fairbanks, AK 99775-6800 Phone: (907) 474-7481
Website: http://library.uaf.edu

Rasmuson Library includes an extensive Alaska collection containing many of the works cited in this bibliography. It is also home to the archives of the Alaska & Polar Regions Department, one of Alaska’s richest sources of historical materials related to WWII.

Alaska State Library
Location: 8 th floor, State Office Building Juneau, AK 99811-0571
Phone: (907) 465-2920
Website: http://library.alaska.gov

The Alaska State Library is an excellent place to begin searching for books and articles about WWII Alaska. In addition, the library’s historical collection contains one- of-a-kind material and rare books on the same theme.

Baranov Museum/Kodiak Historical Society
101 Marine Way
Kodiak, AK 99615
Phone: (907) 486-5920
Fax: (907) 486-3166
Website: http://www.baranovmuseum.org

The Baranov Museum houses both historical photographs and memoirs relating to the Aleutian Campaign and the role of the Kodiak Naval Operating Base in particular.

Sitka Historical Society and Museum
330 Harbor Drive
Sitka, AK 99835
Phone: (907) 747-6455
E-mail: [email protected]
Website: http://www.sitkahistory.org

The Sitka Historical Society and Museum holds WWII collections consisting of three-dimensional objects such as uniforms, medals, and military equipment, as well as an extensive photograph collection.

Museum of the Aleutians
314 Salmon Way
B.P. Box 648
Unalaska, AK 99685-0648
Phone: (907) 581-5150
E-mail: [email protected]
Website: http://www.aleutians.org

The Museum of the Aleutians collection includes weapons, historical photographs, uniforms, diaries, flightlogs, and Japanese flags from the Aleutian Campaign.

Ressources en ligne

“Among the Japanese placed guns on Kiska Island was this 125-mm (6-inch) pre-World War I British naval gun used by the Japanese to guard the entrance to Kiska Harbor.” Photo taken by NAS Adak, 7 September 1943.

NARA, Record Group 80-G-80384

Alaska Digital Archives - http://vilda.alaska.edu/index.php
This site presents a wealth of historical photographs, albums, oral histories, moving images, maps, documents, physical objects, and other materials from libraries, museums and archives throughout Alaska. This site has a large variety of digitized photos, interviews, documents, and films from World War II.

Alaska Library Web Pages - http://www.publiclibraries.com/alaska.htm
This site offers a list of links to library web pages throughout the state and to SLED, which provides access to library catalogs and related resources. Alaska Library Web Pages is maintained by the Alaska Library Association.

Alaska Library Directory - http://library.alaska.gov/forms/libraryDirectory.aspx
This site provides a list of basic user information for every library in Alaska. The site is maintained by the Alaska State Library.

Museums and Historical Societies in Alaska - http://museums.alaska.gov/list.html
Here you will find a complete list of Alaska’s museums and historical societies, each with user information and a description of facilities. The site is maintained by Alaska State Museums.

Statewide Library Electronic Doorway (SLED) - http://sled.alaska.edu/
SLED offers access to library catalogs and other resources of interest to Alaskans under the slogan “information resources for, about and by Alaskans.”

Internet Sites

Sitka Naval Operating Base, Easter Service, 1943.

Sitka Historical Society and Museum

The following sites contain information about WWII in Alaska. An Internet search under “World War II” will yield many others which examine the war as a global phenomenon or focus on specific events during the war years.

Aleutians Campaign, June 1942-August 1943: United States Navy Combat Narrative
http://www.history.navy.mil/library/online/aleutians_campaign.htm
During WWII the U.S. Naval Historical Center began producing combat narratives of specific naval campaigns. This once- restricted document is offered by the NHC not as an official history but as a view through the eyes of the Navy in 1943.

The Aleutians Home Page
http://www.hlswilliwaw.com/aleutians/
This website began as a site to promote the sharing of anecdotes, photos, and links related to the post-World War II Shemya. Its content quickly grew to include experiences of World War II veterans of Shemya and other Aleutian Islands.

Aleutian Islands: The U.S. Army Campaigns of World War II
http://www.history.army.mil/brochures/aleut/aleut.htm
This site contains a detailed U.S. Army article on the Aleutian Campaign. Included also are maps, illustrations, and a list of suggested reading.

Aleutian World War II National Historic Area
https://www.nps.gov/aleu/index.htm
This is the National Park Service website for the Aleutian World War II National Historic Area. It provides information on the Aleutian Campaign, Aleut Evacuation, interviews with veterans, and other information of interest to the general public, teachers, and students.

Forgotten Decades, WWII Alaskans Finally Get Their Due
http://www.npr.org/2013/05/28/186485619/forgotten-for-decades-wwii-alaskans-finally-get-their-due
This is a National Public Radio segment on Marvin “Muktuk” Marston and the more than 6,300 Alaska Natives that volunteered for the Alaska Territorial Guard during World War II.

Kodiak Alaska Military History Museum
http://www.kadiak.org
This site includes a variety of documents relating to WWII in Kodiak, with both historic and more current day images. The Museum is housed in an historic Ammunition bunker at Miller Point, the former Fort Abercrombie, which today is a State Park in Kodiak.

LitSite Alaska
http://www.litsite.org
LitSite Alaska, showcases a living archive of lesson plans used in Alaskan classrooms and an extensive collection of excellent peer work by Alaskan students. It is a production of the University of Alaska Anchorage and has a number of sources discussing World War II in Alaska.

National Museum of the Air Force
http://www.nationalmuseum.af.mil/
This site is maintained by the National Museum of the Air Force on Wright-Patterson AFB, Dayton, Ohio. It offers a series of short narratives concerning all aspects of the War in the Pacific, including the Aleutian Campaign.

Photos from the Aleutian Campaign
http://eubank-web.com/Donald/Aleutian/index.html
This site includes an impressive collection of WWII photographs taken in Adak and other Aleutian sites. The photos belonged to Dr. Will R. Eubank, an aviation medical examiner in the Army Air Corps. Together they help to tell the story of Eubank’s twelve month tour during the Aleutian Campaign.

Sitka’s WWII Site
http://www.sitkaww2.com/
This site, designed by a student named Mathew Hunter, is an excellent source for researching Sitka Naval Operating Base and Sitka’s military history. In addition to an historical narrative the site offers historic photographs, maps, and present-day snapshots of Sitka’s military installations.

Sources and Citation

Photograph by Sam Maloof, Master Sergeant with the 65th Antiaircraft Artillery Gun Battalion stationed on Kiska, 1943.

NPS Sam Maloof WWII in Alaska Photograph Collection courtesy of Beverly Maloof.

While this guide is intended primarily to assist teachers and students in finding information about the World War II in Alaska it also important to be able to identify types of sources and how to properly cite them in a bibliography or note. Below is some general guidance and some links to more specific guidance to help you in you research.

Types of Sources:

Sources primaires
A primary source is a piece of information about a historical event or period in which the creator of the source was an actual participant in or a contemporary of a historical moment. Examples include historic photos, diaries, government documents, artifacts, and other written and tangible items created during the historical period you are studying.

Secondary Sources
A secondary source is a source that was not created first-hand by someone who participated in the historical era. Examples of secondary sources inlude journal articles and books written about historic events by historians, using primary and secondary sources. A secondary source is a person’s interpretation of what a primary source means.

Tertiary Sources
Tertiary sources are based on a collection of primary and secondary sources and may or may not be written by an expert. Tertiary sources are only used as exploratory sources and should never appear in your bibliography. These include dictionaries, encyclopedias, fact books, and guide books and are intended to give you ideas about what to research. Wikipedia is popular tertiary source that should not appear in your bibliography.

Citing Sources:

A key part of any research project is citing your sources. For historians there are generally three accepted styles of citation: Turabian, MLA, and Chicago Style. If you are doing a National History Day project Turabian or MLA must be used to cite your sources, however it is recommended that you ask your teacher before deciding which style to use. Below are the citations for each of the respective guides written in their bibliographic formats. Note the subtle differences in each.

député. MLA Handbook for Writers of Research Papers, 7th Edition. New York: Modern Language Association of America, 2009. Print.

Turabian, Kate L. 2013. A Manual for Writers of Research Papers, Theses, and Dissertations, Eighth Edition: Chicago Style for Students and Researchers. Chicago: University of Chicago Press.

University of Chicago Press. The Chicago Manual of Style, 16th Edition. Chicago: University Chicago Press, 2010.

National History Day

Alaska Senator Lisa Murkowski visiting with Alaska’s National History Day students on the Capitol Steps in Washington, D.C.

One opportunity to research an Alaska World War II history topic is through the National History Day (NHD) program. NHD is an innovative curriculum framework in which students in grades 6-12 learn history by selecting topics of interest and launching into a year-long research project. The purpose of National History Day is to improve the teaching and learning of history in middle and high schools.

Following the school year, students

  • select a topic related to an annual History Day theme
  • select an entry category: website documentary exhibit research paper or performance
  • follow guidance for conducting historical research and create an original project

These projects are entered into competitions in the spring at local, state and national levels where they are evaluated by professional historians and educators. The program culminates with the national competition held each June at the University of Maryland at College Park.


Las Vegas: The Rise of the Mega-Casinos

In 1966 Howard Hughes checked into the penthouse of the Desert Inn and never left, preferring to buy the hotel rather than face eviction. He bought other hotels too—$300 million worth—ushering in an era in which mob interests were displaced by corporate conglomerates.

In 1989 longtime casino developer Steve Wynn opened the Mirage, the city’s first mega-resort. Over the next two decades the strip was transformed yet again: Old casinos were dynamited to make room for massive complexes taking their aesthetic cues from ancient Rome and Egypt, Paris, Venice, New York and other glamorous escapes.

Casinos and entertainment remained Las Vegas’ major employer, and the city grew with the size of the resorts and the numbers of annual visitors. In 2008, even as residents faced recession, rising unemployment and a housing price collapse, the city still received nearly 40 million visitors.


6. Does the U.S. military use AK-47s?

When the M16 rifle was first introduced in the Vietnam War, it had a number of issues. There were so many problems that American troops were killed in combat simply because they couldn't shoot back. Even after the kinks were worked out, a dirty M16 was (and is) much less likely to operate than a dirty AK-47. So U.S. troops were known to pick up AKs from their fallen enemies and keep them handy . just in case.

When the AK-47 was first introduced, it was such a great weapon that the Red Army actually hid it from the world. The U.S. didn't really know about its existence until the mid-1950s. Not that the American military would buy its standard-issue rifle from its main geopolitical foe and potential World War III adversary anyway.

These days, the U.S. does not field AK-47s, but some members of its military are trained to use them. Special operations forces from all branches might have to pick up an enemy AK-47 at some point because of the nature of their work -- sometimes help isn't coming.


Class 1 (Op) symbols: prefix operator (extensible) [ edit | modifier la source]

Accumulation operators: sum, integral, union, etc. [ edit | modifier la source]

These prefix operators accumulate the things they're prefixed to. "Extensible" means they have variable size to accommodate their operands, and their limits can appear below and above the operator.

   int
   oint
   igcap
   igcup

   igodot
   igoplus
   igotimes
   igsqcup

   iguplus
   igvee
   igwedge
   coprod

/>   prod
/>   sum

Les smallint command is not supported by the Wikia's LaTeX parser.

Named operators: sin, cos, etc. [ edit | modifier la source]

If your favorite operator, say, "foo", isn't listed, then you won't be able to use foo(x) in your LaTeX equation. But don't fret. You can get the same result with operatorname(x). If your made-up operator needs displayed limits, as in lim or max , then use operatorname* , as in the example in the following table.

   arccos
   arcsin
   arctan
   arg
   cos
   cosh
   cot
   coth
   csc
   deg

   det
   dim
   exp
   gcd
   hom
   inf
   injlim
   ker
   lg
   lim

   liminf
   limsup
   ln
   log
   max
   min
   Pr
   projlim
   sec
   sin

   sinh
   sup
   an
   anh
   varinjlim
   varprojlim
   varliminf
   varlimsup
   operatorname_0^1

The command operatorname* is not supported by the wikia's LaTeX parser.


Contenu

Despite having defeated the Icon of Sin and halting Hell’s invasion of Earth, the Doom Slayer’s victory over the demons did not come without cost. The death of the Khan Maykr and Hell’s conquest of Urdak have given the demons a chance to dominate all dimensions and reinitiate their invasion of Earth. To prevent this, the Doom Slayer, along with Samuel Hayden and ARC scientists, embark on a mission to find and liberate the Slayer’s ally, the Seraphim. Traveling by sea on an ARC Carrier towards the UAC Atlantica Facility, the Slayer fights his way to the Seraphim's containment pod. When Hayden requests he be uploaded into the pod, it is revealed that he and the Seraphim are one and the same.

After returning to the ARC Carrier, the Seraphim tasks the Slayer to find and retrieve the Father’s life sphere from the Blood Swamps of Hell in order to return the Father to physical form. After fighting his way through the Blood Swamps, the Slayer finds and retrieves the Father’s life sphere. However, the Slayer chooses to destroy the sphere rather than hand it to the Seraphim and instead retrieves the Dark Lord’s life sphere before returning to the ARC Carrier.

Despite most of the Carrier’s crew evacuating upon seeing the Dark Lord’s life sphere, a lone intern stays to help the Slayer reach Urdak assuming that the Slayer intends to resurrect and destroy the Dark Lord, which in effect will destroy all demons. Upon reaching the corrupted Urdak, the Doom Slayer fights his way to the Luminarium where anyone who has a life sphere may activate it. However, the Slayer is confronted by the Seraphim upon reaching the Luminarium’s entrance. Consumed by Urdak’s demonic corruption, the Seraphim is transformed into a demon and after a lengthy battle is ultimately defeated by the Slayer and is teleported away by the Father. Despite being warned that bringing the Dark Lord into physical form is irreversible, the Doom Slayer proceeds to summon him, and the Primeval manifests as a copy of the Slayer himself.


Vega II AK-17 - History

This comprehensive military history collection includes more than 8.7 million records of men and women who enlisted to serve in the United States Army during World War II. These transcriptions include enlistments from 1938 to 1946. The original punch cards enlistees completed when they joined the army were destroyed after being microfilmed in 1947. This collection contains a listing that is still useful for genealogists to find ancestors who enrolled.

Individual entries may include:
• Army serial number
• First name
• Last name
• State and county of residence
• Place of enlistment
• Date of enlistment (day, month, year)
• Grade
• Branch
• Term of enlistment
• Source
• Nativity
• Year of birth
• Race
• Education
• Civilian occupation
• Marital status
• Army component

The information in this database was provided by the National Archives and Records Administration and was compiled from the World War II Electronic Army Serial Number Merged File. Nearly nine million men and women are included in the database, which is comprised of materials from the War Department Adjutant General’s Office. Due to record losses, the database is not a complete listing of all individuals who enlisted during World War II, but is the most complete database available. Original records from this collection can be found as part of the National Archives and Records Administration Series Record Group 64.


Voir la vidéo: Cantantes que han muerto en manos de los carteles