Neil Maclean

Neil Maclean


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Neil Maclean est né en Écosse en 1875. Après avoir quitté l'école, il est devenu mécanicien. Il a également rejoint le Parti travailliste indépendant et a commencé à travailler en étroite collaboration avec d'autres socialistes à Glasgow, notamment John Wheatley, Emanuel Shinwell, James Maxton, David Kirkwood, Campbell Stephen, William Gallacher, John Muir, Tom Johnston, Jimmie Stewart, George Hardie, George Buchanan et James Gallois.

Aux élections générales de 1918, Maclean a été élu à la Chambre des communes pour Govan. Lors des élections générales de 1922, il a été rejoint au Parlement par plusieurs autres militants socialistes basés à Glasgow, notamment David Kirkwood, John Wheatley, Campbell Stephen, Emanuel Shinwell, James Maxton, John Muir, Tom Johnston, Jimmie Stewart, George Hardie, George Buchanan et James. Gallois.

Maclean a siégé au comité exécutif du Parti travailliste parlementaire (1931-1936). Il a pris sa retraite du Parlement en 1950 lorsque son parti de circonscription a décidé de ne pas le réintégrer.

Neil Maclean est décédé le 12 septembre 1953.

De la périphérie extérieure de la ville à son cœur même, Glasgow résonnait du message du socialisme. Moins d'une semaine après le jour du scrutin, il semblait probable que toute l'équipe des onze gagnerait, que Bonar Law serait vaincu et que le socialisme serait triomphant. Une telle énergie, enthousiasme et sérieux n'avaient pas été connus à Glasgow depuis des générations. Nous étions là, des hommes qui, quelques années auparavant, avaient été méprisés, certains d'entre nous en prison et beaucoup d'autres tout près d'elle, étant maintenant les hommes auxquels le peuple plaçait sa foi.

Quand, enfin, les résultats ont été annoncés, tous les membres de l'équipe ont été élus - à l'exception de notre champion de la division centrale. Quelle troupe nous étions ! John Wheatley, cool et calculateur et intrépide ; James Maxton, dont le discours courtois et le désintéressement total ont fait que les gens le considèrent comme un saint et un martyr ; petit Jimmie Stewart, si petit, si sobre et pourtant si déterminé ; Neil MacLean, plein de feu sans fureur ; Thomas Johnston, la tête pleine de faits comme un œuf plein de viande ; George Hardie, ingénieur et chimiste et frère de Keir Hardie ; George Buchanan, modéliste, qui connaissait mieux que nous le côté humain de la pauvreté ; James Welsh, mineur et poète de Coatbridge, John W. Muir, un gentleman héroïque et galant ; et le vieux Bob Smillie, revenu pour une circonscription anglaise, bien qu'il soit né en Irlande et ait grandi en Écosse.

Nous pensions que ce peuple, ce peuple britannique, pouvait et était disposé à se lier d'amitié avec tous les autres peuples. Nous étions prêts à renoncer à toutes les indemnités et à toutes les réparations, à supprimer toutes les restrictions harcelantes imposées par les traités de paix. Nous étions tous puritains. Nous étions tous abstinents. La plupart d'entre nous ne fumaient pas. Nous étions l'étoffe de la réforme.


Neil Maclean - Histoire

C'est un district de valeur en tant que communauté agricole intelligente. Le sol est lourd et riche, et les motoculteurs sont astucieux et industrieux. Le quartier s'étend loin dans toutes les directions et comprend une vaste superficie de terres cultivables. Il y a un petit village pittoresque à la tête des eaux où la principale activité commerciale de la campagne a toujours été faite. Ce village est naturellement un site de beauté. Il se dresse et se courbe, sur un sol plat et sec, au niveau et autour des eaux d'amont pittoresques, donnant sur l'étendue scintillante du merveilleux Bras-D'Or. Derrière ce village se dressent l'imposante montagne de sel et d'autres voisins élevés, exerçant leur veille perpétuelle comme les sentinelles solennelles de la Providence.

Vers le sud-ouest de ce village, un peu en amont de la baie, il y a une réserve indienne intéressante qui a été attribuée de manière appropriée à une bande survivante de la tribu Micmac, les " seigneurs de l'île " originaux. L'apparence de leurs possessions indiquerait que les propriétaires de cette réserve sont relativement économes et heureux. Le gouvernement national leur a fourni une école et des bâtiments scolaires respectables. Près de cette école, ils leur ont construit une élégante chapelle, modeste et moderne dans son architecture, où toute la bande peut se réunir et adorer Dieu à sa manière. L'État pourvoit à leurs enseignants, qui sont généralement d'un niveau élevé, offrant ainsi aux jeunes Micmacs en pleine croissance une généreuse occasion de suivre une formation secondaire. Et l'opportunité n'est pas gâchée.

Cette petite colonie saisissante d'une race primitive montre plusieurs signes de progrès et de modernité. Chaque famille a sa propre maison et sa grange à ossature soignée, cultive son propre enclos, possède et conduit sa propre équipe et parle anglais à la Lennie tandis que toutes les familles peuvent désigner une magnifique école commune et un lieu de prière commun. Et pourtant, une personne qui a connu cette localité d'autrefois trouvera que, comme c'est tout à fait naturel, elle conserve encore quelques traces de grandeur aborigène. Ici, confectionner à la main des paniers et des mocassins brodés fait encore partie des beaux-arts qui vivent et se perpétuent. Ici, vous pouvez toujours vous régaler d'anguilles, d'orignaux ou de volailles sauvages. La saveur de la nature est toujours évidente.

"C'est l'endroit et tout autour, comme autrefois, les courlis appellent des lueurs mornes sur la lande, survolant Locksley Hall."

Ce petit village de Whycocomagh, bien que pas aussi vieux que certains autres villages de ce comté, a connu une vaste activité commerciale. Le premier homme à s'engager dans des activités commerciales là-bas fut le regretté Lauchlin MacDougall, Esquire, qui s'y rendit au début de sa vie d'East Lake Ainslie. Voir le croquis du district d'East Lake. M. MacDougall a prospéré à Whycocomagh. Il s'est construit une maison somptueuse et une grande entreprise, et a élevé une belle famille, dont certains étaient bien éduqués, et tous étaient talentueux et intelligents. Pour les noms de sa femme et de sa famille, voir le croquis d'East Lake. Son fils aîné, John C, était un médecin de grande réputation décédé à Truro il y a quelques années. George D. MacDougall, un jeune ingénieur de renommée croissante, qui est maintenant ingénieur en chef de la grande fusion de l'acier britannique récemment organisée, est un fils de ce Dr John. C. MacDougall, et est un petit-fils de Lauchlin MacDougall susmentionné. Ce Lauchlin MacDougall n'était pas seulement un homme d'affaires passionné, mais aussi un citoyen d'intelligence hors du commun. Il était l'un des plus anciens juges de paix du comté d'Inverness et a été l'un des premiers commissaires scolaires du district nord d'Inverness. Son excellente épouse et lui-même étaient l'âme de l'hospitalité, et leur maison spacieuse à Whycocomagh était souvent visitée par des messieurs de haut rang, tels que des juges de la Cour suprême, des évêques et d'autres membres du clergé de distinction.

Nous pensons que le prochain marchand à s'installer à Whycocomagh était Ewen Campbell, un frère aîné de feu Alexander of Strathlorne. La carrière commerciale de M. Ewen Campbell chez Whycocomagh a été courte, mais couronnée de succès. Avec le produit de son entreprise, il a construit un navire de bonne taille qu'il a amené en Angleterre et vendu. Avec l'argent qui lui a été versé pour ce navire, il est retourné dans son Écosse natale et a étudié pour l'église presbytérienne. Après son ordination, il passa ses dernières années comme pasteur dévoué dans la paroisse de Lochs, près de Stornoway. Homme noble, qui pouvait, dans la fleur de l'âge, se détacher si facilement du monde temporel et de ses maximes, qu'il pût vivre à jamais dans les joies du monde des esprits.

Edward MacMillan (Big), également d'East Lake, était l'un des premiers marchands de Whycocomagh à réussir. Il a dirigé une entreprise considérable pendant de nombreuses années, était très respecté et a élevé une famille talentueuse de fils et de filles. Le Dr Charles E. MacMillan d'Inverness est l'un des fils. Nous faisons allusion à cet Edward MacMillan dans notre District Sketch of East Lake, que nous vous prions de voir.

Viennent ensuite Peter MacDonald (Big), Jacob S. Hart et James MacPhail. M. MacPhail vit toujours comme un très vieil homme, mais il a fait faillite il y a de nombreuses années. MacDonald et Hart ont chacun fait une affaire nourrissante d'une manière bien menée. Le premier est décédé il y a une quarantaine d'années, mais son entreprise a été poursuivie, d'abord par sa veuve Catherine MacDonald, puis par son fils, John K., toujours harnaché. L'entreprise de M. Hart est morte avec lui-même il y a quelques années. M. MacPhail est décédé depuis que j'ai écrit ci-dessus.

Il y avait autrefois un volume considérable de commerce maritime à Whycocomagh. Pendant un bon bout de temps, le regretté Hon. John MacKinnon s'occupait de l'achat, de la vente et de l'expédition de bois communément appelé « bois d'œuvre » destiné à être utilisé à l'étranger. Nous n'entendons plus parler d'une telle affaire maintenant. Avant l'avènement des chemins de fer et des marchés intérieurs, une grande quantité de produits agricoles était transportée à Whycocomagh, et soit vendue à des marchands là-bas, soit expédiée de là vers les marchés de Sydney et d'autres endroits.

Le premier forgeron résidant dans le village était un M. Bishop dont nous n'avons pas pu obtenir l'histoire. Après lui vint Donald MacLean, un Gobha Ruaidh, qui fut un citoyen bien connu de Whycocomagh pendant plusieurs décennies. C'était un homme fort, énergique, qui rendait de nombreux services utiles. Il était marié à l'une des femmes MacKinnon de Mount Young et avait une belle famille de fils et de filles. Les fils Neil et Alexander détiennent la vieille propriété à plusieurs. Murd L., vit à Inverness et a été un orateur et comédien de renom à la maison, et un soldat de renom de l'empire, lorsque les héros sont tombés et que "les coquelicots ont poussé en Flandre".

Le troisième forgeron était probablement notre vieil ami Norman Matheson, un homme fiable et un travailleur infatigable. Nous l'avons bien connu autrefois en tant que conseiller municipal honnête et efficace représentant l'important district de Whycocomagh.

Le premier colon à venir dans cette partie du district de Whycocomagh sur laquelle le village est construit était John MacKinnon de Tyree, en Écosse, qui est venu au printemps de 1821. Il était l'ancêtre des Whycocomagh MacKinnons et a pris 400 acres de terre, dont une bonne partie est maintenant couverte par le village. Il s'est marié en Écosse à Elizabeth MacLean, également originaire de Tyree, avec comme descendance : Allen, Hugh, Peter, Sandy, Neil, Flora, Katie, Effie et Ann.

Le deuxième colon dans le voisinage du village était ce Donald MacDonald. Il est arrivé de North Uist, en Écosse, au début de l'été 1827. Il a débarqué à North Sydney en juillet, accompagné de sa mère veuve, de trois jeunes frères et d'une sœur, à savoir : Angus, Alexander, Allan et Margaret. À leur arrivée à North Sydney, Donald a acheté un grand bateau et a remonté les lacs Bras D'or à la recherche d'un endroit où s'installer. Aucun endroit ne l'attirait jusqu'à ce qu'il atteigne Whycocomagh et achète une ferme à un Irlandais au pied de Salt Mountain. Sur cette ferme a été élevée l'une des familles remarquables du comté d'Inverness. Trois membres de cette famille étaient feu Peter MacDonald, marchand, de Whycocomagh, feu l'honorable James MacDonald, marchand de West Bay et R. J. MacDonald, marchand, de Port Hastings. Ils étaient les fils de Donald MacDonald mentionné ci-dessus. Il est douteux que trois frères dans un district rural de la Nouvelle-Écosse, commençant leur vie sans beaucoup d'expérience ou de capital, aient jamais remporté le succès commercial obtenu séparément par ces trois frères, Peter, James et Ronald J. Tous trois avaient un bon caractère et un bon jugement, et un parfait génie pour les affaires. Les autres frères de Donald MacDonald se sont étendus à d'autres endroits. Selon nos informations, certains d'entre eux, sinon tous, sont allés dans le Haut-Canada.

L'un des anciens hôtels ici était tenu par une Mme Bishop, plus tard Mme Swain. Elle était une hôtesse gentille et compétente, et a toujours fait de son mieux pour mettre ses invités à l'aise. Actuellement, les deux maisons Ross, dirigées par deux frères en rivalité fraternelle active, répondent en bonne forme aux besoins du public voyageur. Ces deux maisons sont idéalement situées au centre du village, près de la fin de la route Orangedale. Les deux sont toujours servis aimablement et efficacement. Mais l'auberge la plus connue et la plus attrayante pour les voyageurs de ce village de Whycocomagh est le "Bay View Hotel", tenu et tenu à jour par M. et Mme Thomas Mitchell. M. Mitchell avait été pendant plusieurs années stewart sur l'un des bateaux à vapeur circulant sur les lacs Bras d'or. Cette expérience l'a mis en contact avec le public en quête de plaisir, et l'a qualifié pour un grand Maître d'hôtel. En tant qu'hôte, il est incomparable. C'est un Écossais gai et rusé, il sait cuisiner et sculpter, et il est également très intelligent et très malin. Il est admirablement soutenu par Mme Mitchell. La Bay View House se dresse sur un endroit charmant au bord même des eaux d'amont et est un véritable paradis pour les touristes estivaux. Quiconque y entre n'oubliera jamais l'inimitable Tom Mitchell. Pas étonnant. Tom satisfera non seulement l'estomac, mais élèvera également l'âme.

"Les rois peuvent être bénis mais Tom est glorieux,
O'er tous les maux de la vie victorieux."

Il prend des vacances en hiver depuis quelques années en été il revient.

Il n'y a pas beaucoup de zones rurales où le paysage naturel est plus varié et plus beau qu'à Whycocomagh dans ses différentes parties. Prom Head Lake Ainslie à Stewartdale, on parcourt six miles à travers un creux béant appelé Ainslie Glen. Ici et là le long de cette vallée, il y a une bonne ferme bien développée, mais le bord de la route est tout entier enveloppé et habillé de la poésie parfumée des grands bois. De Brook Village à Stewartdale, vous pouvez parcourir sept ou huit milles à travers une ceinture fertile de pays supérieur appelée Skye Glen. Les fermes le long de ce Glen sont aussi bonnes que jolies. Un air d'économie et de confort, ainsi qu'un ruisseau clair et gargouillant, traverse tout le Glen. Le ruisseau est enterré dans la baie Whycocomagh.

De Stewartdale vers le sud-ouest, vous traversez une étendue de belle forêt, sur une bonne route bien abritée et ombragée, près d'un grand ruisseau sur lequel fonctionnent plusieurs moulins. À l'heure actuelle, votre vision se heurte à l'intéressante communauté de Roseburn, une colonie agricole qui invite à l'admiration. En allant vers le sud depuis le village de Whycocomagh autour de la réserve indienne, Head of the Bay, et jusqu'à Orangedale, le voyageur est déconcerté par les nombreux changements agréables dans le paysage.

Et les gens ! Tous sont modestes, calmes, gentils, satisfaits et semblent extrêmement reconnaissants pour quelque chose ou pour tout. Comment se fait-il, pourquoi se fait-il que dans ces régions rurales périphériques ces plus nobles qualités de l'humanité ont plus de chances de se manifester ?

Notre propre réponse est que ces gens humbles et pastoraux, protégés de la dégénérescence de trop de culture moderne, sont assez remplis de « choses simples de la vie ».

Les arbres, la route sinueuse, la maison
gloire du banal !
beauté qui brille et brille
Du visage de l'humain au bord du chemin !

Le ruisseau, le ciel, le chant des oiseaux
O qu'est-ce que ces choses sont si rares ?
Ces choses simples et humbles de la terre
De chaque côté, nous voyons.

Les voisins sourient, la confiance d'enfant,
La lueur dans les yeux de ma chérie, ma femme
À quel point ceux-ci sont-ils vraiment divins
Les choses simples de la vie !

PIONNIERS DE BOOM (GARE D'ALBA).

Les premiers colons de Boom (Station d'Alba) étaient originaires des îles Hebri-dean, en Écosse. Ils arrivèrent vers le débarquement de l'an 1828 à Sydney. Ils comprenaient Donald MacDonald, le fils de Donald (de Lewis), Neil MacKinnon et Archibald Kennedy de Tiree, Neil Campbell et Hugh MacEachen de Mull, John Morrison de Uist et Angus Nicholson de Skye.

Les ancêtres de Donald MacDonald étaient de Moidart. Son grand-père paternel Angus MacDonald a servi dans l'armée du prince Charlie lors de l'Insurrection de 1745-46. Donald a épousé Effie Morrison de Lewis avec le problème : (a) Angus qui s'est marié et avait une famille (b) Murdoch non marié. Murdoch a enseigné à l'école pendant près de vingt ans. Maintenant, à un âge avancé, il réside dans l'ancienne ferme. Il est l'un de nos rares seannachies restants. (c) Donald et Charles sont décédés jeunes (d) Sarah a épousé Malcolm MacDonald avec descendance, un fils William. Anne a épousé Lacuchlin MacCallum, pas de problème.

Neil MacKinnon a épousé Christie, fille de Duncan MacLean, de Marble Mountain, avec comme descendance : Duncan, Allan, Margaret, Catherine, Effie Mary et Flora. Flora est le seul membre de cette famille maintenant à Alba. Elle épousa, avec descendance : Roderick fils de Colin Matheson de Lochalsh, Écosse, dernièrement de Grand River, Richmond.

Archibald Kennedy, a épousé Catherine MacLean de Tiree avec comme descendance : Donald, Duncan, Hugh, Daniel, Neil, John, Catherine, Mary et Christie qui, à l'exception de John, Duncan et Mary, se sont mariés et ont quitté leur famille.

Neil Campbell (Piper) a épousé la fille de Betsy de Hugh Mac-Eachern, mentionnée ensuite avec descendance : six fils décédés sans descendance et deux filles qui sont restées célibataires.

Hugh MacEachen a eu la distinction d'être à un moment capitaine d'Alexander MacDonald du bateau de plaisance "Dubh Ghleannach" de Glenaladale à propos duquel l'excellent barde Alexander MacKinnon a composé la chanson bien connue de ce nom. Hugh a épousé Flora Beaton avec des descendants : Alexander, Donald, Ronald, John, Betsy, Margaret et Anne.

John Morrison s'est d'abord marié en Écosse et a eu des descendants, John, Donald, Mary, Margaret et Catherine. Il épousa ensuite Effie Campbell et eut deux fils, Patrick et John.

Angus Nicholson a épousé Mary, fille d'Angus Matheson de Lewis et a eu des descendants : John, Angus, Sarah et Ann qui se sont tous mariés et ont eu des familles.

ALEXANDER MacLEAN ET LA FAMILLE.

Cet Alexander MacLean est né à Barra, en Écosse, en 1768. Il était le fils de John, fils d'Ewen. Ils ont été forgerons du laird de Barra pendant sept générations.

Alexander est allé à Glasgow dans sa 18e année et a travaillé comme apprenti chez un forgeron pendant plusieurs années. Par la suite, il travailla à Glasgow comme compagnon forgeron et armurier jusqu'en 1799, date à laquelle il épousa Mary MacKinnon, fille de Neil of Coll, qui était greffier de l'église presbytérienne de cette île. L'issue de ce mariage se composait de quatre fils et cinq filles, à savoir : John, Ann, Catherine, Roderick, Lauchlin, Mary, Allan, Margaret et Sarah.

Le premier des enfants nommés ci-dessus est né à Barra, les huit autres à Coll. Les parents et la famille sont venus en Amérique en 1818 à bord du navire "Dunlop" de Greenock, dont John Brown était capitaine et Alexander MacGillivray premier lieutenant. Ils ont atterri à Pictou, en Nouvelle-Écosse. Pendant six ou sept ans par la suite, M. MacLean a exercé son métier sur la côte du golfe d'Antigonish. En 1823, il est venu avec sa famille à South Whycocomagh où il a accordé mille cent (1 100) acres de terre pour lui-même et ses fils. Il mourut en 1848 à l'âge de 80 ans. Sa femme est décédée en 1861 à l'âge de 92 ans.

De la famille d'Alexander MacLean, l'aîné, John était un marin et est décédé célibataire. Ann était mariée à Roderick Gillis Catherine est décédée dans l'enfance, Roderick a épousé Margaret MacInnes (Rob) de Judique Lauchlin est décédée célibataire Mary a épousé John Gillis Allan est allé aux États-Unis et s'y est marié Margaret a été mariée à John MacEachen "Big Teacher" Sarah est décédée célibataire. Donald R.MacLean, résidant actuellement à South Bar, dans le comté du Cap-Breton, est, d'après ce que nous comprenons, le seul survivant masculin au Cap-Breton de cette famille MacLean. Les descendants directs d'un autre nom sont nombreux.

Mme Catherine Ferguson, veuve du capitaine John Ferguson d'Uist, en Écosse, et ses six enfants s'installèrent à Roseburn en 1842. Ils débarquèrent à Sydney et marchèrent de là jusqu'à Campbell's Mountain. Les fils étaient Fergus, Neil et Donald. Fergus a épousé Ann MacKinnon et a eu un fils et une fille. Neil a épousé Mary Mac-Phail, River Dennis, et a eu quatre fils et six filles. Donald est mort célibataire. Les filles Ferguson étaient Sarah, Isabel et Flora. Sarah a épousé Hector MacQuarrie, à Port Hastings, et a eu quatre fils et trois filles. Isabel a épousé Neil MacLean, horloger et tailleur, Roseburn, un fils d'Allan MacLean (Hector) Cape Mabou, et avait des descendants : Allan, George, Peter, Neil, Dan, Kate et Mary. Flora, fille du capitaine Ferguson, épousa Allan MacLean, Roseburn, fils de Norman MacLean, originaire de l'île de Rum, qui s'installa à Mount Young. Ce Normand avait un frère Donald (Murdoch) qui s'installa à Beech Hill, Strathlorne. La famille de Flora était : John, Allan, Murdoch, Norman, John D., Mary, Kate, Sarah (Mme Nicholos Martin, Port Hawkesbury) et Jessie (Mme George Wonson Peeples, Port Mulgrave).

Bien qu'il ne soit pas à proprement parler un pionnier de la meunerie, Thomas Fraser, originaire du comté de Pictou, a été l'un des premiers propriétaires et exploitants de moulins à farine dans le comté d'Inverness. C'était un gentleman industrieux et aux mains ouvertes, chez qui le voyageur reçut un accueil chaleureux et chaleureux. Il était le fils de Hugh le fils de Donald Fraser qui avec son père, Hugh Fraser (mentionné dans l'histoire de Patterson de Pictou) a émigré de Kiltarlity, en Écosse, à Pic-tou dans le navire "Hector" en 1773. M. Thomas Fraser est venu à Glendyer sur invitation de Donald MacDonald (Dyer). Les Glendyer Mac-Donald descendent de John Fraser ("John Squire"), un frère de Donald Fraser ci-dessus. Il épousa Sarah, fille d'Elisha Randall, Bayfield, Antigonish, avec comme descendance : John, Hubert, Edward Skinner, Mary Anne et Jane. John, fils de Thomas Fraser, réside à Whycocomagh. Il est meunier comme l'étaient son père, grand-père et arrière-grand-père. Droit et bien informé, il est très estimé dans son quartier d'adoption qu'il a représenté au Conseil municipal pendant plusieurs mandats jusqu'à sa démission il y a quelques années. Il épousa, avec descendance : deux fils et deux filles, Hannah MacDonald, fille d'Allan MacDonald de Pictou, dont l'épouse était Agnes, fille de William Frizzle. marchand, Hillsborough. Son fils, Thomas, a été tué pendant la Grande Guerre en août 1918. Dans leur magnifique maison située dans un vallon pittoresque près du village de Whycocomagh, M. et Mme Fraser représentent à merveille les idéaux les plus élevés de leur peuple.

QUELQUES PREMIERS COLONS DE SKYE GLEN.

En 1830, un groupe d'hommes vint de l'île de Skye, en Écosse, et s'installa dans cette partie du comté d'Inverness nommée très naturellement Skye Glen. Nous avons observé ci-dessus que, à travers cette vallée ou cette vallée intéressante, coule un ruisseau ou une rivière clair et gargouillant. Certains de ce groupe d'immigrants ont tracé leurs nouvelles maisons à l'ouest, d'autres à l'est, de ce ruisseau ou de cette rivière. D'où viennent East Skye Glen et West Skye Glen. L'endroit est maintenant fertile et magnifique. Elle était fertile au temps de ces premiers colons, possédant comme elle toute sa richesse vierge, mais elle n'était pas alors attrayante pour l'œil ordinaire. Nous pouvons imaginer les sentiments de ces étrangers solitaires de loin, lorsqu'ils ont vu cette vaste étendue de forêt gémissante, puis se sont souvenus de leurs maisons longtemps aimées dans les Hébrides. Quelle voix grandiose ils pouvaient donner à cette chanson du bateau canadien dont l'auteur est inconnu qui, dit-on, plaisait si fortement à cet éminent Écossais, Lord Roseberry. Un exemple de vers :

"De la paroi solitaire de l'île brumeuse
"Les montagnes nous divisent, et' le gaspillage des mers
"Pourtant, le sang est toujours fort, le cœur est montagnard,
"Et nous, dans les rêves, voyons les Hébrides".

"Fair ces larges hydromels, ces bois chenus sont grandioses
Mais nous sommes des exilés de la terre de notre père.

Les noms de ce groupe intrépide de nouveaux colons écossais étaient les suivants : Murdoch Gillis, John Beaton, Alexander Beaton, John MacKinnon, Myles MacInnes et John Nicholson. Chacun d'eux a pris et accordé un lot de terre contenant deux cents acres, selon l'arrangement avec eux avant de quitter leurs rives natales.

Malcolm Gillis s'est installé sur la rive ouest de la rivière Skye Glen et avait une famille de cinq fils et deux filles, à savoir : Archibald, Angus, James, Malcolm, John, Susie et Catherine. Un descendant de cette famille du nom d'Archibald Gillis a déménagé d'ici au Manitoba il y a quelques années et a été nommé sénateur du Parlement canadien tout récemment.

La famille de John Beaton était : Donald, Malcolm, John, Angus et Isabel celle d'Alexander Beaton : Jonathan, Donald, Sam, John, Flora, Isabel et Catherine. Ces Beatons étaient des hommes robustes d'un haut niveau de talent et d'industrie. Ils ont construit de bonnes maisons et de belles fermes pour eux-mêmes et leurs enfants. Certains d'entre eux étaient des poètes à la pointe perçante. Ceux-ci pourraient rendre les voisins joyeux ou courroucés à plaisir. Cela a été illustré par une chanson composée par Sam de la deuxième génération pour un de ses copains de bonne humeur. Ce classique a commencé par les mots "A Brighus bha'eg Ruaridh" Le pantalon que Rory avait. Le poète lui-même a chanté la chanson pour Rory Rory, pour la première fois de sa vie, est devenu furieux. Les dommages ont été évités grâce à la grâce d'amis forts dans la foi.

Bien que tous les Beatons ici soient des agriculteurs et aient fait bon usage de leurs fermes, beaucoup d'entre eux se sont enrôlés dans d'autres appels dans différentes parties du pays. Bon nombre d'entre eux ont suivi l'exploitation du charbon en tant qu'entreprise. Parmi eux se trouvait le bien connu Malcolm S. Beaton qui habite maintenant avec sa famille dans le comté de Pictou. Il était l'un des propriétaires et exploitants de la "mine de charbon Greenwood" de Thorburn et, également, le propriétaire et exploitant pendant quelques années de "la mine de charbon de Port Hood." Ce n'était pas sa faute si ces deux entreprises ne se sont pas avérées comme il avait espéré et souhaité. Il détenait ces deux propriétés à une époque de dépression universelle du commerce du charbon. Il les fit sortir tous les deux de l'oubli des morts, et les fit servir pendant des années comme facteurs vivants dans la production du charbon de la Nation. Il a été pendant des années le directeur de mine très efficace à Inverness. De tous les directeurs de mine jamais employés à Inverness, il est admis que Malcolm S. Beaton était de loin le plus habile, le plus énergique et le plus prospère. Dans le monde des mines de charbon, Malcolm est un atout. Jonathan Beaton d'Inverness et son frère Malcolm, et Samuel Beaton de la même ville, tous mineurs et tous cousins ​​de Malcolm S, sont trois autres hommes qui ont une cote élevée dans le noble art d'exploiter le diamant noir.

La famille de Myles MacInnes était : Neil, Angus, John, Sarah, Mary, Catherine et Jessie. Certains d'entre eux se sont avérés être des charpentiers, des constructeurs et des entrepreneurs célèbres. Ils étaient tous des gens bons, calmes et industrieux.

Nous n'avons aucune trace maintenant d'un seul membre de la famille de John Nicholson. Un fils du nom de Nicholas Nicholson a vécu avec sa famille pendant un certain temps à Port Hastings, mais a quitté ce comté et cette province. Un autre fils, Malcolm, est allé aux États-Unis au milieu de sa vie et est devenu juge, dit-on, juge en chef de l'une des cours supérieures de l'État du Kansas. Il est né à Skye Glen en 1844 et est décédé au Kansas le 1er novembre 1919. Il était le fils de John, fils de Malcolm le pionnier. Ce John Nicholson, père du juge décédé, était marié à Annie Beaton des Syke Glen Beatons que nous venons de décrire.

James Smith de Port Hood et Hillsborough Smiths fut le tout premier colon de Skye Glen. Nous nous référons à lui dans les croquis de district de Hillsborough et de Port Hood. Tout ce qu'il faut dire ici, c'est qu'il a été pendant de nombreuses années un agriculteur de premier plan et un résident apprécié de Skye Glen, qu'il était marié à Jane MacKeen, fille de l'hon. William Mac-Keen de Mabou, et avait la famille suivante, à savoir : Thomas, William, James Richard, John, Alexander, Sophia, Ester et Maggie.

Orangedale est maintenant une gare ferroviaire importante entre Hawkesbury et Grand Narrows. C'est un point de distribution pour le fret ferroviaire partant et entrant dans les sections sud-est du comté d'Inverness. Il a plusieurs magasins animés, un bureau de poste important, un bon hôtel et une salle publique confortable. Il y a une bonne carrière de pierre libre et, aussi, une entreprise de fabrication de briques à proximité, donnant du travail à beaucoup de gens, mais d'une manière générale le district est agricole, et sa proximité avec le chemin de fer est un grand avantage pour lui.

Voici les premiers colons de la section du district d'origine de Whycocomagh, à savoir :

Neil MacLean (1820) natif de Tyr
Donald MacLean (1820) natif de Tyr
Alexander MacLeod (1820) natif de Tyr
Alexander MacNeil (1820) natif de Coll
Lauchlin MacCalder (1820) originaire de Coll
Donald Blue (1820) natif de Coll
Archibald MacPhail (1824) natif de Mull
Angus MacDonald (1824) natif de Mull
Alexander MacQueen (1824) natif de Mull

Tous sont maintenant morts, mais les habitants d'Orangedale sont en grande partie leurs descendants directs. Les personnes âgées possédaient et détenaient chacune 200 acres de terre. Un ou deux de leurs descendants occupent désormais chacune de ces fermes. Angus MacDonald et Alexander MacQueen n'ont pas de descendants ici maintenant.

Neil MacLean est venu de Tyree, en Écosse, en 1820, et a ouvert une ferme à Orangedale. Il était marié à Mary Macintosh de West Bay, originaire d'Eigg, en Écosse, et avait une famille. Les fils Lauchlin et John (décédé) sont restés sur l'ancienne propriété. Les autres fils étaient Alexander, conducteur de chemin de fer, Sydney, et Neil, ingénieur, décédé.

Alexander MacLeod mentionné ci-dessus a épousé Christy MacKinnon, originaire de Coll, et a eu trois fils et six filles. Les noms des fils étaient : Alexander, Donald et Malcolm. Ces trois fils, aujourd'hui décédés, ont tous vécu et sont décédés à Orangedale. Toutes les filles sont mariées, certaines vivaient à River Dennis, d'autres à Whycocomagh et d'autres à River Inhabitants. Les petits-enfants du vieil Alexander restent encore à Orangedale, dont certains occupent la propriété d'origine.

Donald MacLean de Tyree mentionné ci-dessus était marié à Catherine MacDonald, originaire de Coll, avec le problème suivant : un fils, Neil, vivait sur la ferme d'Orangedale. Les petits-enfants y sont maintenant en charge.

Duncan MacDonald de Mull est arrivé en 1820 et a acquis un terrain à Orangedale. Il a ensuite déménagé d'ici et sa ferme a été vendue à Donald Martin.

Alexander MacQuarrie est venu de l'île de Mull en 1820 et s'est installé à Orangedale. Il était marié, avec un problème, à Ann MacPhail, mais aucun membre de la famille ne réside maintenant à Orangedale. La ferme a été vendue à Donald MacAskill.

Donald Graham de Mull a également été l'un des premiers colons ici, mais aucun de ses descendants ne reste.

Donald McPhail de Mull est venu d'Écosse à l'Île-du-Prince-Édouard. En 1826, il vint à Orangedale, qui s'appelait alors Mull's Cove, très probablement en raison du nombre d'émigrants de Mull qui s'y rendaient. Deux des fils de Donald MacPhail, Archibald et Alexander, occupent maintenant l'ancienne maison paternelle. Ces deux fils, qui sont des hommes calmes, honnêtes et industrieux sont largement connus et bien considérés dans tout le comté.

Lauchlin MacCalder, mentionné ci-dessus, était marié en Écosse et avait deux membres de sa famille qui venaient ici, John et Alexander. La maison est maintenant tenue par des petits-fils.

Donald Blue, mentionné ci-dessus, était un ancien colon bien en vue à Orange-dale. Certains membres de sa famille se trouvent à Mull's Cove et d'autres à Blue's Mills, River Dennis. Après l'arrivée de la famille Blue à Mull's Cove, l'endroit a été désigné pendant un certain temps sous le nom de Blue's Cove, puis a reçu le nom d'Orangedale.

Alexander MacNeil mentionné ci-dessus vivait dans une ferme à Mull's Cove, était marié et avait trois fils, Malcolm, James et Alexander, qui sont tous décédés. Thomas, un fils de Malcolm vit maintenant sur l'ancienne ferme. Le contremaître de section John MacNeil à Orangedale est de cette famille, tout comme le révérend A. J. MacNeil de l'Île-du-Prince-Édouard.

John MacMillan et sa famille de Uist Scotland étaient des immigrants à Orangedale. Trois des filles y vivent encore. Effie, la plus âgée des trois, a bien plus de cent ans.

JOHN MacDONALD ET LA FAMILLE

Le nommé ci-dessus John MacDonald était localement connu et décrit comme « John MacDonald, le fils de Gray MacDonald. Il est venu à Whycocomagh de "l'île de Skye" en Écosse, en 1854. Il| a pris 400 acres de terre et était marié à Catherine Cameron, avec comme descendance : John, Hector, Murdoch, William, James, Alexander, Donald et Maggie.

John de cette famille était marié à Mary Gills, avec une descendance : neuf fils et quatre filles.

James était marié à une Miss Ross et avait trois fils et quatre filles.

Donald est allé en Nouvelle-Zélande, était marié à une Anglaise et avait un fils et une fille.

Le reste de la famille de John Senior n'était pas marié à D. H. MacDonald, Esquire, un marchand général pressé de Whycocomagh, est issu de ces MacDonald.

LA FAMILLE MacKINNON D'AINSLIE GLEN.

L'un des premiers colons d'Ainslie Glen était le capitaine Loddy MacKinnon, familièrement connu sous le nom de "Big Loddie," il est venu de l'île de Skye, en Écosse vers l'année 1821. Il a pris 200 acres de terre, était marié à une femme MacDonald, par dont il avait la famille suivante : Archibald, qui s'est noyé dans le lac Supérieur Lauchlin, qui est décédé relativement jeune, Neil, vivant toujours sur l'ancienne ferme Alexander, qui a été en Australie et partout dans le monde, mais résidant maintenant sur les montagnes Whycocomagh Charles au Nevada Mary, Mme Donald Morrison vivant toujours à Whycocomagh mais a perdu la vue Jane, qui était mariée à Norman MacDonald et décédée à Whitewood, Manitoba Flora, qui est restée célibataire et est décédée à Boston en 1917.

Neil, fils de Loddy, était marié à Annie MacKay, fille d'Hector MacKay, forgeron, avec comme descendance : Archy Lauchlin à Toronto Hector, qui a voyagé et travaillé sur une grande partie de l'Amérique, mais réside maintenant sur l'ancienne propriété familiale, continuant le métier de forgeron Christina, mariée à HD MacMillan de North Sydney, Jessie, mariée à Dan MacNeil, d'Ainslie Glen et Margaret Jane, qui suit une formation d'infirmière dans un hôpital de Glace Bay.

Big Loddie, avec l'aide de son voisin, John Jameson, a construit et mis à l'eau le premier canot jamais utilisé sur le lac Ainslie. Ils l'ont coupé d'un arbre 3 1/2| pieds de diamètre et l'a transporté jusqu'au lac, le premier navire jamais flotté là-bas.

LES MacDONALDS DE STEWARTSHIDALE

L'ancêtre de ces MacDonald était Allan qui, avec sa famille, est venu ici (nous est-on informé) de South Uist, en Écosse, en 1822. Il s'est emparé de deux cents acres de terre à Stewartdale. Toute la région n'était alors qu'une forêt sombre et lugubre, mais même défrichée et cultivée, aucun étranger n'aurait pu choisir un terrain plus beau ou meilleur.

Cet Allen MacDonald était marié en Écosse à Mary MacLean avec comme descendance : John, Norman, James, Edward, Susie Mary, Alexina et Catherine. Les fils John et Norman se sont mariés en Écosse avant de venir ici, le premier à Jane MacNiven, le second à Catherine Morrison. James Edward s'est marié après être venu au Cap-Breton avec Mary Campbell. Susie était mariée en Écosse à Malcolm MacLeod. Ils sont venus en Amérique et se sont installés en Ontario, au Canada. Mary était mariée à Murdoch MacKinnon de Sydney, C. B., Alexina était mariée en Écosse à M. Dunlap. Catherine était mariée à un M. MacKeighan de Whycocomagh.

John, le fils aîné d'Allan Sr., avait une famille de trois fils et quatre filles, à savoir : Donald, Allan, James, Mary, Susie, Jane et Annie. Tous ces enfants, à l'exception d'Annie, étaient mariés et avaient une famille.

Le fils aîné, Donald, fils de John, était très connu. Dans sa jeunesse, il a enseigné à l'école. Plus tard, il épousa Jessie MacPherson, fille de John MacPherson, tailleur de l'armée, Mabou Ridge et s'installa dans une ferme. Plus tard encore, il a été nommé juge de paix du comté. A ce dernier titre, il accomplit une grande partie d'un travail magistral difficile. Il a été élu à plusieurs reprises au Conseil municipal par le district de Whycocomagh.


Neil Maclean - Histoire

Descendants de John MacDonald, Sugar Refinery, Greenock, Scotland, qui a été marié deux fois, d'abord à Isabel Galloway et à nouveau à Ann MacEchen. Les enfants de la première épouse étaient Archibald, Hugh, John, Donald, Mary (mère de John MacLean, Troy.) et de la seconde, Angus, John et Isabel, décédée jeune.

Archibald et Hugh sont restés en Écosse. Le reste de la famille est sorti en 1821 et a débarqué au détroit en juillet. Le premier John épousa Flora MacQuarrie, North Ainslie et s'installa à l'arrière où ils élevèrent une famille nombreuse, Ann, Archie, John, Isabel, Catherine, Mary, Murdock, Maggie, Sarah, Elizabeth, Flora.

Parmi eux, Ann a épousé Donald MacKinnon, West Lake Ainslie, et a laissé une famille : Archibald a épousé Catherine MacLean, Cape Mabou et a laissé une famille : Isabel a épousé Duncan MacQuarrie, Mackdale et a laissé des enfants : Mary a épousé John MacDonald, Barberton et a des enfants Maggie était Mme Dan MacVicar, Melville Sarah a épousé Donald Campbell, Malagawatch et a des enfants.

Revenant à la première famille de John MacDonald de Greenock, Mary a épousé Hector MacLean, Troy et a laissé des enfants, Isabel, Mary, John, Ann, Sarah et John Neil.

Parmi eux, Isabel était mariée à John MacQuarrie, Lexington. Son fils, Hector Dan, occupe et possède maintenant la maison.

Mary, la fille d'Hector MacLean, a épousé Hector MacKinnon, Blue Mts., C.B., et sa sœur Sarah a épousé son frère Donald MacKinnon. Tous deux avaient des familles.

Ann, fille d'Hector MacLean, vit à Gloucester, aux États-Unis. John Neil s'est noyé. John possède et occupe la moitié de l'ancienne propriété familiale et Neil MacSwain, marié à la fille de Donald MacLean, Sarah, est en possession de l'autre moitié. John MacLean, le fils d'Hector, a été conseiller municipal du district de Port Hastings pendant quelques années. Sa femme était Alvina Fox. Les enfants sont nommés sur une autre page.

Hector MacKinnon, Blue Mts., C.B., avait une famille nombreuse : Marion Margaret, (Mme Hugh MacDonald), Mary Bell (Mme Donald MacDonald, Crandall Road), Martha May.

Dan MacKinnon, Blue Mts., CB, avait également une famille nombreuse : Christina Bell (Mme AC Wentzell, États-Unis), Julia Margaret (Mme W. Robbins, États-Unis), Neil, Dan J., Mary Ann (Mme HA Giroux, États-Unis), Annie

Hector MacKinnon et Dan ci-dessus étaient les fils de John MacKinnon et de Sarah MacKinnon, sa femme. Leur grand-père était Dan MacKinnon, Isle of Rum, en Écosse.

Angus MacDonald, N. W. Arm, fils du pionnier John, épousa Flora MacQuarrie, sœur de feu Hector MacQuarrie, South Rhodena. Enfants : Isabel, John, Hector, Allan, Dan, Ann et Katie.

Isabel a épousé Farquhar MacDonald, Marble Mountain et a laissé des fils et des filles.

John a épousé Sarah MacQuarrie et avait une famille de trois fils et quatre filles à Askilton, CB : Lauchlin, Angus, John Dan Sarah Ann, Flora Bell (Mme James MacDonald, Sugar Camp), Cassie (Mme Campbell, Black River), Annie (Mme Hector MacLean, Sugar Camp).

Hector, le fils d'Angus, a épousé Annie MacDonald, fille d'Allan MacDonald, Crandall Road, et a eu un fils. Toute la famille est morte.

Allan, le fils d'Angus, a épousé Kate, fille d'Allan MacDonald, Crandall Road. Enfants : Annie Sarah (décédée), John Angus, Hugh Allan, John Dan, Archie Neil et Katie Flora.

Ann, la fille d'Angus, a épousé Angus MacDonald, charpentier, Sugar Camp. Enfants : James et George, tous deux à la maison avec leurs parents. James est marié à une fille de John MacDonald, Askilton, et a un fils et une fille.

Allan MacDonald a épousé Ann MacKinnon, West Lake Ainslie. Enfants : Hugh, Annie, Kate, Donald, John et Hector.

Parmi eux, Hugh a épousé Flora, fille de Neil MacKinnon, West Lake Ainslie, et a un fils, John L. Hugh vit avec sa tante à General Line. Annie a épousé Hector MacDonald, N.W. Arm. Kate a épousé Allan MacDonald N.W. Arm.

Donald, fils d'Allan, épousa Isabel MacKinnon, fille d'Hector MacKinnon, Port Hawkesbury, anciennement de South Rhodena. Enfants : Annie May, Hector Sylvester, Katie Bell, Hugh Allan et William Donald, Donald et sa famille possèdent l'ancienne propriété.

John MacDonald, fils d'Allan, a épousé Mary Ann MacKinnon de South Lake Ainslie et vit à Troy, C.B. Enfants : John Allan, Annie Catherine et Hattie Ann.

Hector MacDonald, le fils d'Allan, a épousé Emma Weldon d'Angleterre et vit à Crandall Road. Enfants : Annie E., Catherine J., George Allan, Margaret Hannah, John MacDonald, N. W. Arm, de la deuxième famille de pionniers. John MacDonald, a épousé Christina MacQuarrie, fille du sergent John MacQuarrie, N.W. Arm. Enfants : John, Rachel, Annie (décédée célibataire), Mary Isabel, Allan, Mary, Archie Hugh, Sarah, Katie Ann, John Angus.

Parmi eux, John a épousé Ann, fille de Charles MacDonald, N. W. Arm, Enfants : Charles Hector et Christina Ann (Mme John D. MacDonald, West Roxbury, Mass.)

Rachel a épousé Lauchlin MacDonald, États-Unis Enfants : Christina, John Alex. et Archie.

Mary Bell a épousé Neil MacDonald, Crandall Road. Voir une autre page. Allan a épousé Mme Olsen, qui a eu des enfants : ils vivent à N. W. Arm.

Mary a épousé John Gray et a quatre enfants vivant aux États-Unis : Henry, Sarah, Levi, Lizzie. Son deuxième mari était un M. Sanborn. Archie Hugh, le fils de John, a épousé Kenina MacInnis, North Ainslie. Enfants vivants : John Allan, Chas William, Henry Angus.

Charles MacDonald, North VVest Arm, Hastings a épousé Margaret MacLean, fille de Neil MacLean de Sleat, en Écosse, un vieux soldat de l'époque napoléonienne qui avait été neuf ans dans l'armée et avait participé à douze batailles. À une occasion, au combat, il plaça son bonnet écossais sur une souche à la vue de l'ennemi. Quand il y est retourné, il a été déchiré par les balles.

Les enfants de Charles MacDonald étaient : Donald, Mary, Annie, Neil et Kenneth.

Parmi eux, Donald a épousé Kate MacColl et a vécu sur l'ancienne propriété. Enfants : Charles A. et John Hugh. Annie, la fille de Charles MacDonald, a épousé John MacDonald, Carpenter, N. W. Arm, et a des enfants et des petits-enfants. son fils Charles H. vit à la maison. La fille Christina Ann (Mme John D. MacDonald) et ses enfants vivent aux États-Unis.

Neil, fils de Charles, épousa Mary Bell MacDonald, fille de John MacDonald, aîné, N. W. Arm.

Enfants : Benjamin, Kate Sarah, Maggie (décédée), Annie.

Leur maison est sur Crandall Road, mais Kate Sarah a récemment épousé Dan R. MacDonald, Oban, C.B. et y a sa maison.

Kenneth, fils de Charles, épousa Margaret, fille de Donald MacKay, St. George's Channel, West Bay. Enfants : Margaret A., Dan Archie, John Duncan et Alexander Hector. Parmi celles-ci, Margaret A, est Mme James H. MacQuarrie, de Pleasant Hill, qui a trois fils et une fille. Lincoln, Walter, Isabel Margaret et Neil Kenneth.

Dan Archie, le fils de K, a donné sa vie pour son pays pendant la guerre mondiale. Il a disparu des rangs après de violents combats du 9 au 11 avril 1917.

Margaret, fille de Charles MacDonald épousa Daniel Alfred Friend aux États-Unis. Enfants : Eleanor May, Jennie Bell, Daniel Sergeant, Arthur Samuel, Lester Charles et Margaret Alfreda.

Archie, fils de Charles, est décédé il y a longtemps. Sarah a épousé Daniel D. MacLeod, Loch Lomond, C. B. Enfants : Catherine Bell, Kenneth Donald, Daniel J. et Margaret Ann.

En Écosse, Donald Cameron épousa Marjory Cummings à Craigie, à environ 130 milles de Fort William. Son fils Hugh (ou Ewen Eobhain a Chreagan) a épousé Christina Laidlaw en Écosse, a émigré dans le détroit sur le navire Aurora en 1827, a élu domicile à General Line et a eu une famille nombreuse Jane, John, Allan, Tom, Alexander ,, George, Kate, Christine, Alex. Cummings, Donald, Hugh, Marjory.

Parmi eux, John est décédé à Buctouche, au Nouveau-Brunswick, laissant une famille nombreuse.

Tom a épousé Christina MacLean, fille de Roderick MacLean Troy, et a élu domicile au lac Horton, aujourd'hui Lexington. Ses enfants étaient, Hugh T., Mary Ann (Mme Angus Young, Gloucester, Mass) Catherine (Mme Hugh McLean, Sugar Camp) Christina B., décédée.

Hugh T. Cameron a épousé Sarah Macintosh de Princeville et a eu deux fils et deux filles, Thomas Alex, Janet Flora (décédée) Christina Mary, James Neil.

Allan Cameron, fils du pionnier Hugh, a épousé Jane MacLachlan. West Bay Road et a élu domicile à General Line, maintenant Lexington : et avait une famille : Kate (Mme James MacKinnon), Lexington décédée : Mary Jane (Mme Duncan MacArthur, Princeville, CB), décédée : Mary Ann (Mme. Capt Murdo A. MacInnis, Port Hastings) Dan George, décédé et Hugh A., célibataire, sur la vieille propriété.

Alexander a épousé Isabel Laidlaw a élu domicile au nord de Hastings et avait une famille nombreuse : Maggie, Kate, Isabel, Donald Hugh, Margaret, Annie, George Peter, John Hugh, James Skinner.

Maggie a épousé Nathaniel Martell, North Sydney, et a laissé des enfants : Charlie, Aubrey Alexander, Maggie, George, Fanny.

La deuxième fille d'Alexander Cameron, Kate, a été mariée deux fois, d'abord à Roderick Morrison, Port Hastings, et de nouveau à D. A. Campbell, Strathlorne. Par le premier mariage, elle avait un fils et une fille, J. Lewis Morrison récemment au Japon sur le paquebot, Keystone State, et Flora Bell actuellement aux États-Unis. Par le deuxième mariage, elle a un fils, Cameron Campbell, Strathlorne.

Alexis. La troisième fille de Cameron, Isabel, est Mme Ira Andrews, Lynn, Mass., et a une fille Annie et trois fils, O. Alex, Sumner, Aubrey. Son fils aîné, Donald Hugh, est décédé subitement dans son lit il y a quelques jours sur l'ancienne ferme. Il était marié à Margaret Isabel, fille de John Macintosh, Big Brook, River Denys, et a laissé un fils et une fille, Alexander John et Florence Isabella, tous deux grands et à la maison avec leur mère.

La quatrième fille d'Alexander Cameron, Margaret Annie, est Mme Benjamin T. Haywood, États-Unis.

Alexis. Le deuxième fils de Cameron, George Peter, est mort jeune. le troisième fils, John Hugh, est officier des douanes à North Sydney.

Le quatrième fils, James Skinner, a un fils et une fille aux États-Unis, Kenneth Alexander et Madlin Isabel.

Alexander C. Cameron, fils du pionnier Hugh Cameron, a épousé Annie Cameron de Princeville, CB, et avait une famille nombreuse Marjory (décédée) Catherine Ann (Mme Henry Stewart), Waltham, Mass. Margaret (Mme DW Cameron, Princeville) , décédé John Hugh, décédée Annie Christina Christina Bell, décédée à Boston Johanna (Mme Allan MacFadyen, Lexington) Marjory Maggieie (Mme MM MacQuarrie) Mackdale, CB Hugh James. Hugh J. est marié à Langley. Mme M. M. MacQuarrie a trois enfants vivant,-Alexander Cameron, Donald John, Annie Margaret. Sa première fille, Margaret Catherine, est décédée en bas âge. Son mari était John C. MacQuarrie.

George Cameron, fils du pionnier Hugh, né à Lochaber, en Écosse, en 1820, épousa Margaret Cameron et s'installa à Broad Cove Banks vers 1845 et avait une famille nombreuse. De son métier, il était tailleur de pierre et a construit de nombreuses cheminées d'autrefois. Parmi ses enfants, six sont morts en bas âge. Ceux qui ont grandi étaient Marjory Ann, Hugh G., John H., Christy Ann, Maggie J., par la première épouse. Sa seconde épouse était Lily Fraser de Whycocomagh. Ses enfants par elle étaient George Fraser, Maud Cassie, Mary Sarah.

Parmi elles, Marjory Ann était Mme Allan R. MacKinnon, Strathlorne Christy Ann, Mme Alex. Dan Fraser, Inverness Maggie J., Mme John G. MacKay, Inverness et plus tard de New Waterford, CB Maud Cassie, Mme Hugh Allan MacLeod, gestionnaire de la mine, Inverness, et plus tard à New Waterford Mary Sarah, Mme Samuel Quigley, Inverness.

John H. Cameron est décédé en 1897, quelques mois après son père.

Hugh G. et George F. ont eu des enfants, tout comme leurs sœurs mariées.

Donald Cameron, fils du pionnier Hugh, se rend en Australie sur le navire de John MacMillan construit à Buctouche, au Nouveau-Brunswick.

Hugh, un autre fils du pionnier Hugh, est mort jeune.

La fille aînée du pionnier Hugh était Jane, l'aînée de la famille, qui épousa John Skinner, Port Hastings, et eut trois fils et deux filles. Sa sœur Kate a épousé Malcolm Morrison et avait une famille nombreuse à Buctouche, au Nouveau-Brunswick.

Christina, une autre fille du pionnier Hugh, a épousé Donald MacLean, Troy, fils de Roderick et a eu des enfants. Une autre fille, Marjory, est restée célibataire et a vécu avec son frère Alex. C. à la ligne générale.
Les enfants de Donald MacLean, Troy et Christina Cameron, sa femme, étaient Catherine aux États-Unis. Catherine Ann Maggie (Mme Lauchlin MacKinnon), Kingsville Sarah (Mme Neil MacSwain) Troy.

Les Laidlaw revendiquent une longue lignée de George dans leur histoire familiale. Anne Laidlaw, feu Mme Hector MacQuarrie, Port Hastings, a affirmé que son frère George était le vingt et unième de descendance régulière et que son fils George était le vingt-deuxième.

Ce sketch commence avec George, le berger, qui avait prévu de venir en Amérique mais est décédé dans un port, à Lochaber, en Écosse.

Sa veuve est sortie avec son fils George sur le navire Aurora en 1826. Sophia, une sœur de George, le berger, est décédée jeune. Deux frères, William et Robert ont déménagé en Ontario. Un fils, John, est resté en Écosse. Deux filles, Christina (Mme Hugh Cameron) et Isabel, sont venues avec leur mère et leur frère George dans ce pays. Ce George a épousé Margaret MacLean, fille de Roderick MacLean, Troy, et par elle a eu une grande famille, à savoir : Christina, Isabel, Anne, Sophia, Mary, Kate, Roderick, John et George.

Parmi ceux-ci, Christina a épousé Hector MacFadyen, General Line, maintenant Lexington, et a eu par lui une famille de fils et de filles, à savoir :

Jean, Georges, Alex. Maggie Mary, Dan, Annie et Roderick. Parmi ces MacFadyens George est décédé à la maison à l'âge de 17 ans. Dan et Alex. se sont noyés en mer. Maggie Mary a épousé John J. MacLean, Port Hawkesbury (décédé) et a un fils, George Henry.

Annie MacFadyen a épousé James MacKinnon de Greece's Point, Québec, maintenant ingénieur sur le chemin de fer d'Inverness et vivant à Port Hastings, N. S. Leurs enfants sont Christina Margaret, Elizabeth Auburn Goodwin, Alexander Archibald, James Colvin, George Roderick.

Norman MacLeod, Ian Hector, Roy Laidlaw et Howard Kimball. Leur enfant aîné, Walter James, est décédé à l'âge de 10 mois. vieille. Isabel Laidlaw était mariée à Alexander Cameron, un agriculteur de Port Hood Road, à environ un mile au nord de Port Hastings. Leurs enfants sont nommés dans la liste Cameron, Anne Laidlaw épousa Hector MacQuarrie, tailleur, à Port Hastings, où il fut plus tard propriétaire de l'hôtel Caledonia. Tous deux sont décédés il y a quelques années, et leur fils unique, George, quelques années plus tard. Sophie a épousé John MacLean, "'Turner" par qui elle a eu une famille de cinq fils et quatre filles John James, George Laidlaw, Allan John George, George, Maggie, Mary Ann, Catherine, Sarah Ann. Ce « Turner » était le fils de John MacLean, « Turner », de Fort William, en Écosse, à Mabou et à l'arrière de Port Hawkesbury. Mary Laidlaw a épousé John Cameron, Grandance, comté de Richmond.

Kate Laidlaw a épousé Philip McLeod, South Side Boulardarie, comté de Victoria et a laissé quatre filles, Janet (Mme Taylor) et Minnie, (Mme Capt. Hickey, North Sydney) Georgina et Annie, infirmières de formation.
Roderick Laidlaw est décédé il y a quelques années. Ses enfants étaient George et Margaret. Margaret est décédée et George est directeur du Western Union Telegraph Office, à Halifax.

John Laidlaw, Troy a épousé Jessie MacKinnon de Strathlorne et a cinq enfants : Maud Sophia (Mme Alfred Morrison, Halifax), Sarah Margaret (Mme Howard Hart, Canso), Annie (Mme Albert Hall, Boston), Rodena, ( une infirmière qualifiée, Boston), et John Allan à la maison avec ses parents. Mme Hart et Mme Hall sont des infirmières qualifiées.

George, un autre fils, a été tué accidentellement en manipulant une pelle à vapeur près de Niagara Falls en 1919. John Allan a trois médailles pour service de guerre à l'avant, dont une médaille Mons. Il est passé sans une égratignure. George Laidlaw a épousé Flora MacKinnon, fille de feu Malcolm MacKinnon, West Lake Ainslie, C. B.

Enfants : George Roderick, Malcolm Murdock, Dan Hector, Margaret Mary et Sarah Christina, dont trois se sont récemment mariés, à savoir George Rodk. à Gertrude Langley de Sunnyside, C.B. et vivant maintenant à Cochrane, Ontario Dan Hector à Mary Taylor de Baddeck, C.B. et vivant maintenant à Boston : et Sarah Christina à Ernest Langley, Sunnyside, C.B. où ils ont élu domicile.

On peut ajouter que la veuve de George Laidlaw, le berger, après son arrivée au Cap-Breton a vécu pendant des années avec son fils George à Troie où il avait acheté une ferme pour 500 000 $, - une somme importante à l'époque. Plus tard, elle a vécu dans sa propre maison et avait avec elle l'un de ses petits-enfants, Thomas Cameron, qui a ensuite élu domicile au lac Horton.


Neil Maclean - Histoire

L'un des colons pionniers était John Ballieul, de S.S.Guernsey, marié à Elizabeth Bruard, une sœur de feu Mme Alex. Bain, Port Hawkesbury, feu Mme Frank Blanchard, et feu Mme Frances MacKenzie, arpenteur, père de James W. MacKenzie, arpenteur. Ce John Ballieul avait quatre fils : Peter (un capitaine de vaisseau) s'est noyé en mer. William habite à trois milles de Port Hawkesbury sur la route de Cleveland et St. Peter's et John et Nicholas à Melville sur la même route. John a une famille dispersée.

Un autre pionnier à Melville était John MacVicar. Son père, Dan MacVicar est décédé à Greenock, en Écosse. La veuve épousa John MacDonald et vint avec lui dans le détroit de Canso. John MacVicar avait alors environ huit ans. Il a vécu pendant un certain temps à NW Arm, Hastings et a déménagé à Melville vers 1855. Sa femme était Mary MacQuarrie, fille de John MacQuarrie et leurs enfants étaient Rachel, Margaret, Dan, Kate, John, Sarah Ann, Christy Ann, Mary Bell . Parmi eux, Dan, Kate et Sarah Ann sont décédés et John vit dans l'ancienne ferme. John MacVicar, Junior, a épousé Ann MacIntyre, de MacIntyre Lake, décédée le 25 mars 1916. Leurs enfants sont Annie Janie (mariée à Toronto), Mabel Christina, John Dan, Katie Sarah, Ella Emerson, Charles Alex., Duncan Ed. Stirling.

Dan MacVicar, fils de John MacVicar, senior, Melville, et sa femme sont décédés il y a quelques années, laissant une fille unique, Margaret Maud, qui s'est mariée et est décédée en laissant une fille unique Hilda Bertha Maud MacKinnon.

Christy Ann MacVicar a épousé Peter MacLean de Pleasant Bay à Everett Mass. et a deux fils vivants, John Bartlett et John Dan.

Un autre pionnier à Melville était Duncan MacIntyre marié à Annie MacLean, qui est venue toutes les deux d'Écosse et s'est installée au lac MacIntyre. Leurs enfants sont John, Donald, Duncan, Lauchlin, Isabel. John vivait à Grandance Donald à Kempt Road Lauchlin à Kempt Road Duncan a épousé Annie MacDonald de Kempt Road et avait une famille - Isabel, Annie, Duncan, Malcolm, Alexander (marié en Colombie-Britannique), Charles H. et Catherine.

À l'ouest de Melville, à une courte distance se trouve Barberton appartenant au district de Hastings. Ici, John MacQuarrie et sa femme Sarah MacDonald avec leurs fils, Allan et Dan, ont fondé une maison dans les bois à l'époque des pionniers. Ce John était Ian MacIain 'Ic lain Bhain. Ses fils Allan et Dan lui ont survécu. Allan a laissé deux fils John A. et Dan. Dan est sur l'ancienne ferme et John A. vit à côté.

Leur père et leur grand-père sont venus au Cap-Breton en provenance de l'île de Rum, en Écosse. Leur oncle Dan vivait sur le terrain attenant à celui d'Allan où son fils John vit aujourd'hui avec une sœur survivante.

Allan et Dan avaient trois sœurs, Mme Neil MacDonald, Barberton, et Mme Hector MacDonald, Barberton et Mme Archie MacLean. Ce Neil MacDonald était le père de John MacDonald, Barberton, et de feu Mme Hector MacLean, Little Lake, Kings Road, et de feu Mme Magnus MacLean.

Mme Hector MacDonald a laissé une fille, Katie, qui a épousé James Perrin, Barberton.

Allan MacQuarrie avait deux fils, comme ci-dessus, et six filles, Mary, Katie (Mme Stephen Reynolds, Port Hastings) Flora (Mme MacColl, Cleveland, CB) Sarah Catherine (Mme Parsons, États-Unis décédée en 1920) Bella (Mme. Brown, décédé aux États-Unis) Hector MacDonald, Barberton était le frère de Neil. Ces MacDonald venaient de Rum, en Écosse.

John A. MacQuarrie est marié à Margaret MacVicar, Melville. Leur fils Dan J. est ingénieur sur C.N.R. Sask., et Edward J. Conductor, C.N.R., Drummondville, Qué. Leur fille Mamie est mariée à William Perrin et a six enfants à Meville. George et sa sœur Margaret sont à la maison.

John MacDonald, Barberton, est marié à Mary MacDonald, fille de feu John Mac Donald, North Ainslie, Cape Breton. Leurs enfants étaient : Neil, Flora, Bella, Margaret, Mary Ann, John A. Une fille, Betty, est décédée en bas âge. Flora et Bella étaient depuis quelques années aux États-Unis et sont décédées plus tard à la maison. Mary Ann est aux États-Unis et Margaret est Mme Norman Ferguson, Kempt Road, Richmond County, N. S., et a une famille. Neil est mort il y a quelques années. John A. est à la maison avec ses parents.

Archibald MacDonald, décédé récemment au domicile de son fils William J. à Port Hastings, était le fils de John MacDonald, North Ainslie. Son épouse était Catherine MacLean, fille du fils d'Allan d'Hector, South Cape Mabou, et leurs enfants, John H. tailleur, Orangedale Allan L. tailleur, West Bay Allan J., tailleur, Port Hawkesbury Hector M., dentiste, Greenfield, Masse Wm. J., tailleur, Port Hastings et Mary A. et Flora S. William J., épousèrent Isabel MacDonald, la fille de Hugh, Port Hastings. Enfants : Augusta S., Walter A., ​​(décédé), Alexander H. (décédé), John William, Elvira F., Harold F. Ronald H. et Catherine Isabel.

Le sergent John MacQuarrie est venu d'Écosse à bord du Highland Lad, un navire entièrement gréé en 1826, et a élu domicile à N. W. Arm, à l'arrière de Port Hastings. Le père, la mère et le grand-père de John Neil MacDonald, ainsi que le grand-père et la grand-mère de John A. MacQuarrie sont sortis sur le même navire.Lauchlin MacLean est sorti dans l'Harmony la même année.

Le sergent John MacQuarrie était marié en Écosse à Rachel. Campbell, Enfants : Donald, Malcolm, Mary Allan, Christina, Donald et John.

Parmi ceux-ci, le premier Donald est devenu tonnelier et était connu sous le nom de Donald, le tonnelier. Son épouse était Margaret MacKinnon de Malagawatch. Enfants : John Duncan, Mary, Rachel, Allan.

Parmi eux, John a épousé Isabel MacLean, fille d'Hector MacLean, Troy. Enfants : Hector Dan (sur l'ancienne ferme) Daniel John, et Mary Ann (Mme Burgess), Duncan, fils de Donald, le tonnelier, épousa Isabel, fille de John MacDonald, North Ainslie.. Enfants : Christina (Mme JH MacKinnon, Crandall Road), John William (tué à Seattle), Dan, Murdo, William (noyé), John. Allan (mort jeune).

Mary, fille de Donald, le tonnelier, épousa Donald MacKay, St. George's Channel, West Bay.

Enfants vivant : John et Henry, à Boston Alex. au canal St. George's Dan at Points, West Bay Mme Dan Calder, Marshes, West Bay. Une autre fille était Mme Kenneth MacDonald, Crandall Road, décédée récemment.

Rachel, fille de Donald, le Cooper, était mariée à John MacLean aux États-Unis. Allan est mort aux États-Unis laissant trois fils.

Malcolm MacQuarrie, le fils du sergent, a épousé Margaret MacLean Sugar Camp, fille de John MacLean, (John Og) Enfants : Rachel, Mary, Allan, Maggie, Annie, Sarah. Parmi eux, Rachel, Mary et Sarah sont mortes célibataires. Annie (Mme Logan, New Glasgow) et Maggie, qui se sont également mariées, avaient des familles.

Allan a épousé Flora Blue de River Denys. Enfants : Thomas M., Catherine M., Dougald D., Margaret, John Hugh, William Gordon Forbes, Kenneth J., Allan Dan, Sadie Margaret.

Parmi eux, John Hugh est marié aux États-Unis, tout comme Catherine M. Kenneth J. est marié à Halifax. Gordon a donné sa vie pour son pays en France pendant la Grande Guerre, le 8 novembre 1918.

Allan MacQuarrie, le fils du sergent, a épousé Mary MacKinnon, Queensville, fille de Lauchlin MacKinnon, Enfants : Rachel, Dan, Angus, John, Charles, Kate et Lauchlin. Rachel et John sont morts célibataires.

Dan a épousé Margaret MacLean, fille de John, Sugar Camp et a six enfants à Glace Bay.

Angus avait une famille au Nouveau-Canada et Charles à Glace Bay.

Kate a épousé John MacQuarrie, Lake Horton. Enfants : Ebenezer Hector James et Mary Jessie.

Lauchlin est célibataire sur l'ancienne ferme.

Donald MacQuarrie, le deuxième Donald de la famille de John Sergeant, a épousé Margaret MacMillan, fille d'Alexander, Kempt, Road. Enfants : Rachel, Mary Ann, John C., Allan J., Alex., Jane, Katie Ann et Christina.

Parmi ces Rachel, Mary Ann et Alex sont décédées célibataires.

John C. a épousé Marjory Cameron, fille d'Alex. C. Lexington. Enfants : Alexander C.C., Donald John et Annie Margaret.

Allan J., le fils de Donald, habite l'ancienne ferme. Jane a épousé Neil MacQuarrie, le fils du recteur, South Rhodena. Enfants : John Murdo, Margaret M., Catherine S., Lizzie C., Don Allan et Fergus.

Katie Ann (Mme Hector MacQuarrie) est décédée. Christina M. a épousé Angus MacGregor, North Ainslie.

John MacQuarrie, le fils du sergent, a épousé Mary MacLean, Mount Young. Enfants : John G. sur l'ancienne ferme, Annie Bell (décédée) et John A.

John A. MacQuarrie épousa Flora, fille de John MacGregor, North Ainslie. Enfants : John Dan, Angus Dan, Annie Bell, Sarah Effie, Lauchlin Hugh.

Parmi les premiers pionniers figurait Neil MacQuarrie, fils d'Hector MacQuarrie, Isle of Rum, en Écosse. Neil a eu quatre fils et une fille dont les descendants sont encore bien connus. C'étaient Donald, l'électeur, James John et Mary. Mary a épousé John MacKinnon, Crandall Road dont il est fait mention sur une autre page.

Donald a épousé Catherine MacQuarrie, Isle of Rum. Enfants Neil, Flora (Mme John MacColl, Kingsville, CB), Mary (Mme Murdoch MacKenzie, Marble Mt.) Jessie (Mme Capt. Murdoch MacLennan, BC), Sarah (Mme Clough MacKeen) et Maggie (Mme Allan MacLennan C.-B.).

Neil a épousé Isabel MacColl, Kingsville, C.B. Enfants : Margaret (Mme Daniel MacLennan, Barrister, Port Hood, C.B.) Katie (Mme Harry Millard California). Enfants : Elwin et Laura Bell) Laura Bell (à Seattle) Mary Jane (Mme Christie) Jessie (Mme Joshua Black) John a épousé Jennie Brown. Enfants : Isabel, Catherine et Neil, (Californie) Tena (Mme Theodore Wickstead, Somerville Mass.) James H., sur l'ancienne propriété familiale, épousa Margaret Ann, fille de Kenneth MacDonald, Crandall Road. Enfants : Lincoln Theodore Jefferson, Walter Raymond, Isabel Margaret et Neil Kenneth Elizabeth (fille de Neil), célibataire, Californie Emma, ​​fille de Neil, célibataire, Boston.

Hector MacQuarrie, fils du pionnier Neil, a épousé Ann MacKinnon, sœur de Donald MacKinnon, Sugar Camp. Enfants : Sarah (décédée) John a épousé Kate, fille d'Allan MacQuarrie, les sergents mentionnés sur une autre page Dan vit à Gloucester, Mass.

Le capitaine James MacQuarrie, fils du pionnier Neil, épousa Annie, fille du pionnier James Duff, Melville, C. B. Enfants : James William, Sarah Jane, Alex. (perdu en mer), Joséphine (décédée), Eva et Maud. Parmi eux, James Wm. marié Mary, fille de Hugh MacDonald, Port Hastings et a un fils, Alex. Colline. Sarah Jane a épousé un M. Dexter, New York, et a un fils, Arthur.

Eva a épousé David Church, N. Y. Enfants : Elsworth et Maud.

Maud, fille de. Le capitaine James, est célibataire à N. Y.

La mère de Mme Capt. James était Sarah Johnston, loyaliste de l'Empire-Uni, Port Hawkesbury.

Le pionnier Neil MacQuarrie a acheté 1 100 acres de terrain, au nord de Hastings, au major MacKinnon. Son père, Hector MacQuarrie, pionnier, est décédé dans la partie la plus ancienne de la maison maintenant détenue et occupée par son arrière-petit-fils James William MacQuarrie.

Neil MacQuarrie était marié à Sarah MacInnis, Cape Mabou. Enfants : Donald, Hector, James, John, Allan, Lauchlin, Roderick, Mary et Flora, dont certains sont mentionnés sur d'autres pages.

Parmi ceux-ci, non mentionnés déjà, Mary a épousé Laurence Welsh et avait une famille nombreuse. Les descendants sont maintenant dans d'autres pays.

Flora a épousé Allan MacQuarrie, Cape Mabou et a eu des enfants. Allan a épousé une Miss MacDonald de l'Île-du-Prince-Édouard. Descendants aux États-Unis Lauchlin a épousé Sarah MacAskill et a eu une fille, Mme John MacDonald, Askilton.

John MacQuarrie, fils du pionnier Neil, épousa Annie MacAskill, habitant de la rivière, et s'installa à environ un mile au nord de Port Hastings. Enfants : Jessie, James, Roderick, Sarah, Isabel, Christina, Annie et Mary Ann.

Parmi eux, Jessie a épousé Edward Haraden, Manchester, Mass. Enfants : Annabel, Alice James et Edward W.

Sarah a épousé feu le capitaine Solomon Jacobs, l'un des leaders les plus prospères de l'industrie de la pêche, dont le siège est à Gloucester, dans le Massachusetts. Enfants : Ethel B., Albert E., Arthur J., Alice M. La mère et les enfants survivent. Isabel a épousé George Sargent. Enfants : George W. (décédé), James H., Russel W.
Christina a épousé Hugh MacLennan, fils de John, fils du pionnier Hugh qui est venu d'Écosse à River Denys en 1921. Leur maison était à Port Hastings où M. MacLennan a exercé ses activités pendant de nombreuses années. Leur fille unique, Anna G. a épousé William A. MacLean, ingénieur, Port Hastings, et le fils de feu John MacLean, Troy, C.B. Ils ont un fils, J. Hugh.

Annie a épousé Dan MacColl, Kingsville, aux États-Unis. Enfants : Earl et Ina - tous vivant dans l'Iowa.

Mary A. a passé de nombreuses années aux États-Unis et est décédée en 1904.

Le pionnier Allan MacQuarrie est venu d'Écosse dans le détroit en 1821 et son frère Hector en 1826.

Allan avait deux fils John, un tailleur et Lauchlin. Lauchlin était le père d'Hector MacQuarrie, récemment ministre à Leitches Creek.

John a épousé Catherine MacLean d. de John, Senior, Sugar Camp et avait quatre fils, Hector, Allan et Lauchlin, John, Dan et cinq filles. Parmi eux, Hector a épousé Flora MacInnis, South Cape Mabou, et avait une famille nombreuse à Queensville, C.B. dont Maggie est Mme Cameron, West Bay Julia, Mme Neil MacIntosh, Big Brook Katie, Mme Charles MacInnis, Glace Bay. Les autres sont morts.

Allan MacQuarrie, le fils de John, a épousé Julia MacInnis, South Cape Mabou. Son fils, John E. a épousé Annie MacLean, Inverness.

Enfants : Julia Margaret, Allan John, Flora Sarah, tous à South Rhodena.

Lauchlin, fils de John MacQuarrie, a épousé Hannah Fox, Port Hastings, les enfants sont nommés dans la liste Fox.

Dan, fils de John, a épousé Mary MacLean de Whycocomagh et a une famille aux États-Unis.

Mary Margaret, fille d'Allan et arrière-petite-fille du pionnier Allan MacQuarrie, a épousé Kenneth MacIntosh, MacIntosh Mountain, C.B. La famille a déménagé à Inverness il y a de nombreuses années.

Comme déjà indiqué, John MacQuarrie, tailleur, South Rhodena, avait cinq filles, Catherine, Julia, Mary Ann, Flora et Sarah.

Catherine a épousé Malcolm MacPhail, Lake Ainslie.

Julia a épousé James MacNeill, Orangedale. Deux fils et une fille survivent : le révérend A. J. MacNeill, B.A., Wood Islands, P.E.I. John MacNeill, Orangedale, C.B. et Mme Robert Davis, Port Hawkesbury, C.B. Flora et Sarah se sont mariés à Sheet Harbour. Mary Anne est décédée.

Neil MacQuarrie a épousé Sarah MacKinnon, fille de Donald MacKinnon, Queensville, C.B. Enfants : Mary (décédée), Margaret, Donald. Jean (décédé). Son père était John MacQuarrie et son grand-père Lauchlin.

Lauchlin MacQuarrie, frère de Neil ci-dessus, a épousé Catherine MacAskill de Lexington.

Enfants : John D. C. (décédé) Roderick, Lauchlin, Allan (tous décédés), Maggie (Mme Crosby), Mary Ann (Mme Jas. MacKenzie), Flora et Clara, célibataires, et Sarah (décédée).

John D. C. a épousé Effie MacPherson, de River Denys. Enfants. Catherine Sarah, Jessie Margaret, Sophia Eleanor, Allan Lauchlin, Donald Fraser. La famille réside à Lexington.

John MacKinnon, de Crandall Road, a immigré de Rum, en Écosse, vers 1826. Son épouse était Mary MacQuarrie, fille d'Hector MacQuarrie, de Rum, en Écosse. Il a obtenu beaucoup de terrain au sommet de la colline où King's Road rencontre Crandall Road. Ils y ont élevé une grande famille de fils et de filles, comme suit : Margaret, Donald, Hector, Lauchlin, Sarah, Catherine, James, Ann.

Parmi eux, Margaret a épousé Donald MacQuarrie, Loch Ban, C.B. et a quitté une famille. Donald était un ancien de l'église presbytérienne de Port Hastings et est décédé célibataire. Hector est mort célibataire. Lauchlin a épousé Anne McLean, North Ainslie, C.B., et a laissé une famille - John H. et Charles sur l'ancien domaine Alex. près de Scotsville, et une fille Bella.

Sarah a épousé Hector MacQuarrie. Leur maison était sur une annonce, rejoignant une ferme sur King's Road pendant de nombreuses années, après quoi les survivants ont élu domicile à Buffalo, N.Y., à savoir : John, James, Hector, Dan,' Annie, Christie, Minnie. Catherine est décédée célibataire.

James a épousé Isabel Cameron de St. George's Channel, West Bay, C. B. et a laissé une famille nombreuse : Hector, J., à l'ancienne place. Mary Ann, Kate Sarah, Margaret Ann, John Stewart, William Forbes, Dan James et Emma, ​​(Mme John Reynolds, Port Hawkesbury).

Christopher Kennedy, Crandall Road, fils de John Kennedy, River Denys, épousa Sarah, fille de Donald MacPherson, Grandance, C. B. Enfants : Dan, John, Robert, Colin, Neil, Jessie, Robert, Christopher.

Parmi eux, Dan a épousé Kate, fille de Hugh MacLean, Whycocomagh. Enfants : Sadie, Jessie Bell, Laura Bell, Mary Jane, Graham C., Fredina H., Dan Hugh, Katie Mary.

John, fils de Christopher, a épousé Minnie Alice Shaw de Margaree. Enfants : Thomas C., Sadie E., Fred J., John A., Eva Margaret, Robert A., Pearl E. J.-tous à Port Hawkesbury.

Robert, fils de Christopher a épousé Maneight Muriel Thompson, dont les parents sont venus au Canada de Belfast, en Irlande. Enfants : Reginald, John Henry, Christopher, Lyna Muriel, Harold.

Le père de Donald MacPherson, Farquhar, est originaire d'Écosse.

Colin, fils de Christopher Kennedy, a épousé Effie MacInnis d'Englishtown, C.B., et a une famille aux États-Unis.

Jessie Bell, fille de Dan Kennedy, était récemment mariée à Charles Gilman Campbell, South Side River Denys.

Un autre pionnier à North West Arm, à Hastings, était John MacDonald des Highlands d'Écosse. Sa femme était Margaret Cameron, également des Highlands. Comme leurs voisins, ils ont défriché une bonne ferme de la forêt primitive et l'ont laissée à leurs enfants.

Leur fils, John, qui a épousé Jessie Johnston, à Port Hastings, a élevé une famille nombreuse sur une partie. Ses enfants étaient Susan, Dan, Alex. Edouard, Edouard, Alex. Duncan, John, Archie. Il y avait deux Edwards et deux Alexanders. Le premier Edward est mort jeune. Le premier Alexander s'est noyé en Islande lors d'un voyage de pêche. Parmi ces enfants, Susan, l'aînée, a épousé John Johnson et a laissé une fille, Annie Bertha. Dan a épousé Mary MacDonald, Queensville. Enfants : Alex. Hugh, Dan Malcolm, Jessie, Florence, James, Hughina. Accueil à Port Hastings. Edward a épousé Mary Bell Graham. Enfants : John, Jessie, Duncan, Susan, Mary, John.

Malcolm a épousé Catherine Graham. Enfants Alex. (décédé), John Joseph, Annie May, Duncan, Alex. (décédé). Accueil à Port Hastings.

Alex : fils de John a épousé Elizabeth Hall, qui lui survit à Sydney avec trois enfants, Alex. Sadie et Jessie.

Duncan et John, fils de John, sont décédés célibataires. Archie, célibataire.

Alexander MacDonald, fils du pionnier John, épousa Kate MacDonald et occupa une partie de l'ancienne propriété. Enfants : Margaret (Mme Strachan, Gloucester, Mass), Donald, Mary, Angus, Annie Elizabeth, Alex. Jean et Jacques. Parmi eux, Donald a épousé Jessie Cameron et a vécu à N. W. Arm. Enfants : Alex. (décédé), Duncan, Dan, Cassie (Mme Jack MacIntyre, Queensville). Cette Cassie a une famille nombreuse. Voir la liste MacIntyre.

Marie, fille d'Alex. était marié aux États-Unis.

Angus a épousé Sarah MacDonald, fille de John MacDonald, Creignish Rear. Enfants : Marie, Sarah, Jean, Alex. Alexis. marié Mary MacNeil de Grand Narrows : enfants James, Florence, Sadie. John est mort célibataire. Jacques n'est pas marié.

Annie a épousé Dan MacDonald, Princeville. Enfants : Cassie May, Dan et Flora. Elizabeth a épousé Spry, près d'Annapolis et a trois enfants.

Le pionnier John MacDonald et ses descendants étaient de religion catholique romaine.

Duncan, fils de Donald MacDonald et Jessie Cameron, a épousé Mary, fille de James MacDonald, General Line, et a un fils, Dan.

Un autre pionnier de North West Arm était Duncan Cameron de Greenock, en Écosse, un ami de John MacVicar, un pionnier du même endroit. Alex, les fils de Duncan. et John sont sur la vieille propriété attenante aux MacDonald.

Alexander a épousé Mary MacVarish, Glendale. Enfants : Jane, Annie, Alexander et Mary Ann.

John a épousé Mary MacDonald, Princeville, fille de Donald MacDonald. Enfants : Dan H., Maggie Jane, Mary Ann.

James Duff, un des premiers pionniers d'Écosse, épousa Sarah Johnston, à Port Hawkesbury et s'installa à l'arrière, près du lac MacIntyre. Enfants : John, William, James, David, Melville, Peter, Alexander, Annie, Lydia (Mme Daniel Hennessey, Port Hawkesbury), Margaret (Mme John Ballieul, Melville, CB), Jane (Mme Capt Card), port Hawkesbury. Annie a épousé le capitaine James MacQuarrie, à Port Hastings.

Alexander Chisholm, Ban, et John Chisholm, Ban, deux frères, ont immigré dans le comté d'Antigonish, en Nouvelle-Écosse, de Strathglas, en Écosse, en 1801. Alexander s'est installé à Long Point, dans le comté d'Inverness. John Chisholm, Red, fils d'Alexander, a fait ses études à Halifax par Sir William Young, M.P.P. Il a ensuite enseigné dans différentes parties des comtés d'Antigonish et d'Inverness. À Long Point, il a commencé une entreprise à petite échelle et l'a ensuite transférée à Port Hastings où il est rapidement devenu un marchand prospère. En 1878, le parti libéral lui offrit de le prendre comme candidat aux honneurs parlementaires. Ce qu'il a refusé, mais s'est tenu loyalement par les dirigeants sélectionnés. Son entreprise a continué à prospérer. En tant que juge de paix, son service était souvent demandé. Il est décédé au milieu du regret général il y a environ 35 ans, laissant une veuve affligée et quatre enfants. Son épouse était Christina MacMillan, la fille d'Alex, Port Hastings. Leurs enfants sont nommés dans la liste MacMillan. Parmi eux, Annie a épousé William Petrie, Victoria Mines, et vit avec son mari et sa famille sur l'ancienne propriété. -Enfants : William (décédé), John Bernard, George Leo, Hugh Francis, Matilda Marie, Robert Joseph, James Wm. et Douglas.

Neil Chisholm, fils du pionnier Alexander Chisholm, de Long Point, s'est installé à Port Hastings. Il a été marié deux fois, d'abord à Jessie MacMillan déjà mentionné et la deuxième fois à Sarah O'Brien de General Line. Enfants : Alex. N.A. Médecin, Port Hawkesbury, et Catherine Jane (Mme David MacNeil, Glace Bay). Les enfants de Mme MacNeil sont Margaret, Marie, David, Francis, Rose Carmel et Roderick.

L'épouse du pionnier Alex. Chisholm était Catherine MacQuarrie.

John B. Chisholm, marchand, Port Hastings, fils de Christopher Chisholm, Glendale, et petit-fils du pionnier John Chisholm, Oyster Ponds, Guysboro Co., NS, d'Écosse, peut-être de Strathglas, a épousé Mme Sarah Chisholm (née Sarah O' Brien, fille de Donald O'Brien General Line-. Enfants : Daniel N. et Leo J.

L'épouse de Christopher Chisholm était Mary Boyd, fille du pionnier Angus Boyd, Glendale, C. B. de Uist Scotland.

Thomas Heughan était un jeune homme lorsqu'il est arrivé à Port Hastings en provenance de Tatamagouche, en Nouvelle-Écosse, et était forgeron et carrossier. Quelque temps après, il épousa Mary Ann Harvey. La mère de Mlle Harvey est née à Londres et a été mariée deux fois, d'abord à un M. Smith avec qui elle est venue à Miramichi et plus tard au Cap-Breton. M. Smith est décédé à Sunnyside, dans le détroit de Canso, laissant un fils, James, qui était recherché comme comptable expert. Après la mort de M. Smith, sa veuve, Mme Elizabeth Smith a épousé un M. Harvey, et leur fille, Mary Ann, est devenue l'épouse de Thomas Heughan, et ceux-ci ont élu domicile à environ un mile de Port Hastings sur la route de Hawkesbury. . Enfants : William Scott, Annie, Thomas,. Charlotte, Samuel, Mary Ann, James, Fenwick, Margaret Deborah, Nettie Louise, Barbara Elena.

Parmi eux, Annie a épousé un M. Reeves de Port Hawkesbury et a une famille à Calgary Harry, Jean et Wilbur.

Parmi ceux-ci, Henry a épousé une Miss Christie de Truro, et Jean a épousé Walter West, tous vivant à Calgary.

Charlotte, fille de Thomas Heughan, épousa le capitaine J. W. Reynolds, Port Hastings. Les enfants sont mentionnés dans la liste Reynolds.

Mary Ann, fille de Thomas Heughan, a épousé le capitaine Wm. Grant de Port Hawkesbury, qui s'est noyé dans le fleuve Fraser, en Colombie-Britannique, laissant six membres d'une famille : Fenwick, Thomas, Hilda, Cora, Angus et Percy. Leur maison est maintenant à Vancouver où les deux aînés et la fille sont en affaires, et les deux plus jeunes machinistes.

Margaret, fille de Thomas Heughan, était récemment mariée à William Jackson. Ils vivent à Brookline, Massachusetts.

William Scott, fils de Thomas Heughan, épousa Mary Ann, fille de John Dowling et Bessie MacIntyre, sa femme. Mme Heughan est décédée il y a de nombreuses années, laissant une petite fille, Bessie, qui vit maintenant avec son père dans l'ancienne maison Heughan.

Thomas, Samuel et Fenwick, les fils de Thomas Heughan, Sr., sont morts. Huit membres de la famille survivent.

Hector Cameron, Troie, C. B., est un petit-fils du pionnier Hector Cameron qui est venu à Creignish, C. B. de l'Invernessshire, en Écosse en 1817. Il a déménagé à Troy plus tard. Le pionnier Hector a épousé Catherine MacDonald de son propre quartier en Écosse. Enfants : Margaret, John, Hector, Allan, Duncan (mort jeune) et Donald.

Parmi eux, Margaret a épousé Hector MacDonald, comté de Guysboro, et a laissé un fils, Hector.

John a épousé Jessie, fille d'Angus Beaton, dernièrement de Mabou. Enfants : Catherine, Hector, Mary Ann, Charlotte, Angus, Allan, John, Dan, Ann, Murdock et Margaret.

Hector, fils de John, épousa Sarah, fille de Donald Cameron Mabou Ridge. Elle est décédée il y a quatre ans sans laisser de famille.

Dan Angus Beaton, un neveu d'Hector Cameron, avec sa femme et ses deux enfants, vit maintenant avec lui à Troy.

Charlotte, fille de John Cameron, a épousé Alex. MacDonald. Creignish, fils de Donald.

Mary Ann a épousé Donald MacIsaac, Mackdale. Voir la liste MacIsaac.

Angus, Allan, John et Dan se sont rendus à Boston en 1880 et y ont élu domicile.

Ann a épousé Donald, fils d'Alex. Beaton, N.E. Mabou. Murdoch et Margaret sont morts jeunes.

Angus Beaton épousa Charlotte MacPherson dans l'Invernessshire, en Écosse, et vint en Colombie-Britannique sur le même navire avec Hector Cameron en 1817 et s'installa dans le détroit près de Long Pond (Foxes Pond).

Enfants : Mary, Catherine, Sarah, Ann, John, Murdoch, Donald et Angus.

Parmi eux, Mary a épousé Donald MacIsaac, Long Pond. Enfants James, Murdock, John, Don. A., Angus, Norman, Phénie, Alena. Parmi ceux-ci, James a laissé deux fils à Gloucester, Mass.

John a épousé Mary, fille d'Hector MacDonald, Low Point. Enfants : Dan J., John Hector, Hughie, Mary et un autre décédé.

Donald A., fils de Donald MacIsaac, a épousé Catherine Beaton, N. E. Mabou. Angus est mort jeune et Norman n'est pas marié.

« Phémie était la première épouse de Hugh MacMillan, de Port Hastings.

Alena est mariée à Gloucester, Mass. et a deux fils.

Catherine, fille d'Angus Beaton, a épousé James MacDonald, Light House Keeper, Point Tupper. Enfants : Allan, Angus, Teresa, Mary. - Tous sont morts jeunes.

Après le décès de son mari (James MacDonald), Catherine a épousé Duncan Gillis de Judique (décédé) et a deux filles, Mary et Kate, à Point Tupper.

Sarah, fille d'Angus Beaton, a épousé Alexander MacDonald, Mabou. Enfants : Donald, Angus, Murdock, Catherine et Margaret.

Murdoch Beaton a eu un fils et une fille à la Nouvelle-Orléans.

Angus MacIsaac, pionnier, épousa Catherine, fille de Hugh MacMaster, Queensville, C. B. Son père était Norman MacIsaac d'Écosse. Les enfants d'Angus : Margaret, Norman James, Hughie, John, Angus, Catherine et Mary.

Parmi eux, Margaret a épousé Andrew, fils de Ronald MacEachern, Creignish. Ses enfants sont morts sans famille.

Norman a épousé une Miss MacIntyre et a laissé un fils, Alexander, maintenant en Ontario, un autre fils, John, est décédé il y a quelques années : un troisième fils, Angus, est forgeron en Ontario.

James, fils d'Angus MacIsaac, est célibataire et vit à Troie. Hughie a épousé Catherine, fille de Donald MacEachern.

Creignish. Enfants : Angus, Alex. Dan, Hughie et Kate.

John et Angus sont dans l'ouest. Catherine et Mary sont célibataires aux États-Unis.

Duncan MacDonald a épousé Jane, fille d'Angus Cameron. Judique et a élu domicile à Long Pond. Enfants : Mary, Catherine, Jessie, Jane, Isabel, Flora, John, Duncan et Dan.

Parmi ceux-ci, Jessie a épousé Alexander MacInnis, Judique. John a épousé une fille de John MacRae, Margaree, et vit à Long Pond. Enfants : Joseph, Duncan F., Leo, Kathleen.

A. H. MacDonald, fils de Hugh MacDonald, Long Pond, et petit-fils d'Alexander MacDonald, qui a immigré à Whycocomagh d'Uist, en Écosse, est marié à Margaret Jessie, fille d'Angus Nicholson de Long Garden, Skye, en Écosse. Alexis. La mère de H était Sarah Welsh, de Port Hastings, et sa grand-mère Annie MacDonald de Uist, en Écosse. La mère de Mme A. H était Catherine, fille d'Alexander MacSween, Head Lake Ainslie, C.B., épouse d'Angus Nicholson.

Enfants de A. H. MacDonald : Florence et Gladys. Gladys a épousé Roy B. Phinney, Middleton, Annapolis Co. N.S.

Enfants : Audrey Margaret, Vernon MacDonald et Florence Catherine.

La grand-mère paternelle de Mme A. H. MacDonald était Christina Gillis, et son grand-père, Donald Nicholson, Garadh Fada, Alba.

John MacLean, un pionnier d'Écosse a occupé beaucoup de terres à Troy au début. Le même terrain a été possédé et occupé plus tard par Allan Campbell, fils du pionnier John. John MacLean a eu quatre filles : Flora, Mary, Margaret et Sarah.

Flora était l'épouse du pionnier de John Campbell Troy. Mary a épousé Charles MacKinnon, Ridge, maintenant Queensville. Leurs enfants étaient Flora, Margaret, Katie, Ann, Sarah, Jessie, Mary, John et Allan.

Parmi eux, Mary épousa Allan MacQuarrie, Port Hastings, Miller Elder Colporteur, et eut quatre fils et quatre filles : John, Abraham, Wm, Neil, Sarah, Margaret, Mary et Kate.

Les fils survivants sont aux États-Unis. Sarah, feu Mme John Martin, Point Tupper, laissait trois fils et une fille : Stewart, Rufus, Benson et Mme Probart. Rufus est le surintendant de l'ICR. Mme Probart vit à Stellarton et a un fils. Stewart est marié et vit à Point Tupper, Benson aux États-Unis.

Sarah, fille de Charles MacKinnon, épousa Allan MacKinnon, d'une ferme voisine à Queensville. Leurs enfants étaient : John MacKinnon (Capt.) Mme Whitehouse et Mme Martin.

Finlay MacLean (décédé), Port Hastings, fils du pionnier Murdock MacLean, Big Brook, River Deny's de Skye, en Écosse, a épousé Kate MacEachern, fille d'Angus MacEachern et Ann MacMaster, sa femme. Angus MacEachern était le fils de Donald MacEachern et d'Ann MacMaster son épouse.

Les enfants de Finaly MacLean sont Murdoch Angus, Annie Bell, Flora Ann, Angus Joseph et Malcolm John. Finlay avait un an et venait d'Écosse.

Parmi ses enfants, Annie Bell a épousé John MacIver, Little Narrows, décédé. Enfants : Ernest et Catherine résidant à Redlands, Californie Murdock Angus a récemment épousé Annie Christina MacLean, fille de John MacLean, Pleasant Bay, C. B.

William A. MacLean, ingénieur, Port Hastings, fils de feu John MacLean, Troy, épousa Anna MacLennan, fille de feu Hugh MacLennan, marchand, Port Hastings, anciennement de River Denys, et a un fils, J. Hugh.

George L. MacLean, marchand, Port Hastings, fils de John MacLean, Turner, mentionné dans la liste de Laidlaw, a été marié deux fois d'abord à Sarah Isabel, fille de Roderick MacKinnon, Strathlorne, C. B. Enfants : Roderick Hector, Sophia May et Sarah Willena. Le sien. deuxième épouse était Mary Catherine, fille de Malcolm MacMillan, Big Harbour, C. B. Enfants : Catherine Isabel, George James, Annie Christina, Sarah Marguerite, John Malcolm (décédé), Marion Smith Dolena Olga, Jean Elizabeth.

La sœur de George L, Maggie, a épousé Frank MacGregor, Gloucester, Mass., et a eu un fils, John James. Mary Ann, une autre sœur, a épousé James Duff, Melville. Enfants : Sophia, Edith, Florence, Janie, May, John James, Lydia. Catherine, une autre sœur, a épousé le capitaine Philip MacDonald, Gloucester, Mass. Enfants : John Daniel, Dermont Philip, Allan.

Le frère de John James à G. L. s'est noyé en mer.

Allan, un autre frère, a épousé Lena Strople, Gloucester, Mass. Enfants : Ralph Allan, Blanche, George Helena. John George, un autre frère, s'est marié à Balmoral, C.B. Pas de famille.

John MacLean a épousé Margaret MacQuarrie, fille d'Hector, North Ainslie : Enfants : John, Margaret, Flora, Catherine, Isa-bel, Sarah. Parmi eux, John a épousé Margaret MacArther de Broad Cove et a résidé à Sugar Camp. Enfants : Hector, John, Donald, Hugh, Allan, Margaret, Mary (célibataire à Port Hood). Parmi eux, Hec-tor a épousé Elizabeth Whitman. Aucune famille.

John a épousé Annie Blue de River Denys. Enfants : Hector D., Dougald D., Hugh J., Malcolm Allan, Margaret : Donald et sa femme sont décédés. Enfants : Willie et Gracie dans Lawrence,. Mass. Hugh a épousé Catherine, fille de Thomas Cameron, LakeHorton. Aucune famille ne vit sur l'ancienne ferme.

Allan a épousé Christina, fille de Donald MacKinnon, Sugar Camp, et a laissé une fille, Annie, qui vit maintenant avec son oncle, Hugh, Margaret a épousé Donald, fils d'Allan MacQuarrie, le fils du sergent, et a une famille nombreuse à Glace Bay.

Lauchlin MacLean, général Line, était marié à Catherine MacQuarrie de Cape Mabou. Enfants : Malcolm, John, Murdock (noyé), Kate, Mary et Flora (décédée).

Parmi eux, Malcolm était marié à Margaret MacKinnon, de West Lake Ainslie. Aucune famille. Malcolm et John sont morts. Deux sœurs, Kate et Mary, vivent avec la veuve et son neveu dans l'ancienne ferme.

Thomas D. MacLennan, fils d'Alexander MacLennan River Denys, a épousé Kate Welsh de Port Hastings. Enfants : Albert, John, Frank, Stewart, Mabel, Jessie et Sadie. Leur maison est à plus d'un mile de Port Hastings et à proximité de Foxes' Ponds. Le père d'Alexander MacLennan, Donald, a immigré à River Denys en provenance du Loch Carron, en Écosse. Son épouse, Christina MacLennan, était également originaire de la même région d'Écosse. L'épouse d'Alexander était Lizzie MacLennan de Loch Alsh.

Des enfants de T. D. MacLennan, Albert a épousé Fanny Payne et a une famille nombreuse à Port Hastings : Myrtle (Mrs. MacFarlane), Thomas Walter, Leonard B., Violet, Melvin, Hilda C., Arthur Payne, Viola.

La fille de Mabel MacLennan T. D. est Mme B. F. Banks, Boston. Enfants : Oswald (Dentiste), Mertis M. (Mme Dickson), Hazel Edwin.

John, le fils de T. D., à Denver, Colorado a un fils.

Frank, à Newton, Mass., a quatre enfants : Stewart a épousé Martha Skinner de Port Hastings et a une fille, Muriel, à Sydney.

Jessie, Mme Carney, a quatre fils et une fille, tous aux États-Unis. Sadie était récemment mariée à Wm. G.R. Humphrey, Halifax.

Parmi les éminents citoyens de Port Hastings il y a plus d'un quart de siècle figuraient George Craig Laurence et A. H. Sutherland. Tous deux étaient associés à feu J.G. MacKeen dans certaines de ses entreprises commerciales.

Les Laurence étaient bien connectés en Ecosse. Ils y possédaient un domaine qui fut plus tard détenu et très prisé par Sir Walter Scott.

Dans ce comté, ils ont longtemps occupé une place importante. Le père de George C. était haut shérif. Son frère, Walter, était un marchand prospère à Chéticamp. Son frère, Fred, était avocat et plus tard juge. Ses sœurs aussi étaient des femmes de premier plan. L'un d'eux était Mme Isaac MacLeod, Strathlorne. Pendant quelques années avant sa mort, George C. était inspecteur des poids et mesures du Cap-Breton. Sa femme 174 CROQUIS DE DISTRICT
était Mlle S. A. Hadley, sœur de Mme Tremaine, Port Hood, et de Mme Hiram Donkin, ingénieur civil du gouvernement, Halifax.
Enfants : Emma, ​​Aubrey, Harold et Ethel.
Emma a épousé un M. Hemeon qui est décédé il y a quelques années. Elle occupe maintenant une position de premier plan aux États-Unis et a une fille.
Harold, ingénieur civil, est marié et vit avec sa famille à Halifax.
Aubrey vit avec sa famille à Toronto.
Mme Marcussen vit à Port Hastings avec sa mère.
SUTHERLAND.

A. H. Sutherland est venu à Port Hastings en provenance de Pictou, N. S. et a figuré parmi les hommes d'affaires de l'endroit pendant de nombreuses années. Il a grandi à Harbour Au Boucher et a épousé Mlle Wilson du détroit et a eu une fille, Ethel, qui est devenue plus tard l'épouse du révérend Duncan M. MacRae, BA, Baddeck, CB M. et Mme MacRae étaient des missionnaires de la Église presbytérienne au Canada dans le domaine étranger, en Corée, depuis de nombreuses années. M. MacRae est là maintenant. Mme MacRae avec ses enfants est avec sa mère à Baddeck, C.B.

Un autre citoyen de Hastings pendant de nombreuses années était John Nicholson de Skye, en Écosse, qui a immigré dans sa jeunesse à Whycocomagh et plus tard à Port Hastings où il a vécu avec son fils jusqu'à un âge très avancé.

Nicholas, l'un de ses fils, s'est rendu au Kansas, a été admis au barreau et a été pendant un certain temps l'un des juges de la plus haute cour de cet État.

Un autre était Lauchlin MacKinnon, fils de John de l'île de Rum, en Écosse. Lauchlin a épousé Mary MacKinnon, la fille d'Hector, Sugar Camp. Il a vécu d'abord là où habite maintenant Hugh MacLean. À la mort de sa femme, il vendit à John MacLean, le grand-père de Hugh, et acheta 15 acres à Mme Belhace à Plaster Cove, et épousa Maggie MacLean, de Broad Cove, et s'installa sur ces 15 acres. Enfants : Christy, Mary, Isabel, Flora et John.

Parmi eux, Flora seulement était mariée et vivait à Providence, R.I.

Un autre citoyen bien connu d'il y a trente ans était Donald Morrison, New Town. Sa mère est décédée à un bon âge. Son père est décédé avant elle. Donald et sa femme sont morts depuis de nombreuses années - tous honnêtes, droits et hautement estimés. Duncan R., forgeron, fils de Donald, épousa Nina, fille de John Cameron, M. D., Port Hood et Port Hastings. Leur fille, Bessie E. décède le 1er septembre 1902 et la mère le 1er décembre de la même année. Duncan R. est décédé en 1907. Un autre fils de Donald Morrison, John K., forgeron, survit. Son épouse, Katie Bell, fille de James H. MacKinnon, Lexington, C. B., est décédée en 1919.

John Morrison, le fils de Duncan, survit également et habite chez son oncle, John K. Morrison. Il poursuit actuellement ses études collégiales à l'Université Mount Allison.

Hector MacKinnon, forgeron, Port Hastings, fils de Norman MacKinnon, West Bay, et petit-fils d'Hector MacKinnon décédé à Harris, en Écosse, son île natale, épousa une fille de Peter Cameron West Bay. Enfants : Peter Norman, Mary, John Hector, Euphemia Margaret, Annie Bell, Minnie Grey, Hugh, James et Alice.

Mme Norman MacKinnon était Mary, fille de John MacRae et est née en Écosse.

Peter Cameron était le fils de John Cameron, venu d'Écosse à West Bay. Mme Peter Cameron était Euphemia Calder, fille de James Calder et Barbara MacKenzie, sa femme, St. George's Channel.

Mme John Cameron était Minnie Gray d'une famille bien connectée en Écosse et se serait enfuie avec John au Canada. Deux de ses frères, Dan et Robert sont sortis plus tard, l'ont trouvée confortablement située sur 800 acres de terrain, et eux aussi sont restés à la campagne. Robert était bien connu à Sydney. Les arrière-petits-enfants de Dan sont maintenant à Sydney.

La mère de Mme Norman MacKinnon était Annie MacRae. Deux de ses frères sont allés en Australie et deux en Nouvelle-Zélande depuis Kintail, en Écosse. Deux autres sont venus à Glengarry, au Canada. Ils étaient brocaires à la maison.

John N. MacKinnon, décédé, frère d'Hector, le forgeron, épousa Annie Christina, fille d'Alex. C. Cameron, ligne générale. Enfants : M. Katherine, Annie Marjory, Margaret Jane. Katherine et Margaret sont institutrices. Annie est avec sa mère à la Maison centrale, à Port Hastings.

Le capitaine John MacKinnon, Queensville, C. B., fils d'Allan MacKinnon et petit-fils de Lauchlin MacKinnon, pionnier de l'île de Rum, en Écosse, épousa Jessie, fille d'Alexander MacKinnon, Stewartdale, Whycocomagh.

Enfants : Catherine Sarah (Mme John Stewart MacKinnon, Port Hastings), Walter James, Mary Margaret et Allan Charles Seward.

Allan MacKinnon avait deux frères et trois sœurs John, Dan, Ann, Flora et Mary. John a élevé une famille à Kingsville, C.B. Ann a épousé un MacKinnon à Pictou Flora a épousé Lauchlin MacKinnon, Crandall Road Mary était Mme Allan MacQuarrie, le fils du sergent.

Dan MacKinnon, le frère d'Allan, a épousé Mary MacKinnon, fille d'Alexander (Ban) New Queensville. Enfants : Katie, Flora Sarah, Jessie, Lauchie Dan, Katie Jessie.

L'épouse d'Allan MacKinnon était Sarah MacKinnon, fille de Charles (Ban).

John MacKinnon, Big John, Sugar Camp, était le frère de Pioneer Lauchlin Charles et Hector. Le fils de John, Donald (décédé), a laissé une veuve, qui vit sur l'ancienne propriété. Les filles de John, Sarah (Mor Bhan) et Ann (Mme Hector MacQuarrie, Lake Horton), sont décédées depuis quelques années. Kate, Christy (Arichat) et John étaient célibataires. Leur mère était la sœur du révérend Abraham MacIntosh, de St. Ann.

Alexander MacKinnon, Blue Mts., fils de Dan MacKinnon, Isle of Rum, Scotland, a épousé Margaret MacDonald, St. Peters. Enfants : Donald, Mary, Sarah, Norman, Katie, Angus, Jessie, John Angus, Allan et Lauchlin.

Parmi ceux-ci, Allan et Lauchlin sont sur l'ancienne ferme. Allan était marié à Mme Annie MacLean, née Annie Blue, de River Denys et a un fils, John D.

Lauchlin a épousé Lizzie, fille d'Allan Cameron, West Bay Road. Enfants : Howard Osborne, Don. Normand, Florence Catherine.

Le frère d'Alexander MacKinnon, John, était le père d'Hector et de Dan, qui ont élevé des familles à Blue Mountains, en Colombie-Britannique, puis ont déménagé dans le détroit de Canso.

Donald MacKinnon, Sugar Camp, fils de Big John, a épousé Annie MacLean, fille de Donald MacLean, fils de Donald MacLean de Rum, en Écosse. Enfants : un fils décédé une fille Christina a épousé Allan MacLean, Sugar Camp, décédé.

Une autre fille, épousa Edgar MacLean, enseignant, West Bay.

Hector MacKinnon, pionnier, frère de John Charles et de Lauchlin, épousa Ann MacLean, Giurasdal, Rum, Écosse, et s'installa à Sugar Camp. Enfants Lauchlin, Roderick, Allan, Mary.

Parmi eux, Lauchlin épousa Mary MacDonald, fille d'Allan MacDonald, Uist, Écosse, grand-père du Dr John MacDonald, St. Peter's. Enfants : Hector, Mary Ann, Allan, Archie, James L., Susan, Lexie et Mary Bell.

Parmi eux, James L. épousa Catherine, fille de Donald MacLeod, Big Brook, River Denys et s'installa à Port Hastings. Enfants : John, Annie, Katie Bell.

Parmi eux, Annie a épousé Christopher Eggers et a eu une famille de sept filles dont cinq vivent avec leurs parents à Imperoyal, N. S.

Katie Bell a épousé John Lamond, à New Aberdeen, Glace Bay, et a une famille de neuf filles.

Roderick, fils du pionnier Hector MacKinnon, a déménagé avec sa famille de Sugar Camp à Bath, dans le Maine, il y a de nombreuses années.

Son frère Allan est décédé à Sugar Camp et la famille a déménagé aux États-Unis.

Mary, fille du pionnier Hector MacKinnon, a épousé Donald MacLean, Mackdale et a eu quatre filles dont l'une est allée en Nouvelle-Zélande.

Alexander MacFadyen était marié à Margaret MacQuarrie, sœur d'Absalom MacQuarrie of the Strait. Il s'est installé sur un grand terrain à Lexington à l'époque des pionniers. Ses enfants étaient : Lauchlin, Hector, John, Dan, Neil, Alexander, Allan, Flora, Catherine et Annie.

Parmi ceux-ci, Dan, Neil et Alexander ont coulé dans un navire lors du coup de vent d'août 1873.

Lauchlin a épousé Christina MacAskill de Lexington et a élevé une famille nombreuse, à savoir Sarah (Mme Kimball) Kate (Mme John MacLean, décédée, a laissé un garçon, Howard) Cassie, (Mme William Burns, États-Unis et avait un fils et une fille) Margaret et Malcolm ont décédé Annie aux États-Unis et Allan à Lexington.

Alexis. MacFadyen, Lexington et Donald MacFadyen, Militia Point, étaient frères, Donald était marié à Mary Ann Calder et avait une famille nombreuse, à savoir Lauchlin (Baddeck Bay), John, William, Alexander, Hugh, Barbara, Ann et Catherine, grand-mère de Rev John MacIntosh DD, Whitney Pier.

Hector MacKinnon, un autre pionnier, s'est installé à General Line, aujourd'hui Lexington. Son épouse était Sarah MacGregor de Whycocomagh.Enfants : Capt. Dan (noyé en août 1873), Mary (Mme Archie MacDonald), Sarah (Mme MacKinnon, Provincetown), Flora (Mme Alphen, Gloucester, (Mass) et James (mort en 1922).

Les premiers colons à Queensville étaient Neil McInnis, qui était marié à Catherine McEachern et qui a immigré avec deux enfants d'Inverness-Écosse en 1816, un fils et trois filles étant nés à Queensville son fils Angus était marié à Christy McInnis de Judique et avait une famille de dix personnes, dont seulement trois vivent, Allan vivant sur l'ancienne propriété familiale et marié à Isabella McMaster de Long Point, ayant une famille de trois garçons et trois filles.

John, un autre fils de Neil, était marié à Jessie McDonell de Judique Banks et avait une famille de neuf garçons et deux filles Farquhar et Donald de Port Hawkesbury étant leurs fils, le reste de la famille vivant aux États-Unis.

Catherine, fille de Neil était mariée à John McEachern et vivait à Queensville avait une famille, cinq fils et trois filles, leur fils Neil vivant sur l'ancienne ferme et marié à Margaret McEachern, et a une famille de deux fils et deux filles-a fille étant mariée à John J. McDonald. Donald A., freineur, I. C. R., et Mary Jessie à la maison, également John Hughes.

Kenneth, le seul membre vivant de la famille de Neil MacInnis, était marié à Margaret McEachern et avait une famille de quatre fils et trois filles.

Margaret, fille de Neil McInnis, était mariée à Angus McInnis de Kingsville et avait une famille de trois fils et trois filles.

Jane était mariée à Donald O'Brien, Creignish Rear et avait une famille de quatre fils et trois filles.

Il y avait quatre frères MacMaster qui ont immigré de Lochaber, en Écosse, en 1816.

Donald était marié en Écosse à Mary McDonell et avait une famille de six fils et deux filles dont les noms étaient Angus, Donald. Samuel, Archibald, Hugh, Alexander, Catherine et Annie.

Hugh était marié à Catherine Cameron en Écosse et avait une famille de six fils et trois filles dont les noms étaient Donald, Dougall John, Duncan, Alexander, Angus, Catherine Mary et Annie.

John était marié à Catherine McDonald en Écosse, avait une famille de cinq fils et trois filles dont les noms étaient Donald, Hugh, John, Alexander Angus, Catherine, Margaret et Annie.

Ce système de commentaires nécessite que vous soyez connecté via un compte Disqus ou un compte que vous avez déjà avec Google, Twitter, Facebook ou Yahoo. Si vous n'avez pas de compte avec l'une de ces sociétés, vous pouvez créer un compte avec Disqus. Tous les commentaires sont modérés afin qu'ils ne s'affichent pas tant que le modérateur n'a pas approuvé votre commentaire.


Hon doc - Juge Neil MacLean

Le juge Neil MacLean a apporté une contribution importante au développement du service coronial de la Nouvelle-Zélande depuis sa nomination au poste de coroner en chef en 2006.

Le juge MacLean, qui a obtenu un baccalauréat en droit de l'Université de Canterbury en 1967, a été nommé premier coroner en chef de la Nouvelle-Zélande en 2006 en vertu d'une nouvelle loi sur les coroners. La loi a réformé les services coronariens néo-zélandais et le juge MacLean, en collaboration avec le gouvernement de l'époque, a joué un rôle de premier plan dans la sélection et la localisation des 16 coroners du pays. Il a également travaillé avec des groupes professionnels et communautaires pour assurer la mise en œuvre efficace du service nouvellement réformé, qui a été officiellement lancé en 2007.

Avant sa nomination au poste de coroner en chef, le juge MacLean a mené une brillante carrière dans la profession juridique. Il a été associé dans trois cabinets d'avocats de Christchurch entre 1972 et 1993 et, en 1978, il a été nommé coroner de Christchurch. Le poste de coroner était, à l'époque, un poste à temps partiel occupé par des praticiens du droit et le juge MacLean a occupé ce poste jusqu'à ce qu'il soit nommé juge du tribunal de district en 1993.

Il a également été président de la Canterbury District Law Society en 1990. Le service coronal néo-zélandais fournit un système coronal indépendant pour enquêter sur les causes et les circonstances des décès soudains et inexpliqués ainsi que des décès dans des circonstances spéciales. Le service fait également des recommandations ou des commentaires pour éclairer les politiques publiques, éduquer le public et aider à réduire les risques d'autres décès dans des circonstances similaires.

Dans son rôle de coroner en chef, le juge MacLean s'est fait une réputation publique, apparaissant fréquemment dans les médias pour discuter des recommandations du service, sur des sujets tels que le suicide chez les jeunes, la cyberintimidation et l'abus de solvants. Cela a non seulement aidé à informer le public sur un éventail de questions de vie et de mort, mais a également contribué à rehausser le profil des services coronariens néo-zélandais.


À propos de nous

Les participants sont priés d'envoyer un courriel à Vince MacNeil à [email protected] pour mettre à jour les informations de cette liste de résumés généalogiques.

Les résultats ADN sont affichés dans le tableau Résultats (voir résultats Y ou résultats mt) dès qu'ils sont disponibles. Lors de la lecture des notes suivantes, veuillez vous référer, par numéro de kit, au tableau des résultats. Des signatures d'ADN-Y distinctives pour les îles Hébrides de Barra et Sandray sont maintenant bien établies. D'autres signatures, provenant des îles plus au sud de la côte d'Argyll, ne sont pas encore bien établies géographiquement. Notre échantillonnage de cette zone sud est quelque peu insuffisant, nous encourageons tous les membres du clan à participer. Les notes ci-dessous sont organisées par numéro de kit. Merci à tous les participants qui ont partagé des informations concernant leur ascendance précoce.

Le participant 13774 descend de Jesse Nell, né à Dumfries, Virginie en 1755. Il a déménagé à Mobile, Alabama quelque temps avant 1783 et a travaillé comme assistant de l'agent indien Alexander Cameron. En 1783, il s'installe à Charleston en Caroline du Sud où il fabrique des cordes pendant 40 ans et il épouse Ursula Rebecca Brown en 1795. Il décède en 1823 et est enterré dans la cour de la 2e église presbytérienne à Charleston.

Les participants 15391 et 17875 sont les descendants de Joseph McNeill né vers 1770 dans le comté de Down, en Irlande. Le fils de Joseph, John (né vers 1796), épousa en premier Elizabeth KYLE et en second Martha LENAGHAN. Le participant 17875 descend du premier mariage de John et le participant 15391 descend de John et de sa seconde épouse. Les deux participants sont demi-cousins ​​au second degré et leurs résultats confirment leur ascendance paternelle commune.

Le participant 16257 est un testeur ADN-mt. Ce participant descend de Thomas McNeill, fils de Robert MacNeil et Mary Katherine (MacKinnon) MacNeil de Barra. Thomas est né à Londonderry, en Irlande du Nord vers 1724. Robert avait quitté Barra vers 1720. Thomas a épousé Ann Tolbert et ils ont émigré en Caroline du Nord/Virginie vers 1750.

Les résultats pour 21971 sont pour un homme qui descend de Malcolm "Miller" MacDougall de Barra (qui était le meunier du Laird de Barra) par son fils Hector Red. Hector Red s'installe dans le nord du Cap-Breton.

Les résultats pour 24757 sont pour un homme qui descend d'un George Johnston b. ca 1690. Cet homme n'a pas connu de racines Barra mais il serait intéressant de voir comment les Barra Johnston se comparent à cette signature.

Les résultats pour 25620 sont pour un descendant d'un Donald McDonald d'Écosse. Cet individu a un match serré au niveau des 25 marqueurs avec un certain nombre d'hommes de Barra R1a MacNeil. Mais le match devient plus éloigné au niveau des 37 marqueurs. Il partage probablement un ancêtre commun avec les MacNeil dans un passé lointain.

Les résultats pour 25762 sont pour un descendant de James s/o Malcolm s/o John s/o Rory "The Piper" MacNeil. Malcolm "Piper" MacNeil et son épouse Christina MacLean ont vécu à Hellisay, paroisse de Barra avant de venir à Castle Bay, Cap-Breton en 1817. James b. décédé le 15 mai 1806, marié à Mary (Hector Ban, Hector Og) MacNeil. Ils eurent un fils nommé Hector J. qui épousa Annie (John) Murphy qui était forgeron à North Sydney. Le participant descend de ce couple.

Les résultats pour 26867 sont pour un descendant de Malcolm “Calum Mor” MacNeil b. vers 1809 à Benacadie, Cap-Breton. Il était le fils de John s/o Hector "Piper" s/o John s/o Rory "The Piper" MacNeil. Rory était le cornemuseur héréditaire du Laird de Barra. Malcolm " Calum Mor a' Mhuilinn" était meunier à Ironville au Cap-Breton. Il a épousé Mary (John "Mor, John "Og") MacKinnon. Hector "Piper" MacNeil s'établit à Piper's Cove, au Cap-Breton vers 1802.

Les résultats pour 28082 sont pour un descendant d'Archibald MacKinnon qui est probablement né à Allasdale, Barra, en Écosse vers 1808. Il était le fils de Neil MacKinnon et de Mary MacPhee. Cette famille a émigré à Shenacadie, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

Les résultats pour 29286 sont pour un descendant de Michael MacInnis né vers 1845 à Benacadie Cape Breton qui m. Mary d/o Archibald MacKinnon (voir ci-dessus), s/o Donald MacInnis b. ca 1806 Barra et Christy MacIntyre s/o Michael "Saor" MacInnis et Catherine Galbraith et qui vivaient à Sandray, s/o Rory “Saor” MacInnis of Barra.

Les résultats pour 30172 sont pour un descendant de Neil MacNeill de Colonsay. Ce Neil MacNeill était marié à Peggie Currie et cette famille s'est installée à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les résultats pour 30279 concernent un descendant du révérend George McNIEL, né en 1720 à Glasgow, en Écosse, et décédé le 7 juin 1805 à Parsonsville, dans le comté de Wilkes, en Caroline du Nord. Il a épousé Mary Coats dans le comté de Grayson, en Virginie.

Les résultats pour 30645 sont pour un participant mt-ADN qui descend de Christy "The Big Widow" MacLean qui était l'épouse de John "Red" MacDonald. Elle était la fille d'Alexander "Gobha" MacLean et Catherine Gillis of Barra. John "Red" MacDonald et Christy MacLean ont vécu à Cliad, Barra, en Écosse, avant d'émigrer au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. J1 n'est heureusement pas l'haplogroupe mt le plus courant en Europe occidentale. C'est un groupe relativement petit et nous pouvons donc peut-être en faire quelque chose en tenant compte des lignées maternelles de Barra. En termes de " Les Sept Filles d'Eve ", il s'agit du " Clan du Jasmin " ou d'une subdivision de celui-ci.

Le participant 30866 descend pour une famille Neill ayant des racines dans le comté de Down, en Irlande.

Les résultats pour 31751 concernent un descendant de Walter McInnes de Low Paisley, Renfrew, en Écosse, né vers 1750. Le lien de cet individu avec les autres du groupe R1a est inconnu, mais les résultats de l'ADN-Y indiquent qu'ils partagent un ancêtre.

Les résultats pour 33622 concernent un descendant de Roderick (John Mor, John "Og") MacKinnon né vers le 22 novembre 1806 à Nash, Barra, Ecosse. Il a émigré en Nouvelle-Écosse avec sa famille et a épousé Catherine (Alexander) MacNeil. Ils vivaient dans la région de Boisdale, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Cet individu correspond à un marqueur 23/25 pour les autres descendants MacKinnon de Barra énumérés ci-dessus, ce qui indique qu'ils partagent probablement un ancêtre commun éloigné.

Les résultats pour 33650 sont pour un homme qui descend d'Hector "Posta" MacNeil qui s'est d'abord installé à East Bay, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse et plus tard a déménagé à Glace Bay, région du Cap-Breton. Il existe des preuves qui relient cette famille à Barra mais les parents d'Hector "Posta" sont inconnus. Il est né en Écosse, probablement à Barra, vers 1811.

Les résultats pour 33689 sont pour un homme qui descend d'un John MacDougall d'Ingonish, Cape Breton qui est né vers 1871. Il a épousé Mary Curtis.

Les résultats pour 34079 sont pour un descendant d'Angus McNeill qui est né vers 1792. Il est décédé vers 1833 dans le comté de Sumpter, Alabama. Il a également vécu dans le comté de Moore, en Caroline du Nord. Ce participant correspond à l'ADN d'un descendant d'un Philip McNeill né en 1795 en Caroline du Nord. Philip McNeill a déménagé au Tennessee et a épousé Sarah Todd, puis a déménagé en Arkansas. Angus McNeill a épousé Susanna Graham (née en 1793 et ​​décédée en 1860/70). Susanna Graham est décédée dans le comté de Jasper, Mississippi. Les enfants d'Angus et Susanna étaient : Cornelius (née en 1819) Flora (née en 1821) Jane (née en 1832) John (née en 1823) Katherine (née en 1815) Susan (née en 1833) William Malcolm (née le 18/11) /1827, Wayne Co., MS. - décédé en 1864 Atlanta, GA.) Caroline (née le 28 mai 1830 à Wayne Co., MS). Le père de Susanna Graham était Zachariah Graham et sa mère était Flora. Zachariah Graham était l'un des fondateurs de l'Union Presbyterian Church dans le comté de Moore, en Caroline du Nord.

Les résultats pour 35098 sont pour un homme qui descend de John “Ban” MacNeil qui est probablement né à Barra vers 1760. John Ban et son épouse Catherine se sont installés dans la région des îles Rouges du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. John Ban était un soldat du 82e régiment de Highland Foot, il mourut vers 1835.

Le nom de famille McGreal est reconnu par le clan MacNeil au Canada comme une variante du nom MacNeil. Le participant 35411 est un descendant de Lawrence McGreal, b. c 1780, comté de Mayo, Irlande.

Les résultats pour 35424 sont pour un homme qui descend d'un Neilson. On ne sait rien de plus sur l'ascendance de ce participant.

Les résultats de l'ADNmt pour 35602 sont ceux d'une descendante de Florence "Flory" MacInnis qui était l'épouse de Rory (Eoin) MacNeil de Barra. Rory et Flory se sont mariés à Barra le 11 février 1816. Flory a été décrite comme le d/o Angus MacInnis de Bruthernish et elle est décédée à Glengarry, Big Pond le 10 avril 1869. Ils ont eu une fille Sarah qui a épousé John (Charles) MacNeil. John et Sarah s'installèrent d'abord à Glengarry, Big Pond et plus tard à Glace Bay, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse. Cette lignée maternelle appartient au mt-Haplogroupe H. On l'appelle parfois le Clan d'Helena, comme dans le livre 'Les Sept Filles d'Eve'. Il y a sept clans principaux en Europe et Helena est le plus commun 40% des Européens en font partie. Ce clan semble être originaire (il y a environ 20 000 ans) de la région qui est aujourd'hui le sud de la France et l'Espagne adjacente. Il montre un schéma de dispersion similaire à celui du groupe masculin R1b1 (le groupe « Celtique ») auquel appartiennent la plupart des hommes écossais.

Les résultats pour 35676 sont pour un descendant de Robert McNeill, b. vers 1797 en Écosse, qui vivait à Masstown, en Nouvelle-Écosse, juste à l'extérieur de Truro. Robert a épousé Mary Crowe vers 1821. Il est décédé le 6 janvier 1872. Ses origines en Écosse sont inconnues.

Les résultats pour 36022 sont pour un homme qui descend de John McNeill qui était en Virginie dans les années 1790. On pense qu'il était de NC. Il existe des informations non confirmées selon lesquelles son père était Thomas McNeill.

Les résultats pour 36498 concernent un homme qui descend de John McNeil, né vers 1797 à Antigonish Harbour, en Nouvelle-Écosse. John épousa Helen Gillis et il mourut le 24 mai 1892 à New Glasgow, en Nouvelle-Écosse. Ils eurent un fils nommé Henry Lewis Philip McNeil qui épousa Catherine MacKenzie le 5 avril 1855 à New Glasgow.

Les résultats pour 36900 sont pour un homme qui descend de John Dexter MacNeil né Dunville, Ontario 1859, fils de John et Agusta MacNeil. Il épousa Ida Madget le 9 octobre 1881 à Hamilton, Ontario.

Les résultats pour 37051 sont pour un homme qui descend de McNeills qui remonte à Comrie dans le Perthshire en 1760. Le premier McNeil connu de cette lignée était un Donald McNeil né vers 1740 en Écosse.

Les résultats pour 37828 sont pour un homme qui descend de Duncan McNeill de Colonsay. Certains de ses descendants ont déménagé à Paisley, en Ontario.

Les résultats pour 38010 sont pour un homme qui descend de Murdock MacNeil qui est probablement né à Tangasdale, Barra vers le 10 mars 1864. Il était probablement le fils de Donald MacNeil et Margaret MacNeil de Tangasdale. Murdock est mort en Australie.

Les résultats pour 38596 sont pour un homme qui descend de Roderick MacNeil. Il est probablement né à Havre Boucher, dans le comté d'Antigonish, en Nouvelle-Écosse. Roderick, catholique, épousa Esther Garrett, presbytérienne, en janvier 1839 à l'église St Andrew à New Carlisle, Québec. Après cela, ils ont vécu et élevé une grande famille de huit filles et trois fils à Little Pabos, Grande Rivière, P.Q. Roderick décède le 15 janvier 1870 et est enterré au cimetière catholique de Grande Rivière. Sur son acte de décès, il est inscrit comme agriculteur et pêcheur de 65 ans, il est donc né soit en 1804, soit en 1805.

Les résultats pour 38598 sont pour un homme qui descend de Clyde V. McNeal. Il est probablement né en Arkansas ou au Mississippi le 14 décembre 1889. Il était le fils de John McNeil b. ca 1860 dans le Tennessee ou le Mississippi et Mollie Fowler b. vers 1860 dans le Tennessee.

Les résultats pour 38619 sont pour un descendant de Hugh Neel/Neal/Oneal qui était né vers 1750 en Irlande. Son fils, John Neel Sr., né. vers 1775 NC et d. 1845 Ray Co, Missouri, épouse Rebecca Guess, n. 1778 NC.

Les résultats pour 39725 sont pour un descendant d'un William McDonald de Pennsylvanie, aux États-Unis. Il est né vers 1812. Cet homme n'a aucune ascendance Barra connue.

Les résultats pour 40577 sont pour un homme qui descend de David McNeil qui est né en 1881 peut-être à Linlithgow, près de Glasgow, en Écosse.

Les résultats pour 41270 concernent une personne qui descend d'une Christina MacNeil de la réserve du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Christina était le d/o Michael (Michael, John) MacNeil et Margaret MacLeod. Margaret était la d/o Margaret Nearing qui était la d/o Elizabeth MacDonald b. ca 1831 en Nouvelle-Écosse d/o d'une Jane MacDonald? Cet individu appartient au mt-Haplogroup K. Bryan Sykes dans le livre "Seven Daughters of Eve" nommé ce Clan Katrine.

Les résultats pour 42209 sont pour un homme qui descend de Donald (Angus) MacNeil qui était né. vers 1831 en Nouvelle-Écosse. Donald a épousé Mary (Rory Big) MacKenzie et s'est installé à Bay St. Lawrence, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse.

Les résultats pour 42254 sont pour un homme qui descend de John "Miller" MacDougall de Barra (qui était le meunier du Laird de Barra) par son fils Roderick. Roderick b. vers 1785 s'établit à Big Beach, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse et il épousa Sarah (Donald) MacNeil.

Les résultats pour 42474 sont pour un descendant de Roderick "Rory Breac" MacNeil of Barra. Il est né vers 1760 et a épousé (1) Mary MacNeil et (2) Catherine MacLeod. Il s'est installé à East Bay, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse et aurait eu 21 enfants. Ce participant descend de Rory et de sa seconde épouse par leur fils John, né vers 1811. John s'est installé à North Sydney, au Cap-Breton, où il a épousé Margaret MacNeil.

Les résultats pour 42505 sont pour un homme qui descend de John "Black" MacNeil de Barra qui s'est installé dans la région d'Antigonish en Nouvelle-Écosse. Il avait un fils Donald b. ca 1799 qui a épousé Ann MacInnis.

Les résultats pour 42811 et 108768 sont pour les hommes qui descendent de James McNeill (1794-1889) de l'île d'Arran.

Les résultats pour 42940 sont pour un homme qui descend de John McNeil b. vers 1836 à Glasgow, Lanarkshire, Écosse. Il était le fils d'Hector (John) McNeil et d'Anne Drummond. Le père d'Hector, John, était originaire de Campbeltown, dans l'Argyllshire, en Écosse. Les membres de cette famille ont émigré à Redfern, NSW, Australie.

Les résultats pour 43433 sont pour un descendant de Roderick MacNeil b. vers 1806 en Écosse qui a épousé Mary Fortune et a vécu à Sydney Mines, au Cap-Breton. Ses origines écossaises sont inconnues. Cependant, sur la base de ses matchs, ses racines sont probablement à Barra.

Les résultats pour 43984 sont pour un homme qui descend de Neil MacPherson qui vivait à Bruthernish, Barra. Il a épousé Mary MacNeil et elle s'est finalement installée dans la région de Big Pond au Cap-Breton. Cet homme descend de leur fils Michael MacPherson qui est né à Barra vers 1810 et a épousé Flora MacKenzie des îles Rouges.Ces résultats indiquent que cette branche du clan Barra MacPherson a des liens génétiques étroits avec les MacNeils de Barra.

Les résultats pour 44447 sont pour un homme qui descend de Neil "Pearson" MacNeil qui est probablement né à Barra vers 1761. Il s'est établi à Mabou, Cape Breton, N.-É. et est décédé vers le 1er juin 1816. Il a épousé Margaret (Rory) MacNeil. Cet homme descend du fils de Neil, Alexander, né à Barra vers 1797. Alexander a déménagé de Mabou au Minnesota, aux États-Unis.

Les résultats pour 45098 concernent un homme descendant de Charles McNeil, né en Écosse en décembre 1843 et arrivé aux États-Unis en 1867. Charles s'est installé dans l'Illinois. Il a épousé une femme nommée Isabelle.

On ne sait rien de l'ascendance du participant 45235.

Le participant 45296 descend d'une famille Buie du Jura. Ce participant a également des résultats d'ADNmt affichés avec le projet.

Les résultats pour 45860 sont pour un homme qui descend d'Alasdair "Mor" MacNeil qui a vécu à Brebheig, Barra avant de s'installer à Gillis Point, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse. Alasdair "Mor" (Neil s/o John s/o Neil s/o Lachlan) épousa Catherine (Allan "Og") MacNeil le 9 février 1813 à Barra. Ce participant descend du fils d'Alasdair "Mor", Michael "Mor", né vers 1826 au Cap-Breton. Michael s'est installé à Glace Bay, en Nouvelle-Écosse.

Les résultats pour 46281 sont pour un descendant de William McDonald, fils de Donald McDonald (b.c 1755) et Barbara Gunn (1763?-1855). Il est né en 1793 à Breakachie, Strath of Dunbeath, Latheron Parish, Caithness. Il était éleveur de bétail et mourut en janvier 1875 à Westerdale, Halkirk Parish, Caithness. En 1822, William épousa Margaret FORBES à Latheron, Caithness. Margaret est décédée entre 1823 et 1826 après la naissance de leur enfant Isabella. William épousa en second lieu Margaret GUNN le 26 avril 1827 à Davachendirie, Strath of Dunbeath, Latheron Parish, Caithness. Cet homme descend de leur fils Alexander McDONALD né en 1833 à Braehour, Halkirk Parish, Caithness. Ce participant a également des résultats d'ADNmt affichés avec le projet.

Les résultats pour 48412 sont pour un homme qui descend de Charles MacNeil et Mary MacLean de Barra. De nombreux membres de cette famille ont émigré à Shenacadie, au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Cette signature ADN est celle d'un descendant de Stephen b. 1841 à Shenacadie s/o Alexander b. vers 1797 Barra s/o Charles.

Les résultats pour 48458 sont pour un homme qui descend de Charles et Mary MacLean de Barra. Cet homme descend de James b. ca 1841 à Grand Narrows s/o John b. vers 1799 Barra s/o Charles.

Les résultats pour 48793 sont pour un descendant de John McNeill qui est né vers 1785. Il a épousé Sarah Murray à Glassdrummond, comté de Down, Irlande en 1806. Il a amené sa famille au Canada en 1850 (à l'exception de James et Thomas). Thomas McNeill, né en 1809, épousa Mary Rippard en 1840 à Glassdrummond. Ils eurent un fils, Christopher, b. 1851 à Glassdrummond, qui épousa Ellen Bowden à Belfast, Antrim, Irlande en 1876. Ils eurent un fils, Christopher, né le 19 novembre 1877, qui épousa Mary Maria Boyd à Belfast, Irlande le 26 décembre 1898 et déménagea dans le Connecticut, États-Unis en 1903 , où la famille est restée.

Les résultats pour 49211 sont probablement aussi pour un descendant de Roderick "Rory Breac" MacNeil mentionné ci-dessus. Cet individu descend de Stephen b.ca 1850 s/o Angus b.ca 1801 en Nouvelle-Écosse s/o Roderick "Rory Breac" MacNeil.

Les résultats pour 50083 sont pour un homme qui descend de James s/o Hector s/o John Ban s/o Hector Ban s/o Hector Og MacNeil qui était le Tanaistear ou gouverneur de Barra. Hector Og était le s/o James 1er d'Ersary s/o Roderick Laird de Barra. On dit que Hector Ban MacNeil s'est installé aux îles Rouges et ce participant est un match marqueur 25/25 pour le descendant de John Ban MacNeil qui est répertorié ci-dessus. On pense que John B. MacNeil et cet Hector Ban vivaient côte à côte aux îles Rouges au moment du recensement du Cap-Breton de 1818.

Les résultats MacDonald pour 50928 sont pour un descendant de James Macdonald b.ca 1794 et d. 1857.

Les résultats pour 54790 sont pour un descendant de Patrick McNiel né vers 1733, décédé le 28 mars 1786 en Virginie. Il est venu à Orange Virginia en 1745 de Grande-Bretagne. Le 28 mai 1769, il reçut une commission d'enseigne dans la milice de Virginie. Il est répertorié dans le DAR Patriot Index pour avoir vendu des "beeves" à l'armée continentale. Il a épousé Martha (nom de famille et date inconnue) et a eu un fils, Archibald McNeil né vers 1757 à Orange Co. VA et décédé vers 1828 à Fayette Co. Kentucky. Marié à Sarah Chandler le 14 février 1782 à Orange Co. Virginia.

Les résultats pour 55403 représentent la lignée de Neil McNeil, né en 1739 [certains disent 1750] en Caroline du Nord, et de son fils William Love McNeil, né en 1786 en Virginie et mort en 1863 à Centerville, Ohio.

Les résultats pour 57413 sont pour un homme qui descend de John James McNeill (1828-1882) qui a épousé Jane McBride (1841-1916) à Glasgow, en Écosse. Ils sont arrivés à Millicent, en Australie-Méridionale, vers 1862 sur un bateau nommé « North ».

Les résultats pour 57936 sont pour un descendant de Donald (John) MacNeil de Barra. Donald a épousé Sarah MacDonald et il s'est installé dans la région de Grand Narrows au Cap-Breton. Donald mourut vers le 27 décembre 1847. Ils eurent un fils nommé Alexander b. ca 1816 qui a épousé Catherine "Kitty" MacIntyre. Ils se sont installés près de Gabarus, au Cap-Breton.


Les résultats pour B60282 proviennent d'un homme qui descend de John McNeal, né vers 1790, en Caroline du Nord. John a épousé une Winifred "Winnie" inconnue. Ils ont eu au moins 10 enfants, les premiers étant nés en Caroline du Nord. En 1820, ils vivaient dans le comté de Wilkinson, en Géorgie, où ils sont restés près de 40 ans. Quelque temps avant 1856, ils ont déménagé dans le comté de Henry, en Alabama. John disparaît des archives après le recensement de l'État de l'Alabama en 1866, dans lequel il a 76 ans et vit seul. Le participant B60282 descend du fils de John et Winnie, Jarrett Elbert McNeal, né en 1824, comté de Wilkinson, Géorgie, et mort pendant la guerre civile à Richmond, Virginie, le 2 juin 1864.

Les résultats pour 61463 sont pour un homme qui descend de Neil MacNeil. Il est né à Alasdale sur le côté ouest de Barra. Neil a épousé Christina MacDonald en 1879 et ils ont établi une maison à Bolnabodach, Barra. Ils ont eu 10 enfants. Ces résultats concernent un homme qui n'est éloigné que d'une génération de Barra. Le match serré entre cet homme et les Barra MacNeils du Cap-Breton confirme le lien entre les deux groupes.

Les résultats pour 61688 sont pour un homme qui descend d'Alexander (Eoin) MacNeil de Barra. Cet homme avait un fils connu sous le nom de Donald "Ban" b. vers 1821, probablement dans la région de Boisdale, au Cap-Breton, qui épousa Catherine (John Mor) MacKinnon. Ils eurent un fils nommé Alexander qui épousa Catherine MacGillivray et s'installa à Springfield, Massachusetts. Voir les résultats pour le kit 281963.

On ne sait rien de l'ascendance du participant 62062.

Les résultats MacNeil pour 62654 sont pour un homme qui descend de John MacNeil de Barra. Le 5 septembre 1820, John MacNeil (s/o Angus MacNeil of Brebheig) épousa Ann MacNeil d/o Allan Og MacNeil. Ils ont eu un fils nommé Michael "Mor" b.ca 1839 qui a épousé Mary (Hector) MacNeil le 25 février 1873 à Boisdale, Cape Breton et ce participant descend d'eux.

Le participant 62925 est un testeur d'ADNmt. Cette personne descend de Turquill McNeill, né le 13 février 1795 dans le comté de Robeson, Caroline du Nord et décédé le 7 juin 1855 dans le comté de Dent, Mo. Le nom de sa femme était Elizabeth McNail.

Les résultats pour 62980 sont pour un homme qui descendrait d'Alasdair MacNeil b. ca 1831 à Gillis Point au Cap-Breton et qui a épousé Sarah MacKenzie, le participant descend de ce couple.

Le participant 63114 descend de Harold Sherman MacNeill 1893-c.1960. Il habitait probablement à Westville, en Nouvelle-Écosse. Harold était dans l'armée canadienne pendant la Première Guerre mondiale (et un prisonnier de guerre). Il a ensuite vécu à Trenton, NJ dans les années 1930, puis à Waltham, Mass dans les années 40 - 50.

Le participant 63774 peut descendre d'un Neill McNeill qui est peut-être venu en Amérique du Jura. Ce Neill a peut-être remonté la rivière Cape Fear, à partir de ce qui est aujourd'hui Wilmington, dans le cadre de la colonie Argyle de 1739/1740. L'ancêtre de ce participant, Malcom McNeill (dit être le fils de ce Neill) est né en Caroline du Nord et est documenté comme un soldat servant dans l'armée coloniale pendant la Révolution américaine. L'épouse de Malcom, Nancy McNeill (qui serait la fille de William McNeill et Jane Campbell) est née en Écosse, apparemment à Argyll.

Le participant 64458 descend d'Angus Nicholson qui est né vers 1790 à Barra. La famille a émigré au Cap-Breton vers 1830. Sa première relation MacNeil (non testée dans ce projet), par l'intermédiaire de sa grand-mère paternelle, est Alexander MacNeil de St. Rose, Cap-Breton, arrivé vers 1805, apparemment de Barra.

Les résultats pour 65133 sont également pour un descendant d'Hector "Piper" MacNeil. Ce participant descend de Roderick (Hector, John, Rory the Piper) MacNeil b. vers 1808 à Piper's Cove. Il a épousé Ann (John) MacKinnon vers 1840. Cet homme descend de leur fils John A. qui a épousé Jessie (Malcolm) MacMullin.

Les résultats du participant 65405 se trouvent dans le tableau ADNmt. La lignée maternelle de cette femme mène à Isabella MacNeil qui a épousé Roderick MacMullen. Ils vivaient dans la région de Port Hood au Cap-Breton. Ils ont eu une fille Elizabeth qui est née vers 1850. Elle a épousé Angus MacNeil (né vers 1836 à Boularderie, Cap-Breton) fils de James “Red” MacNeil et Catherine Currie le 14 novembre 1871 à Halifax, Nouvelle-Écosse.

Les résultats pour 65411 sont pour un descendant de John (Angus) MacNeil et Ann (Allan Og) MacNeil de Barra. Leur fils Donald MacNeil est baptisé le 30 janvier 1822 à Barra. Vers 1856, Donald épousa Margaret MacNeil (fille de James MacNeil et Christy MacSween). Ce participant a également affiché des résultats d'ADNmt dans le cadre du projet, son ancêtre maternel serait Catherine MacMullen de la route des Français dans la région de Mira au Cap-Breton. Elle a épousé John Morrison, fils d'Alasdair Morrison et de Maryann Campbell du North West Arm au Cap-Breton. Catherine était la fille de Michael MacMullen b. vers 1834 aux îles Rouges et Flora Campbell (fille d'Angus) de Mira.

Les résultats pour 65798 sont pour un homme qui descend de Malcolm Nicholson né vers 1776 à Barra. Il y mourut entre le recensement de 1841 et celui de 1851. Il était marié à Ann MacNash qui est décédée à Barra en 1857. Son fils John est né en 1810 et a épousé Catherine Campbell en 1841. Ils ont déménagé dans la région d'Inverness en 1852.

Le participant 66336 descend d'un John Rodd né en 1767 en Angleterre. Cette personne a également des résultats d'ADNmt affichés avec le projet.

Le participant 66602 descend de John W. McNeil qui est peut-être né en Nouvelle-Écosse, Canada (Halifax?? ou Cap-Breton??) en décembre 1851. Il a émigré de Halifax aux États-Unis entre juin et décembre 1880. Il était catholique romain. Ses deux parents sont nés en Écosse. John est décédé à North Attleboro, Massachusetts, en mars 1926.

Le participant 66654 a des ancêtres en Irlande du Nord et sur l'île de Man.

On ne sait rien de l'ascendance du participant 67295.

Les résultats pour 67298 sont pour un homme qui descend de William P. McNeil qui a épousé Anne Cameron à Halifax le 20 juin 1867. Il était le fils de John McNeil et Helen Gillis et était le frère de Henry Lewis Philip mentionné ci-dessus.

Kit 68190 - Aucune information.

Le participant 68238 peut descendre de Thomas Neel b. 1718 Écosse, probablement Argyllshire peut-être Colonsay, d. 1790 et enterré à Mecklenburg Co. N.Carolina. Thomas épousa Sara (née en 1721 en Écosse) avant son départ vers 1739. Ils eurent 12 enfants : 1. (spéculatif) James, épousa Jennie en 1793 à Mecklenburg Co. probablement déménagé dans le Tennesse. 2. (spéculatif) Thomas, né dans le Tennesse, a déménagé en Arkansas. 3. (très probable) Ambroise, b. Arkansas c. 1804, d. Texas "kilt par une flèche indienne" 1858, et avait un fils, Henry Sevier Neel, b. 1834 Arkansas. Henry a épousé Lucinda Colbath en Arkansas et ils ont déménagé au Texas en 1848, ils ont eu deux fils : George Ellis et Ambrose.

Le participant 68265 a des racines dans l'île de Man.

Les résultats pour 68281 sont pour un descendant d'Alexander McNeill b. décédé le 16 février 1845 à Co. Antrim, Irlande du Nord et décédé le 16 mars 1917 à Remlig, Jasper Co., Texas. Il était le fils de William McNeill, b. vers 1814 dans le comté d'Antrim, en Irlande du Nord, et Mary Walker, n. ca 1813, du Townland de Ballyreagh dans la paroisse de Dunaghy dans le comté d'Antrim.

Le participant 69720 est un cousin éloigné du 46281. Veuillez vous référer à la description du 46281 pour obtenir des informations sur les antécédents familiaux.

Les résultats pour 70500 sont pour un homme qui descend de Hugh (Malcolm, John Ban) MacNeil. Hugh a été baptisé le 23 juillet 1823 à Sandray (une petite île de la paroisse de Barra). Hugh a épousé Elizabeth (Norman) MacNeil de Piper's Cove. Hugh vivait à Barra Glen, au Cap-Breton.

Le participant 71698 descend d'un Hugh McNeill de Bay Fortune, Î.-P.-É. On pense qu'il était un Barra MacNeil. Il était le père de John Francis MacNeill né vers 1851 à l'Île-du-Prince-Édouard. La mère de John était Sara Wilt. John Francis a grandi avec une famille McDonald sur le lot 47.

Le participant 73456 descend de William T.MacNeal qui est né dans la 2e moitié du 19e siècle. Sa famille était originaire du nord-est de la Pennsylvanie. Il est peut-être un descendant de James McNeal d'Écosse qui est venu par Philadelphie et s'est installé dans la même région (comté de Luzerne) juste avant la guerre d'Indépendance américaine. Il était membre du régiment de Pennsylvanie et a combattu pendant la guerre.

Les résultats pour 74181 concernent un homme descendant de Donald McNeill, né vers 1795 sur l'île de Mull en Écosse. Il était marié à Christina qui était aussi probablement un McNeil avant le mariage. Donald était un petit fermier et ils vivaient à un endroit appelé Caliach.

Le participant 74381 descend de Dennis Lockling qui a épousé Sarah Wilson (tous deux nés en Écosse). Leur fils Dennis Lockling est né le 16 septembre 1715 et est décédé le 13 août 1795 à Putney, Vermont. Ce participant descend du fils Dennis.

Le participant 75526 descend de Don Arturo O’Neill O’Keffe (de Fews) b. vers 1783.

Les résultats pour 75687 sont pour un homme qui descend de James MacNeil et Mary MacLean de Barra. Il s'agit probablement du couple qui s'est marié à Giarrimore, Barra le 13 février 1825. Ils ont eu un fils nommé Neil né à East Bay vers 1828. Ce Neil a épousé Mary Cameron pour la première fois et ils ont eu un fils nommé John qui a épousé Sarah MacDougall. Le participant descend de ce couple.

Les résultats pour 76194 sont pour un homme qui descend de Jacobus McNiel. Il a épousé Antje Lisk le 15 mai 1767 à Bergen, New Jersey. On pense que Jacobus est né à Raritan, New Jersey. Antje Lisk est née à Staten Island. Jacobus était un enseigne pendant la guerre révolutionnaire. Jacobus et Antje McNiel ont eu plusieurs enfants. David McNiel était le fils qui a donné naissance à cette lignée familiale. Il est né en 1778. Il a eu un fils qu'il a nommé George Washington McNiel, né en 1803.

Le participant 76556 est membre de la lignée Brevig de MacNeills, descendant de Gilleonan (b.c. 1690 & 1st Tacksman of Brevig), fils de Roderick 38th Chief of the Clan. Le fils de Gilleonan, Roderick (c. Roderick Og est mort en 1848.

Le participant 76695 est probablement un descendant de Donald Og MacNeil qui fut l'un des premiers colons de Cape George à Antigonish, en Nouvelle-Écosse. Ce Donald avait un fils nommé Donald qui épousa Mary MacKinnon. Ils eurent un fils nommé John qui épousa Ann MacDonald. Ce couple a eu un fils nommé John b. ca 1857 qui a épousé Mary Bell Beaton. Le participant descend probablement de ce couple.

Les résultats pour 76977 concernent un homme ayant des racines à l'Île-du-Prince-Édouard. Cet homme descend d'un Roderick MacNeil né vers 1780. Il a épousé Margaret Brown et ils se sont installés sur le lot 16 à l'Île-du-Prince-Édouard. Ils eurent un fils nommé Alexander né vers 1809 qui épousa Mary (John) MacNeil. Ils eurent un fils Joseph et ce participant descend de lui.

Le participant 79706 descend de Timothy McNeill b. vers 1841 à l'Île-du-Prince-Édouard et Mary Ann Connors. Ils eurent un fils Daniel R. b. vers 1874 à l'Î.-P.-É. Il épousa Harriet Roseline Bushy à Boston le 30 novembre 1899. Cette participante descend de ce couple.

Les résultats pour 80081 sont pour un homme qui descend de John McNeill, b. Californie. 1770, de Gigha. Il a épousé Mary Morrison de Cove. Son fils John McNeill (1817-1889) a épousé Jane Livingstone (sa cousine), tous deux sont enterrés au cimetière Janefield, Glasgow. Son fils, John McNeill (1853-1913) épousa Jane Macrae Livingstone McNeill (1895-1987). La famille a émigré en Australie.

Les résultats pour 81407 sont pour un homme qui descend d'Alasdair "Mor" MacNeil qui a vécu à Brebheig, Barra avant de s'installer à Gillis Point, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse. Alasdair "Mor" (Neil s/o John s/o Neil s/o Lachlan) épousa Catherine (Allan "Og") MacNeil le 9 février 1813 à Barra. Ce participant descend du fils d'Alasdair Mor, Michael "Mor", né vers 1826 au Cap-Breton. Michael s'est installé à Glace Bay et a épousé Ann “Bheag” MacLean. Ils eurent un fils John Joseph MacNeil b. ca 1873 à Port Morien, CB, N.-É. Ce participant descend de lui.

Le participant 83106 descend de Malcolm McNeil qui vivait à Charleston, SC. L'histoire familiale dit qu'il venait de Barra mais il n'y a aucune preuve de cela. Il est né en Écosse en 1759 et est venu en Amérique en 1773. Malcolm a servi pendant la guerre d'Indépendance pendant quatre ans. En 1779, il épousa Mary Norris, née en Écosse en 1756. Elle vint en Amérique en 1774. Certains chercheurs prétendent que le prénom de Malcolm était peut-être John.

Le participant 83169 descend de William McNeil, né vers 1698 à Londonderry, en Irlande du Nord.

Les résultats pour le kit 84600 concernent un homme qui a été adopté par un MacNeil du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Son père biologique était probablement un MacDonald.

Le participant 86273 descend de Joseph McNeill qui a épousé Jessie Fulton en 1923.

Le participant 86351 a des résultats affichés dans le tableau ADNmt.

Le participant 86834 descend de Neil McNeill qui a laissé un testament en 1764 et était un colon d'Argyll de 1739. Son fils Roger est décédé dans le comté de Cumberland NC en 1789. Le fils de Roger, Hector McNeill, est né le 12 décembre 1785 en Caroline du Nord. Il épousa Zillah Housman et s'installa dans le comté de Graves vers 1815. Hector McNeill et Zillah Housman McNeill font partie du recensement de 1810 du comté de Muhlenberg, Kentucky. Zillah est née dans le comté de Duplin, en Caroline du Nord. En 1799, elle déménage avec sa famille dans le comté de Cumberland, en Caroline du Nord. Vers 1815, Hector et sa famille déménagent dans le comté de Graves. Hector et Zillah ont eu 10 enfants. Hector est mort en 1858 et Zillah est mort en 1857. Ils sont enterrés dans le comté de Graves, Kentucky.

Les résultats de Neilson pour 87258 sont pour un homme qui descend de William Neilson. William est peut-être né en Écosse en 1754 (bien qu'un recensement indique 1755) et était tisserand à Paisley, Renfrewshire. Il arriva à New York sur le "Commerce" en février 1774. Il se rendit en Pennsylvanie (comté de Lycoming) et épousa Nancy Burns vers 1777.Son père était Thomas Burns, également orthographié comme Barns. Ils se sont installés dans le canton de Newport du comté de Luzerne en Pennsylvanie et ont eu huit enfants. Ce teste est un descendant de John, le cinquième enfant, qui a épousé Elizabeth Radabaugh et a déménagé dans le territoire de l'Ohio en 1810.

Le participant 87332 descend d'une famille Buie d'origine jurassienne.

On ne sait rien de l'ascendance du participant 90784.

Le participant 94581 descend d'un Malcom Jordan McNeill. Au moment du recensement de 1880, Malcom a affirmé que son père était né en Écosse, sa mère en Caroline du Nord, aux États-Unis, et lui-même au Tennessee. Il avait 44 ans au moment du recensement. Les recherches suggèrent que ces McNeill faisaient partie du clan de la Caroline du Nord et probablement de la famille de Godfrey McNeill. La femme de Malcom Jordan McNeill était une Kincaid.

Le participant 95253 descend d'un Archibald Mc Neil qui serait né à Argyll, en Écosse. Il a vécu à Ballycastle, en Irlande du Nord et est mort dans un naufrage avec son frère Charles en 1737 à l'île de Sable, en Nouvelle-Écosse. Il a eu trois fils qui ont survécu. Un fils, également nommé Archibald, est né à Ballycastle, en Irlande du Nord et est décédé à Litchfield, dans le comté. en 1789. Cet Archibald avait un fils nommé John qui est né à Litchfield en 1741 et est mort à Charlotte, Vermont en 1813. Ce John a également eu un fils nommé John qui est né à Charlotte en 1785 et y est mort en 1867. Ce John a également un fils nommé John qui est né à Charlotte en 1813 et décédé à Port Huron, Mi en 1885. Le participant descend de cet homme.

Les résultats pour 96294 sont pour un homme qui descend de Donald (Ruairi) MacNeil de l'île de Sandray qui fait partie des îles Barra. Donald (Ruairi) et son épouse Margaret "Sarah" MacNeil (Roderick) sont arrivés en Nouvelle-Écosse vers 1799. Donald et son fils Rory "Mor" MacNeil étaient deux des premiers MacNeils à fonder Iona (anciennement Sandray) en 1802. Rory Mor est né. ca 1788 et est peut-être décédé le 6 février 1869. Il épousa en premier Mary (Malcolm) Campbell et en second Mary (John Ban) Campbell. Ce participant descend de Donald "Mor" MacNeil b. ca 1815 et Catherine (Hector, Neil) MacNeil. Donald "Mor" était le fils de Rory "Mor" MacNeil et de sa première épouse.

Les résultats pour 96882 concernent un homme dont l'ancêtre John McNeil est venu en Amérique au début des années 1770. John McNeil était marié à Ann Carman. Ils se sont installés dans le comté d'Ulster à New York. Ils venaient probablement d'Irlande du Nord, peut-être du comté d'Antrim ou de Lononderry. Juste avant 1800, ils ont déménagé du comté d'Ulster à Cayuga Co. John est décédé peu de temps après leur installation à Cayuga Co. Sa veuve s'est remariée avec John Martin. Le fils de John et Ann McNeil, James, a épousé Nancy Belknap et ils ont déménagé à S.Michigan, Cass Co. vers 1840. James est mort d'une épidémie de grippe et a laissé une famille nombreuse.

Le participant 99199 descend d'un homme nommé Archibald McIlepheder b. vers 1725 en Ecosse. Il est mort à Argyle Co., New York. Il était marié à Catherine McArthur, née vers 1725 en Écosse. Ils eurent un fils nommé Alexander McNeil b. ca 1753 qui est décédé après 1810. Il a épousé Catherine Gillis qui était b. 1758 à Kakiate, Orange, maintenant Rockland Co., New York. Elle est décédée le 13 septembre 1832 à Rockland Co., New York.

Les résultats pour 99485 sont pour un homme qui descend de Samuel McNeal, b. 1713 et d. 3 janvier 1799. On sait peu de choses sur lui, sauf qu'il était un membre enregistré de la milice de Pennsylvanie et a combattu pendant la guerre d'indépendance. Selon certains documents, il venait d'Irlande, mais certains disent qu'il vient d'être marié à une dame d'Irlande. Son nom était Sarah Skillen mais on ne sait pas quand elle est née ou est décédée. Leur fils, Alexander McNeil, était né. 1734 dans PA, m. 1770 dans le comté de Chester PA, d. décédé le 2 mars 1819 et inhumé dans le comté de Chester en Pennsylvanie. L'orthographe du nom a changé plusieurs fois à travers l'histoire.

Les résultats pour 100750 et 101103 sont pour les hommes qui descendent de Neil (Roderick, Hector) MacNeil b. vers 1780 et Catherine Gillis b. ca 1780 de North Greian, Barra, Ecosse. Ils eurent un fils nommé Malcolm, né à Greian, Barra et baptisé le 2 février 1810. Malcolm épousa Christy MacPhee, née vers 1821, probablement à Kilbar. Ces participants descendent de ce couple par l'intermédiaire de leur fils Angus "Beag" MacNeil.

Le participant 103487 descend d'un William McNeill né en Irlande du Nord vers 1832. Son épouse Mary était soit d'Angleterre soit d'Écosse. Ils ont probablement émigré dans les années 1850 ou au début des années 1860, car leur fils Robert McNeill est né à Philadelphie, en Pennsylvanie, en 1865. Ce participant descend de Robert. Robert avait au moins un frère, Alexandre.

Le participant 105304 descendrait de Daniel McNeill (1778 - 1852) du comté de Robeson, Caroline du Nord et de son épouse Mary Buie Brown. Daniel McNeill (parfois appelé Marsh Daniel pour se distinguer des autres Daniel McNeill) était l'un des deux fils nés de Neill McNeill et de sa femme Jane Campbell McNeill à l'époque de la Révolution américaine. Le mariage de Neill et Jane était le deuxième mariage pour les deux. Neill aurait été un veuf (première épouse non prouvée) qui était en Caroline du Nord depuis un certain temps et avait des enfants assez vieux pour être seuls. Neill possédait des terres et vivait apparemment avec sa première famille dans la section Upper Little River du comté de Cumberland.

Le participant 106011 descend de Nelsons qui ont des racines en Irlande du Nord.

Le participant 106370 descend d'Isaiah McNeil b. 14 mai 1786 Schaghticoke, Rensselaer Co. NY et d. 28 août 1855 Poughkeepsie, Dutchess Co., NY, qui épousa Alida VanSchoonhoven. Les parents d'Isaiah étaient John McNeal, baptisé le 21 juin 1761 Rombout, Dutchess Co., NY, d. 15 février 1820 Stillwater, Saratoga Co., NY et Helena Van De Bogart. Les parents de John étaient Thomas McNeal, en Colombie-Britannique. 1725, d. 14 août 1761 NY et Rachel Haff. Les parents de Thomas étaient John McNeal Jr, b. vers 1700, d. 1762 Wallkill, Orange Co., NY (maintenant Ulster Co) et Martha Borland. Les parents de John étaient John McNeal Sr et ? De. Il semble que John Sr. et sa famille étaient la première génération d'Américains de ce participant.

Les résultats pour 108222 (McMillan/MacMillan) sont pour un homme qui descend de Hugh et Christy MacMillan. Ils eurent un fils John né vers 1792 qui épousa Jane MacKinnon (Hugh Red). Leur fils Hugh est né à Creagantillidh, Barra, en Écosse, vers le 15 février 1815. Hugh a émigré dans la région de Boisdale au Cap-Breton avec sa famille où il a épousé Mary (Roderick, Allan Og) MacNeil. Ils eurent un fils John MacMillan né vers 1853 qui épousa Elizabeth MacLean (Donald, Neil, Hugh).

Le participant 108460 descend d'Archibald McIlepheder, b. ca.1725, qui s'est connecté sous le nom d'Archibald McNeil à son arrivée à Argyle NY, 1739, en provenance d'Islay. Il a épousé Catherine McArthur, b. Californie. 1725, Ecosse.

Le participant 110221 descend de Neals of Amelia Co., VA.

Le participant 112424 descend de Neill "Surveyor" McNeill (c1788-c1865) et de son épouse Sophiah du comté de Moore, Caroline du Nord (très proche du Cumberland, maintenant Harnett, ligne du comté et près de la petite ville de Broadway, Caroline du Nord). Un Turquill McNeill (vers 1800 -1877) qui vivait à proximité aurait été le frère de Neill. Le fils de Neill et Sophiah, Neill jnr (c1827-1879), a épousé Dorcas Underwood et leur fils était Ivory Lee McNeill. La famille est restée à Lee (de Moore) et dans les comtés de Harnett en Caroline du Nord.

Les résultats pour le kit 116421 sont pour un homme qui descend de Murdock MacNeil et Ann MacKillop de Rulios, Barra, Ecosse. Ce couple a émigré dans la région des îles Rouges du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Ils eurent un fils Donald né vers 1825 qui épousa Margaret Gillis. Ce couple eut un fils Murdock né aux îles Rouges vers 1861 qui épousa Catherine MacInnis (fille de Charles fils d'Angus Og).

Le participant 118160 descend de Donald McNeil, probablement de l'Île-du-Prince-Édouard, Canada, qui a épousé Mary McIntyre. Ils ont eu 2 fils, Roderick b.c. 1799 et Jacques b. 1817. Roderick épouse Margaret Doyle de Kilkenny, en Irlande. Ils eurent un fils James b. né le 2 février 1835 à Pabos, Québec. Il a épousé Mary Ann Costigan.

Les résultats pour le kit 118417 sont pour un homme qui descend d'Archibald Mcilepheder-McNeil né en 1725 à Islay en Écosse. Il est décédé entre 1792 et 1797. Il a eu un fils, Alexander McNeil, né vers 1753 et décédé après 1810. Il a eu un fils, John McNeil, né en 1796 et décédé en 1823. John a eu un fils, Ransom McNeil, né en 1833 et décédé en 1863.

Les résultats pour le kit 119075 sont pour un homme qui descend de Roderick et Margaret MacNeil de Barra. Ils ont eu un fils Michael MacNeil qui a épousé Flory Morrison. Ils ont eu un fils John qui est probablement né sur l'île de Sandray (paroisse de Barra) vers 1807. John a épousé Mary MacNeil et ils ont eu un fils Donald qui est né à Mingulay, Barra, en Écosse vers 1849. Il a épousé Margaret MacKinnon.

Les résultats pour 119731 et A1889 concernent des frères d'origine afro-américaine. Ils correspondent au groupe "Barra R1b".

Le participant 115568 est un testeur d'ADNmt.

Les résultats pour 119731 sont pour un homme qui descend d'Alexander McNeill, b. 1801 à Glasgow, en Écosse. Son fils, Alexander Duncan McNeill (né en 1829) était bien connu dans le théâtre écossais et dirigeait le Princesses Theatre à Aberdeen. Son fils, Duncan Kennedy McNeill (1869-1907), est né à Aberdeen.

Les résultats pour 123676 sont pour un homme qui descend de James McNeill qui est né à Greenock en 1821. Il était le fils de Duncan qui était le fils de Donald.

Les résultats pour 127327 concernent une famille irlandaise qui a immigré en Amérique. Daniel McNeill (McNeal) est né en Irlande (probablement en Irlande du Nord) c. 1813-1814. Il a épousé Margaret McCook en Irlande et a immigré aux États-Unis. Il est décédé dans le comté de Luzerne, en Pennsylvanie, aux États-Unis, en novembre 1889.

Les résultats pour 127512 sont pour un homme qui descend d'Eoin MacNeil de Barra. Son fils Jean, b. ca 1796, épousa Sarah Mackinnon le 21 juin 1823 à Barra et eut un fils Angus baptisé à Borve, Barra le 14 mars 1826. Angus déménagea avec sa famille à Iona et mourut plus tard sur les lacs Bras d'Or le 22 mai 1863. Ce participant descend du fils d'Angus, Lauchlin, qui a déménagé avec sa mère veuve Mary (MacLean) MacNeil à l'Île-du-Prince-Édouard après le décès de son père.

Les résultats pour 131078 concernent un homme ayant des racines paternelles en Irlande du Nord.

On ne sait rien de l'origine du participant 131609.

Le participant 133527 est un descendant de Robert McNeill né vers 1797 (ou 1798) en Écosse. Il a ensuite vécu à Masstown, en Nouvelle-Écosse. Robert épousa Mary Crowe vers 1821. Robert mourut le 6 janvier 1872 en Nouvelle-Écosse. Ses origines écossaises sont inconnues.

Le participant 133723 descend de Daniel McNeil Sr. b. né le 6 avril 1791 en Caroline du Nord ou en Géorgie, il était à Amite Co., MS, au début de 1814 et y vécut jusqu'à sa mort le 2 février 1866. Il avait un fils, Elbert Burton McNeil, né le 6 avril 1791. 16 février 1815 et d. 30 septembre 1901, qui avait alors un fils Reuben Cassels McNeil Sr., né. 20 août 1840 et d. 25 décembre 1905. Ce participant descend de Ruben.

Les résultats pour 134724 concernent un homme dont la famille a émigré à l'Île-du-Prince-Édouard, au Canada, vers 1770. John MacNeill, fils de Malcolm MacNeill et d'Euphemia McAllister d'Argyllshire, en Écosse, a été le premier MacNeill à venir à l'Île-du-Prince-Édouard. John MacNeill a épousé Margaret Simpson, fille de William Simpson et de Janet Winchester qui ont émigré à l'Île-du-Prince-Édouard peu après 1770. La famille Simpson et la famille MacNeill ont eu plusieurs membres de leur famille qui se sont mariés.

Les résultats pour 135153 sont pour un homme qui descend de Richard Macneall, né en 1774 et décédé en 1815. Né à Walton Le Dale, Lancashire, Angleterre, il a épousé Mary Porter à l'église St Leonards, Walton Le Dale, Lancs.

Les résultats pour 135282 sont pour un homme qui descend de John McNeill qui peut être trouvé dans le recensement de 1850 vivant dans le comté de Covington, Alabama. Il a servi dans la guerre civile et a été fait prisonnier et libéré à la chute de Port Hudson. Il est décédé le 10 décembre 1875 à Corsicana, dans le comté de Navarro, au Texas. L'épouse de John McNeill était Nancy Ann McKenzie née en Géorgie. Leur fils John Napoleon McNeill est né le 20 juillet 1848 en Alabama et a épousé Mary Molly Hammett. Il est décédé le 5 mars 1907 à Corsicana, dans le comté de Navarro, au Texas.

Les résultats pour 136568 sont pour un homme avec le nom de famille Gillis. On pense que cette famille a des racines à Barra.

Les résultats pour 136620 sont des résultats d'ADNmt. La mère de cette femme était une McNeil née en Écosse vers 1927. Elle est arrivée à Montréal, au Québec, en 1953. On sait peu de choses sur l'ascendance de cette femme.

Le participant 137719 est connu pour être un cousin de 33622 car les deux hommes descendent de John 'Mor', fils de Johh 'Og' MacKinnon de Barra. Ce participant descend du fils de John Mor, Stephen, né vers 1828. Il épousa Christie MacNeil (fille de John Ban) née vers 1838. Ils eurent un fils Joseph 'Professeur' MacKinnon né vers 1864 qui épousa d'abord Mary Johnston (fille de Roderick) et deuxièmement Mary Jane MacNeil (fille d'Hector Rory MacNeil). Cette famille est originaire de Barra mais a émigré à Boisdale, au Cap-Breton.

Les résultats pour 140375 concernent un homme descendant de Daniel McNeill qui résidait à Coleraine, en Irlande du Nord. Il est né vers 1629 à 1668. Ce participant descend du fils de Daniel, John, qui est venu dans le comté de Hardy en Virginie-Occidentale.

Le participant 142413 a des ancêtres paternels qui ont émigré des Antilles britanniques aux États-Unis au début du 20e siècle. Tout au long de la dernière partie des années 1800, ils ont vécu sur l'île d'Antigua et pendant une courte période sur l'île de la Dominique.

Le participant 143932 descend d'Oliver Hall McNeil qui est venu dans le sud du Pays de Galles vers 1810. Des preuves anecdotiques suggèrent qu'il venait de Barra et qu'il est né vers 1790. Il a épousé Ann Reese en 1811 à Saint Anne's Soho, Westminster, Angleterre avant de déménager à Aberavon en Galles du Sud. Ce teste descend de leur deuxième fils John (1816-1856) et Ann Gething.

Le participant 144956 descend de Henry Charles McNeil qui est né en 1862 à Londres. Henry était le fils de William Baird McNeil, né en Écosse. William était le fils de John Daniel McNeil, également né en Écosse. Un descendant de ces McNeil s'est finalement installé dans la région de Pembroke, en Ontario.

Le participant 144997 n'a pas le nom de famille McNeil/MacNeil etc. mais correspond étroitement à d'autres membres de ce projet. On pense que cette famille est originaire d'Angleterre.

Les participants 145580 et N73545 descendent de Neil McNeill qui était d'origine écossaise et qui a épousé Lydia Sears de Cape Cod. Ils se sont finalement installés à Freeport, en Nouvelle-Écosse. Neil mourut le 2 août 1795. Neil avait un fils Charles qui épousa Ruth Thurber. Charles et Ruth ont eu un fils Charles qui a vécu à North Range Corner et a épousé d'abord Mary Sabean et ensuite Martha Wilson. Charles et Martha ont eu un fils Cyrus Burpee McNeill et ces participants descendent de lui.

Le participant 149640 descend d'Allan 'Og' MacNeil et de son épouse Rachel (MacPhee) MacNeil qui vivaient à Quire et Allasdale à Barra, en Écosse. Allan a eu un fils nommé Ronald qui a été baptisé à Barra le 11 février 1808. Ronald est venu au Cap-Breton avec sa famille et a épousé Mary MacIntyre. Ronald et Mary ont eu un fils, John R. MacNeil, né en 1872, qui s'est établi à Glace Bay, au Cap-Breton. Ce participant descend de John R. MacNeil.

Aucune information n'est disponible pour le participant 146619.

Le participant 149027 descend de Godfrey McNeill qui était marié à Catherine (Kittie) McDougald, toutes deux originaires d'Écosse. Ils sont arrivés à Wilmington, NC vers 1760 et sont allés par voie fluviale à Fayetteville, NC. Ils ont ensuite déménagé et se sont installés sur Raft Swamp dans le comté de Robeson, en Caroline du Nord. Godfrey et Catherine ont eu 8 fils et 4 filles. Ce participant descend de leur fils Daniel (Le Chapelier) McNeill, né en 1772 et décédé le 9 octobre 1837. Daniel était marié à Celia Humphrey. Ils ont vécu et sont morts près de Lumberton, en Caroline du Nord.

Le participant 153110 descend de Donald 'Og' MacNeil de Barra (un soldat qui a combattu à la bataille de Louisbourg). Donald Og a eu un fils Roderick MacNeil qui a épousé Mary MacKinnon et a eu un fils nommé Donald 'Farmer' MacNeil né (probablement à Sandray, paroisse de Barra) vers 1799. Donald 'Farmer' MacNeil s'est installé dans la région de l'île Christmas et a épousé Margaret 'Peggy ' Gilles. Ils eurent un fils Rodererick 'The Stable-Man' né vers 1846 et décédé à Sydney Mines, Cap-Breton, le 19 novembre 1913. Ce participant descend de Roderick.

Le participant 158446 descend de John Neill et Mary Stewart. Son nom était orthographié McNeill sur un registre de mariage, mais dans les registres du recensement et sur sa pierre tombale, il n'y avait que Niel et Neill. John Neill était un petit fermier (fermier?) à Appleby. Il mourut à l'île de Whithorn le 31 mars 1873. Ses parents, John Neill, un fermier, et Margret Dally vivaient à Ayr. Son épouse Mary Stewart était originaire de Kircowan. Elle est décédée le 30 mars 1874, île de Whithorn. Ils sont enterrés dans le Old Kirkyard à Whithorn. Ce participant descend de leur fils aîné John Neill qui a vécu avec ses grands-parents à Ayr jusqu'à l'âge de 18 ans et a émigré à Fredricton, Nouveau-Brunswick, Canada vers 1838.

Le participant 161237 descend de Robert M. McNeal qui était né. env. 1797 à Sligo, Antrim, Irlande et qui d. décédé le 10 juillet 1852 à Lewistown, Mifflin, PA et fut inhumé au Town Cemetery, Lewistown Boro, Mifflin, PA. Il s'est marié en mars 1818 par le révérend Matthew Elder, ministre de l'église presbytérienne de Kilbraughts (sur le côté est de Loughguile), probablement dans la paroisse de Lough-Guile, Sligo, Irlande à Martha ( ) b. env. 1795 Ireland et décédé le 5 mai 1823 à Lewistown, Mifflin, PA (enterré sur le même terrain que la famille Robert M. &). Il épousa en second lieu, le 19 juillet 1823 (probablement à Lewistown Boro, comté de Mifflin, Pennsylvanie), Mary Ann ( ), b. vers 1802 décédé le 18 avril 1852 à Lewistown, Mifflin, PA. Robert M. et Mary Ann ont eu 9 enfants, dont Francis Huff McNeal, né. 13 août 1837 à Lewistown, Pennsylvanie, et d. le 13 février 1937 à Pleasant View, comté de Juniata, Pennsylvanie. Ce participant descend de Francis Huff.

Le participant 162226 descend de Malcolm McNeil et Ann Campbell, qui ont émigré d'Écosse en Ontario, Canada en 1849 avec leur jeune famille. La famille apparaît dans le recensement de 1841 de Glenelg, Inverness-shire.

Les résultats pour le kit 162876 sont pour une famille Williams qui correspond à nos participants 'Barra R1b' mais ils ne connaissent pas leur histoire avant de s'installer en Virginie-Occidentale.

La trousse 171088 est destinée à une famille d'agriculteurs de la région de Cavendish, à l'Î.-P.-É. John MacNeill, b. 1754 Argyllshire, Écosse et d. 1815 Î.-P.-É., épouse Margaret Simpson, leur fils Malcolm MacNeill (1784-1871) épouse Sarah Campbell.

Les résultats du kit 173334 concernent une famille qui vit dans le comté de Moore, en Caroline du Nord, depuis l'immigration. Cette famille aurait immigré en 1797. Ce participant descend d'Hector McNEILL (né en 1750 en Écosse décédé en 1781 NC) par son fils Daniel McNEILL (né en 1792 en Écosse décédé en 1869 NC).

Le participant 176255 descend des McNeil qui ont fait naufrage en 1737 sur l'île de Sable, en Nouvelle-Écosse, en route de Portrush, Antrim, en Irlande, à Boston. Ceux qui ne se sont pas noyés se sont finalement installés à Litchfield, Ct., y compris Archibald (qui a survécu) et dont la famille s'est ensuite installée à Bridgeport, Ct.

Le participant représenté par le numéro de kit 179639 a la même ascendance que le participant représenté par le numéro de kit 173334.

Les résultats pour le kit 182642 sont pour un homme qui descend de Daniel MacNeil de Currie, Midlothian, Ecosse. Dan est né vers 1770 et travaillait à l'usine de papier de Kinleith. Sa femme était Christian MacKenzie. Ils ont eu 8 enfants. Leur fils aîné, Daniel b. 1793 à Colinton, épousa Mary Duncan of Uphall. Daniel, qui était un papetier comme son père, et Mary résidaient à Linlithgow, West Lothian et avaient également 8 enfants. En 1848, la famille a émigré aux États-Unis et a vécu à Norwich dans le Connecticut. Leur fils, John b. 1823 à Currie, épouse Caroline Sears dans le Connecticut. Caroline était originaire du Kent, en Angleterre. Ils eurent un fils nommé Daniel Frederick b. 1854 qui épousa Martha Barzilla Chadwick qui était originaire de la région du Derbyshire en Angleterre. Leur fils, William Robert McNeil b. 1879 à Norwich Connecticut, est l'arrière-grand-père de cet homme. Toutes les personnes ci-dessus (à l'exception de Daniel 1770 et de sa femme Christian MacKenzie) sont enterrées dans le cimetière Yantic à Norwich Connecticut.

Le kit 191832 est destiné à un homme qui descend de William McNeill (vers 1801), un tisserand de Paisley, en Écosse. Le fils de William était John et le fils de John était William. La génération suivante était John qui vivait à Linlithgow, en Écosse, en tant que jeune homme. Les descendants vivent dans l'Oregon, aux États-Unis.

Nous n'avons aucune information pour le participant qui est représenté par le kit numéro 193440.

Les résultats pour le kit 196207 sont pour un homme qui descend de Bradford MacNeill (né en 1889) de Summerside, Prince Edward Island, Canada. Ses parents étaient Joseph McNeill (né en 1849 à l'Île-du-Prince-Édouard et décédé en 1933 en Saskatchewan) et Adeline Harrington. Les parents de Joseph étaient Alexander McNeill et Mary McNeill qui exploitaient une ferme sur le lot 16, Î.-P.-É.

Le participant 196783 descend de William McNeill, b. 1851 à Blackbraes, Stirlingshire, Écosse. Certains membres de cette famille ont émigré à Dunedin, en Nouvelle-Zélande.

Le participant 200236 est un descendant de Rory ‘Big’ de Barra qui était censé avoir été le frère adoptif du Laird de Barra par l'intermédiaire de son fils John qui a épousé Ann MacDougall. John et Ann ont eu un fils connu sous le nom de «Domhnall nan Ubhlan» (Donald des pommes) qui a épousé Hannah ‘Ann’ Brown. En 1855, ils ont eu un fils, Thomas MacNeil, né à Castle Bay, au Cap-Breton, qui a finalement épousé Annie MacPhee de Woodbine, au Cap-Breton. Thomas et Annie ont eu un fils Thomas né à Framingham, Mass. en 1891. Ce participant descend de lui.

Les résultats pour le kit 205406 sont pour un homme qui descend d'Alexander McNeill du lot 16 Grand River, Î.-P.-É. Il est apparenté aux participants 76977 et 196207.

Le participant 205610 a des racines dans la région des îles Rouges du Cap-Breton. Il descend d'Alexander MacNeil, qui a épousé Margaret Campbell, par leur fils John qui est probablement décédé en mai 1862. John MacNeil a épousé Jane 'Jessie' MacDonald des îles Rouges. Ils eurent un fils, John William MacNeil, né vers le 27 janvier 1849 à Soldier’s Cove. John William MacNeil épousa Mary Ann Price à Halifax, en Nouvelle-Écosse, le 12 février 1889. Cette participante descend de leur fils Daniel Joseph MacNeil.

Les résultats pour le kit 207143 sont pour un descendant de Roderick, possiblement du lot 28 PEI (Recensement 1841). Roderick a eu un fils Daniel McNeil b. décédé le 25 décembre 1850 à Summerside, PEI, décédé le 10 mars 1903 dans la région de Boston.

Ces résultats pour le kit 207434 proviennent d'un homme qui descend d'un Daniel McNeil du Minnesota qui a des racines en Nouvelle-Écosse ou à l'Île-du-Prince-Édouard.

Les résultats du participant 206620 suggèrent que certaines des premières familles MacNeil de la région de Québec sont d'origine Barra. Cet homme descend de Peter 'Pierre' McNeil qui est né vers 1902 dans la province de Québec. Peter était le fils de Thomas McNeil et d'Annie Philips de Québec. Thomas est né en 1877 de Peter 'Pierre' McNeil (né vers 1846) et de son épouse Bridget Walsh. Ce Peter 'Pierre' était le fils de Peter 'Pierre' (né vers 1824 à Québec) et de Marian Theresa 'Maria' Malone. Ce Peter 'Pierre' McNeil est né vers le 21 janvier 1797 à Québec de Peter 'Pierre'McNeil et de Marie Bornais. Ce participant a lié ce Peter 'Pierre'McNeil à Rory 'Honore' McNeil et son épouse Marie-Thérèse Hamel. Rory 'Honore' McNeil est né vers le 4 février 1779 de John 'Jean' et Margaret 'Marqueritte' McNeil. Une correspondance pour cette famille, avec des résultats connus de Barra MacNeil, suggère une émigration très précoce de Barra vers la région de Québec pour l'ancêtre de ce participant.


Le participant 210426 descend de James McNeal, né vers 1799 en Caroline du Sud, qui a eu des fils John, Henry, Middleton, William et Cicero McNeal, et une fille, Nancy (vers 1831-vers 1905), qui a épousé Bailey Barton Murphree. Le fils de James William était un soldat du 28e régiment confédéré de l'Alabama pendant la guerre civile, il a été capturé et envoyé à la prison de Rock Island, il a signé le serment d'allégeance en avril 1864. William a épousé Martha Hall dont le père, George Washington Hall, était dans le même Regt. comme Guillaume. Leur fils, William Cicero McNeal, était né. né le 13 mai 1864 en Alabama, peut-être dans le comté de Clay. William Cicero McNeal épousa Nancy Jane Amos le 19 juillet 1882 à Duck Springs, Etowah Co., Alabama.

Le participant 213644 représente la lignée de Lachlan Buie McNeill de Tirfergus, Kintyre. Selon la généalogie traditionnelle, il s'agit de la plus grande branche descendant de Torquil McNeill, agent de Castle Sween à Knapdale. La ligne descend par Neil Buie de Kintyre et Killoquin, Co. Antrim, Daniel / Donald, Neil Buie, Alexander of Colliers' Hall, Ballycastle et John McNeile (1788-1852) de Parkmount, Belfast, Co. Antrim.

Le participant 218421 descend du capitaine Daniel McNeill et Harriet Shields du townland de Ballyvoy dans la paroisse de Culfeightrin, dans le comté d'Antrim, en Irlande. Ils y ont vécu dans les années 1790 et 1800. Leur fils William John McNeil est né en 1806. Ce participant descend de William John.

Le participant 221851 descend de Malcolm "Calum Ruadh" MacNeil et de son épouse Christy MacNeil de Barra. Ce couple vivait dans le village de Kentangaval, Barra, en Écosse. Ils ont eu un fils nommé Rory MacNeil qui a épousé Sarah MacPherson (d/o Rory). Rory MacNeil est né vers 1787 à Barra et décédé le 2 septembre 1872 à Shenacadie, au Cap-Breton.

Le participant 230797 descend de Donald 'Daniel' MacNeil né vers 1843 à Shenacadie, Cap-Breton et décédé à Liverpool, Lancashire, Angleterre. Daniel a épousé Mary Byrne de New Ross, en Irlande. Daniel était le fils de Neil 'Ban' MacNeil et Jessie MacNeil (d/o John s/o Donald 'Og' MacNeil). Neil a probablement été baptisé le 13 février 1815 à Brebheig, Barra. Il était probablement le fils de Neil 'Mor' MacNeil et Ann MacNeil s'est marié le 25 novembre 1812 à Barra. Neil 'Mor' était probablement le fils d'Allan Og MacNeil de Quire, Barra et de sa femme Rachel MacPhee.

Le participant 250707 descend de Daniel MacNeill né en 1847 à Miscouche à l'Île-du-Prince-Édouard. Le père de Daniel était John Alexander MacNeill ou Alexander John (pas sûr). On pense qu'Alexandre pourrait être celui qui a immigré d'Écosse.

Le participant 258346 descend de Duncan McNeill et Mary Munro qui se sont mariés en 1789 et vivaient dans la paroisse de Kilchrenan & Dalavich dans l'est de l'Argyll. La famille vivait du côté sud du Loch Awe avant d'émigrer en Nouvelle-Zélande en 1877.

Le participant 258545 représente la lignée des McNeills qui étaient les seigneurs de Colonsay. Selon la généalogie traditionnelle, il s'agit de l'une des principales branches descendant de Torquil McNeill, connétable de Castle Sween à Knapdale. Dans l'histoire enregistrée plus tard, la lignée passe par Donald de Crear et Colonsay, Malcolm de Colonsay (1701) et Alexandre de Colonsay.

Le participant 259113 descend de Jonathan "Eoin Ruadh" MacNeil qui était marié à Anna MacMullin. Ce couple vivait à Boisdale, au Cap-Breton. Eoin est né vers 1824 et décédé le 2 avril 1874 à Glasgow, au Cap-Breton, dans la région de Boisdale. Eoin était le fils de James 'Jim' MacNeil et Christy MacSween. James est né vers 1798 à Glasgow, en Écosse, et il est décédé le 10 octobre 1869 à Glasgow, au Cap-Breton. James était le fils d'Hector MacNeil et de Margaret MacDougall de Barra et Grand Narrows, au Cap-Breton. Hector est décédé le 3 mars 1850 et est né à Barra vers 1763. Selon l'histoire orale, Hector était un descendant de la lignée des Chiefly. Il était le s/o Alexander s/o Roderick the Dove 19e chef du clan MacNeil.

Le participant 259507 descend d'une famille de MacNeill qui vit sur l'île de Gigha depuis le début des registres paroissiaux là-bas. Les premiers ancêtres enregistrés étaient John McNeill et Isabella Graham, mariés vers 1803, et leur fils Angus McNeill et Margaret McMillan, mariés en 1845, Gigha.

Le participant 269797 descend de Barra MacNeils qui a quitté la région de Margaree au Cap-Breton et a déménagé dans la région de la vallée de Codroy à Terre-Neuve. Il descend de John 'Big' MacNeil (s/o John MacNeil et Mary Brown) qui épousa Jessie MacNeil (d/o John MacNeil et Ann MacDonald) à Margaree le 14 février 1841. Ils eurent un fils Michael MacNeil né le 18 mai 1842 à Margaree décédée le 16 février 1926 à Tompkins, Terre-Neuve. Michael épousa Mina Osmond et ils eurent un fils Anthony né le 3 juillet 1872 à Little River, à Terre-Neuve. Anthony a épousé Martha Ford.

Le participant 270979 descend d'Eoin MacNeil et Christy Gillis de Barra. Eoin et Christy ont eu un fils Donald qui a épousé Annie Campbell (d/o John Ban Campbell de Barra). Donald est né vers 1783 à Barra. Donald a eu un fils nommé Donald baptisé le 12 mars 1822 à Brebheig, Barra, en Écosse. Il a émigré à MacNeil's Vale, au Cap-Breton dans la région d'Iona et a épousé Elizabeth (Alasdair 'Mor') MacNeil. Ils eurent un fils Michael David né vers 1854 qui épousa Flora (Roderick H.) MacNeil de Gillis Point, Cap-Breton.

Les participants 281963 sont pour un homme qui descend d'Alexander (Eoin) MacNeil de Barra. Cet homme avait un fils connu sous le nom de Donald "Ban" b. vers 1821, probablement dans la région de Boisdale, au Cap-Breton, qui épousa Catherine (John Mor) MacKinnon. Ils eurent un fils nommé Alexander qui épousa Catherine MacGillivray et s'installa à Springfield, Massachusetts. Voir les résultats pour le kit 61688.

Les résultats pour 858483 sont pour un descendant de John McNeel Jr., qui est né en Caroline du Sud en 1770, a passé 22 ans (1796-1818) dans le comté de Warren, Kentucky, 2 ans en Arkansas (1819-1821), et le dernier 11 ans de sa vie dans le comté de Brazoria, Texas (1822-1833). John avait des frères nommés Daniel et Simon et leur père était John McNeel Sr. Ils descendaient d'un Barra MacNeil (R1b-L165). La légende familiale affirme qu'il s'appelait Domhnall (Donald) MacNeil.

Le participant N2468 descend de Martha McNeill, b. 1830 au Canada, qui était « de Harwich » lorsqu'elle s'est mariée. Elle s'est mariée à l'âge de 14 ans. Les résultats de l'ADNmt de cette participante sont affichés avec le projet.

Les résultats pour N5163 sont pour un homme qui descend de Nelson Arthur Neil, b. 1820 en TN. Il est décédé en 1876 à Dade Co, MO. Il épousa en 1843 Margaret Jane Savage. Neilson était le fils de Jesse Neil, b. 1792 à TN (peut-être McMinn Co.) qui a déménagé à Polk Co, MO en 1838. Il est décédé en 1852. Il a épousé Rachel Savage, b. 179 ? TN.

Les résultats pour N5647 sont pour un homme qui descend de Walter Neilson, b. 1807, Paisley, Écosse. Walter était le fils de Walter Neilson (Nilson), b. c. 1785, vraisemblablement à Paisley, en Écosse. Il mourut à Elderslie, district d'Abbey (Landward), qui était un village à trois kilomètres au sud-ouest de Paisley. Walter Senior était un fils de Charles Neilson, date et lieu de naissance inconnus.

Les résultats pour N8072 sont pour un homme qui descend de Godfrey McNeill qui est né en Écosse vers 1755 et a immigré aux États-Unis en 1760. Il a épousé Catherine McDougald. Ils eurent un fils Daniel McNeill 1772 - 1837, qui eut un fils William H. McNeill 1808 - ?, qui eut un fils James S. McNeill 1837 - 1906. Cet homme descend de James.

Les résultats pour N19552 sont pour un descendant d'Archibald McNeill. En 1739, Hector McNeill apporta une colonie en Amérique. Cette colonie s'est installée dans le comté de Columbia, près de "Cross Creek", l'emplacement actuel de Fayetteville, en Caroline du Nord, aux États-Unis. Dans cette colonie de colons se trouvait un "Laird Archibald McNeill". Cet Archibald McNeill s'est installé au "Bluff" et est enterré à l'église de Bluff. Archibald a eu un fils Malcolm McNeill qui a épousé une inconnue Mary. Leur troisième enfant était James (Sr.) qui a épousé Jane Smilie. Entre 1812 et 1815 environ, ils s'installèrent à Line Creek, à trois milles au SE de Pine Level, en Alabama. James McNeill (Jr.) (cinquième enfant de James et Jane) est né le 4 février 1816. Il a épousé Eliza Barnett. Ce participant descend de ce couple.

Les résultats pour N26269 concernent un descendant de James MacNeil de Barra qui aurait épousé Catherine (Philip) MacNeil. Ils ont eu un fils Donald b. ca 1775 à Barra qui est probablement décédé le 29 janvier 1870 à l'âge de 95 ans à Big Pond près de Shenacadie, Cap-Breton, Nouvelle-Écosse. Il a épousé Mary (Roderick, John, Rory the Piper) MacNeil. Ils ont eu un fils Rory b. vers 1820 qui épousa Catherine Campbell. Ce participant descend de leur fils John "Mason" MacNeil.

Les résultats pour N28376 concernent un descendant de William Blair McNeil, né dans le comté de Tazewell, en Virginie, et décédé dans le comté de Buchanan, en Virginie. Le père de William était John Norris (ou Morris) McNeil (1799-1868), né en Caroline du Sud et enterré dans le comté de Tazewell, en Virginie. Le père de John Norris était John Malcolm McNeil (probablement orthographié MacNeil), né en Écosse en 1759 et installé dans le comté de Sumter, en Caroline du Sud. John Malcolm est décédé en 1842. La mère de John Norris était Mary Norris, née en Écosse en 1756.

Les résultats pour N30638 concernent un descendant de Wellington McNeill qui a vécu du début au milieu des années 1800 (D.O.B. inconnu). Il était tisserand. Il avait un fils, John McNeill (et peut-être d'autres enfants) né vers 1853 à Ballymoney (?), Co Antrim, Irlande du Nord. John épousa Mary Ann Hunter le 25 mars 1873 à Bushvale Presbyterian, Ballymoney, Co Antrim.

Les résultats pour N31420 sont pour un descendant d'Abraham McNeil (ou McNeill). Abraham a eu un fils William qui est né le 28 mars 1746 à Ballymoney, en Irlande du Nord. Abraham a immigré à Derryfield (aujourd'hui Manchester), New Hampshire, où il est mort en 1757. Il est peut-être né en Écosse, peut-être en Argyll.

Le participant N31924 descend d'un John Ellis né vers 1810 à Ballymena, dans le comté d'Antrim, en Irlande. John est décédé à Liverpool, en Angleterre. Il était marié à Henrietta Galilee b. 1830 à Staithes, Yorkshire, Angleterre.

Le participant N39769 a des résultats affichés dans le tableau ADNmt. Ce sont les résultats de la lignée maternelle pour une femme qui est une MacNeil par la lignée paternelle.

On ne sait rien de l'ascendance du participant N41057. Ce participant a également des résultats d'ADNmt affichés avec le projet.

Les résultats pour N41854 sont pour un homme qui descend de Roderick "Rory Ban" MacNeil qui est né à Barra vers 1756. Cet homme s'est établi en Nouvelle-France près d'Antigonish, en Nouvelle-Écosse. Il était marié à Catherine Campbell. Ils eurent un fils, Angus, né vers 1809 à Malignant Cove, en Nouvelle-Écosse. Il épousa Sarah MacDonald et ils eurent un fils nommé Roderick b. vers 1850. Il épousa Bridget Emma DeLorey. Cet homme descend de ce couple.

Le participant N41960 descend d'un Percy Hiram Elliott de Cumberland, en Nouvelle-Écosse. Cette personne a également des résultats d'ADNmt affichés avec le projet.

Le participant N42909 descend de Donald MacPhee qui était b. vers 1784 à l'Île-du-Prince-Édouard. Il a épousé Ann 'Nancy' Morrison. Donald est décédé aux îles Indiennes, au Cap-Breton, le 6 octobre 1869. Ce couple a eu un fils Stephen MacPhee b. ca 1828 qui a épousé Flora O'Handley. Ce participant descend de ce couple. Ce MacPhee correspond aux membres MacNeil du groupe Barra R1a.

Les résultats pour N45055 sont pour un descendant d'un homme nommé John Baptiste McIntyre b. 1766 qui épousa Reine Bergeron le 3 janvier 1797 à Carleton, Québec. Selon sa pierre tombale, John Baptist McIntyre est né en 1766 à Barrow, en Écosse, mais un tel endroit n'existe pas - on pense donc qu'il est peut-être né à Barra, en Écosse.

Le participant N146438 descend d'un Daniel McNeill né en Écosse vers 1746. L'emplacement exact n'est pas connu, bien que la tradition familiale soit que ce Daniel soit né à Gigha. Cependant, il est également possible qu'il soit né à Cowal et Knapdale ou Kintyre. La tradition familiale a également ce Daniel qui a immigré dans la colonie d'Argyll en Caroline du Nord (plus tard aux États-Unis) au cours de la période 1758 - 1760. La première preuve documentée de ce Daniel est la propriété foncière sur James Creek dans le comté de Cumberland (aujourd'hui le comté de Hoke) en 1772. Le la famille a ensuite déménagé dans le comté de Moore (formé du comté de Cumberland). Il épousa Sarah McKay, la fille d'Archibald McKay (né en 1720 et décédé en 1797) et d'Ann Gilchrist. Il décède en mars 1829 à l'âge de 83 ans.

Le fils aîné de Daniel était Archibald (né vers 1771 en Caroline du Nord et vers 1838 dans le Mississippi) qui a été sénateur de l'État de Caroline du Nord pendant deux mandats et membre du Congrès des États-Unis pendant deux mandats. La famille a émigré au Mississippi au milieu des années 1830 et certains membres ont déménagé en Alabama et d'autres plus tard au Texas. Le fils aîné d'Archibald, Thomas (né en 1801 et décédé vers 1880), est cependant resté dans le comté de Moore, en Caroline du Nord. Le participant est un descendant de ce Thomas, dont de nombreux descendants vivent encore dans le comté de Moore, en Caroline du Nord.


Le participant B616995 descend de Malcolm McNeil né vers 1790 dans le comté de Sumter, SC décédé vers 1844 et était marié à Sarah Abigail L. Broughton de la famille Broughton de Charleston, SC (Mulberry Plantation, Moncks Corner, SC). Abigail est née en 1793, à Sumter, SC, et décédée en 1868 à Monroeville, AL. Malcolm et Abigail ainsi que des membres de la famille Broughton ont voyagé par train de wagons jusqu'au comté de Monroe, AL, arrivant en janvier 1817. Malcolm et Abigail ont eu 8 enfants : Daniel Malcolm, James Nathaniel, Mary Margaret, Broughton, John Archibald, Zilpha Eliza, Charles Robert et Madeline. James Nathaniel (1819-1906), James Nathaniel II (1850-1894), James Nathaniel III (1885-1974) et James Monroe (1922-2014) complètent la lignée de ce participant. Abigail et les 3 James Nathaniel sont enterrés au Ridge Cemetery dans le comté de Monroe, en Alabama. Malcolm serait enterré à la fourche de 2 ruisseaux sur une propriété qu'il possédait dans la région.


Neil MacLean

Actuellement, Neil MacLean occupe le poste d'agent des relations avec les investisseurs chez The Keg Royalties Income Fund et directeur financier, vice-président exécutif et directeur chez Keg Restaurants Ltd.

Keg Restaurants Ltd.
Le Fonds de revenu Keg Royalties

Président, président, chef de la direction et administrateur de The Keg Royalties Income Fund

Probabilité de relation : forte

Partenaire au Thunderbird Show Park

Probabilité de relation : forte

Président du conseil d'administration et secrétaire du Keg Royalties Income Fund

Probabilité de relation : forte

Vice-président, Legal & General Counsel de KRL chez The Keg Royalties Income Fund

Probabilité de relation : forte

Chef du marketing chez The Keg Royalties Income Fund

Probabilité de relation : forte

Président et chef de la direction chez Emblem Corp.

Probabilité de relation : forte

Associé chez Springhouse Investments Corp.

Probabilité de relation : forte

Président de Harley Street Holdings, Inc.

Probabilité de relation : forte

Probabilité de relation : forte

Vice-président à l'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières

Probabilité de relation : forte

Révélez des informations plus approfondies sur les relations de votre organisation
avec RelSci Contact Aggregator.

Renforcez vos applications d'entreprise avec le leader de l'industrie
Données de relation de l'API RelSci.

Obtenez des informations de contact sur le
Décideurs les plus influents du monde.

Découvrez la puissance de votre réseau avec
Produits RelSci Premium.

Keg Restaurants Ltd. s'engage dans la franchise de restaurants de grillades et de bars au Canada et aux États-Unis. Il propose des produits alimentaires tels que des salades, du crabe royal, des côtes levées, des hors-d'œuvre, de délicieuses vinaigrettes, de délicieuses sauces, des assaisonnements savoureux, un mélange César et des champignons. La société a été fondée par George Tidball en 1971 et a son siège à Richmond, Cana da.

Le Keg Royalties Income Fund est un fonds à capital variable dont l'objectif est de fournir des distributions mensuelles constantes aux porteurs de parts au niveau durable le plus élevé. La société a été fondée en mai 2002 et son siège social est situé à Richmond, au Canada.


Neil Maclean - Histoire

Une petite quantité de contrats dactylographiés et olographes, de correspondance et de documents associés, entre et concernant Alasdair Maclean, son éditeur et d'autres parties intéressées. Différentes tailles et dates, le tout logé dans trois chemises manille. Quelques brunissements et usures générales des bords conformes à l'âge, mais une collection bien conservée.

DOCUMENTS ET CORRESPONDANCE RELATIFS À L'HISTOIRE DE L'ÉDITION DE QUATRE LIVRES (UN INÉDIT) D'ALASDAIR MACLEAN, Y COMPRIS DES PROTOCOLE D'ACCORD, UNE COLLECTION DE PLUS DE 30 ALS ET TLS DE L'AUTEUR, ET DES DOCUMENTS CONCERNANT LES NÉGOCIATIONS ET LES PRÉPARATIONS POUR GLASGOW, SON DERNIER LIVRE INÉDIT. Une trace écrite complète couvrant toute la carrière littéraire de Maclean, dans le contexte émouvant de sa vie austère et malheureuse.

En 1972, Giles Gordon, directeur éditorial de longue date de Gollancz, quitte l'entreprise pour devenir agent littéraire et consacrer plus de temps à sa propre écriture. Sa place à Gollancz a été prise par Kevin Crossley-Holland, qui a entrepris de rajeunir la liste de poésie de l'entreprise. L'une de ses premières signatures fut Alasdair Maclean, un petit fermier d'Ardnamurchan, dont la poésie inédite avait été montrée à Crossley-Holland par George MacBeth. Le premier contact a été établi en août 1972, lorsque Crossley-Holland a écrit à Maclean à propos de ses poèmes : « Je pense qu'ils sont extrêmement impressionnants. à.'

DOSSIER UN : DE LA NATURE

-- ALS de Maclean à Crossley-Holland, 8 août 1972 : « Cher M. Crossley-Holland, George Macbeth me dit que vous êtes intéressé par mon volume de poèmes et que si je l'offre à Gollancz il y a une possibilité qu'ils puissent le publier. [. ] Toute légère hésitation que j'ai est due au fait que je ne me sens parfois pas très à l'aise dans la scène poétique britannique et que je ne vois pas beaucoup de signes de parenté de ce côté de l'eau, sauf avec Lawrence, qui est mort depuis longtemps.'

-- ALS de Maclean à Crossley-Holland, 13 septembre 1972, renfermant le manuscrit ("Voici mon livre, que je suis très heureux d'offrir à Gollancz.) et, en référence à une émission de radio récente où il craint que son accent ne lui aucune faveur : « J'ai eu une bonne partie de mon éducation à Glasgow, où mon père était allé chercher du travail, et la composante de Glasgow dans mon accent ressort fortement à l'antenne dans toute sa grande laideur. La réponse de Corssley-Holland (6 novembre 1972) accepte la collection pour publication : « Je pense que vous avez magnifiquement enregistré la tension en chacun de nous entre notre force vitale et les pressions, les tensions et les regrets qui nous pèsent. Et je réponds personnellement très fortement aux poèmes qui sont si ouverts, des poèmes qui, peu importe combien ils peuvent donner [sic] à une seconde ou à une troisième lecture ou à une lecture ultérieure, offrent beaucoup la première fois.

-- ALS de Maclean à Crossley-Holland, 5 décembre 1972, enfermant le texte de présentation proposé par Maclean dans un holographe (et utilisé tel quel sur l'emballage du livre), et suggérant le titre Ouest et Nord pour le livre. « Je voudrais dédier le livre « À mes parents » [. ] À propos des coupures -- j'aimerais laisser tomber « Mother at the Fireside » [un poème court et touchant sur la mort imminente] parce que cela ne serait pas compris à la maison et pourrait faire mal. [. ] 'Je n'aime pas beaucoup la tradition du texte de présentation anonyme avec son éloge de soi caché. Je pense que le lecteur est mieux servi par une déclaration d'intention factuelle de l'écrivain, avec son nom en annexe. Je joins le genre de chose que je préfère. (Le texte de présentation apparaissait avec le nom de Maclean attaché. Le titre final du livre, From The Wilderness, est suggéré par Crossley-Holland dans une lettre à Maclean datée du 19 décembre 1972. daté du 26 janvier 1973, écrit : "Je pense que nous devrions nous contenter de 'From the Wilderness' comme titre. Vous êtes l'éditeur et je dois supposer que vous savez ce que vous faites, sinon nous n'avons aucune base pour une relation Et je suis sûr que vous le savez.')

-- Mémorandum d'accord original dactylographié pour le livre entre Gollancz et Maclean, 5 janvier 1973, signé par Maclean et le président de Gollancz John Bush

-- Accord original dactylographié pour l'édition américaine du livre, 11 octobre 1974, signé par John Bush

-- Notice biographique de l'auteur, complétée à la main et longuement par Maclean le 25 mars 1973

-- Un échange de correspondance entre Crossley-Holland et Trevor Royle du Scottish Arts Council, mars 1973, concernant Maclean ayant été proposé pour une bourse, dans lequel Crossley-Holland est enthousiaste, et plutôt émouvant, dans son éloge de Maclean : «Ceci, pour mon argent, est le premier recueil le plus remarquable auquel j'ai été associé en tant qu'éditeur de poésie en dix ans, ici et à Macmillan. Je ne peux pas pour la vie de moi penser pourquoi Faber l'a laissé passer. [. ] . Je suis fier en tant que poète et éditeur d'être associé à lui.

-- Une collection de correspondance, été/automne 1973, concernant le livre faisant le choix de Noël de la Poetry Book Society, et une copie du bulletin de la Poetry Book Society pour Noël cette année-là

-- Longue ALS de Maclean à Crossley-Holland, 27 juillet 1973, discutant du livre (maintenant en voie de publication), de la lecture en public (il décline) et des projets futurs, ainsi que de l'impossibilité d'écrire dans son logement actuel et bruyant : ' Il est difficile de rester sain d'esprit dans un tel environnement, sans parler d'écrire de la poésie. Il y a beaucoup de jours où j'abandonne et je reste allongé à regarder le plafond. Pourtant, il y a aussi des problèmes majeurs à vivre dans la maison de mon père à Ardnamurchan.

-- ALS de Maclean, 24 septembre 1973, informant Crossley-Holland du décès du père de Maclean

-- Long TLS de Maclean à Crossley-Holland, 16 décembre 1973, discutant de critiques indifférentes et d'interviews de presse insatisfaisantes, mais plein de projets pour l'avenir et de nouvelles d'un prêt d'un studio tranquille dans le Hampshire dans lequel écrire. (Malgré l'ambivalence critique initiale, Du désert est allé à une deuxième impression, et a été acquis par Harper & Row pour la publication américaine)

-- Long ALS de Maclean à Crossley-Holland, 23 octobre 1974, enthousiaste à propos de la vente des droits américains du livre, et avec des nouvelles de l'amélioration des conditions domestiques (une caravane surplombant le Sound of Mull au bout du jardin de son frère)

-- Un important recueil de correspondances relatives à l'ouvrage émanant de tiers : autorisation d'extrait et d'anthologie, demandes de diffusion, invitations à prendre la parole etc.

DEUXIÈME DOSSIER : RÉVEILLER LES MORTS

Kevin Crossley-Holland a approché Maclean avec une offre de publier son recueil de poèmes, Réveiller les morts, en janvier 1976, après les avoir envoyés à la fin de 1975 avec un 4pp. description, de la main de Maclean's, de chacun des poèmes soumis. En février, une avance de £150 a été consentie, et en mars, le protocole d'accord a été rédigé et envoyé à Maclean pour signature.

Réveiller les morts a été publié le 18 novembre 1976.

-- Protocole d'accord en date du 18 mars 1976, signé et daté par Maclean le 4 avril

-- 4pp. rapport du lecteur sur les poèmes soumis, non daté et d'une main inconnue (bien que probablement celui de Crossley-Holland). Une ventilation très détaillée, perspicace et éclairante de chaque poème considéré pour l'inclusion dans la collection

-- ALS de Maclean à Crossley-Holland, 7 mars 1976, répondant à la lettre de Crossley-Holland (présente) discutant des poèmes à inclure dans la collection. Maclean est heureux de céder le contrôle éditorial complet et écrit sur le travail d'assistant de bibliothèque qu'il a accepté pour collecter des fonds pour l'achat d'une caravane d'occasion : et j'écrirai ma putain de tête.'

-- ALS de Maclean à Crossley-Holland, sans date ("lundi"), fournissant le texte de présentation de l'auteur à apparaître sur l'emballage du livre. (Ceci est apparu inchangé et en entier sur le livre, avec seulement la dernière phrase abandonnée au motif qu'elle était « inutilement antagoniste » : « Si je pouvais m'arranger pour être épargné par une classe de lecteurs, je m'arrangerais pour être épargné l'incurable esprit littéral.').

DOSSIER TROIS : LA NUIT TOMBE SUR ARDNAMURCHAN

Publié le 14 juin 1984.

-- Mémorandum d'accord original dactylographié entre Maclean et Gollancz pour le livre, 22 décembre 1983, signé par Maclean

-- Mémorandum d'accord original dactylographié entre Gollancz et Penguin, 20 août 1984, pour les droits de poche du livre, avec une extension signée de l'accord, 18 août 1993

-- Collection de correspondance relative à la gestation du livre : « Lorsque [Maclean] m'a écrit pour la dernière fois, en février, il vivait sur un cordon de chaussures dans la maison croft de son défunt père, loin sur Ardnamurchan Point, travaillant sur une prose livre sur l'endroit et sa vie.' (ALS Dawn MacLeod à Livia Gollancz, 24 août 1981). « Oui, je suis engagé dans un livre. Il s'appelle "Night Falls on Ardnamurchan" et est tissé autour de deux journaux, l'un tenu par mon défunt père, qui était un petit ouvrier de ce halet, et un autre tenu par moi, au cours d'un hiver récent que j'ai passé ici à essayer d'écrire .' (ALS Alasdair Maclean à Livia Gollancz, 11 septembre 1981). « Cher Bruce [Hunter, agent littéraire de Maclean], Vous me demandez encore une fois une copie dactylographiée du livre Ardnamurchan. Il est facile de s'asseoir dans un bureau confortable à Londres et d'écrire de petites notes plaintives - facile mais pas très utile. Je pourrais faire ça pour moi. Je désespère de vous faire jamais comprendre ce qu'est la vie pour moi ici. J'habite dans un chalet sans sanitaires, sans bain, sans eau courante ni électricité. [. ] J'ai passé la majeure partie de l'hiver et du printemps dernier à parcourir les plages à des kilomètres à la ronde à la recherche de bois flotté comme combustible.' (Photocopié TLS Maclean à Bruce Hunter, 11 juin 1982). « C'est un manuscrit incomplet et triste. [. ] [H]est amertume, et le sentiment de défaite et de misère qui suintent de ces pages, sont terriblement déprimants. [. ] Personnellement, je ne vois aucun avenir possible pour le misérable à moins qu'un organisme de bienfaisance ou un éditeur de charité ne le sauve. Sa poésie est excellente. Il a un vrai talent. Mais le présent manuscrit est non publiable et inachevé (Rapport de Reader, 20 août 1982). « Chère Livie, . J'ai été en contact avec Alasdair Maclain [sic] qui accepte votre proposition. Cela confirmera donc que vous allez maintenant effectuer un paiement de 250 £ qui garantit une option sur le livre pour voir le reste et faire des suggestions éditoriales. (TLS Hunter à Livia Gollancz, 20 septembre 1982)

-- Recueil de correspondance entre Livia Gollancz et les parties intéressées, cherchant à obtenir des bourses ou d'autres fonds pour Maclean afin de lui permettre de continuer à écrire. « Chère Livia, je suis sûr que vous serez heureux d'apprendre que vos efforts en ma faveur ont porté leurs fruits. J'ai reçu une bourse de 5000 £ du Scottish Arts Council. Je vous suis vraiment très reconnaissant. (ALS Maclean à Gollancz, 24 août 1983)

-- Correspondance longue et détaillée entre Maclean et Livia Gollancz (lettres de Gollancz fortement annotées par Maclean) concernant l'édition du livre en vue de sa publication et la suppression des citations de poésie utilisées dans le livre (décembre 1983/avril 1984)

-- Petite collection de correspondance entre Livia Gollancz et diverses parties intéressées (ou non intéressées), cherchant à sécuriser la publication de poche du livre (ces droits ont finalement été obtenus par Penguin) (La plupart de 1984)

-- TLS Maclean à Gollancz, 3 janvier 1985, la remerciant pour les nouvelles de la (deuxième) réimpression du livre.

DOSSIER QUATRE : GLASGOW (INÉDITÉ)

-- 4pp. plan dactylographié par Maclean du livre proposé

-- Original dactylographié du protocole d'accord entre Maclean et Gollancz, 5 septembre 1984, paraphé et signé par Maclean. (Annulé en août 1985)

-- Recueil de correspondance résultant de la soumission de la première partie du livre (maintenant appelé Rues Grises Rivière Rouge), y compris le rapport d'un lecteur défavorable (? de Livia Gollancz): 'Ce fut une grande déception pour moi. C'est une auto-analyse extrêmement complaisante, et pas un livre sur Glasgow en soi -- pas du tout ce à quoi je m'attendais, et pas du tout ce dont j'ai discuté avec Alisdair [sic]. Je me demande plutôt si nous devrions peut-être . abandonner l'idée du livre. Cependant, cela signifierait probablement abandonner Alisdair [sic] Maclean, nous devrions donc discuter de la question pour décider quoi faire. Une copie du TLS de Livia Gollancz à Bruce Hunter est également présente, refusant le matériel et annulant le contrat.

Une collection complète de documents, rares en dehors des archives d'un auteur, racontant l'histoire de toute une carrière littéraire.


Histoire du clan Armstrong

Le clan Armstrong est un clan Borders de Liddesdale et Langholm autour des terres discutables sur les marches occidentales des frontières.

Le clan est originaire de Cumberland, en Angleterre, mais s'est déplacé vers le nord au 13ème siècle, bien qu'il y ait au moins deux histoires contradictoires sur son fondateur. L'une parle d'un comte anglo-danois appelé Siward Digry (ce qui signifie « bras d'épée puissant »), qui était un neveu du roi Canut, et l'autre d'un homme appelé Fairbairn, membre de la cour écossaise.

Le clan avait une réputation redoutable en pillant les Marches de l'Ouest. Il pouvait rassembler 3 000 cavaliers, ce qui alarma non seulement la couronne anglaise, mais aussi la couronne écossaise. L'Armstrong le plus puissant était Johnnie Armstrong de Gilnockie, un reiver notoire, qui en 1530 a été capturé et pendu sur ordre du roi James V. Aujourd'hui Gilnockie Tower, à la tour de pele du 16ème siècle et la maison de Johnnie, est ouvert aux visiteurs et abrite le plus grande collection d'archives Armstrong au monde. L'astronaute Neil Armstrong a rendu visite à Gilnockie lorsqu'il a été nommé Freeman de Langholm. D'autres lieux d'intérêt incluent le château de l'Ermitage, où le 2e chef, Alexander Armstrong de Mangerton, a été tué.

Le clan Armstrong est armigerous, ce qui signifie qu'il n'a pas actuellement de chef de clan reconnu par la Cour du Seigneur Lyon.

Le tartan de clan remonte au moins à 1842, lorsqu'il est apparu dans le controversé Vestiarium Scoticum de John Sobieski Stuart, qui prétendait être une reproduction d'un manuscrit du XVe siècle. Le blason du clan est « un bras de l'épaule, armé, propre », avec la devise « Invictus Maneo » (« Je reste invaincu »).

Manitobains mémorables : Neil John MacLean (1870-1946)

Né à Lindsay, en Ontario, le 17 mars 1870, fils d'Archie et de Katherine MacLean, il est venu à Winnipeg en 1882 et a fait ses études à l'Université du Manitoba. En 1898, il est devenu chirurgien interne à l'Hôpital général de Winnipeg et a été chirurgien à l'Hôpital Saint-Boniface, à l'Hôpital pour enfants, à l'Hôpital militaire Tuxedo et au Sanatorium Ninette. Il a été professeur de chirurgien clinicien à l'Université du Manitoba. Il a servi trois ans dans le Corps des volontaires de cavalerie. Il a été président de la Western Surgical Association et de la Winnipeg Medico-Chirurgical Society. En 1911, il épousa Frankie May Taylor (?-?) de Winnipeg. Trois de ses fils sont devenus médecins et un quatrième a été tué sur la plage de Normandie le jour J. Il était membre du Scientific Club of Winnipeg (1906-1946), AF & AM, Canadian Club, Motor Country Club, British Medical Association, Canadian Medical Association et Manitoba Medical Association. Il est décédé à son domicile de Winnipeg, 67 Middlegate, le 13 novembre 1946 et a été enterré au cimetière Brookside.


Voir la vidéo: Zonos - Live at ze Meadows


Commentaires:

  1. Al-Sham

    Absolument avec vous, c'est d'accord. Idée bonne, c'est d'accord avec vous.

  2. Julabar

    Excusez-moi, j'ai pensé et supprimé le message

  3. Voistitoevitz

    Bravo, cette magnifique idée s'impose d'ailleurs

  4. Mizshura

    Il y a quelque chose là-dedans. Merci pour l'aide à ce sujet, je pense aussi que le plus simple sera le mieux ...

  5. Trumen

    Vous pouvez débattre à l'infini, donc je remercierai simplement l'auteur. Merci!

  6. Feldon

    Certainement. Et j'y ai fait face.



Écrire un message