Assurbanipal II

Assurbanipal II


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Fichier : L'armée d'Ashurbanipal II attaquant Memphis, Égypte, 645-635 avant notre ère, depuis Ninive, Irak. British Museum à Londres.jpg

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant20:24, 20 juin 20206 016 × 4 016 (17,4 Mo) Neuroforever (discussion | contributions) Téléchargé son propre travail avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Deuxième partie (ii) :

Assurbanipal comme Nabuchodonosor,

« Arbre cosmique »

"L'empereur est appelé celui qui s'étend et abrite ses vassaux – semblable à Nabuchodonosor dans Dan 4 …".

Certains passages du livre de M. H. Henze, Les La démence du roi Nabuchodonosor: Les origines anciennes du Proche-Orient et l'histoire ancienne de l'interprétation de Daniel 4 (BRILL, 1999), ne pas nuire à mon identification, dans cette série (voir aussi : https://www.academia.edu/33428527/Ashurbanipal_Manasseh_Necho_I-II_Nebuchednezzar._Part_Two_i_Ashurbanipal_as_Nebuchednezzar )

d'Assurbanipal comme Nabuchodonosor.

Et ainsi nous lisons de l'empereur comme un arbre cosmique protecteur (pp. 80-81):

Dans en plus de ces plus générales points communs dans les portraits de les arbre sacré partout les monde antique, il y a un certain nombre de détails particuliers dans la description de l'arbre cosmique dans Dan 4 qui se tient sans parallèle dans la Bible hébraïque, et qui demandent donc une attention particulière. L'un de ces détails est la littérature contexte de la vision arborescente. Comme nous l'avons déjà observé, toute l'histoire de La folie de Nabuchodonosor est coulé, au moins dans la version araméenne, sous la forme de une encyclique épître envoyée par le roi « à tous les peuples, nations et langues » (Dan 3:31). On retrouve la même image du monarque comme un arbre géant dans les prescriptions d'une épître assyrienne. Cela fait partie des formules d'introduction de la bénédiction dans un lettre envoyée au roi néo-assyrien Assurbanipal par un certain Adad-šum-usur, un éminent devin (barû) et conseiller royal (ummanu) déjà à l'époque du père d'Assurbanipal, Esarhaddon ….

Mon commentaire : D'après ma révision néo-assyrienne, Esarhaddon n'était pas le père d'Assurbanipal, mais était Assurbanipal, d'où était Nabuchodonosor.

Esarhaddon un ajustement tolérable pour le roi Nabuchodonosor

Cela signifierait que Adad-šum-usur ci-dessus n'aurait pas besoin d'être étiré chronologiquement au point d'avoir embrassé deux règnes (Esarhaddon plus Assurbanipal). Or, l'Ahikar biblique (Achior) était celui d'Esarhaddon. ummanu. Et W. van Soden a suggéré que Adad-šum-usur pourrait avoir été le modèle pour Ahikar (voir Sagesse dans l'ancien Israël, p. 43, n. 3).

Revenant à M. H. Henze et Adad-šum-usur

… qui a exercé une influence considérable à la cour. …. La ligne en question se lit comme suit,

zīmīka (MÚŠ-ka) lišmuḫu lirappišu ulūlī

(que les dieux accordent la progéniture à la roi, mon Seigneur) peut ton

le visage s'épanouit (et) rend l'abri large ….

La lettre, qui provient probablement de Le début de Les Assurbanipals règnent autour l'année 666 AEC [sic], s'ouvre sur une séquence de bénédictions. Ligne 14, la ligne cité ci-dessus, conclut cette partie introductive de l'épître. L'empereur est appelé celui qui s'étend et abrite ses vassaux à la manière de Nabuchodonosor dans Dan 4 qui, sous la forme d'un arbre cosmique, s'est agrandi pour héberger toutes les nations du monde (Dan 4:8-9.19). ….


Välde [ redigera | wikitexte redigera ]

Tidigt välde och de egyptiska kampanjerna [ redigera | wikitexte redigera ]

Efter Esarhaddons död 669 f.Kr. kröntes Ashurbanipal jusqu'aux Assyriens kung likt hans far planerat. Hans bror Shamash-shum-ukin kröntes våren efter jusqu'à Babylons konung och lät då återföra statyn av Marduk jusqu'à ce que staden då hans farfar Sanherib 20 r tidigare tagit statyn som krigsbyte efter att ha bränt ned Babylon. Shamash-shum-ukins 16 r som Babylons konung verkar ha varit fredliga men det är oklart hur mycket makt han egentligen hade [ 3 ] . Trots att han skall ha varit kung över hela Babylonien tyder vissa samtida källor på att guvernörerna i Nippur, Uruk och Ur samt vasallkungarna i Sjölandet (södra Sumer vid persiska viken) ignorerade den babyloniske ditävoret södra Sumer vid persiska viken.

Efter att både han och hans bror blivit kungar vände Ashurbanipal sin uppmärksamhet mot Egypten [ 8 ] . Egypten hade erövrats av Esarhaddon som tillfångatagit det egyptiska hovet samt farao Taharkas fils och fru. Han hade även placerat lojala guvernörer i riket. Taharka hade dock lyckats fly från Esarhaddons arméer [ 9 ] och vid 669 f.Kr. hade han återvänt till Egypten och lyckats återta riket [ 5 ] . Då erövrandet av Egypten setts som Esarhaddons största bedrift hade han själv varit på väg mot riket med sin armé för att än en gång inta det när han hastigt avled i sviterna av sjukdom [ 5 ] . Assurbanipal insåg det hot ett fritt Egypten utgjorde mot Assyrien och han beslutade sig därmed för att fullfölja sin fars kampanj. 667 Cour.f. envahir Assurbanipal Egypten och han lyckades driva tillbaka den egyptiska armén ända till Thebe som ings [ 8 ] . Taharka undkom dock än en gång och flydde tillbaka jusqu'à Nubien där han senare avled och efterträddes av farao Tantamanni.

Assurbanipal placerade Egypten sous en vasallkung vid namn Necho I och gjorde dennes fils Psamtik I jusqu'à kronprins av Egypten. Psamtik I var för tillfället i Nineve och studade. När Ashurbanipal lämnade Egypten och reste tillbaka jusqu'à Ninive anfölls riket igen, denna gång av Tantamanni som såg sin chans att återta riket till sin familjs räkning. Vid Memfis mötte han Nechos armé och även om Tantamanni förlorade slaget i sig stupade Necho vilket resulterade i att det egyptiska folket reste sig i uppror mot Assyrien. När Ashurbanipal fick reda på att Egypen än en gång gång gått förlorat samlade han sin armé och han begav sig åter igen mot riket, denna gång med Psamtik I vid sin sida. Tillsammans lyckades de två besegra Tantamannis arméer och Thebe intogs och plundrades en tredje gång av assyrierna på mindre än ett årtionde. Tantamanni flydde tillbaka jusqu'à Nubien och skulle inte komma att invadera Egypten igen. [ 8 ]

665 Cour.f. blev Psamtik I asssyrisk vasallkung samt farao av ​​Egypten och under de kommande åren Skulle Ashurbanipal komma att bli upptagen på annat håll vilket resulterade i att Psamtik I förklarade sigå självstyänngt, dn gennaier att Assyrierna skulle aldrig inta riket igen. [ 8 ]

Första elamitiska kampanjen. [ redigera | wikitexte redigera ]

665 Cour.f. utförde kung Urtak av Elam ett överraskningsanfall mot södra Babylonien men han drevs tillbaka av Shamash-shum-ukin och avled strax efter den misslyckade kampanjen. Urtak efterträddes av Teumman som inte var släkt med honom och som genast började rensa ut i det elamitiska hovet. Urtaks tre levande söner lyckades volent jusqu'à Assyrien där de fick skydd av Ashurbanipal trotte påtryckningar av Teumman att överlämna dem [ 10 ] . Innan han kunde gå i krig mot Elam tvingades han dock hantera en serie uppror i södra Babylonein där hövding Bel-iqisha av Gambulierna gjorde uppror efter att han anklagats för att ha stöttat Elam under deras invasion. Inte mycket är känt gällande upproret men ett meddelande från Ashurbanipal till guvernör Nabu-ushabshi av Uruk finns bevarat där Nabu-ushabshi beordras samla en armé och anfalla Gambulistammen. Guvernören svarar i ett annat meddelande att Bel-iqisha bär hela skulden för den elamitiska invasionen [ 3 ] . Bel-iqisha's uppror verkar inte ha skadat det assyriska imperiet nämnvärt och strax efter att upproret påbörjats dödades han av ett vildsvin. Hans fils Dunanu underkastade sig berline Ashurbanipal [ 3 ] .

Vid 653 Cour.f. Hade den politiska situationen mellan Elam och Assyrien försämrats jusqu'à den grad att krig startades mellan rikena. Assurbanipal inledde en kampanj mot Elam och vann flera segrar samt erövrade flera städer. Det sista avgörande slaget var slaget vid Ulai i närheten av Susa. Slaget slutade i en avgörande assyrisk seger och kung Teumman stupade tillsammans sin fils Tammaritu och vasallkung Shutruk-Nahhunte av Hidalu [ 10 ] . Efter slaget placerade Ashurbanipal Urtaks två söner Ummanigash och Tammaritu I som vasallkungar över riket [ 10 ] . Ummanigash blev kung av Madaktu och Susa och Tammaritu I av Hidalu. Assurbanipal beskriver sin seger som följande:

"Likt en fruktansvärd orkan övermannade jag Elam i sin helhet. Jag högg huvudet av Teumman, deras konung - den högmodige, som smidigt ondska. Oräkneliga krigare dräpte jag. vidéo baltu och ashagu. Deras blod lät jag flyta ned i floden Ulai som färgades röd likt bomull." [ 11 ]

Dunanu, hövding av Gambulierna hade under kriget gått över på Elams sida och efter den lyckade kampanjen vände Ashurbanipal till Gambuliernas land som han plundrade [ 3 ] . Han lät skriva följande om den erövringen :

"På marschen tillbaka gick jag för att möta Dunanu, kung av Gambulu, som satt sin tilltro till Elam. Shapibel, Gambulus fästning, erövrade jag. Jag gick in i staden och slaktade deras befolkning som lamm. Dunanu, som Sam'gunu det svårt för mig att utöva min makt i området - i kedjor, fjättrade av järn, bundna av järn, jag band deras händer och fötter. Resten av Bel-iqishas söner, hans familj, hans däven'ätt, . id och Bêl-êtir, söner till prokonsuln Nabû-shum-êresh, deras fäders ben, tillsammans med folket från Urbi, Tebê och Gambulu, deras kor, får, hästar, åsnor, mulåsnor. fästningen, rev jag ned och jag lät översvämma det land den stått på." [ 11 ]

Efter att ha krossat gambuliernas land tillsattes en adelsman vid namn Rimutu som kung av de kvarvarande gambulierna och han gick med på att betala tung tribut till det assyriska riket [ 3 ] .

Vad Ashurbanipal dock inte visste var att hans egen bror Shamash-shum-ukin varit med och uppviglat Elam jusqu'à att anfalla Assyrien och han hade jusqu'à och med bildat en hemlig koalition med det elamitiska riket. Shamash-shum-ukin hade tröttnat på att hans lillebror ständigt lade sig i Babyloniens affärer och han hade hoppat på att Elam skulle försvaga Assyrien nog för att han själv skulle kunna erövra riket [ 3 ] .

Problème avec Lydien och Kimmererna [ redigera | wikitexte redigera ]

Kimmerierna var ett nomadiskt indoeuropeiskt folkslag som levde norr om Assyrien i södra Kaukasus och de hade under Esarhaddons tid invaderat Assyrien men drivits tillbaka av den assyriske konungen. De hade då vänt västerut för att invadera Lydien som låg i västra Anatolien. Kung Gyges av Lydien skickade då ett sändebud jusqu'à Assyrien där han bad Ashurbanipal om hjälp med att möta det kommande kimmeriska hotet. Gyges påstod i meddelandet att han i en dröm mött den assyriske huvudguden Assur som sagt till honom att han måste be assyrierna om hjälp. Assyrien var vid denna tid knappt medvetna om Lydiens existens men Ashurbanipal gick med på att skicka trupper jusqu'à Lydien och hjälpa riket. Den kimmeriska invasionen besegrades 665 Cour.f. strax innan den elamitiska kampanjen mot Babylon och flera kimmeriska hövdingar togs jusqu'à fånga och fördes jusqu'à Ninive. [ 12 ]

Exakt hur många trupper assyrierna skickade jusqu'à Lydien är okänt men Gyges verkar ha varit missnöjd då han några år efteråt allierade sig med farao Psamtik I som vid deenna tid gjort Assygyen helt självständigt mot Ashurbanipal förbannade Gyges för hans svekfullhet och när Gyges chien 652 Cour.f. firades det i Assyrien. [ 12 ]

Sous den Elamitiska kampanjen 653 Cour.f. envahit l'Assyrien av en koalition av medier, perser och kimmerier. Då den assyriska armén var upptagen i Elam tvingades Ashurbanipal kalla på sina skytiska allierade som drev tillbaka hotet. Detta fick kimmerierna att än en gång vända mot Lydien som året därefter nästan erövrades helt. [ 12 ]

Gyges efterträddes av sin fils Ardys som än en gång bad Assyrien om hjälp mot kimmerierna. Ardys lät skicka ett meddelande där han skrev "Du förbannade min far och stor olycka följde honom, välsigna mig, din trogne tjänare, och jag skall vara dig trogen" det är okänt om men assykimmer jusqu'à ce que jag skall vara dig trogen Lydien blev assyrisque vasall. [ 12 ]

Shamash-shum-ukins babyloniska uppror. [ redigera | wikitexte redigera ]

På 650-talet f.Kr. Hade klyftan mellan Shamash-shum-ukin och Ashurbanipal blivit uppenbar även för det Assyriska rikets vasaller. I ett brev jusqu'à Ashurbanipal de Zakir, som var hovman vid Shamash-shum-ukins hov, berättar han om att besökare de Sjölandet öppet kritiserat Ashurbanipal i "ord som inte passar sig för en kung". ven om Shamash-shum-ukin blivit arg när han hörde besökarnas uttalanden hade han och hans guvernör Ubaru beslutat sig för att inte straffa besökarna [ 3 ] . Det riktiga upproret skedde dock 652 Cour.f. sannolikt i och med att Shamash-shum-ukin fick bekräftat att Elam skulle stödja Babylon i ett krig mot Assyrien trots att de nyligen besegrats av dem. Han höll ett tal jusqu'à Babylons folk där han sa att Ashurbanipal skulle "dra skam" över Babylonien om han fortsatte vara Assyriens konung. I och med att Babylon reste sig i uppror reste sig även resten av södra Mesopotamien med honom [ 3 ] . Skriver som följer d'Ashurbanipal :

"Je dessa dagar har Shamash-shum-ukin, min trolösa broder, som jag behandlat väl och gjort till kung av Babylon - Allt en kung behöver gav jag honom. Jag har utrustater, hästar, stridsvagnar till honom. Jag har givit honom städer , fält, plantage och människor som kan arbeta på dem, långt mer än vad min far beordrat. Men han har glömt den välvilja jag visat honom och har istället smitt onda planer. . Babylonierna, som varit lojala jusqu'à Assyrien och mina trogna vasaller har han bedragit med sina lögner." [ 11 ]

Enligt de assyriska skrifterna skall Shamash-shum-ukin lyckats finna många allierade för sitt uppror mot Assyrien. Assyriska skrifter delar upp dem i tre grupper, den första var Kaldéerna, Araméerna och det babyloniska folket, den andra gruppen utgjordes av det elamitiska riket och den tredje gruppen av kungadömena Gutium, Amurhru. Den sista gruppen tros hänvisa jusqu'à Medierna då inget av dessa riken fortfarande existerade vid tiden för Shamash-shum-ukins uppror men det är oklart. Meluhha kan även ha varit Les hommes égyptiens inget tyder på att de var aktiva i upproret mot Ashurbanipal. Shamash-shum-ukin hade även skickat gåvor jusqu'à Elam ("Mutor" enligt Ashurbanipal) vilket fått kung Ummanigash att skicka en stödarmé sous le général Undashe jusqu'à babyloniernas hjälp. [ 3 ]

Trots den stora alliansen såg situationen endast två r senare mörk ut för Shamash-shum-ukin. Assurbanipal hade intagit Sippar, Borsippa och Kutha och han belägrade nu själva Babylon. 648 Cour.f. föll staden slutligen till den assyriska armén efter att de utstått svält och sjukdom i två år och Babylon plundrades av de assyriska styrkorna. Shamash-shum-ukin skall enligt senare texter i och med stadens fall ha tagit sitt eget liv genom att sätta eld på sig och sin familj men de samtida källorna nämner endast att han gick ett grymtdar öde à till mögutes och förgjort hans liv" [ 13 ] . Det är därmed möjligt att han avrättades eller omkom i en olycka [ 3 ] . Ashurbanipal beskriver sin hämnd mot Shamash-shum-ukins anhängare med följande skrift:

"Assur, Sin, Shamash, Adad, Bêl, Nabu, Ishtar av Nineve, drottningen av Kidmuri, Ishtar av Erbil, Ninurta, Nergal och Nusku marscherade framför mig och dräpte mina fiender och kastade Shamash-shument-liga, min blivit min fiende, in i de brinnande flammorna och förgjorde honom. i elden med sin herre utan flydde istället för de mordiska stålknivarna, svälten, nöden och den brinnande elden. De fann en tillflykt . De stora gudarnas nät kan inte undvikas och de togs. , vagnar, bärstolar, deras älskarinnor och deras dieux fördes till mig och desssa män med sina vulgara munnar som uttalat sig vulgärt om Assur och planerat ondska mot mig . FA der, skar jag upp dem som en offre jusqu'à hans skugga. Deras kroppsdelar gav jag som mat jusqu'à hundarna, grisarna, vargarna och örnarna.Jusqu'à himlens fåglar och djupens fiskar." [ 11 ]

Efter att Shamash-shum-ukin besegrats gavs makten i Babylon jusqu'à Kandalanu som antingen var Ashurbanipals yngre bror eller en babylonisk adelsman som allierat sig med honom. Kandalanus Babylonien innehöll samma områden som när Shamash-shum-ukin var kung med undantag för Nippur som gjordes till en asssyrisk fästning [ 3 ] . Någon egentlig makt hade han dock inte och Babylonien var nu helt i Assyriens grepp [ 14 ] .

Andra kampanjen mot Elam [ redigera | wikitexte redigera ]

Elamiterna hade under kung Ummanigash allierat sig med Shamash-shum-ukin, delvis för att återta några av de områden som erövrats av Assyrien i den första kampanjen mot Elam. Ummanigash armé obéit à la vidéo Der och som resultat av detta avsattes han i Elam av Tammaritu II som nu blev rikets kung. Ummanigash flydde då jusqu'à Assyrien där han fick skydd i Ashurbanipals hov. Tammaritu II upplevde tillsammans med den kaldeiske krigsherren Nabu-bel-shumati några segrar mot assyrierna men han avsattes sedan själv i ett uppror 649 f.Kr. och en man vid namn Indabibi blev nu kung av Elam. Indabibi mördades i och med att Ashurbanipal hotade med att invadera Elam igen som hämnd för att de allierat sig med Shamash-shum-ukin och Humban-haltash III blev nu kung av Elam. [ dix ]

Nabu-bel-shumati fortsatte sitt krig mot Ashurbanipal och han använde sig av utposter i Elam för att vila och förbereda sig för de olika slagen och trots att Humban-haltash var villig att överlämna höverlämna den kaldeisen tillngka för att detta skulle vara möjligt [ 10 ] . Tack vare detta envahir Assyrien Elam 647 Cour.f. och efter ett kort motstånd flydde Humban-haltash upp i bergen och Tammaritu II återtog den elamitiska tronen igen. Efter att ha plundrat Khuzestan området återvände assyrierna hem och Humban-haltash ochtervände och tog än en gång över som kung av Elam [ 10 ] .

Assurbanipal var dock inte klar med riket. 646 Cour.f. envahir Assyrien Elam än en gång och Humban-haltash flydde åter igen upp i bergen. De assyriska trupperna jagade efter honom och plundrade alla städer i sin väg. Alla större städer i Elam plundrades och de småriken som tidigare betalat tribut jusqu'à Elam började nu betala tribut jusqu'à Assyrien istället, där ibland ett litet rike kallat Parsua som kan ha varit föregångarna up. Deras kung Kyros (möjligen farfar jusqu'au magasin Kyros den) hade till en början stridigt på Elams sida men efter att hans fils Arukku tagits som gisslan hade han gått över till Assyrierna [ 10 ] . ven riken som tidigare varit okända för assyrierna började betala tribut jusqu'à dem, jusqu'à exempel Ḫudimiri som "låg bortom Elam" [ 12 ] .

På väg tillbaka mot Assyrien beslutade sig Ashurbanipal för att plundra Susa [ 10 ] och han beskriver plundringen som följande i sina skrifter:

"På en månad och 25 dagars krossade jag provinser d'Elams, salt och shilu spred jag över dem. Dammet som var kvar av Susa, Madaktu, Haltemash och deras andra städer lät jag samla ihop och föra till Assyrien a.. Ljupska festligheter utrotade jag från dess fält. Idag vilar vildåsnor, gaseller och andra djur från slätten i deras städer som om de vore hemma." [ 8 ]

Efter kampanjen mot Elam fortsatte riket att existera sous la période de kort. Humban-haltash III slog signé i Madaktu där han berline Styrde Riket. Han överlämnade Nabu-bel-shumati jusqu'à assyrierna men Nabu-bel-shumati tog sitt liv på vägen jusqu'à Ninive. Kort därefter avsattes Humban-haltash i ett uppror och källorna i omgivande riken slutar därefter att nämna Elam [ 10 ] . Assurbanipal gjorde aldrig några försök att inkorporera riket till det assyriska imperiet och han lämnade istället området försvarslöst och övergivet. Elams fält och städer låg tomma under årtiondena efter kampanjen fram till dess att perserna begav sig in i området och bosatte sig där [ 8 ] .

Den arabiska kampanjen [ redigera | wikitexte redigera ]

Ashurbanipals kampanj mot den arabiska halvön uppmärksammas sällan av moderna historiker trots att det är den kampanj varifrån flest källor bevarats. Kampanjens kronologi är dock oklar och det verkar finnas flera versioner av vad som hände. Den första versionen verkar utspela sig 649 f.Kr. och beskriver hur kung Yauta, fils jusqu'à Hazael och kung av de arabiska Qedariterna (som tidigare varit vasaller jusqu'à Esarhaddon) gjorde uppror mot Ashurbanipal och allierade sig med en annan arabisk kung vid namn Ammuladdin. De två kungarna började sedan plundra det sydvästra assyriska imperiet. Enligt Ashurbanipal skall hans armé tillsammans med kung Kamas-halta av Moab besegrat upprorsmännen och Ammuladdin fördes i kedjor till Assyrien medan Yauta flydde. En lojal krigsherre vid namn Abiyate blev därefter kung av Qedariterna. Skrifterna om kampanjen 649 Cour.f. Skiljer sig från Ashurbanipals vanliga skrifter då han inte nämner händelsen som sin kampanj och den fiende kungen lyckas fly istället för att jagas ifatt och tas till fånga. [ 15 ]

Den andra versionen verkar utspela sig 648 f.Kr. beskriver hur Ashurbanipal besegrade Adiya som var en arabisk drottning. Skriften berättar vidare att Yauta därefter flydde till kung Natnu av Nabayye som dock vägrade ta emot honom då Nantu ville förbli lojal to Ashurbanipal. [ 15 ]

En tredje version placerar Yautas uppror ännu tidigare än de två andra versionerna och menar att upproret skedde samtidigt som Shamash-shum-ukins uppror och att de båda kungarna var allierade. den tredje versionen menar även att räderna mot sydvästra Assyrien var menade att dra manskap från de assyriska trupperna i Babylonien. [ 15 ]

Någon gång efter den första kampanjen mot arabiska halvön skall Ashurbanipal enligt den tredje versionen ha utfört ännu en kampanj i området. Texten handlar i stor del om Ashurbanipals marsch genom Syrien för att besegra kung Uiate (Kan vara Yauta men det är oklart) och hans arabiska armé. Enligt texten marscherar den assyriska armén genom Syrien jusqu'à Damaskus och sedan vidare jusqu'à Hulhuliti. Därefter intar de Abiyate, Usso och Akko. Ingen anledning jusqu'à denna kampanj ges och Nabayya som tidigare varit på Assyriens sida listas fade de besegrade. Ingen information ges om varför Nabayya och Assyrien är fiender i den andra kampanjen. [ 15 ]

Den sista och fjärde versionen av den arabiska kampanjen slår samman den tredje versionens två kampanjer till en kampanj och ger mer detaljer kring händelserna. Enligt den skall Abiyate ha ersatt Yauta som kung av Qedariterna och kung Ammuladdin skall ha varit den kung som allierade sig med Shamash-shum-ukin i det babyloniska upproret. Enligt skriften skall det krigsbyte som togs från araberna under kampanjen ha varit så stort att det skapade inflation i Assyrien och svält i arabiska halvön. Den fjärde versionen berättar även att det var Ashurbanipal själv som ledde kampanjen och att kung Uiate tillfångatogs och visades upp i Nineve tillsammans med fångarna från den elamitiska kampanjen. [ 15 ]

Tronföljden [ redigera | wikitexte redigera ]

Vart Ashurbanipals tid som kung av Assyrien slutar och där hans fils Ashur-etil-ilanis tid tar vid är okänt på grund av bristen av samtida källor. Ashurbanipals egna skrifter som är de huvudsakliga källorna till hans tid som kung upphör vid 636 f.Kr., möjligen då han vid denna period drabbades av sjukdom [ 3 ] . Ashur-etil-ilanis skrifter menar att hans far dog en naturlig död men berättar inte om när detta skedde. Innan 1800-talet e.Kr. då man började utföra arkeologiska utgrävningar i forna Assyrien trodde man att Ashurbanipal var Assyriens sista konung och att han brände sig själv och sin familj levande vid Nineves fall 612 f.Kr. då detta var vad som stod i de grekiska källorna [ 3 ] .

En tidigare teori är att Ashurbanipal avled 627 f.Kr. då det året nämns på en inskription i Harran skriven av den babyloniske konungen Nabonidus mor [ 8 ] . Skrifter skrevs dock hundra år efter datumet och anses därmed inte helt tillförlitlig. Att han skall ha dött 627 Cour.f. motbevisas även av att Harran tillföll Babylon 626 f.Kr. vilket innebär att de skrifter som hittats där från kungarna Ashur-etil-ilani och Sinsharishkun skulle ha varit omöjliga [ 14 ] . Det sista faktiska beviset för att Ashurbanipal är vid liv är ett kontrakt från staden Nippour 631 f.Kr. och det året har därmed blivit det år man tror att Ashurbanipal avled, abdikerade eller avsattes [ 16 ] .

Ett sätt att förklara hur Assurbanipal skulle ha dött 627 f.Kr. är att han var medregent jusqu'au péché fils Ashur-etil-ilani. Detta har dock aldrig skett tidigare i asssyrisk historia och Ashur-etil-ilani skriver själv att han blev kung efter att hans far avlidit. Det är möjligt att förvirringen med år 627 uppstått genom att Ashurbanipal i babyloniska källor berättas ha härskat samtidigt som Shamash-shum-ukin och Kandalanu. Då Kandalanu avled 627 Cour.f. kan det året ha förvirrats jusqu'à att även markera året för Ashurbanipals död. [ 14 ]

En annan teori framlagd av den polske historikern Stefan Zawadski i hans bok "La chute de l'Assyrie (1988)" är att Ashurbanipal och Kandalanu var samma person och att Kandalanu helt enkelt var det namn han använde sig av i Babylon. Detta har dock mött kritik på grund av flera anledningar. namn i Babylon tidigare i historien, för det andra anges olika regentlängder för kungarna då Ashurbanipals regenttid börjar 668 f.Kr. och Kandalanu's börjar 647 f.Kr.. För det tredje har alla assyriska kungar som häver Assyren och Babylon" vilket Ashurbanipal inte gör och för det fjärde även kanske viktigaste så verkar de babyloniska källorna hantera kungarna som två olika personer och inga samtida källor nämner att hallorna hantera kungarna som två olika personer och inga samtida källor nämner att hallorna varital skall]

Vad som än stämmer så efterträddes Ashurbanipal av sin fils Ashur-etil-ilani som kung av Assyrien medan en annan av hans söner vid namn Sinsharishkun fick staden Nippur i väntan på att Kandalanu skulle dö. Sinsharishkun var därefter planerad att bli kung av Babylon. [ 3 ]


??

??Assurbanipal [9] 、在位:前668年 [注釈 1] -前631/627年頃)は新アッシリア時代のアッシリア王。アッカド語では??Aššur-bāni-apli [10] [11] )と綴られる。父エサルハドンの跡を継いで前669年に王となり、死亡する前631/627年頃まで在位した。一般的??

編集

?? (*) ??
685年頃 0 ??
672年 13 ??
669年 16 ??
667年 18 ??
666年 19 ??
665年 20 1世をファラオに据える
652年 33 ??
650年 35 ??
648年 37 ??
647年 38 ??
636年 49 ??
631年 54 死亡?(前631年死亡説)
627年 57 死亡?(前627年死亡説)

父親であるエサルハドンには多数の息子がいたと見られ、アッシュルバニパルは恐らく4番目の息子であった。兄に王太子 シン・ナディン・アプリ (英語版) およびシャマシュ・シュム・ウキンと シャマシュ・メトゥ(英語版) がおり [13] [14] 、姉にシェルア・エテラトがいた [15] 。王太子シン・ナディン・アプリは前674年に急死した。自らが非常に困難な王位継承争い[16] 。エサルハドンはこの王位継承の計画において3番目の息子シャマシュ・メトゥ・[17]

前672年5月、アッシュルバニパルはエサルハドンによってアッシリアの後継者に指名された。また、シャマシュ・シュム・ウキンもバビロニア(当時アッシリアの支配下にあった)の継承者に指名され[9] [18] 。過去数十年にわたり、アッシリア王は同時にバビロニア王を兼任しており、 1人をアッシリア王に、別の1人をバビロニア王にするというのは新機軸であった [19] 。

[14] [14] 。継承に関わる誓約の内容は、エサルハドンが2人の息子の関係をどのようなものと意図していたのか幾分不明瞭なものとなっている。アッシュルバニパル?? [20]

[21] [19] [14] 。エサルハドンがエジプト遠征に出発すると、アッシュルバニパルは宮廷の一切を取り仕切り、前669年にエサルハドンが死亡すると、アッシュルバニパルの元に全権[9]

編集

前669年末にエサルハドンが死亡した後、彼が建てた王位継承計画のとおりにアッシュルバニパルがアッシリアの王となった。翌年の春、シャマシュ・シュム・ウキンが バビロン王 (英語版) に即位し、 20年前にセンナケリブ王(アッシュルバニパルの祖父)が奪い取っていた ベール像 (英語版) (マルドゥク、バビロンの守護神)をバビロンに戻した。シャマシュ・シュム・ウキンは以降16年間バビロンを統治し、治世[6] 。エサルハドンの碑文はシャマシュ・シュム?? ?? [22]

669年、タハルカは南から再び姿を現し、エジプトを揺り動かしてエサルハドンの支配を覆そうとした [24] 。エサルハドンは反乱の報告を受け取り、彼が任命したエジプトの総督たちすらも貢納を[23] [24] 。代わって反乱を鎮圧するため、アッシュルバニパルは前667年頃にエジプトに侵攻した。アッシリア軍は遥か南にあるエジプトの古都の1つテーベにまで到達し、反乱に参加した数多くの都市を攻撃・略奪した。反乱を鎮圧したアッシュルバニパルはエジプトに属王としてネカウ1世(ネコ1世)を据えた。彼はサイスの町の王であった人物であり、その息子プサムテク1世(プサメティコス1世)はエサルハドンの治世にアッシリアの首都ニネヴェで教育を[4] 。

編集

前665年、エラムの王 ウルタク (英語版) はアッシリア支配下のバビロニアに突如攻撃を仕掛けたが、失敗してエラムに後退し、その後まもなく死亡した。ウルタクのエラム王位は テウマン (英語版) に?? 3人がアッシリアに逃亡した。テウマンが彼らの引き渡しを要求したにも関わらず、アッシュルバニパルは彼らを庇護した [25]

Bel-iqisha)はエラム人の侵攻を支持Nabu- ushabshi)にベール・イキシャ攻撃を命じたことが現存する当時の書簡によって知られている。これはアッシュルバニパルの攻撃命令に対するナブー・ウシャブシからの返信であり [26] 、ナブー・ウシャブシはアッシュルバニパルに[26] [26] 。彼は間もなく殺害され、前663年にはベール・イキシャの息子ドゥナヌがアッシュルバニパルに降伏した [22] 。

シャマシュ・シュム・ウキンは前653年までにはアッシュルバニパルの支配にうんざりしていたように思われる。バビロンで発見された碑文によって、アッシュルバニパルがシャマシュ・シュム・ウキンの業務を管理し、本質的??・シュム・ウキンが関与していることを知らなかったようであるが、前652年にエラム人を打ち破り、その都市や国家自体を破壊した [4] ??で、アッシュルバニパルはウルタクの息子のうち2人、 ウンマニガシュ (英語版) を (英語版) (エラムの王宮があった都市、正確な位置は知られていない)とスーサの王に据え、 タンマリトゥ1世 をヒダルの王とした [25] 。アッシュルバニパルは自身の碑文においてこの勝利を次のように描写している。

編集

アッシュルバニパルが残した年代記によれば、彼の治世第3年(前665年)、ルッディ(Luddi)の王グッグ(Guggu)がギミライ(Gimirrai)の攻撃を受けた際、アッシュル神がグッグに?? [30] [30] 。同じくギュゲス (英語版) 、ギミライはギュゲス王の時にリュディアを席捲したことが知られるキンメリア人に対応する [30] 。キンメリア人はアッシリアの北、カフカス南部に居住してい??

Pušamilki、プサムテク1世)との同盟を計画した。これを聞きつけたアッシュルバニパルはアッシュル神に祈ってギュゲスを呪詛し、逆にキンメリア人の側に立った。この結果としてリュディアは前652年から前650年頃にかけて再びキンメリア人に制圧されたという [30] [11 ] [31] )は再びアッシュルバニパルの支援を求めた。この時、彼は使者を通じて「あなたは、神々が見(恵み) ?? [32]

[30] ?? [31] [11] [33]

編集

シャマシュ・シュム・ウキンは前652年にアッシュルバニパルに対して反旗を翻した。この内戦はその後3年間続くことになる [6] 。シャマシュ・シュム・ウキンは反乱に際してアッシュルバニパルに対する何等かの中傷を?? [36] ????

650年までには厳しいものとなった。アッシュルバニパルの軍勢はシッパル、ボルシッパ、 クタ (英語版) 、そしてバビロン自体をも包囲下に置いた。包囲の中、バビロンは飢えと疫病に耐えたが、ついに前648年5月頃に陥落し、アッシュルバニパルによって略奪された。シャマシュ・シュム・ウキンは宮殿で自分と家族に[40] [6] [41] 。アッシュルバニパルは彼の勝利とシャマシュ・シュム・ウキンの支持者に対する復讐を碑文で次のように述べている。

編集

??デール (英語版) 市の近郊で撃破され、その結果として彼は タンマリトゥ2世 (英語版) によってエラムから追放された。これによってタンマリトゥ2世がエラムの王となった。ウンマニガシュは2世の統治は短期間であり、カルデア人の将軍ナブー・ベール・シュマティと協力して幾度かの戦闘で勝利を収めたにもかかわらず前649年の別の反乱で追放された。新たなエラム王 インダビビ (英語版) の治世も非常に短く、アッシュルバニパルが自らの敵国に対してエラムが支援を行っていることを理由にエラムに[44]

フンバン・ハルタシュ3世 (英語版) がエラム王となった。ナブー・ベール・シュマティはエラム内の前線基地からアッシュルバニパルに対する戦いを続けた。フンバン・ハルタシュ3世はナブー・ベール・??前647年に再びエラムに侵攻した。フンバン・ハルタシュ3世は短期間の抵抗を試みて失敗した後、マダクトゥ(Madaktu)の玉座を放棄して山岳地帯へ逃げ去った [44] 。フンバン・ハルタシュ3世はタンマリトゥ2世によって王位から退けられ、タンマリトゥ2世が復位した。アッシリア軍がフーゼスターン地方を略奪した後に帰国すると、フンバン・ハルタシュ3世もエラムに戻りさらに王位を奪還した [45] 。

アッシュルバニパルが前646年にエラムに戻ったため、フンバン・ハルタシュ3世は再びマダクトゥを放棄し、まずドゥル・ウンタシュに逃げ、さらにエラム東方の山岳地帯へ逃げ込んだ。アッシュルバニパルの軍はその途上にある3世を追撃した。エラムにある全ての政治的中心地が破壊され、それまではエラム王に貢納していた周辺の首長たちや小王国がアッシュルバニパル1世紀後にハカーマニシュ朝(アケメネス朝)によって作り上げられる帝国の前身であるパルスア(ペルシア)があった [45] 。パルスアの王クル(恐らくは大王クル2世/キュロス2世の祖父クル1世/キュロス1世と同一人物)は元々、アッシュルバニパルの遠征が始まった時点ではエラム側に立っていた。そのため息子の アルック (英語版) をudimiriと呼ばれる王によって統治されていた「エラムの向こうに広がる」王国のように、それまでアッシリアと接触を持ったことのなかった国々も、初めてアッシリアに貢納[11]

編集

A版)において最も長い記録がある軍事遠征である [47] 。ただし、アッシュールバニパルの年代記の記録は時系列が不確かであり、構成も複雑で史実の読み取りには多くの困難がある。編年に関する問題は歴史学者Israël Eph'Al [47] [47]

[注釈 4] に対する遠征についてのアッシュールバニパルの最初の記録は前649ケダル人 (英語版) の王であるハザエルの子ヤウタ(Yauta)がAmmuladdinという他のアラブの王と共にアッシュールバニパルに反乱を起こし、アッシリア帝国の西方領土を略奪したことについて記述している(ハザエルはアッシュールバニパルの父エサルハドンに貢納を行っていた)。アッシュールバニパルの記録によれば、彼の軍はモアブの王 カマス・ハルタ (英語版) の軍と共に反乱軍をAmmuladdinは捕らえられ鎖に繋がれてアッシリアに送られ、ヤウタは逃亡した。ヤウタに代わって、アビヤテ(Abiyate)というアッシリアに忠実なアラブ人の将軍がケダル人の王とされた。上n番目の遠征」というフレーズが欠如し、敵対した人物を破ったとも述べず、敵の王が捕らえられて処刑されることもなく生き延び[47]

編集

??史料であるが、恐らくは彼の病のために前636年で終わっている。アッシュール・エティル・イラニの碑文ではアッシュールバニパルが自然死したことが示されているが、その死が正確にいつの[52] 。考古学的な発掘と発見が行われる前の1800年代、アッシュールバニパルは古代ギリシアの著作から サルダナパロス (英語版) という名前で知られており、アッシリア最後の王と誤認識されていた。彼の死について人気のあった物語として、前612年のニネヴェの陥落の時(実際にはアッシュールバニパルの死のほぼ20年後の[3] 。

627年とする見解が繰り返されているが [9] [4] 、これは1世紀近く後の新バビロニアの王ナボニドゥスの母親がハッラーン市に作らせた碑文に基づいている。アッシュールバニパルが生きて王として統治していたことを示す最後の同時代史料は前631年に作られたニップル市の契約書である [53] 。アッシュールバニパルの後継者たち631年に死亡したか、退位したか、あるいは追放されたということが一般的に合意されている [54] 。通常は前631年が彼[6] 。もし、アッシュールバニパルの治世が前627年に終わったとすれば、バビロンから発掘された、彼の後継者であるアッシュール・エティル・イラニとシン・シャル626年にナボポラッサルによって占領され、その後再びアッシリアの手に戻ることはなかった [55] 。

アッシュールバニパルの治世が前627年まで続いたとする、かつて支持を集めた別の説は、アッシュールバニパルとカンダラヌが同一人物であり、「カンダラヌ(Kandalanu)」は単にアッシュールバニパルがバビロンで使用した即位名であるというものである。この見解を擁護するものには、例えばポーランドの歴史学者 シュテファン・ザワドスキ (英語版) の著書『La chute de l'Assyrie』(1988年)がある。これは複数の理由からあり得そうもないと考えられている。それまでのアッシリア王の中にバビロンにおいて別名を使用していた王は知られていない。バビロニアから発見された碑文でもまた、アッシュールバニパルとカンダラヌの治世期間の長さは異なっており、アッシュールバニパルの治世は彼が年間を通して王であった最初の年(前668年)を起点とし、カンダラヌの治世はやはり彼が年間を通して王であった最初の年(前647年)を起点として数えられている。個人としてバビロンを統治していた全てのアッシリア王が「バビロンの王」という称号を自らの碑文で用いているが、アッシュールバニパルの碑文では前648年以降に作られたものでさえこの称号は使用されていない。最も重要なことは、バビロニアの史料がアッシュールバニパルとカンダラヌを2 [57]

???? [58]Libbali-šarrat [59] [注釈 5] )である。彼女についてはあまりよくわかっていないが、アッシュールバニパルが王となった時には既に結婚していた。結婚の時期は前673年頃、エサルハドンの妻エシャラ・ハンマト??Esharra-hammat[62]

  • ????Aššur-etil-ilāni[63] ):前631年から前627年までアッシリア王として統治した [2] 。
  • ????Sîn-šar-iškun[64] ):前627年から前612年までアッシリア王として統治した [2] 。
  • ????Ninurta-šarru-uṣur[65] [65] 。

アッシリアが前612年から前609年にかけて滅亡した後、アッシュールバニパルの血脈はメソポタミアの権力の座に舞い戻った可能性もある。新バビロニア最後の王ナボニドゥス(在位:前556年-前539年アッダゴッペ (英語版) は、彼女自身の碑文によればアッシュールバニパルの統治第20年(前648年、アッシュール?? [67] B・ディック(Michael B. Dick)はこれに反論し、ナボニドゥスはかなりの期間をかけて??サルゴン王朝 (英語版) と自分自身を関連付けようとしてはいるものの、「ナボニドゥスがサルゴン王朝と関係があったという何らの証拠も存在しない」と述べている [68 ] 。

編集

[3] [9] [4] 。この図書館はアッシュールバニパルの命令によって整備され、各地の神殿の図書館からあらゆる種類とジャンルの文書を収集し複写するために帝国全土に書記が派遣され?? [9]

『ギルガメシュ叙事詩』『エヌマ・エリシュ』(バビロニアの創世神話)『 エッラ (英語版) 』、『エタナ物語』、『アンズー鳥の物語??ニップルの貧者 (英語版) 』など)、手引書、そして科学的文書も収蔵していた [9] 。

編集

アッシュールバニパルの治世においてアッシリアは世界史上最大の帝国であり、首都ニネヴェは約120 000人の住民を持ち [69] 、恐らくは世界最大の都市であった [3] 。その治世の間、アッシリア帝国は[9] [9] [11] [4] 、前王エサルハドン、さらにその前の王[70]

?? [9] アッシュール・ムキン・パレヤ (英語版) を[71] [9]

アッシュールバニパルに対する評価は、単に肯定的なものだけとは限らない。前639年、アッシュールバニパルは その年の名前 (英語版) を、楽士の長であったBulluṭuにちなんで命名した(年E・リーズ(Julian E. Reade)は「無責任かつ自分に甘い」王の行動で[54]どうかについては議論の中にある。『エンサイクロペディア・イラニカ』におけるこの王の記事を書いたJ・A・ドロネー(J. A. Delaunay)は、その記事の中で、アッシリア帝国はアッシュールバニパルの下で既に「差し迫った混乱と凋落の明らかな兆しを示し」始めていたと記している [11] 。一方で ドナルド・ジョン(英語版) は『エンサイクロペディア・ブリタニカ』のこの王の記事に「これは彼の死後20年以内にアッシリア帝国が崩壊したことについて、彼の支配を告発するものではない。その崩壊[9]

編集

宮廷彫刻 (英語版) である アッシュールバニパルの獅子狩り (英語版) は、ロンドン[72] ??その攻撃的な性質から、混沌と無秩序の象徴とされた。自分たちが支配者として相応しいことを証明し、有能な庇護者であることを示すため、アッシリアの王は 獅子狩り (英語版) [73]

アッシュールバニパルは現代の芸術作品の主題でもある。1958年、シュルレアリストの画家レオノーラ・キャリントンはイスラエル博物館のキャンバスに『Assurbanipal Abluting Harpies[74] 。1988年には フレッド・パーハード (英語版が アッシュールバニパル (英語版) と呼ばれる同王の像を作り、これはサンフランシスコ市庁舎そばの通りに設置された。この像の値段は100 000ドルで、「初めてのアッシュールバニパルの巨大な銅像(première statue en bronze d'importance d'Assurbanipal)」と形容された。フレッド・パーハードは現代アッシリア人の祖先を持っており、この像は1988年5月29日に現代アッシリア人からの贈り物としてサンフランシスコ市へ贈与され?? [75] [76] 。

E・ハワードは『L'incendie d'Assurbanipal』と題する短編小説を書いた。これは『ウィアード・テイルズ』誌の1936年12月号で初めて出版されたもので、「ギリシア人がサルダナパロスと呼び、セム系の人々がアッシュールバニパルと呼んだ遠い昔の王に属する呪われた宝石」についての話である [77] 。ゼイ・マイト・ビー・ジャイアンツの2007年の歌、『Les Mésopotamiens』はギルガメシュ、サルゴン、ハンムラビと共にアッシュールバニパルに言及[78] Vではアッシリアの支配者としてアッシュールバニパルが採用されている [79] 。


Ninive

NEUF (Héb. נִינְוֶה Akk. Ninua, Ninâ à Mari Ninuwa Ar. Ninawa), la capitale de l'empire assyrien à partir de Sennacherib's, située à environ 1 km. (environ 1½ km.) E. du Tigre, en face de Mossoul moderne. Depuis le cunéiforme pour Ninive (Ninâ) est un poisson dans une maison, il a été suggéré que le nom de la ville était dérivé de celui d'une déesse associée au poisson, mais il semble qu'il soit d'origine hourrite. A partir de la période akkadienne, la ville était dédiée à l'"Ishtar de Ninive."

L'ancienne citadelle de Ninive était située sur une colline connue aujourd'hui sous le nom de Quyunjiq (&# x0022Petit Agneau&# x0022) et située près du centre de la région ouest de la ville. Sur la colline, il y avait aussi les palais royaux assyriens et les temples. Au sud de cette citadelle se trouve un tell plus petit, appelé Nebi Y&# x016Bnis (&# x0022le prophète Jonas&# x0022), où, selon la tradition islamique, le prophète Jonas est enterré, et sur lequel se trouve une grande mosquée. La ville, cependant, s'étendait sur une zone beaucoup plus vaste.

Des fouilles archéologiques ont été menées dans la ville pendant environ un siècle, principalement par les Britanniques (à partir de 1842). Les fouilles de 1932 (par M.E.L. Mallowan) ont jeté les bases de l'étude de la préhistoire du nord de la Mésopotamie, la ville devenant ainsi un site incontournable pour une connaissance et une compréhension de la période préhistorique.

Histoire

L'enquête menée au cours des fouilles de 1932 de Quyunjiq jusqu'à son sol vierge a découvert la première strate tell&# x0027s, qui contient des vestiges de la culture Hassuna et a été attribué à environ 5000&# x20134500 avant notre ère

L'un des premiers éléments de preuve écrite est une inscription de Nar&# x00E2m-Sin de la dynastie akkadienne (2291&# x20132255 avant notre ère). Le roi Hammurapi de Babylonie mentionne la ville dans l'introduction de son code de lois comme le site d'un temple d'Ishtar. Au début du 14 ème siècle avant notre ère Ninive appartenait au Mitanni. Le roi Tushratta de Mitanni a envoyé l'image de "Ishtar de Ninive" (identifiée à la déesse hourrite ᘊuška) à deux reprises en Égypte pour guérir Aménophis III, son allié et sa belle-famille. Par la suite, Ninive revint à la domination assyrienne, depuis le roi assyrien Ashur-uballi&# x1E6D (1364&# x20131329 avant notre ère) a déclaré avoir reconstruit le temple d'Ishtar qui, selon les indications, a été rénové à plusieurs reprises entre le XIIIe et le IXe siècle avant notre ère Des briques individuelles, portant les noms des constructeurs&# x0027 et des inscriptions dédicatoires mises au jour, attestent de l'existence de plusieurs palais construits au cours de ces siècles. Le premier palais dont les vestiges réels ont été découverts est celui d'Ashourna&# x1E63irpal II (883� avant notre ère).

La ville atteint son apogée vers la fin du VIIIe siècle avant notre ère, quand il a été en effet reconstruit pendant le règne de Sennachérib (705&# x2013681 avant notre ère) et devint la capitale de l'empire assyrien. Près de la ville – et en fait dans ses limites – Sennacherib a planté un jardin botanique avec des arbres de toutes les parties de l'empire, parmi lesquels des vignes et des arbres fruitiers. De magnifiques palais spacieux ont été érigés dans la ville. Dans le coin sud-ouest du site, Sennachérib a construit un nouveau palais pour remplacer le plus petit qui existait auparavant, et l'a appelé "le palais qui n'a pas d'égal". Aujourd'hui, il est connu sous le nom de "palais du sud-ouest". &# x0022 Sur la plupart des murs des salles, des reliefs ont été trouvés représentant des scènes de la construction du palais ainsi que des scènes de guerre, y compris le siège de &# x002ALachish (trouvé dans la salle XXXVI). Dans les troubles qui ont éclaté à la mort de Sennachérib, une partie de son palais aurait été incendiée et laissée en ruines pendant environ 40 ans. Sur le plus petit tell (Nebi Y&# x016Bnis), Esarhaddon (681&# x2013669 avant notre ère) s'est construit un palais. Assurbanipal (668&# x2013627 avant notre ère) a rétabli sa résidence sur le tell principal (Quyunjiq). Non content de se contenter de rénover et d'embellir le palais de Sennachérib, son grand-père, il construit son propre palais à l'extrémité du tell. Il a été exploré au cours de l'excavation de Quyunjik, 1853&# x201354, et des reliefs représentant des scènes de diverses batailles et représentant l'art assyrien à son zénith ont été découverts. La plus grande réalisation d'Ashurbanipal&# x0027 a été la création d'une vaste bibliothèque royale dans la ville, contenant plusieurs milliers de documents cunéiformes dans les domaines de la littérature et du rituel, la science et la mythologie, la lexicographie, l'astronomie et l'histoire, ainsi que les documents économiques, les lettres et les contrats d'État.

À la fin du règne d'Assurbanipal&# x0027, la résidence royale a apparemment été transférée de Ninive et établie, selon un point de vue, à Harran. Ninive a été capturée, pillée et détruite à l'été 612 avant notre ère par les forces des empires médian et babylonien, et devint un tas désolé. Le site lui-même a ensuite été de nouveau occupé jusqu'à l'invasion mongole du 14 e siècle.

Dans la Bible

Selon la Table des Nations, Ninive a été établie – avec d'autres centres principaux en Mésopotamie – à l'époque de *Nimrod (Gen. 10:10�). Dans le livre de Jonas (3:3), il est fait référence à une ville extrêmement grande, trois jours de voyage (d'un bout à l'autre). Un verset suivant (4:11) raconte que sa population infantile à elle seule comptait plus de cent vingt mille personnes. Même si cela est quelque peu exagéré, il est probable que le nombre d'habitants de Ninive à l'apogée de sa grandeur au VIIe siècle B C.E. était en effet extrêmement grand (voir *Jonah ).

Dans II Rois 19:36&# x201337 (et dans le passage parallèle dans Isa. 37:37&# x201338), Ninive est mentionnée comme la ville à laquelle Sennachérib est revenu après son échec à capturer Jérusalem, et dans laquelle il a été assassiné par ses fils.

Deux prophètes contemporains, *Zephaniah (2:13ff.) et *Nahum , ont prophétisé la destruction de Ninive.

BIBLIOGRAPHIE:

A.H. Layard, Ninive et ses vestiges (1849) idem, Ninive et Babylone (1967) H. Rassam, Ashur et le pays de Nimrod (1897) R. Buka, Die Topographie Nínewes (1915) Luckenbill, dossiers, 2 (1926), 417&# x201322 R.C. Thompson et R.W. Hutchinson, Un siècle de fouilles à Ninive (1929) R. Dhorme, dans : RHR, 110 (1934), 140&# x201356 C.J. Gadd, Les pierres d'Assyrie (1936) A. Perroquet, Ninive et l&# x0027Ancien Testament (1955) R.W. Ehrich, Chronologies dans l'archéologie du Vieux Monde (1965), index. DANS L'AGGADAH : Ginzberg, Légendes, 4 (1913), 250&# x201336 (1928), 350&# x20132 E. Urbach, dans : Tarbiz, 20 (1950), 118&# x201322.

Sources: Encyclopédie Judaica. © 2008 Le Groupe Gale. Tous les droits sont réservés.


Parsa

La migration persane vers les terres élamites d'Anshan a culminé sous le règne de Chishpish, le fils d'Hakhamanishah / Achaemenes (également orthographié Chispish, Cishpish et Cishpaish), connu à l'ouest sous le nom de Teispes. Vers 653 av. (Les Médians avec l'aide des Perses se sont libérés de la domination scythe en 626 avant notre ère.)

Alors que parmi les Perses et les Mèdes, les Achéménides appelaient leurs nouvelles terres Parsa, pour le reste des nations de la région, ils ont utilisé le nom plus connu d'Anshan comme nom de leur pays. Chishpish/Teispes s'appelait « roi de la ville d'Anshan » et les rois perses ont continué cette pratique jusqu'à l'époque de Cyrus II (le Grand).

Teispes / Chishpish a consolidé les terres de Parsumash au nord de Suse avec Anshan et Parsa comme nouvelles terres perses. L'étendue des terres perses sous les terres achéméniennes s'étendait au sud-est de Suse à travers la rivière Idide (maintenant connue sous le nom d'Ab-e-Diz ou Dizful) le long des contreforts Zagros et Bakhtiyari jusqu'aux plaines de Karmania (Kerman) à l'est.

Finalement, les Perses se concentreraient dans les terres autour de Parsa - le futur Pars ou Perse. Bien qu'il y aurait des revers en cours de route, les fondations sur lesquelles construire une nation et un empire avaient été posées.

Selon Cameron (1936 : 212 et 223ff) et Hinz (1971b : col. 1024), Chishpish/Teispes a divisé son nouveau et substantiel royaume en Parsumash (la région au nord de Suse) et Parsa (la région au sud-est de Suse), chacun devant être gouverné par l'un de ses deux fils. La zone nord-ouest de Parsumash était dirigée par son fils Kurush I / Cyrus Ier, tandis que la région sud-est de Parsa devait être gouvernée par son fils Ariyaramna / Ariaramnes, apparemment, le plus jeune des deux frères. Cette division entre les deux frères a abouti à la première dynastie achéménide composée de deux lignées de rois.


Les 300 plus grands commandants de l'histoire

Il y a sept mois, j'ai posté la première incarnation de cette liste (enfin, mon premier Publique incarnation) sur ce subreddit. J'ai mentionné alors que j'avais des pensées de travailler cette liste sous forme de livre. Eh bien, ces pensées sont devenues un manuscrit partiel, des recherches approfondies et de longues nuits à dire à ma femme que je veux juste terminer cette biographie ou un chapitre… en plus, je travaille un peu plus de 40 heures, donc tout se fait dans les fissures et des lacunes dans ma vie réelle.

Cette liste est mon meilleur coup parmi les 300 meilleurs commandants de l'histoire (à l'origine 100) plus 200 autres mecs sympas. J'ai toujours été fasciné par le leadership et la personnalité dans l'histoire militaire, et à quel point cela peut faire basculer les événements historiques d'une manière ou d'une autre. Après de nombreux raffinements, recherches, petits fils et tourbillons intéressants qui m'ont emmené dans une histoire très obscure, je pense que j'ai dressé une liste.

Voici mes dix critères :

Leadership personnel (exemple personnel, au cœur des combats, respect et amour des soldats) - Jules César, dans de multiples cas, correspond à cet exemple.

Capacité tactique (la capacité de planifier, d'agir, de réagir et d'obtenir du succès sur le champ de bataille - là où le métal rencontre le métal) - Hannibal est un excellent exemple, car les Romains ont développé toute une stratégie autour de la victoire en ne le combattant pas au combat.

Art Opérationnel (L'art de la campagne, gagner du succès dans la manœuvre et faire compter les batailles à plus grande échelle) - Napoléon était un maître dans ce domaine. Il suffit de regarder l'Italie, ou Ulm, ou Iéna-Auerstadt, ou la Bavière en 1809.

Planification stratégique (L'art de gagner une guerre sur un large front - pour les anciens généraux, cela se traduit par une conquête, pour les soldats plus modernes, cela se traduit par une grande stratégie) - Gengis Khan/Temujin est un excellent exemple de l'ère pré-moderne. Pour l'ère moderne, quelqu'un comme Eisenhower, Zhukov ou Von Moltke pourrait être un meilleur exemple.

Logistique et organisation (Garder les troupes nourries et approvisionnées contre toute attente, importance des armes à feu et du beurre) - celle-ci a tendance à être plus délicate et beaucoup moins flashy que les exemples ci-dessus, mais non moins vitale. Certains des plus grands commandants, comme César, ont réussi malgré la logistique restreinte sur laquelle ils ont opéré, mais comme c'est en partie leur faute, ce n'est pas un point en leur faveur. De bons exemples de ce critère sont le duc de Wellington et Helmuth von Moltke.

Innovation/Créativité en Tactique/Stratégie (nouvelles méthodes de combat, nouvelles méthodes et contre-méthodes) - pour les commandants qui ont maîtrisé l'inattendu ou ont exploité de nouvelles astuces sur le champ de bataille. De bons exemples incluraient, sur terre, Jan Zizka, ou sur l'eau Horatio Nelson. Cela ne signifie pas nécessairement qu'ils ont inventé la tactique, mais cela aide certainement - cela peut simplement signifier qu'ils l'utilisent au mieux pour la première fois.

Innovation/créativité en organisation/théorie (réorganisation de l'armée, nouvelles idées dans la guerre, côté intellectuel) - par rapport au #6, c'est pour les grands réorganisateurs, réformateurs, disciplinaires et théoriciens. Cela seul n'est pas suffisant pour rendre quelqu'un de grand (probablement pourquoi Sun Tzu est si bas sur cette liste), mais couplé au succès sur le terrain, c'est impressionnant comme l'enfer. Un bon exemple serait Gaius Marius ou Heinz Guderian.

Difficulté de leur tâche (force/compétence des adversaires, limitations sur le front intérieur/trahison des alliés, contraintes sur les ressources du commandant) - cela ne doit pas être sous-estimé. De nombreux généraux modernes, comme la plupart des Américains après la Première Guerre mondiale, ont eu tout le poids des ressources, de l'élan et de la planification de leur côté avant même le début du combat, dont seulement une petite partie était leur fait, tandis que certains ont dû surmonter d'énormes obstacles. Voici l'outsider, comme Skanderbeg, ou quelqu'un qui se bat avec les deux mains liées derrière le dos, comme Belisarius.

Succès (gagnant !) - Aussi bon que soit tout ce qui précède, ce n'est pas pertinent si cela ne donne pas de résultats. Ces gens ont-ils gagné leurs batailles, peu importe à quel point ils étaient intelligents ? Ont-ils gagné leur guerre ? S'ils ne contrôlaient pas l'effort de guerre, cela ne compterait pas contre eux - mais c'est la principale raison pour laquelle Napoléon est n ° 3, et non n ° 1, et la raison pour laquelle Cyrus le Grand s'est hissé au fil du temps au sommet 20. Le succès final de la somme totale de chaque commandant est un facteur majeur dans la détermination de leur placement.

Influence - Leurs réformes et leurs innovations ont-elles ébranlé le monde ? Ont-ils construit un grand empire ? Est-ce que d'autres généraux des siècles plus tard citent leurs batailles ou prononcent leurs noms avec révérence ? Si oui, c'est le critère pour eux. L'admiration des Chinois d'aujourd'hui pour Han Xin, ou de Napoléon pour Turenne et Eugène, ou des logisticiens modernes pour Wallenstein, ne signifie rien de concret - mais cela signifie que ces gens méritent un deuxième ou un troisième regard.

Avec mes critères en place, ce qui suit est ma liste. J'admettrai pleinement que c'est subjectif, sur la base de mes études et de l'examen de ces généraux. Si vous pensez que quelqu'un mérite un peu plus – ou un peu moins – de crédit, n'hésitez pas à me le faire savoir ! Je suis toujours ouvert aux suggestions. (Désolé les gars, les quatre premiers sont sacrément verrouillés, et Grant et Lee appartiennent tous les deux au top 100, ils ne s'excluent pas mutuellement.)

Les 100 meilleurs commandants de tous les temps

Napoléon Bonaparte (Napoléon Ier)

Gustav II Adolf (Gustavus Adolphus)

John Churchill, 1er duc de Marlborough

Publius Cornelius Scipion le Jeune "Scipion l'Africain"

Arthur Wellesley, 1er duc de Wellington

Henri de la Tour d'Auvergne, Vicomte de Turenne

Helmuth von Moltke l'Ancien

Gueorgui Konstantinovitch Joukov

Gonzalo Fernández de Cordoba « El Gran Capitan »

Maurice de Saxe, comte de Saxe

Louis II de Bourbon, prince de Condé

Shivaji Bhonsle (Chhatrapati Shivaji Maharaj)

Babur (Zahir-ud-Din Muhammad)

Étienne III de Moldavie « le Grand » (Stefan cel Mare)

George Castriot « Skanderbeg »

Bayinnaung Kyawhtin Nawrahta

Paul Emil von Lettow-Vorbeck

Roger de Lauria (Ruggiero de Lauria)

Li Shi-Min (Taizong des Tang)

Alessandro Farnèse, duc de Parme (Alexandre Farnèse)

Claude Louis Hector de Villars

Thomas Jonathan Jackson "Stonewall"

James Graham, 1er marquis de Montrose

Albrecht Wenzel Eusèbe de Wallenstein

François Henri de Montmorency-Bouteville, duc de Luxembourg

Taizu de Jin (Wanyan Aguda)

Carl Gustav Emil Mannerheim

William J. Slim, 1er vicomte Slim

Edmund Allenby, 1er vicomte Allenby

Alvaro de Bazan, 1er marquis de Santa Cruz

Zhu Yuanzhang (Hongwu des Ming)

Archiduc Charles, duc de Teschen

Sébastien Le Prestre de Vauban

Ambrogio Spinola, 1er marquis des Balbases

Luis Alves de Lima et Silva, duc de Caxias

Louis Joseph, duc de Vendôme

Marcus Claudius Marcellus

George Brydges Rodney, 1er baron Rodney

George Catlett Marshall Jr.

Michel le Brave (Mihai Viteazu)

Joseph Radetzky von Radetz

Bernard Montgomery, 1er vicomte Montgomery

Archibald Wavell, 1er comte Wavell

James Fitzjames, 1er duc de Berwick

George Anson, 1er baron Anson

Gebhard Leberecht von Blucher

Henri IV de France (Henri de Navarre)

Nzinga de Ndongo & Matamba

Rodrigo Diaz de Vivar "El Cid"

Leonhard Graf von Blumenthal

Anne Hilarion de Tourville

Antigone I Monophtalme

Louis Guillaume, margrave de Baden-Baden

Grenat Wolseley, 1er vicomte Wolseley

Andrew Cunningham, 1er vicomte Cunningham

Arthur Harris, 1er baronnet « Bomber Harris »

La « Liste Alpha » est la 100 suivante, non triée. Ils sont classés par date de décès. La plupart d'entre eux sont mes candidats pour la liste classée, ou des personnes que j'ai retirées de la liste classée pour une raison ou une autre.

• Thoutmosis I • Muwatalli II • David • Harpagus • Darius I • Wu Zixu • Cimon • Démosthène • Lysimaque • Lian Po • Li Mu • Manius Curius Dentatus • Quintus Fabius Maximus « Cunctator » • Lucius Aemilius Paullus « Macedonicus » • Spartacus • Mithridate VI • Surena • Vercingétorix • Ma Yuan • Gnaeus Domitius Corbulo

• Marc Aurèle • Zhang Liao • Daowu (Tuoba Gui) • Totila • Ashina She'er • Uqba ibn Nafi • Tariq ibn Zayid • Abu Muslim Khorasani • Mihira Bhoja I • Abaoji (Taizu de Liao) • Otto I • Anawrahta • Vladimir II Monomakh • Nur ad-Din Zengi (Nuraddin) • Taira no Kiyomori • Frédéric Ier Barberousse • ​​Minamoto no Yoritomo • Muqali • Bayan des Baarin • Stefan IV Uros Dusan

• Ashikaga Takauji • Xu Da • Bayezid I • Deva Raya I • Yongle de Ming (Zhu Di) • Bartolomeo Colleoni • Muhammad Shaybani • Huayna Capac • Askia Mohammad I de Songhai • Herluf Trolle • Setthathirath • Man Singh I • Johann Tserclaes, comte de Tilly • Bernard de Saxe-Weimar • Johan Baner • Abraham Duquesne • Aurangzeb • Philips van Almonde • Nicolas Catinat • Fiodor Apraksin

• James Wolfe • Comte Léopold Joseph von Daun • Edward Hawke, 1er baron Hawke • Jassa Singh Ahluwalia • Jean-Jacques Dessalines • Pyotr Bagration • Little Turtle • Pyotr Rumyantsev • Tecumseh • Michel Ney • Michael Andreas Barclay de Tolly • Antonio Jose de Sucre • Andrew Jackson • Thomas Cochrane • Colin Campbell, 1er baron Clyde • Moshoeshoe • David Glasgow Farragut • George Henry Thomas • Wilhelm von Tegetthoff • Cochise

• Crazy Horse • Mikhail Skobelev • Eduard Totleben • Piet Joubert • Herbert Kitchener, 1er comte Kitchener • Oyama Iwao • Erich von Falkenhayn • Douglas Haig, 1er comte Haig • Joseph Joffre • John Monash • Louis Franchet d'Esperey • Nikolai Fyodorovich Vatutin • August von Mackensen • John J. Pershing • Alan Brooke, 1er vicomte Alanbrooke • Li Zongren • Hugh Dowding, 1er baron Dowding • Peng Dehuai • Omar Bradley • Norman Schwarzkopf, Jr.

La « liste bêta » est la dernière 100 sur 500, également non classée. Il y a de la place pour le mouvement entre les A, B et les 100 derniers de la liste classée.

• Naram-Sin d'Akkad • Mursili I • Josué • Tiglath-Pileser I • Sargon II • Nabuchodonosor II • Miltiade • Dionysius I de Syracuse • Agésilas II • Iphicrate • Craterus • Xanthippus de Carthage • Gaius Duilius • Meng Tian • Antiochus III • Zhang Liang • Titus Quinctius Flamininus • Zhao Tuo • Quintus Caecilius Metellus « Macedonicus » • Tigrane le Grand

• Germanicus Julius Caesar • Boudicca • Vespasian • Gnaeus Julius Agricola • Ardashir I • Odaenathus • Ran Min • Alaric I • Clovis I • Maurice (empereur byzantin) • Halfdan Ragnarsson • John Kourkouas • Sviatoslav I de Kiev • Roger I de Sicile • Bohémond Ier d'Antioche • Imad ad-Din Zengi • Alphonse VIII de Castille • Guo Kan • William Wallace • Dmitry Donskoy

• Kusunoki Masanori • Gazi Evrenos • Braccio da Montone • Arthur III, duc de Bretagne • Vlad III de Valachie « Dracul » • Federico da Montefeltro • Georg von Frundsberg • Pedro Navarro, comte d'Oliveto • Fernando Alvarez de Toledo, 3e duc d'Albe • Guillaume Ier, prince d'Orange (Guillaume le Taciturne) • Antonio de Oquendo • Cardinal-infant Ferdinand d'Autriche • Koxinga (Zheng Chenggong) • Stefan Czarniecki • Prince Rupert du Rhin • Cornelis Tromp • Jean Bart • Menno van Coehoorn • Peter Tordenskjold • Jai Singh II

• Edward Boscawen • François Joseph Paul de Grasse • ​​Duc Ferdinand de Brunswick-Wolfenbuttel • Anthony Wayne • Jeffrey Amherst, 1er baron Amherst • Toussaint L'Ouverture • Alexei Grigoryevich Orlov • Sir John Moore • Isaac Brock • Friedrich William Freiherr von Bulow • Tadeusz Kosciuszko • Manuel Belgrano • Tomas de Zumalacarregui • Rowland Hill, 1er Vicomte Hill • Charles James Napier • Sam Houston • Hong Xiuquan • Albrecht von Roon • Charles George Gordon • Osman Nuri Pasha

• Svetozar Boroevic • Michael Collins • Mikhail Frunze • Grand-duc Nicolas de Russie • Herbert Plumer, 1er vicomte Plumer • Leon Trotsky • Orde Wingate • Jan Smuts • Philippe Petain • Richmond Kelly Turner • Raizo Tanaka • Andrey Yeryomenko • Chesty Puller • Francisco Franco • Haim Bar-Lev • Abdul Harris Nasution • Sam Manekshaw • David Petraeus

C'est ce que j'ai.Je vous encourage à utiliser Google ou Wiki pour quelqu'un que vous ne connaissez pas - ou simplement demander, j'aimerais en parler.

Je vivrais pour entendre quelqu'un qui a quelque chose à apporter, à détester, à louer, à pleurnicher, à critiquer. Je cherche toujours à affiner, éditer et bricoler cette liste, et j'admets pleinement que, comme tout le monde, il y a de sérieuses lacunes dans mes connaissances, donc je serai toujours prêt à écouter (bien que si vous essayez d'argumenter que Un tel pote à la maison devrait être en avance sur Alexander, Hannibal et Temujin, je devrai peut-être donner un « négatif » doux mais ferme à ce sujet. S'il vous plaît, faites-moi savoir ce que vous en pensez !


ARCHÉOLOGIE ii. Médiane et Achéménide

Archéologie médiane. L'essor des Mèdes et des Achéménides était en partie le produit de changements qui ont eu lieu bien au-delà des limites des anciens royaumes du Proche-Orient. L'établissement de populations indo-européennes sur les terres steppiques à l'ouest du Tien Shan, suivi de l'émergence d'économies pastorales basées sur l'équitation, a servi à amener des vagues successives d'envahisseurs dans des terres plus fertiles au sud. Au moins dès 2000 av. les colonies de longue date de l'âge du bronze situées au sud-est de la mer Caspienne ont fait l'objet d'attaques extérieures, et de cinq cents à mille ans plus tard, on peut présumer que le corps principal des tribus iraniennes s'est établi sur le plateau des hautes terres qui porte aujourd'hui leur nom. Parmi ces envahisseurs, ce sont les Mèdes, proches cousins ​​des Perses, qui assumèrent le rôle dominant au début du 1er millénaire av.

Malheureusement, de nombreux détails qui ont contribué à ce schéma d'événements ne nous seront peut-être jamais connus. Alors que les Mèdes étaient probablement présents en Iran bien avant que les Assyriens ne les rencontrent pour la première fois en 835 av. Même au cours des deux à trois cents années suivantes et des années qui ont vu l'intégration éventuelle d'éléments médians et non médians dans le royaume médian de Cyaxares (vers 625-585 av. Toute recherche d'un élément strictement médian dans la culture matérielle de l'ouest de l'Iran à l'époque du Fer III (environ 800-550 av.

Il est frappant de constater que, dans ces limites de temps et d'espace, pratiquement rien n'était connu de la culture matérielle médiane avant le milieu des années 1960. Les fouilles françaises de C. Virolleaud et C. Fossey, commencées à Hamadān en 1914, n'ont jamais été reprises, et en l'absence de toute autre enquête majeure dans la région immédiate pendant plus d'un demi-siècle, toutes sauf les études générales les plus récentes se concentrent sur les tombes achéménides ou post-achéménides taillées dans la roche du Zagros occidental comme le reflet le plus tangible de la place jadis importante de Media&rsquos dans l'histoire asiatique.

Au cours des vingt dernières années, la recherche des Mèdes sur le terrain s'est largement concentrée dans le "triangle médian", la région délimitée par Hamadān, Malāyer et Kangāvar. A Godīn Tepe, situé à 13 km à l'est de Kangāvar sur la rive gauche du Gamas Āb, il est évident qu'un important site de l'âge du bronze a été réoccupé après un intervalle d'environ cinq cents ans, proche du début de la période du Fer III. Ici, les fouilles de T. C. Young, Jr., commencées en 1965, ont mis au jour les restes d'une série de bâtiments monumentaux en briques crues présumés faire partie d'une résidence unique, finalement assez importante, du souverain local (T. C. Young et L. D. Levine, Fouilles du projet Godin : deuxième rapport d'étape, 1974, p. 35).

Les deux salles principales de cette colonie Godīn II (figure 6) présentent des proportions contrastées. Alors que la plus petite salle, à l'extrémité ouest du plan subsistant, est de forme rectangulaire et possédait autrefois deux rangées de quatre colonnes, la plus grande, plus ancienne et presque carrée, contenait à l'origine cinq rangées de six colonnes. Cette dernière structure se distingue par plusieurs installations fixes : une banquette marque les parois latérales et arrière et est complétée, au fond de la salle, par un foyer carré surélevé placé approximativement en face d'une assise et d'un repose-pieds surélevés.

Le coin nord-est du plan existant à Godīn Tepe comprend un bâtiment d'un caractère tout à fait différent. Son plan au sol est occupé par deux rangées opposées de six celliers étroits, dont chacun avait probablement un plafond voûté. Directement à l'extérieur du coin sud-ouest, plutôt qu'à l'intérieur du bâtiment lui-même, un large escalier donnait accès à un étage supérieur. Le mur extérieur nord du bâtiment, érigé en deux étapes distinctes, servait également à prolonger le mur d'enceinte fortifié qui longeait la limite nord escarpée du site.

Les parallèles que l'on peut faire pour les salles Godīn ne sont pas sans intérêt. À partir de Ḥasanlū IV, au cours de la période Iron II (vers 1100-800 av. J.-C.), il existe de nombreuses preuves de salles rectangulaires à colonnes avec deux rangées de quatre colonnes autoportantes. Les salles de Ḥasanlū présentent également des installations internes permanentes semblables à celles trouvées dans la plus grande salle de Godīn. Néanmoins, les salles Godīn ne sont en aucun cas des copies conformes de celles de Ḥasanlū, ni d'ailleurs de la dernière salle à colonnes Iron II de Bābā Jān III, qui a elle-même été revendiquée comme médiane (cf. C. Goff, &ldquoExcavations at Baba Jan: Pottery and Métal des niveaux III et II, & rdquo L'Iran 16, 1978, p. 40f. cf. aussi Art en Iran i). Contrairement à ces anciennes salles en partie résidentielles, les deux salles Godīn peuvent avoir été réservées à des fins de réception uniquement. De plus, le plan spacieux de la plus grande salle peut être comparé à un monument sensiblement plus récent, le palais P à Pasargades, qui date de la seconde moitié du VIe siècle av. (D. Stronach, Pasargades, Oxford, 1978, p. 78f.). Dans le même temps, la plupart des parallèles étroits pour l'architecture et la poterie de Godīn II proviennent, sans surprise, du site adjacent et en partie contemporain de Tepe Nush-i Jan (Nū&scaron-e Jān (ca. 750-550 avant JC) .

Les fouilles de Nush-i Jan, situées à 14 km à l'ouest de Malāyer, ont mis au jour la plus grande partie d'un établissement compact (figure 7) qui semble avoir été au moins en partie de caractère religieux. Le site&rsquos quatre bâtiments principaux se composent du temple central, du temple occidental, du fort et de la salle à colonnes.

Le temple central en forme de tour, construit sur ce qui était d'abord un affleurement rocheux nu et escarpé, occupe une position dominante à plus de 30 m au-dessus du niveau de la plaine environnante. Le plan intérieur comprend une seule entrée étroite, une antichambre, une rampe menant à une chambre haute et un sanctuaire triangulaire à gradins de 11 x 7 m 2 , qui s'élevait autrefois sur toute la hauteur du bâtiment. L'autel, qui se dresse dans la baie ouest du sanctuaire, mesure 85 cm de haut avec quatre marches en saillie et un bol à feu hémisphérique peu profond au centre de son large sommet plat (planche III). Le temple occidental, qui faisait pendant un temps face au temple central à travers une cour ouverte, se distingue par une orientation différente et un plan étrangement asymétrique. Néanmoins, il contient un ensemble de pièces similaire : une antichambre, une rampe en spirale menant à une pièce au-dessus et une cella intérieure avec les restes possibles d'un autre autel. Le soi-disant fort, une structure à deux étages qui semble avoir combiné les fonctions d'un entrepôt et d'une unité résidentielle, est le plus grand des bâtiments trouvés à Nush-i Jan. Le plan du rez-de-chaussée bien conservé comprend un seul entrée, un poste de garde, une rampe d'escalier d'une certaine taille (qui peut avoir pris deux révolutions complètes pour atteindre le niveau de l'étage résidentiel supérieur, maintenant disparu), et quatre magasins de stockage étroits, dont chacun mesurait autrefois près de 6 m de la taille. La quatrième structure principale, la salle à colonnes, est un bâtiment de forme irrégulière d'une superficie approximative de 20 x 15 m 2 . Son toit plat reposait à l'origine sur trois rangées de quatre colonnes en bois, et son seul mobilier fixe consistait en une plate-forme basse en briques crues située près du mur sud. La hauteur de la salle peut avoir atteint 8 ou 9 m. En somme, l'impact principal de cette architecture est venu de hauts murs de briques crues à contreforts, en retrait et sans doute crénelés. Des ouvertures de fenêtres étroites et de hautes fentes pour flèches marquaient également de nombreux murs extérieurs, tandis que la conception austère d'une structure imposante et du temple central de Tepe Nush-i Jan&mdash fournit une expression notable, quoique muette, de la croyance et de la pratique religieuses.

La brique de terre crue était le moyen de construction exceptionnel, bien que les linteaux de porte en bois complètent l'utilisation manifestement extensive du bois dans chaque salle à colonnes. La brique de boue standard, au moins à Tepe Nush-i Jan, mesurait 40 x 25 x 13 cm, tandis que les entretoises de voûte incurvées, telles que celles utilisées par paires pour couvrir des distances allant jusqu'à 2,35 m, faisaient souvent 1,18 m de long. Un peu contre toute attente, d'autant plus que de grandes bases de colonnes en pierre peuvent être vues à Ziwiyeh (Zīwīya) et que la pierre travaillée n'était guère employée, à la place, le maçon médian était souvent prêt à faire un usage inattendu, voire audacieux, des propriétés malléables de la brique et du plâtre. Cette détermination à construire partout où cela est possible avec des éléments en briques crues, y compris des poutres de voûte incurvées, rappelle une inclination similaire dans les régions les moins boisées du monde iranien oriental. L'architecture des Mèdes en vint à combiner la dépendance extensive à la brique crue et au plâtre qui devait rester une caractéristique fixe dans les zones arides de l'Est avec l'intérêt pour la construction à colonnes en bois qui s'est fortement implantée dans le nord du Zagros dès le début. de l'âge du fer à nos jours.

La famille de céramiques représentée dans les niveaux médians de Tepe Nush-i Jan semble être associée au moment où les Mèdes consolidèrent leur pouvoir aux alentours de Hamadān dans la seconde moitié du VIIe siècle av. Quatre marchandises distinctes sont reconnues. &ldquoArticles communs&rdquo les récipients sont de couleur chamois, crème ou rouge clair, souvent avec un tempérament distinctif en mica doré ou argenté. le tout, une forme d'élégant côtelé pithoi. Seuls des récipients plus petits, souvent plus élaborés, étaient fabriqués en « articles gris », et ceux-ci présentent fréquemment une surface soigneusement lissée, voire brunie. &ldquoCooking ware&rdquo est représenté par une seule forme : une marmite à large ouverture, faite à la main avec une forte concentration de quartz ou de mica dans la trempe. &ldquoCrumbly ware&rdquo est également représenté par un seul produit fait à la main : un plat en forme de plateau avec des flocons de mica de couleur or dans la trempe.

La poterie de ce genre est bien représentée dans la plaine de Malāyer. Outre sa ressemblance générale avec celle que l'on trouve dans Godīn II et Bābā Jān II, sa répartition suggère que les centres administratifs et religieux monumentaux des Mèdes étaient assortis de villages modestes mais néanmoins permanents (cf. R. Howell, &ldquoSurvey of the Malayer Plains, &rdquo L'Iran 17, 1979, p. 156-57). Si les restes de la plante récupérés en partie de la colonie de squatters de Tepe Nush-i Jan peuvent être utilisés comme guide, l'économie de ces villages était basée sur des cultures telles que l'orge décortiquée à deux et six rangs, l'amidonnier, le blé tendre, pois, lentilles et raisins. Les montagnes encore généreusement boisées offraient une vaste gamme de gibier, mais l'élevage restait primordial. L'échantillon d'os domestique à Nush-i Jan comprenait neuf espèces, dont les plus courantes étaient les moutons, les chèvres, les porcs et les bovins. Il y a aussi des indices, tout à fait conformes à la réputation séculaire des prairies de la Médie, que l'élevage de chevaux jouait déjà un rôle important.

Notre connaissance de l'occupation médiane à Hamadān même reste faible. Pour l'instant nous manquons non seulement de preuves de reliefs en pierre ou d'autres éléments de pierre travaillés de nature à justifier l'existence d'une ancienne "école courtoise" de taille médiane intermédiaire entre celle d'Assurbanipal et celle de Cyrus, par exemple, mais le hasard et la clandestinité les fouilles qui ont inévitablement eu lieu à Hamadān au fil des ans n'ont révélé aucune orfèvrerie médiane. Si, cependant, les derniers vases en or de Mārlīk peuvent être attribués à une date proche de 700 av. (O. W. Muscarella, &ldquoFibulae and Chronology, Marlik et Assur,&rdquo Journal d'archéologie de terrain 11/4, 1984, p. 417), l'art médian promet de fournir un lien presque direct entre la vigueur des formes d'art iraniennes antérieures et le raffinement mesuré de l'art achéménide.

Archéologie achéménide. Modèles de découverte. En dehors de l'Iran, la Bible, le Histoires d'Hérodote, et une foule d'autres sources anciennes ont servi à préserver une connaissance des conquêtes de Cyrus et de Darius, en Iran même, tout souvenir précis des réalisations achéménides a été perdu pendant de nombreux siècles. À partir de 1474, les premiers voyageurs en Iran ont rapporté (et ont parfois laissé planer le doute) la croyance populaire selon laquelle le tissu encore intact de la tombe de Cyrus représentait la « tombe de la mère de Salomon » (A. Gabriel, Die Erforschung Persiens, Vienne, 1952, pp. 49f.). Les choses en étaient restées en grande partie jusqu'en 1802, lorsque G. F. Grotefend, travaillant à partir des premières copies exactes des inscriptions cunéiformes à Persépolis, a pu les identifier comme des documents laissés par les rois achéménides (cf. C. F. C. Hoeck, Veteris Mediae et Persiae monumenta, Goumlttingen, 1818, p. 56.). De même, aussi tard qu'en 1818, R. Ker Porter trouva le relief de Darius à Bīsotūn pour représenter un &ldquoking de l'Assyrie et des Mèdes» devant des &ldqureprésentants captifs des Dix Tribus» (Voyages en Géorgie, Perse, Arménie, Babylonie antique . . . durant les années 1817, 1818, 1819 et 1820 I, Londres, 1821, pp. 507f.). HC Rawlinson fut le premier à atteindre le relief et à commencer à copier ses inscriptions trilingues adjacentes&mdashchose qui n'a été accompli qu'à l'aide de cordes&mdashin 1835. de l'ancienne version persane de l'inscription de Darius (HC Rawlinson, &ldquoL'inscription cunéiforme persane à Behistun, déchiffrée et traduite.. ,&rdquo JRAS 10, 1847-48, p. xxvii-xxxix).

Le premier enregistrement photographique des principaux sites de Fārs est dû à F. Stolze et F. C. Andreas (Persépolis. 2 vol., Berlin, 1882), dont les voyages dans la région commencent en 1874. Dix ans plus tard, M. Dieulafoy, le premier d'une longue lignée de fouilleurs français, initie les premières grandes fouilles à Suse. Au cours de trois saisons successives, il a exploré les remparts achéménides et a découvert une grande partie de la Apadana. Ce dernier ouvrage fut également récompensé par la découverte de la célèbre frise en briques vernissées des &ldquoroyal archers&rdquo de Darius Ier (M. Dieulafoy, L&rsquoAcropole de Suse d&rsquoaprès les fouilles executées en 1884-86, Paris, 1893). Le dernier voyageur d'intérêt du XIXe siècle était Lord Curzon, dont le travail toujours standard, La Perse et la question persane, comprend une description minutieuse des premiers sites qu'il a visités (cf. G. N. Curzon, La Perse et la question persane II, Londres, 1982, p. 115-96). Les arguments qu'il a rassemblés pour soutenir l'identité désormais acceptée à la fois du site de Pasargades et de son monument principal, le tombeau de Cyrus, commandent toujours le respect, tout comme ses résumés d'études antérieures.

E. Herzfeld fit sa première visite à Pasargades en 1905 et publia sa thèse sur le site trois ans plus tard (E. Herzfeld, &ldquoPasargadae. Untersuchungen zur persischen Archäologie,&rdquo Klio 8, 1908, p. 1-68). Dans ses fouilles ultérieures dans la capitale de Cyrus, Herzfeld a ouvert des tranchées dans trois des structures principales : la porte R, le palais S et le palais P, ce qui lui a fourni un nouveau point de départ pour l'étude de la construction monumentale de la période achéménide , &ldquoBericht über die Ausgrabungen von Pasargadae, 1928,&rdquo SUIS-JE 1, 1929-30, p. 4-16). En 1931, Herzfeld fut appelé à diriger les fouilles de l'Oriental Institute of Chicago à Persépolis au cours des quatre années suivantes. Apadana, les plaques de fondation en or et en argent de la même grande salle d'audience, et le grand corps de tablettes cunéiformes élamites maintenant connues sous le nom de textes de la fortification de Persépolis. E. Schmidt, successeur d'Herzfeld à Persépolis de 1935 à 1939, a mené des fouilles minutieuses dans le Trésor et a révélé les impressionnants reliefs d'audience qui faisaient autrefois partie de la façade en relief de la Apadana, une autre collection de tablettes d'argile (dont la plus grande partie était à nouveau écrite en élamite) et une multitude d'autres objets, notamment des bronzes, de la verrerie et de la vaisselle en pierre. Schmidt a également déterré le plan d'étage de la salle du trône gravement brûlé, a exposé toute la hauteur de la tour Kaʿba ye Zardo&scaront à Naq&scaron-e Rostam et a obtenu, grâce à son utilisation pionnière de la photographie aérienne, un enregistrement mémorable des monuments de la La région de Persépolis vue du ciel.

Lorsque la Mission archéologique française a commencé son travail sous J. de Morgan en 1897, une nouvelle attention a été immédiatement accordée aux niveaux antérieurs de Susa&deltas. Une découverte majeure s'est néanmoins avérée être celle d'un riche cercueil achéménide contenant des bijoux de grande qualité (J. de Morgan, &ldquoDécouverte d&rsquoune sépulture achéménide à Suse,&rdquo Mémoires de la d&ecutelégation en Perse, 1905, p. 29-58). Dans les années suivantes de la direction de R. de Mecquenem&rsquos, des découvertes achéménides isolées ont continué à être faites, notamment dans les environs du &ldquoDonjon&rdquo à la limite sud de la Ville Royale. Enfin&mdash avec référence à tous les travaux sauf les plus récents de Susa&mdashR. La longue gérance de Ghirshman était plus étroitement liée à ses fouilles profondes sur le Ville Royale, qui a révélé une succession de strates élamites s'étendant sur la majeure partie du IIe millénaire av. Son travail sur le flanc ouest de la Ville des Artisans a également révélé une partie d'une commune satellite extra-muros, datée peut-être entre 625 et 250 av. (cf. D.Stronach, &ldquoVillage achéménide I à Suse et la migration persane vers Fars,&rdquo Irak 26, 1974, p. 244-45).

Plus récemment, l'Institut Archéologique Allemand, fondé en 1960, s'est occupé pendant plusieurs années de l'étude et de la documentation du grand relief de Darius à Bīsotūn (cf. H. Luschey, &ldquoStudien zu dem Darius-Relief von Bisitun,&rdquo SUIS-JE, N.-É. 1, 1968, pp. 63-94), sans parler de la fouille d'une petite colonie achéménide à Taḵt-e Solaymān. Le British Institute of Persian Studies, fondé un an plus tard, s'est également tourné vers un site majeur, Pasargades. Dans un programme de travail de trois ans qui représentait à bien des égards une continuation des campagnes précédentes de Herzfeld et ʿA. Sāmī (Pasargades, la plus ancienne capitale impériale d'Iran, Shiraz, 1956), l'Institut a cherché à réexaminer l'histoire de chacun des principaux monuments, ainsi qu'à effectuer des fouilles approfondies sur le Tall-e Taḵt élevé et dans les jardins en partie préservés de la zone du palais. Ces derniers travaux, malgré la profondeur limitée du gisement, ont conduit à la découverte d'un trésor de bijoux fins et d'autres objets (planche IV), qui peuvent avoir été enterrés vers le milieu du IVe siècle av.

Deux des principales préoccupations de J. Perrot, qui a été nommé à la tête de la Mission archéologique française en 1968, étaient d'établir une séquence stratigraphique sûre à Suse et de fournir une image plus complète de la Susian Apadana. Les travaux des années 1970 ont également vu la récupération de deux tablettes de fondation en marbre des quartiers résidentiels adjacents du palais Darius, l'identification et la fouille du "palais de Chaour" (autrefois le paradayadam ou « retraite agréable ») d'Artaxerxès II et peut-être le plus gratifiant, la découverte d'une statue plus grande que nature de Darius Ier qui avait été transportée d'Égypte pour flanquer l'une des portes de la grande porte menant au Apadana.

Au cours des dernières années, des niveaux achéménides ont été reconnus dans des sites aussi largement répandus que Choga Mish (Čoḡa Mī&scaron), Bābā Jān Tepe, Ḥasanlū, Yānek Tepe, Tūrang Tepe, Dahan-i Ghulaman (Dahān-e Ḡolāmān) et Tepe Yaḥyā, tandis qu'en référence à d'autres recherches récentes, les enquêtes de L. Vanden Berghe dans le sud-ouest de l'Iran ont révélé l'existence de la tombe de Buzpar (&ldquoLe tombeau achéménide de Buzpar,&rdquo Vorderasiatische Archäologie, Festschrift A. Moortgat, Berlin, 1964, pp. 243-58) les observations perspicaces de C. Nylander ont fourni de nouvelles directions pour l'étude de la maçonnerie achéménide et M. Roaf&rsquos l'examen pénétrant des reliefs de Persépolis (Sculptures et sculpteurs à Persépolis, Iran 21, 1983) a beaucoup contribué à définir l'organisation du travail des sculpteurs. Une dette particulière est due aux études méticuleuses de G. et AB Tilia qui ont jeté un nouvel éclairage, par exemple, sur les premières constructions achéménides dans la plaine de Persépolis, sur l'emplacement d'origine des "reliefs du Trésor", sur l'utilisation de la couleur à Persépolis. , et sur les vestiges d'une façade d'escalier monumentale d'Artaxerxès I (AB Tilia, Etudes et restaurations à Persépolis et autres sites du Fars I et II, Rapports et Mémoires IsMEO XVI et XVIII, Rome, 1972 et 1978). Enfin et surtout, la suggestion avancée par J. Hansman, et confirmée par la suite sur la base des preuves textuelles d'E. Reiner, que le grand site de Mālyān, situé à environ 50 km à l'ouest de Persépolis, pourrait représenter les ruines de la ville d'Anshan (An&scaronān) (J. Hansman, &ldquoElamite, Achaemenians and Anshan,&rdquo L'Iran 10, 1972, p. 101 et suiv. E. Reiner, dans RA 67, 1973, pp. 57ff.) a déclenché de nombreux développements nouveaux. Elle a notamment permis de clarifier certaines réalités fondamentales de la géographie achéménide, qui peuvent désormais commencer à s'intégrer aux abondantes données contenues dans les textes des fortifications de Persépolis.

Problèmes de chronologie. Il y a seulement vingt ans, la date incertaine de nombreux monuments de pierre non inscrits du sud de l'Iran a permis d'attribuer respectivement au début du VIIe et au début du VIe siècle av. (R. Ghirshman, Perse. Des origines à Alexandre le Grand, Londres, 1964, p. 129-31). Par extension, les dernières étapes de la migration persane vers les Fārs ont été supposées avoir suivi un cours assez improbable des contreforts d'Ḵūzestān à la plaine de Pasargades et sur la base du caractère spécifique des deux sites que nous venons de mentionner, les Perses ont été plus loin présumé avoir démontré une familiarité avec la grande construction en pierre bien avant l'avènement de Cyrus le Grand (559-530 avant JC).

Cette lecture des preuves archéologiques a été remise en question lorsqu'il est devenu évident qu'aucun des sites ne pouvait être dit antérieur au règne de Cyrus (D. Stronach, Irak 36, 1974, p. 246 s.). Il est également devenu évident qu'il n'y a aucune raison impérieuse de supposer que Kudur Nahunte (693-692 av. Histoire de l'Iran ancien, Chicago, 1936, p. 164-65 et 179-80). D'après les indices trouvés dans les titres et les protocoles survivants de l'époque, il est probable que la domination élamite à Anshan n'a pris fin qu'à l'époque de la conquête de Suse par Assurbanipal en 646 av. (voir F. W. König, Die elamischen Königsinschriften, Archiv füumlr Orientforschung, Supplément 16, 1965, p. 172). Bref, les Perses ne sont pas forcément arrivés au Fārs en force conquérante, à la fois capable de repousser les Elamites vers l'ouest. Au lieu de cela, ces nouveaux arrivants du nord sont peut-être entrés dans leur pays d'origine de manière pacifique, peut-être sur une période étonnamment longue, et, après une période de connaissance croissante du monde lettré d'Elam, et ont pris des mesures pour acquérir le contrôle politique direct des Fārs. seulement à la suite des graves bouleversements occasionnés par l'assaut d'Assurbanipal à Suse.

Une tombe richement meublée de la fin du VIIe ou du début du VIe siècle av. des environs de Behbahān pourrait bien apporter un certain soutien à certains des développements qui viennent d'être décrits. D'abord, cette tombe nouvellement découverte, qui semble avoir été celle d'un certain Kidin Hutrun, un élamite de rang (F. Vallat, &ldquoKidin Hutrun et l&rsquoépoque néo-élamite,&rdquo Akkadica 37, 1984, pp. 1-17), peut montrer que la frontière entre le royaume néo-élamite réduit de Suse et les nouveaux dirigeants perses d'Anshan se situait quelque part à l'est de Behbahān. Deuxièmement, un objet en or assez exceptionnel de la tombe, avec une paire de griffons confrontés sur chacun de ses deux fleurons en forme de disque (F. Tawḥīdī et AM Ḵalīlīān, &ldquoA Report on the Investigation of the Objects from the Tomb of Arraǰān (Behbahān) ,&rdquo ār 7-9, 1361 & Scaron./1983, pp. 232-86, en persan) est sans doute représentatif du mélange de compétences artistiques élamites et persanes auquel on pouvait s'attendre à ce moment précis de transition.

Culture matérielle de l'Iran achéménide. Le plaisir persan pour la vaisselle en or et en argent, ou dans de nombreux autres objets de parure personnelle, allant des armes de parade aux bijoux élégants et aux articles cosmétiques (voir Art en Iran iii), ne s'étendait que rarement aux récipients en terre cuite. Contrairement aux Assyriens, qui semblent avoir eu un respect particulier pour leurs propres objets de palais, les Perses ont peu fait pour exporter ou reproduire leurs céramiques ailleurs. L'une des très rares formes qui semble avoir eu une large diffusion dans une grande partie de l'empire aux 5e et 4e siècles av. est un petit bol à boire avec un corps arrondi et un rebord éversé imitant directement ceux d'un type en métal à longue durée de vie. Il n'y a pas de céramique uniforme spécifique à la dynastie achéménide, les archives archéologiques en Iran n'ont révélé que des "poteries de la période achéménide" provenant de neuf zones céramiques différentes (figure 8). Chacune de ces zones a une histoire distincte de changement ou d'interaction qui a persisté, dans des termes étonnamment similaires, jusqu'à la fin de la période parthe (cf. E. Haerinck, La cériode de la période parthe, Gand, 1983, fig. 1).

Dans la zone I, un groupe de bols monochromes fins de Čoḡā Mī&scaron dans le sud-ouest de l'Iran est peut-être représentatif de la frontière souvent mal définie entre la période du Fer III (800-550 av. Période achéménide (550-330 avant JC) et la brève période séleucide ou post-achéménide (330-250 avant JC). Dans la zone II, dans l'ouest de l'Iran, il y a des indications de Jameh Shuran (Jāma & Scaronūrān) dans le Mahi Dasht (Māhī Da&scaront), sans parler de Ziwiye (Zīwīya) dans les hautes terres du Kurdistan, que les articles chamois de la fin de la période Iron III ont donné façon de peindre des "marchandises triangulaires", également bien connues des sites du sud et de l'est de l'Azerbaïdjan. De plus, la séquence de poterie importante et toujours non publiée de Jameh Shuran montre (L. Levine, communication personnelle) que, au moins dans le Mahi Dasht, les articles triangulaires locaux ont cédé la place à des articles de couleur chamois du type trouvé en quantité à Pasargades, où ils étaient apparemment plus à l'aise dans les loci tardifs ou même post-achéménides.

Sans un &ldquogrammar&rdquo complet de l'évolution des styles de poterie de la période Iron IV, toute tentative de définir les modèles de peuplement achéménide dans tout l'Iran a peu de chances d'être définitive, pourtant une récente enquête de W. Sumner dans le centre des Fārs a montré qu'un début peut être fait : le témoignage des textes de fortification de Persépolis (qui se réfèrent en tout à quelque 400 noms géographiques) est pris pour soutenir certaines indications strictement archéologiques de la présence de 100 à 150 établissements achéménides dans les limites de la seule plaine de Persépolis (W. Sumner, &ldquoAchaemenid Settlement dans la plaine de Persépolis,&rdquo AJA, à venir). Le &ldquoSpring Cemetery&rdquo près de Persépolis est probablement représentatif des nombreux cimetières qui ont dû compléter ces villages locaux. Dans ce cimetière de la fin du IVe siècle (ou plus tard), les morts gisaient dans des positions étendues, dans des cercueils de pantoufle. La plupart des objets funéraires sont constitués de simples vases de poterie (E. Schmidt, Persépolis II, 1957, pl. 89). Des tombes plus riches, comme celles qui ont pu être associées aux domaines ruraux mentionnés dans les tablettes de fortification, n'ont pas été rencontrées à ce jour. Malgré les fouilles récentes des niveaux achéménides sur plus d'une douzaine de sites différents en Iran, la grande masse d'objets issus de contextes contrôlés provient toujours de trois sites : Pasargades, Suse et Persépolis. Pasargades et Suse sont des références évidentes pour toute étude de la joaillerie. Les vases en pierre fine sont bien représentés à Persépolis, bien que le pillage du site avant qu'il ne soit incendié en 330 av. doit clairement expliquer l'absence de tout exemple d'or et d'argent achéménide. Persépolis a également livré de beaux mors de cheval et, parmi diverses armes, des milliers de pointes de flèches trilobées en bronze sans ardillon qui semblent avoir représenté un problème standard au sein de l'armée achéménide à partir d'exemples récupérés à Chypre, en Palestine et sur les champs de bataille du début du Ve siècle en Grèce. Pour les sceaux et les empreintes de sceaux, il convient à nouveau de se tourner vers le riche matériel de Persépolis, d'autant plus que les nombreux sceaux des tablettes de fortification promettent de révéler beaucoup sur les débuts de l'iconographie achéménide (cf. RL Zettler, &ldquoOn the Chronological Range of Neo- Sceaux babyloniens et achéménides, & rdquo JNES 3, 1979, p. 257f.). De plus, certaines empreintes de sceaux récemment découvertes à Persépolis (A. Tadjvidi, L'Iran 13, 1970, p. 187) ne dépeignent plus la scène autrefois canonique d'un "héros quoroyal" dominant les animaux et attirent donc l'attention sur les changements dans la conception des phoques qui ont eu lieu pendant la période achéménide.

Les preuves de ces deux objets de luxe persans spéciaux, le verre taillé et la plaque d'or, sont en effet rares. Le verre fin a été récupéré à Persépolis (Schmidt, Persépolis II, pl. 67), mais de somptueux vases en or du genre de ceux qui accompagnaient le roi perse à la maison et en marche ne sont aujourd'hui connus que d'un certain nombre d'exemplaires qui auraient été trouvés lors de fouilles clandestines à Hamadān, et tous ces vases "de style courtois" n'ont pas été acceptés. comme authentique. (Cf. O. W. Muscarella, &ldquoExcavated and Unfouillé Achaemenian Art,&rdquo D. Schmandt-Besserat, éd., Perse antique : l'art d'un empire, Undena, 1980, pp. 23f.) Enfin, pas de dariques d'or ni d'argent sigloi comme ceux frappés en Anatolie afin de répondre aux besoins, en partie, d'une économie monétaire existante, ont été trouvés jusqu'à présent dans les limites de l'Iran. À moins que de nouvelles preuves ne soient fournies, l'économie domestique peut être considérée comme ayant été basée, jusqu'à l'époque d'Alexandre, sur une monnaie constituée d'argent coupé et pesé, un type de monnaie qui était présent en Iran au moins depuis l'époque médiane (cf. ADH Bivar, &ldquoUn trésor de lingots-monnaie de la période médiane de Nush-i Jan, près de Malayir,&rdquo L'Iran 9, 1971, p. 97-111).

Traces matérielles de la domination achéménide au-delà de l'Iran. Il n'a jamais été facile d'évaluer l'influence que l'empire achéménide en vint à exercer sur les cultures indigènes à l'intérieur de ses vastes limites. Partout où des informations régionales détaillées sont disponibles, les formes précises de l'autorité perse et de l'investissement persan ont varié non seulement d'une région à l'autre, mais souvent d'un district à l'autre.

Aucun traitement exhaustif de l'archéologie de la Mésopotamie à l'époque persane n'a encore été tenté. Une telle étude pourrait combiner avec profit les preuves disparates récupérées dans des centres importants tels que Babylone, Kī&scaron, Ur et Nippour avec les résultats de plusieurs enquêtes de terrain et &ldquorescences relativement récentes.»

Dans le nord de la Syrie, le Ve-IVe siècle av. Le cimetière d'inhumation de Deve Hüyük peut être associé à la présence d'une garnison persane permanente à l'ouest de l'un des passages les plus importants du haut Euphrate. Ce cimetière, Deve Hüyük II (P. R. S. Moorey, &ldquoCemeteries of the First Millennium B.C. at Deve Hüyük,&rdquo in Rapports archéologiques britanniques 87, 1980, pp. 7f.), fournit des preuves d'objets achéménides caractéristiques comme la rhyte zoomorphe (ici en poterie, pas en métal) bronze phialai, ou abreuvoirs en albâtre avec de petites poignées en corne et, parmi les armes en fer, des têtes de javelot à soie, des pointes de lance à douille, et des exemples de l'épée courte persane&mdashthe akinakes du compte d'Hérodote (7.54). Les mors, bracelets et fibules en bronze sont également complétés par des boucles d'oreilles en argent relativement simples et par des sceaux cylindriques qui apparaissent ici, probablement par respect pour le goût local, en verre.

En Palestine, le libre passage des marchandises d'une partie du pays à l'autre semble avoir compensé le mélange très varié des peuples de la région et ses diverses formes de gouvernement pour créer une culture matérielle distinctive, plus ou moins uniforme. Comme cela a été récemment démontré dans l'enquête E. Stern&rsquos (Culture matérielle du pays de la Bible à l'époque persane, Jérusalem, 1982, p. 229), l'autorité perse opérait efficacement partout où sa seule prérogative était attendue : dans la construction de palais et de forteresses, dans la fourniture de services de soutien à l'armée et dans son droit apparemment exclusif d'émettre toutes les formes de monnaie les plus précieuses. La présence d'une élite perse trouve également un reflet très probable dans la récupération de bijoux achéménides typiques de sites tels que Gezer et Ashdod (ibid., fig. 253-54) encore plus remarquable, des éléments d'un trône de bronze ont été trouvés dans des fouilles clandestines à Samarie, la capitale de la province (cf. M. Tadmor, &ldquoFragments d'un trône achéménide de Samarie,&rdquo Journal d'exploration d'Israël 24, 1974, p. 37f.).

La partie de l'empire qui a laissé la plus grande empreinte sur ses occupants perses était presque certainement l'Anatolie. A l'époque achéménide, il n'est pas toujours aisé de distinguer un Perse de rang d'un dignitaire anatolien ayant un goût prononcé pour les atours du protocole achéménide. Alors que les difficultés sont manifestes et que les Achéménides sont rarement très visibles dans les archives archéologiques, à l'exception de leur monnaie royale (et par la suite satrapale) ou de leurs sceaux et sceaux, J. Cook a offert une image convaincante de la mécanique du gouvernement persan local et de le rôle de la noblesse terrienne iranienne qui cherchait si souvent un paysage et un mode de vie contenant des échos de leur patrie (JM Cook, L'empire perse, 1983, p. 180). Aussi, certaines trouvailles de l'ouest de l'Anatolie, comme les bijoux en or découverts par la première expédition archéologique à Sardes (C. D. Curtis, Sardes XIII, Leiden, 1925, passim), les brûle-parfums en argent et autres objets en métal précieux de conception achéménide récupérés dans les tombes d'Ikiztepe en Lydie orientale (B. Tezcan, VIII Türk Tarih Kongresi, 1979, pp. 391-97), et les peintures murales trouvées sur les murs intérieurs de la tombe en pierre de Karaburun en Lycie (M. J. Mellink, &ldquoExcavations at Karataṣ-Semayük et Elmalı, Lycie, 1971,&rdquo AJA 74-80, 1970-1976, pp. 265-69) pourraient chacun être considérés comme des reflets partiels des hautes modes dynastiques fixées par la cour lointaine de Suse. Néanmoins, comme le démontrent les découvertes de ces sites et d'autres, les idiomes de l'art grec ont fait un attrait de plus en plus fort à partir du début du 5ème siècle. Des influences grecques, persanes et anatoliennes se retrouvent dans des proportions variables dans les sceaux de timbres &ldquo-greco-persans de l'Anatolie occidentale (cf. J. Boardman, &ldquoPyramidal Stamp Seals in the Persian Empire,&rdquo L'Iran 8, 1970, pp. 19f.), tandis que chacune de ces influences, combinée à de fortes allusions à un style nord-syrien ou apaméen (araméen), se retrouve dans les stèles funéraires distinctives des responsables locaux de la région de Daskyleion, près à la Troade. (Voir plus récemment R. Altheim-Stiehl, D. Metzler et E. Schwertheim, &ldquoEine neue Gräko-Persische Grabstele aus Sultaniye Köy und ihre Bedeutung für die Geschichte und Topographie von Daskyleion,&rdquo Epigraphica Anatolica 1, 1983, p. 1f.).

Contrairement à chacune des régions qui viennent d'être décrites (ainsi qu'à l'Égypte, autre siège de la culture ancienne et étrangère), les satrapies à l'est de l'Iran étaient principalement habitées par des peuples iraniens. Pourtant, malgré tous les liens linguistiques, religieux et culturels qui liaient vraisemblablement les Iraniens de l'Est aux Mèdes et aux Perses, il existe de fortes indications archéologiques qu'ils possédaient une culture matérielle vigoureuse qui leur était propre. La plupart

la poterie des provinces du nord-est, par exemple, est tout à fait différente de celle de l'Iran contemporain. Il est distingué, comme E. E. Kuz&rsquomina (&ldquoLe « mirage bactrien » et la réalité archéologique. Sur les problèmes de la formation de la culture bactrienne du nord,&rdquo est et ouest 16, 1976, pp. 111-31) et A. Cattenat et J. C. Gardin (&ldquoDiffusion comparée de quelques genres de poterie caractéristique de l&rsquoépoque achéménide sur le Plateau Iranien et en Asie Centrale,&rdquo in J., Deshayes, ed. Le Plateau Iranien et l&rsquoAsie Centrale des origines à la conquête Islamique, Paris, 1977, pp. 225-48) ont montré dernièrement, par des jarres cylindro-coniques faites au tour telles qu'elles commencent à apparaître dans la région vers 600 av. La poterie aux finitions occidentales claires n'est pas présente avant la fin du IVe et du IIIe siècle avant J.-C., lorsqu'il est tentant d'associer son apparition aux nouvelles conditions politiques imposées par Alexandre.

Des échos directs de la domination perse, comme le fragment d'une tablette achéménide élamite trouvée à Qandahār (S.W. Helms, &ldquoExcavations at "The City and the Famous Fortress of Kandahar, the Foremost Place in All of Asia",&rdquo Études afghanes 3/4, 1982, p. 13) sont, pour l'instant, trop rares sur les sites afghans. Mais si la pertinence du mobilier funéraire du IVe siècle de la tombe V de Pazyryk (S. I. Rudenko, Tombes gelées de Sibérie. Les sépultures pazyryks des cavaliers de l'âge du fer, Berkeley et Los Angeles, 1970) et les objets achéménides et post-achéménides pour le trésor dit d'Oxus (voir O. M. Dalton, Le trésor de l'Oxus avec d'autres exemples de travail du métal oriental ancien, 3e éd., R. D. Barnett, éd., Londres, 1964) doit être admis, il ne peut être mis en doute que les motifs achéménides et les goûts achéménides ont finalement parcouru un long chemin vers l'est.

Il reste encore beaucoup de travail pour documenter les vestiges matériels de la domination médiane et persane, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de l'Iran. Dans les régions au-delà de l'Iran en particulier, la période achéménide est souvent l'une des moins explorées et comprises archéologiquement. Cette condition semble dériver en partie de la nature de la domination perse : les dirigeants perses préféraient dans l'ensemble adopter et modifier les institutions qu'ils rencontraient plutôt que d'imposer un modèle impérial unique à leurs possessions. Néanmoins, une recherche détaillée sur la présence persane autrefois lointaine constitue une exigence historique et culturelle primordiale. Seules de nouvelles découvertes archéologiques peuvent servir à compléter les archives littéraires qui éclairent actuellement le plus largement le fonctionnement interne de l'empire (cf. J. M. Cook, L'empire perse, pp. 167-82), et seule une connaissance approfondie des sources du style de cour achéménide, et de la diffusion de ce style à travers une trentaine de satrapies, peut être utilisée pour rendre compte de l'apparition ultérieure de thèmes du Proche-Orient séculaires profondément en Europe et dans toute l'Asie.

Archéologie médiane : Les séquences céramiques régionales de l'âge du fer iranien sont maintenant mieux résumées dans L. D. Levine, &ldquoThe Iron Age, &rdquo dans F. Hole, ed., Perspectives archéologiques sur l'Iran, de la préhistoire à la conquête islamique, à venir.

Pour les fouilles de Godīn Tepe, voir notamment T. C. Young, Jr., Fouilles à Godin Tepe. Premier rapport d'étape, Musée royal de l'Ontario, Occasional Paper 17, 1969 T. C. Young, Jr. et L. D. Levine, Fouilles du projet Godin : deuxième rapport d'étape, ibid., 26, 1974.

Parmi les rapports sur Tepe Nush-i Jan, voir D. Stronach, M. Roaf, R. Stronach et S. Bokonyi, &ldquoExcavations at Tepe Nush-i Jan . . .&rdquo L'Iran 16, 1978, pp. 1-28 M.A. Kyllo et R.N.L.B. Hubbard, &ldquoMedian and Parthian Plant Remains from Tepe Nush-i Jan,&rdquo L'Iran 19, 1981, pp. 91-100 et J.E. Curtis, Tepe Nush-i Jan III : Les petites trouvailles, Londres, 1984.

Notez également C. Goff, &ldquoExcavations at Baba Jan: The Pottery and Metal from Levels III and II,&rdquo L'Iran 16, 1978, pp. 29-66 idem, &ldquoExcavations at Baba Jan: The Architecture and Pottery of Level I,&rdquo L'Iran 23, 1985, p. 1-20.

Sur les débuts de l'histoire des Mèdes, voir plus récemment P. R. Helm, &ldquoHerodotus&rsquo Logos Mêdikos et historique médian,» L'Iran 19, 1981, p. 85-89.

Pour les archives du XIXe siècle sur les monuments achéménides isolés, voir aussi E. Flandin et P. Coste, Voyage en Perse IV, Paris, 1854, pls. 194f.

Pour les récits pertinents laissés par les premiers visiteurs européens dans leur ensemble, voir G.N. Curzon&rsquos La Perse et la question persane A. Gabriel, Die Erforschung Persiens. Die Entwicklung der abendländischen Kenntnis der Geograhie Persiens, Vienne, 1952 et G. Herrmann, Le renouveau iranien, Phaidon, Oxford, 1977, p. 10f.

Pour des comptes rendus généraux de l'art et de l'archéologie achéménides basés sur des fouilles menées entre 1930 et 1961, voir aussi Enquête sur l'art persan I, p. 309f. E. Herzfeld, L'Iran dans l'Orient ancien, Londres, 1941, pp. 221-74 H. Frankfort, Art et architecture de l'Orient antique, Harmondsworth, 1954, p. 348-78. Les traitements plus récents incluent E. Porada, L'art de l'Iran antique, New York, 1965, pp. 142-78 C. Nylander, &ldquoThe Achaemenid Empire,&rdquo expédition 13, 1971, p. 50f. E. Porada, &ldquoArt Achéménide, Monumental et Minute,&rdquo Faits saillants de l'art persan, éd. R. Ettinghausen et E. Yarshater, Boulder, Colorado, 1979, pp. 57-94 M. C. Root, Le roi et la royauté dans l'art achéménide : essais sur la création d'une iconographie de l'empire, Acta Iranica 19, 1979.

A noter également les bibliographies traitant de la période pré-achéménide et de la période achéménide chez L. Vanden Berghe, Bibliographie analytique de l&rsquoarchéologie de l&rsquoIran ancien, Leiden, 1979, pp. 233-55, et dans L. Vanden Berghe et E. Haerinck, Bibliographie analytique de l&rsquoarchéologie de l&rsquoIran ancien, Supplément 1: 1978-1980, Leyde, 1981, p. 72-80. Des rapports séparés sur Pasargades, (Achéménide) Suse et Persépolis sont fréquemment orientés vers l'étude des vestiges architecturaux (pour lesquels voir Art en Iran iii). De brèves listes pour chaque site peuvent néanmoins inclure les éléments suivants : Pour Pasargades : C. Nylander, Ioniens à Pasargades : études sur l'architecture persane ancienne, Uppsala, 1970 D. Stronach, Pasargades. Un rapport sur les fouilles menées par le British Institute of Persian Studies de 1961 à 1963, Oxford, 1978. Pour Susa : R. de Mecquenem, &ldquoContribution à l&rsquoétude du palais achéménide à Suse,&rdquo Mémoires de la d&ecutelégation en Perse 30, 1947, pp. 1-119 R. Ghirshman, &ldquoSusa. Village perse-achéménide,&rdquo Mémoires de la mission archéologique en Iran 36, 1954 P. Amiet, &ldquoLes ivoires achéménides de Suse,&rdquo Syrie 49, 1972, pp. 167-91 D. Stronach, &ldquoLa statue de Darius le Grand découverte à Suse,&rdquo Cahiers de la dégation & eacutegation archéologique française en Iran 4, 1974, pp. 61-72 M. Roaf, &ldquoThe Subject Peoples on the Base of the Statue of Darius,&rdquo ibid., pp. 73-160 F. Vallat, &ldquoLes textes cunéiformes de la statue de Darius,&rdquo ibid. , pp. 161-70 J. Perrot, &ldquoL&rsquoarchitecture militaire palatiale des achéménides à Suse,&rdquo 150 Jahre Deutsches Archäologisches Institut, 1829-1979, Mayence, 1981, p. 79-94.

Pour Persépolis : M. Dieulafoy, L&rsquoart antique de la Perse II, Paris, 1884-89, pp. 2-74 F. Sarre et E. Herzfeld, Felsreliefs iraniens, Berlin, 1910, p. 100-46 E. Schmidt, Persépolis JE: Structures, reliefs, inscriptions, Chicago, 1953 idem, Persépolis II : Contenu du Trésor et autres découvertes, Chicago, 1957 idem, Persépolis III : Les tombeaux royaux et autres monuments, Chicago, 1970 M.C. Root, &ldquoThe Persepolis Perplex: Some Prospects Borne of Retrospect,&rdquo Perse antique : l'art d'un empire, éd. D. Schmandt Besserat, Undena, 1980. Pour les tablettes inscrites en élamite de Persépolis voir notamment, G. G. Cameron, Tablettes du Trésor de Persépolis, Chicago, 1948 et R.T. Hallock, Tablettes d'enrichissement de Persépolis, Chicago, 1969.

Pour les matériaux archéologiques de la date achéménide d'au-delà de l'Iran, voir en particulier l'enquête récente dans P. R. S. Moorey&rsquos Cimetières du premier millénaire avant J.-C.. qui comprend non seulement un aperçu concis de la Mésopotamie et du Levant, mais traite également d'autres régions à l'intérieur et à l'extérieur des frontières de l'empire perse.

Pour la Mésopotamie, voir aussi C. L. Woolley, Ur fouilles IX : Les périodes néo-babylonienne et persane, Londres, 1962.

Pour la Palestine, voir notamment E. Stern, Culture matérielle du pays de la Bible à l'époque persane, Londres, 1982.

Pour l'Anatolie, voir aussi E. S. G. Robinson, &ldquoThe Beginnings of Achaemenid Coinage,&rdquo NC, 1958, p. 187f. E. Akurgal, Die Kunst Anatoliens : von Homer bis Alexander, Berlin, 1961, p. 167-74 A. Sh. Shahbazi, Les monuments irano-lyciens, Téhéran, 1975 G.M.A. Hanfmann et al., Sardes de la préhistoire à l'époque romaine, Cambridge, Mass., 1983, p. 100-06.

Pour l'Est, voir, outre les ouvrages majeurs de Rudenko et Dalton et l'article de E. E. Kuzörsquomina, déjà cité, W. J. Vogelsang &ldquoEarly Historical Arachosia in South-East Afghanistan. Lieu de rencontre entre l'Est et l'Ouest,&rdquo Iranica Antiqua 20, 1985, p. 55-99.


Encyclopédie du Nouveau Monde écrivains et éditeurs ont réécrit et complété le Wikipédia article conformément à Encyclopédie du Nouveau Monde normes. Cet article respecte les termes de la licence Creative Commons CC-by-sa 3.0 (CC-by-sa), qui peut être utilisée et diffusée avec une attribution appropriée. Le crédit est dû selon les termes de cette licence qui peut faire référence à la fois au Encyclopédie du Nouveau Monde contributeurs et les contributeurs bénévoles altruistes de la Fondation Wikimedia. Pour citer cet article, cliquez ici pour obtenir une liste des formats de citation acceptables. L'historique des contributions antérieures des wikipédiens est accessible aux chercheurs ici :

L'historique de cet article depuis son importation en Encyclopédie du Nouveau Monde:

Remarque : Certaines restrictions peuvent s'appliquer à l'utilisation d'images individuelles sous licence distincte.


Voir la vidéo: Ancient Near East - Assurbanipal