Croiseurs de classe Pensacola

Croiseurs de classe Pensacola


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Croiseurs de classe Pensacola

Les deux croiseurs lourds de la classe Pensacola étaient les premiers croiseurs lourds américains construits après la Première Guerre mondiale et étaient limités par les termes du traité naval de Washington de 1921.

Les navires de la classe Pensacola marquaient une nette rupture avec les anciens croiseurs américains. La classe Chester d'avant-guerre était constituée de navires beaucoup plus légers, armés de deux canons de 5 pouces et six de 3 pouces, tous transportés à découvert. La première classe d'après-guerre, les croiseurs légers de classe Omaha, étaient des navires assez démodés, avec la moitié de leurs canons de 6 pouces transportés dans des casemates montées sur les côtés de la superstructure. Pendant la Première Guerre mondiale, l'US Navy est entrée en contact étroit avec la Royal Navy. Les croiseurs de guerre de classe Cavendish ou Hawkins ont particulièrement impressionné. Ils avaient à peu près le même déplacement que les éventuels navires de la classe Pensacola et portaient sept canons de 7,5 pouces, cinq sur la ligne médiane (trois à l'arrière et deux à l'avant) et un de chaque côté. Ils pouvaient ainsi utiliser six de leurs sept canons dans une bordée.

L'US Navy a décidé que tous les croiseurs construits après la Première Guerre mondiale devraient être supérieurs à la classe Hawkins. Ils voulaient aussi des croiseurs avec un large rayon d'action en cas de conflit avec le Japon. Une large gamme de modèles de croiseurs ont été développés au début des années 1920, allant de 5 000 à 10 000 tonnes et armés de canons de 5 pouces, 6 pouces ou 8 pouces. Pendant ce temps, les navires de la classe Omaha, armés de canons de 6 pouces, étaient en construction. Le traité naval de Washington de 1921 a également joué un rôle majeur dans la conception finale, imposant une limite de taille de 10 000 tonnes et des canons de 8 pouces à tout nouveau croiseur.

La conception de base des navires Pensacola était en place en novembre 1923 et la conception finale de l'esquisse a été achevée en mars 1925. Les nouveaux navires avaient deux cheminées avec un écart assez large entre elles. Ils avaient des superstructures à l'avant et à l'arrière, avec de grands mâts et mâts de misaine. L'énergie était fournie par des turbines Parsons à 4 arbres avec huit chaudières dans deux chaufferies, disposées selon le principe unitaire avec les salles des turbines entre les chaufferies.

Les navires de la classe Pensacola ont été les premiers croiseurs américains à transporter tous leurs canons principaux dans des tourelles à super-tir situées sur la ligne médiane, la disposition utilisée pour la grande majorité des croiseurs de la Seconde Guerre mondiale. Ils étaient armés de dix canons de 8 pouces/55, transportés dans quatre tourelles. Les tourelles avant et arrière portaient deux canons, les tourelles intérieures supérieures en portaient trois chacune. Cela a permis aux concepteurs de donner au navire des lignes très fines. L'armement secondaire était fourni par quatre canons à double usage de 5 pouces transportés dans des supports simples juste derrière l'entonnoir arrière, deux de chaque côté du navire.

Ils ont été construits avec six tubes lance-torpilles de 21 pouces en deux rangées de trois, mais ceux-ci ont été retirés avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. À ce moment-là, ils avaient également quatre canons anti-aériens de 5 pouces/25 montés par la superstructure avant

L'armement anti-aérien a changé à plusieurs reprises au cours de la durée de vie des deux navires. Au début, ils ne portaient que des mitrailleuses Browning M2 de calibre .50in. En novembre 1941, ils reçurent deux supports de mitrailleuses quad 1.1in Mark VI (surnommés le Chicago Piano). En 1942, les mitrailleuses .50 ont été remplacées par des canons Oerlikon de 20 mm, en commençant par huit supports simples ainsi que deux autres supports quad 1.1in.

En 1943, des canons Bofors quadruples de 40 mm ont remplacé les canons de 1,1 pouce et le nombre de canons de 20 mm a été augmenté. En 1944, le montage officiel était composé de six montures Bofors quadruples de 40 mm et de vingt ou vingt et un canons de 20 mm. En 1945 le Salt Lake Cityavait six montures quadruples de 40 mm et dix-neuf canons simples de 20 mm. Après un carénage à l'été 1945, le Pensacolaavait sept montures quadruples de 40 mm et neuf montures jumelées de 20 mm.

Les avions étaient considérés comme essentiels pour les opérations des croiseurs dans les années 1920. Les croiseurs de la classe Pensacola pouvaient transporter quatre avions qui étaient stockés à l'air libre, et avaient deux catapultes et une seule grue. Ils transportaient des Vought O2U Corsairs, des OS2U Kingfishers ou des Curtiss SOC Seagulls au cours de leur carrière militaire.

Les navires étaient légèrement blindés pour les croiseurs lourds. Ils avaient un pont blindé de 1 pouce, avec une ceinture qui variait de 2,5 pouces à 4 pouces. La ceinture plus épaisse protégeait les magazines. Les barbettes de la tourelle étaient très finement blindées avec un blindage de 0,75 pouce. Les tourelles avaient 2,5 pouces de blindage sur le visage, un blindage plus fin ailleurs.

Il y avait en fait beaucoup de poids de réserve dans la limite de 10 000 t pour un blindage supplémentaire. La théorie était que le blindage limité serait efficace contre les canons de destroyer de 5 pouces. Ils dépasseraient les croiseurs de 6 pouces et tout engagement avec un autre croiseur de 8 pouces aurait lieu à des distances si courtes qu'aucune armure efficace ne pourrait être transportée. Alors que les navires étaient en construction, on s'est rendu compte que des unités de contrôle de tir pourraient être installées, et donc les canons de 8 pouces seraient efficaces à des portées beaucoup plus longues que prévu. Le blindage de la ceinture a ensuite été calculé pour être efficace contre les tirs de 5,1 pouces à plus de 8 000 mètres, mais vulnérable aux obus de 8 pouces/50 jusqu'à 24 000 mètres et le blindage du pont au-dessus des magasins à 16 000 mètres.

Leur armure mince signifiait qu'ils sont devenus connus comme des croiseurs « vêtus d'étain ». La prochaine classe de croiseurs lourds, la classe Northampton et les croiseurs de classe Portland partageaient cette protection limitée, mais la classe New Orleans du début des années 1930 a vu la première tentative d'augmenter le blindage.

L'impact des limites du traité peut être vu dans la classe Pensacola. Les croiseurs légers de classe Cleveland, construits après la levée des restrictions du traité, étaient plus longs, légèrement plus larges et plus lourds de 2 000 t sur un déplacement standard. La classe Pensacola était similaire dans son concept aux autres croiseurs de l'époque - les cursers britanniques contemporains de la classe Kent portaient huit canons de 8 pouces sur un déplacement similaire mais avec un blindage plus épais autour des espaces de munitions et un blindage plus fin ailleurs.

Les deux membres de la classe ont combattu intensivement pendant la guerre du Pacifique, avec Pensacola gagner 13 étoiles de bataille et Salt Lake City 11. Les deux ont survécu à la guerre, rendant la classe plus chanceuse que leurs successeurs - trois des six navires de la classe Northampton ont été coulés, tout comme l'un des deux navires de la classe Portland et trois des sept navires de la classe New Orleans plus lourdement blindés

Déplacement (standard)

9 097 t

Déplacement (chargé)

11 512 t

Vitesse de pointe

32,5 nœuds

Varier

10 000 nm à 15 nœuds

Armure – pont

1po

- sur les machines

2,5 pouces

- côté magazines

4 pouces

- sur les magazines

1,75 pouces

- des barbettes

0.75in

- les maisons d'armes à feu font face

2,5 pouces

- dessus des maisons d'armes à feu

2 pouces

- les maisons d'armes à feu autres

0,75 pouces

Longueur

586ft 8in oa

Armement

Dix canons de 8 pouces/55 (deux tourelles de 3 canons et deux de 2 canons)
Quatre pistolets 5 pouces/25 (quatre positions simples)
6 tubes lance-torpilles de 21 pouces
4 avions

Complément d'équipage

631

Navires en classe

Sort

CA24 USS Pensacola

Coulé en 1948

CA25 USS Salt Lake City

Coulé en 1948


Essayant d'obtenir les meilleurs résultats dans les limites fixées par le traité naval de Washington de 1922, les croiseurs de la classe Pensacola combinaient une puissante batterie principale de dix canons de 203 mm dans quatre tourelles avec un blindage faible et une lourdeur supérieure inconfortable, ce qui rend les navires sujets à rouler. Les conceptions ultérieures des croiseurs de l'US Navy ont éliminé ces lacunes, mais l'USS Pensacola et l'USS Salt Lake City ont juste subi une modification de leur coque et de leur superstructure pour éliminer le roulis, lorsqu'ils ont été jetés au combat contre les Japonais en 1941. À cette époque, les deux navires avait reçu des systèmes radar modernes et une quantité accrue de canons anti-aériens. Ils ont participé à de nombreuses opérations de l'US Navy dans le Pacifique, et ont joué un rôle célèbre dans les combats de la campagne de Guadalcanal, où ils ont subi de lourds dommages. Malgré cela, Pensacola et Salt Lake City ont survécu à la guerre, pour être coulés en tant que gorgées cibles en 1947 et 1948.

Dans Battlegroup42, le croiseur de classe Pensacola dispose de dix canons de calibre 8"/55 (203 mm) sur ses quatre tourelles, ainsi que de quatre canons de calibre 5 pouces/25 (127 mm) de chaque côté. Il dispose également de deux quad Bofors L/ 60 canons de 40 mm de chaque côté, ce qui le rend mortel contre des cibles hostiles de surface ou aériennes.

Le croiseur a également une 7ème position "cachée", la station de catapulte, qui contrôle la position de la catapulte bâbord. On peut entrer dans cette position par l'une des deux portes près des catapultes. Un Grumman J2F-2 Duck peut être lancé depuis le navire.


Croiseurs de classe Pensacola - Histoire

L'USS Pensacola, navire nommé d'une classe de deux croiseurs légers de 9100 tonnes, a été construit par le New York Navy Yard. Mis en service en février 1930, il effectua une croisière d'essai au Pérou et au Chili puis commença des opérations régulières dans l'Atlantique Ouest, les Caraïbes et le Pacifique. En juillet 1931, sa classification fut changée en croiseur lourd et son numéro de coque devint CA-24. Pensacola a déplacé son port d'attache de Norfolk, en Virginie, à San Diego, en Californie, en janvier 1935 et a ensuite principalement servi dans le Pacifique.

Lorsque la guerre du Pacifique a commencé le 7 décembre 1941 avec l'attaque du Japon sur Pearl Harbor, Pensacola était en mer escortant un convoi qui a ensuite été détourné vers l'Australie. Après des patrouilles dans les environs de Samoa, le croiseur a masqué les porte-avions Lexington et Yorktown pendant leurs opérations dans le sud du Pacifique de février à avril 1942. Au début de juin, la bataille de Midway Pensacola a escorté à la fois l'USS Enterprise et l'USS Yorktown. D'août à décembre 1942, il a opéré en soutien à la campagne de Guadalcanal, servant principalement avec des porte-avions, et était présent lors de la bataille des îles Santa Cruz fin octobre et de la bataille navale de Guadalcanal à la mi-novembre. Fin novembre, le Pensacola a été gravement endommagé par une torpille lors de la bataille de Tassafaronga, avec la perte de plus de 120 de ses équipiers.

Le Pensacola fut en réparation jusqu'en 1943, mais reprit du service à temps pour participer à l'invasion de Tarawa en novembre. En 1944, il participa à la conquête des îles Marshall et opéra avec les forces de frappe des porte-avions lors de raids dans le Pacifique central. De mai à août, elle a patrouillé dans le Pacifique nord et a bombardé des positions japonaises dans les îles Kouriles. En se déplaçant vers le sud, Pensacola bombarda Wake Island en septembre et Marcus début octobre, puis rejoignit les forces porteuses de la troisième flotte pour participer aux attaques sur Formose et à la bataille du golfe de Leyte.

Pendant le reste de l'année et en 1945, Pensacola mena régulièrement des bombardements dans les îles Bonin et Volcano. Alors qu'il était au large d'Iwo Jima le 17 février 1945, il a été touché à plusieurs reprises par des canons côtiers japonais, mais a rapidement pu reprendre le bombardement de l'île. Elle a fourni plus de soutien par balles pendant la campagne pour s'emparer d'Okinawa en mars et avril. À la fin des combats à la mi-août, il servait dans le Pacifique Nord. Les derniers mois de service actif de Pensacola ont été consacrés au soutien de l'occupation du nord du Japon et au transport des anciens combattants de la guerre du Pacifique chez eux dans le cadre de l'opération "Magic Carpet". En 1946, le croiseur désormais âgé a été affecté à une mission cible dans le cadre des essais de bombe atomique sur l'atoll de Bikini. Gravement endommagé par les deux explosions du 1er juillet et du 25 juillet, il est officiellement désarmé en août. Plus de deux ans plus tard, le 10 novembre 1948, l'USS Pensacola a été coulé comme cible lors d'exercices de flotte au large des côtes de l'État de Washington.

Cette page présente des vues sélectionnées concernant l'USS Pensacola (CA-24).

Si vous souhaitez des reproductions à plus haute résolution que les images numériques présentées ici, consultez : "Comment obtenir des reproductions photographiques."

Cliquez sur la petite photo pour afficher une vue plus grande de la même image.

Photographié à l'ancre, dans les années 1930.

Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine.

Image en ligne : 89 Ko 740 x 600 pixels

En mer, septembre 1935.

Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 102 Ko 740 x 620 pixels

Au mouillage dans un port du Pacifique sud, le 28 septembre 1942. Un pétrolier (AO) est à gauche.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 74 Ko 740 x 585 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Photographié le 14 octobre 1943. Il est accompagné de deux remorqueurs, l'un de type petit port et l'autre (à droite) un ancien remorqueur de la flotte de la Marine.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 88 Ko 740 x 585 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Dans la baie Massacre, île Attu, Alaska, 9 juin 1944.
Elle est peinte en camouflage Mesure 32, Design 14d.

Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 109 Ko 740 x 605 pixels

Au large du Mare Island Navy Yard, Californie, 29 juin 1945.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 68 Ko 740 x 570 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Au Mare Island Navy Yard, Californie, le 3 juillet 1945, à la fin de sa dernière révision.
Les cercles marquent les modifications récentes apportées au navire.
Notez sa batterie principale de tourelles doubles et triples de huit pouces.
L'USS Indianapolis (CA-35) et le briquet YF-390 sont à gauche.

Photographie du Bureau of Ships Collection aux Archives nationales des États-Unis.

Image en ligne : 134 Ko 605 x 765 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

L'actrice Ethyl Merman, star du tube "Girl Crazy", présente un chevreau (en bas à droite) à l'équipage du navire, peut-être à peu près au moment de la mise en service du Pensacola en février 1930.
Accepter le cadeau est le commandant du navire, le capitaine Alfred G. Howe, USN.

Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine.

Image en ligne : 97 Ko 580 x 765 pixels

Officiers, marins et marines dans le pont du milieu du navire, 1933.
Notez les détails des catapultes et des quatre hydravions Vought O2U-4. L'avion à l'extrême droite est le Bureau # 8334.

Photographie du Commandement de l'histoire et du patrimoine de la marine américaine.

Image en ligne : 109 Ko 740 x 585 pixels

Aux côtés de l'USS Vestal (AR-4), en réparation des dommages causés par les torpilles subies lors de la bataille de Tassafaronga, au large de Guadalcanal le 30 novembre 1942.
Notez le trou dans son côté sous le mât principal, et les dégâts considérables causés par le feu dans la zone de ce mât et de la tourelle numéro trois de huit pouces.
Photographié à Espirito Santo, Nouvelles Hébrides, le 17 décembre 1942.

Photographie officielle de la marine américaine, maintenant dans les collections des Archives nationales.

Image en ligne : 130 Ko 740 x 610 pixels

Des reproductions de cette image peuvent également être disponibles via le système de reproduction photographique des Archives nationales.

Vue sur le pont arrière du navire, regardant vers l'avant, montrant les dommages infligés lors de l'opération "Crossroads" tests de bombe atomique à Bikini, en juillet 1946. Les hommes au premier plan examinent les restes d'équipements placés sur son pont pour tester les effets de l'explosion de la bombe.
Notez les panneaux d'avertissement peints sur elle après une tourelle de huit pouces, vraisemblablement pour réduire les risques d'incendie et empêcher la prise d'objets radioactifs comme souvenirs.

Photographie officielle de la Marine américaine, provenant des collections du Naval History and Heritage Command.

Image en ligne : 125 Ko 740 x 610 pixels

Est remorqué à partir de Puget Sound, Washington, en route vers la mer pour être éliminé en tant que cible dans les exercices de la flotte de première tâche, le 9 novembre 1948.


Les croiseurs de la classe Sverdlov et la réponse de la Royal Navy

"Bien que le manque de porte-avions russes rendrait dangereux pour leurs croiseurs d'opérer en dehors de la portée de la couverture des chasseurs à terre, la longue portée présumée de la classe Sverdlov leur permet d'opérer comme des raiders océaniques, en particulier si les Russes ont raison de croire que les porte-avions alliés ne seront pas rencontrés. »[i]

Les raiders de surface étaient une menace potentiellement mortelle pour une nation commerçante mondiale telle que la Grande-Bretagne, tandis que les sous-marins étaient un problème, ils étaient un problème maîtrisable, surtout avant le développement de l'énergie nucléaire. Cependant, comme l'avait démontré le croiseur allemand Amiral Graf Spee de River Plate renommée [ii] et d'autres, les raiders de surface étaient pour plus illimités - par conséquent, les tuer est devenu une telle priorité. [iii] Par conséquent, lorsque les Soviétiques [iv] étaient en train de construire une capacité similaire, une réaction n'était qu'une question de temps.


Figure 1. La croisière de l'Amiral Graf Spee, illustrant non seulement le nombre de ses succès, mais aussi leur étendue et leur ampleur (Image des Archives nationales).[v]

La réaction britannique la plus couramment référencée à la menace émergente des raiders de surface soviétiques est le bombardier Buccaneer, qui était bien sûr principalement axé non seulement sur les frappes nucléaires à basse altitude de cibles au sol, mais aussi sur la chasse et la destruction des raiders de surface. [vi] La réponse de la Royal Navy (RN) n'était cependant pas simplement limitée à cette seule chose, et en fait, alors que les transporteurs se concentraient sur le premier outil de portée mondiale, on s'est rendu compte qu'il n'y en aurait jamais assez pour que la RN puisse atteindre la présence mondiale qui serait nécessaire pour protéger les artères du commerce et de l'approvisionnement des raiders / traquer ces raiders. [vii] Par conséquent, tout comme dans les années 1920 et 1930, la RN s'est tournée vers les combattants de surface.

Bien qu'il soit important de qualifier ce travail en sachant que la localisation et la destruction des raiders de surface ennemis n'étaient pas le seul, peut-être même pas un facteur principal dans la conduite de la conception/du développement/de l'approvisionnement des navires de guerre au cours de cette période, c'était un facteur important qui devrait être pris en compte car il peut fournir des leçons importantes pour la conception/le développement/l'approvisionnement futurs. Ce travail examinera les informations pertinentes dans deux sections : la première section discutera de ce que l'Union soviétique a construit et, tout aussi important, de ce que la RN pensait qu'elle construisait. Il est nécessaire de discerner et de différencier les deux en ce sens que se trouvent les clés pour comprendre les perceptions opérationnelles du RN et du gouvernement britannique ainsi que leur opinion sur leurs propres forces et faiblesses. La deuxième section passera à la réponse de l'infirmière autorisée en enquêtant sur ce qui était prévu, ce qui a été demandé et ce qui a été réellement construit. Dans la mesure du possible, ce travail appliquera le contexte par l'utilisation de constructions alliées comparables. Enfin, ce travail cherchera à rassembler tous les fils de discussion pour répondre à la question de savoir dans quelle mesure la compréhension de la RN des croiseurs soviétiques a affecté son approvisionnement en navires pendant la phase de début de la guerre froide.

A chaque action, il y a toujours…

La classe Sverdlov était la deuxième classe de croiseurs construits par l'Union soviétique après la Seconde Guerre mondiale (ou la Grande Guerre patriotique), ils étaient les successeurs de la classe Chapayev.[viii] Cependant, la classe Chapayev a été conçue pendant ce conflit, et les Sverdlov étaient la première classe commencée après la Seconde Guerre mondiale. Ils constituaient une partie importante des plans qui comprenaient des cuirassés et des porte-avions - des plans qui visaient à fournir un tout nouveau globe traversant la flotte soviétique. océan, et n'était pas différent de la Graf Spee's 8 900 nm à 20 nœuds.[xi] Ils se comparent également bien avec les navires proposés par d'autres marines. [x] En raison de l'absence de cuirassés et de porte-avions prévus (en raison de diverses raisons politiques internes ainsi que des limitations de l'industrie nationale [xii]), les Soviétiques avaient construit une version à l'échelle/adaptée du très efficace (bien que finalement vaincu) la marine allemande de la Seconde Guerre mondiale.[xiii]

L'URSS s'est donc retrouvée en possession d'une force orientée autour des raiders de surface et sous-marins, visant à défendre l'URSS et son territoire en combattant à nouveau la bataille des convois Atlantique/Arctique pour empêcher le ravitaillement américain de leurs alliés d'Europe occidentale. Une décision stratégique compréhensible, car les batailles de convois dans l'Arctique avaient laissé à bien des égards un souvenir plus grand dans l'esprit des dirigeants soviétiques que celui des Britanniques : en raison d'une invasion réelle, l'URSS (comme Malte) [xiv] n'avait parfois été qu'un ou à deux navires de la défaite.[xv] Les raiders de surface étaient essentiels à des notions stratégiques telles que sans leur portée et leur portée opérationnelle, les sous-marins seuls (en particulier à l'ère pré-nucléaire) n'auraient pas pu atteindre les résultats requis. Cependant, le miroir n'était pas le reflet exact de la marine allemande, alors que Staline aurait pu insister sur l'utilisation de la technologie allemande et d'autres modifications, la classe Sverdlov était encore très soviétique dans son concept et sa conception, comme en témoignent leurs lignes (figures 2 & 3).


Figure 2 : la classe Sverdlov (image des Archives nationales [xvi]), cette photo tirée d'une évaluation du renseignement de la RN met en évidence les lignes épurées et l'apparence efficace de la coque face aux nombreux problèmes qui ont dû être surmontés par l'après-guerre plutôt peu développé Industrie de la construction navale de la Seconde Guerre mondiale en URSS.[xvii]


Figure 3 : la classe Sverdlov (image des Archives nationales [xviii]), la fixation des soucis de raid de la RN depuis plusieurs années, ce plan illustre à quel point ils étaient lourdement armés avec douze 152mm en quatre montures triples, douze 105mm en six montures doubles tous combiné avec un armement anti-aérien lourd, des torpilles, des capteurs sophistiqués, une vitesse maximale de 33 nœuds et une portée de 9 000 milles marins.[xix]

Les Sverdlovla portée et le déplacement de plus de 16 000 tonnes se comparent positivement à ceux du cuirassé de poche/croiseur lourd Amiral Graf Spee.[xx] Les canons de 152 mm ou 6 pouces (en langage RN) qui fournissaient leurs batteries principales définissaient la classe Sverdlov comme un croiseur léger à l'origine plutôt qu'un cuirassé de poche, et n'étaient pas différents de ceux utilisés par Ajax & Achille à la bataille de la plaque fluviale. Le choix de ces armes au lieu de plus grandes (nominalement des armes de 8 pouces) était un indicateur de l'objectif visé par la classe Sverdlov.

La commande initiale était de 40 navires, et ils devaient être déployés avec toutes les principales flottes soviétiques. FC, Flotte de la mer Noire basée à Sébastopol). Ce n'est qu'au fur et à mesure de leur entrée en service qu'ils ont été affectés au Severnyi Flot (SF, Flotte du Nord basée à Severomorsk) et au Tikhookeanski Flot (TOF, Flotte du Pacifique basée à Vladivostok). Après une période de transition, le KBF en contiendrait trois, le CF cinq, le SF seulement deux et le TOF en a reçu quatre. force dans leurs ports toute l'année avec un accès à l'océan Atlantique/Indien bien au-delà de celui qui avait été possédé par l'Allemagne nazie.

Cette menace a été ressentie parce que la batterie principale des Sverdlovs, bien qu'elle ne soit pas en mesure d'égaler celles des navires plus gros (les anciens croiseurs lourds et cuirassés toujours en service), était (en particulier à l'ère pré-missile) plus que suffisante lorsqu'elle était associée à leur armement anti-aérien lourd (AA) pour se défendre contre tout adversaire probable.[xxiii] Cette classe d'armement était certainement assez puissante pour décimer tous les navires marchands qu'ils trouvaient, ainsi qu'efficace contre les cibles d'opportunité à terre. Plus important encore, leur nombre et leur disposition signifiaient que, bien qu'en théorie, ils puissent être bloqués pendant tout conflit, il était probable que certains seraient déjà en mer comme le Amiral Graf Spee a été. [xxiv] La conséquence étant qu'ils seraient en dehors du blocus et devraient être traqués pendant qu'ils se déchaînent parmi les lignes de communication maritime du monde (SLOC) - les lignes de communication mêmes que le commerce international et les fournitures de guerre utiliseraient et donc que la Grande-Bretagne dépendrait de.[xxv]

La RN, comme l'illustrent ses propres documents, les Supplementary Naval Intelligence Papers relatifs aux marines soviétiques et européennes - Croiseurs soviétiques[xxvi] et Détails des navires de guerre étrangers Volume 1 – Marines satellites soviétiques et européennes[xxvii], avait une vision assez précise des conceptions soviétiques. Bien que la compréhension ait bien sûr changé avec le temps, et que certains chiffres donnés dans la première appréciation aient changé au moment où la dernière a été écrite. Un exemple de cette connaissance est que la RN savait que l'armement secondaire de 105 mm était stabilisé en trois dimensions, ce qui lui permettait d'être utilisé comme armes AA. La RN savait également qu'à côté du 105 mm, il y avait seize montures jumelées de type Bofors 37/60 pour un engagement à courte portée : des armes combinées à un ajustement radar étendu (en utilisant des « surnoms » de l'OTAN) un Big Net, un Sea Gull et 1- 2 repose-couteaux tous pour la recherche aérienne ainsi qu'un filet mince, un tamis haut et un filet à cheveux pour la recherche aérienne/de surface.[xxviii] Cet ajustement complet du capteur et des armes signifiait que la classe Sverdlov était très capable de se protéger. sur des missions de raids en solo. [xxix] Bien qu'il s'agissait certainement du scénario de guerre le plus probable, les missions en solo n'étaient cependant pas la plus grande crainte pour la RN. La plus grande inquiétude était les groupes de travail, deux croiseurs ou plus, peut-être avec des escortes de destroyers. De telles formations étaient considérées comme une menace directe pour tout groupe opérationnel naval allié sans porte-avions.[xxx] Cependant, ce n'était pas seulement le potentiel de guerre des Sverdlovs’ qui présentait un problème pour la RN.

Les Sverdlov étaient impressionnants, ils avaient un équipage composé de plus d'un millier d'officiers et d'hommes et leurs capacités globales étaient une déclaration de la puissance et de la portée soviétiques. Une telle déclaration était importante pour démontrer le succès du système communiste dans la bataille mondiale pour les cœurs et les esprits, ou l'influence (comme on l'appelait alors), qui était la caractéristique constante de la guerre froide.[xxxi] Avec leur taille, élégantes. de conception, d'espace et de rayon d'opération, ils étaient des outils parfaits pour mener à bien la diplomatie navale - quelque chose pour lequel ils étaient régulièrement utilisés, même lors de visites successives en Grande-Bretagne elle-même.[xxxii] Ceci pour une Grande-Bretagne en cours de décolonisation, de transition de l'Empire à Commonwealth, a servi de catalyseur supplémentaire à la crainte que les anciennes colonies ne soient tentées de se tourner vers le communisme et donc de passer d'alliées à ennemies ou peut-être plus important encore de fournisseurs de négationnistes.[xxxiii]

…Une réaction égale et opposée.

Les Sverdlov est entré en service avec le Voenno-Morskoj Flot SSSR (VMF -Military Maritime Fleet of the USSR) en 1952. en construction/bâtiment bloqué.[xxxv] Ces croiseurs étaient les produits/héritages de l'expérience acquise au cours des deux guerres mondiales, d'innombrables actions mineures et bien sûr de toutes les opérations de « temps de paix » qui avaient caractérisé le siècle précédent, des années où de telles les navires étaient l'épine dorsale fiable des capacités de la RN. En temps de paix, ils ont montré le drapeau du monde entier soutenant la diplomatie, le commerce et la paix (ou peut-être plus précisément – ​​la stabilité). En temps de guerre, ils étaient les principales escortes et les principaux moyens de protection commerciale, ce sont les navires de ce type qui étaient chargés de nettoyer les océans de l'ennemi. Il n'est donc pas surprenant que lorsque le RN a perçu une stratégie de raid commercial développée par les Soviétiques, il se soit tourné vers les croiseurs.[xxxvi]

La RN est passée par différents niveaux de planification au fil des années et de plus en plus d'informations sont devenues disponibles sur le rôle et la nature de la construction du croiseur du VMF, ainsi que sur la façon dont les Soviétiques les ont utilisés. En 1949, un article intitulé "Ships of the Future Navy" concluait que les croiseurs et destroyers conventionnels seraient remplacés par un croiseur léger polyvalent.[xxxvii] Le plan de la RN à la même échelle que le plan soviétique pour le VMF, envisageant le remplacement de vingt-trois croiseurs et de cinquante-huit chefs de destroyers par 50 des nouveaux croiseurs légers. À ce stade, les nouveaux croiseurs étaient décrits comme des croiseurs-destructeurs et prévoyaient d'être armés de canons de 5 pouces tout en déplaçant moins de 5 000 tonnes. Les croiseurs-destructeurs conceptuels déplaceraient les deux tiers de moins qu'un Sverdlov, les mettant dans une situation désavantageuse évidente bien qu'ils soient envisagés par certaines études comme contre-attaque à la menace posée par cette classe.

Le croiseur à armes guidées (ou lance-missiles), le projet qui avait une longueur d'avance sur les croiseurs tout canon représentés par les Sverdlov était bien avancé.[xxxix] Cela prouverait la chute du phénotype du croiseur tout canon.[ xl] Il s'agissait d'un autre programme de croiseurs-destroyers mais différait en ce qu'il finirait par voir le service comme l'épine dorsale des forces de surface de la RN des années 1960/70, les destroyers de la classe County. [xli] En 1954, cependant, la proposition était un croiseur avec un déplacement de 18 300 tonnes. pleine charge, et équipé des mêmes canons jumeaux de 6 pouces qu'alors en service équipant la classe Minotaur. capacité due à être équipé d'un lanceur double pour les missiles surface-air Sea Slug (à alimenter à partir d'un magasin de quarante-huit cellules). Malheureusement, cette conception a également été abandonnée pour diverses raisons en 1957, la plus évidente étant les restrictions financières imposées à la RN. l'équipe de conception qui en était responsable a été transférée au projet de sous-marin nucléaire – réduisant la probabilité d'émergence de nouvelles conceptions à pratiquement zéro. [xliv] Cependant, la RN avait encore plusieurs croiseurs en service pendant cette période, et de plus c'était pendant cette période fois que les trois croiseurs légers de classe Minotoaur, dont la construction avait été suspendue après la Seconde Guerre mondiale, ont été modifiés et achevés en tant que classe Tiger.

En 1954, deux ans après la Sverdlov est entré en service et seulement un an après sa visite au Royaume-Uni pour le Queen's Coronation Review, les travaux ont repris sur les navires de la classe Tiger.[xlv] Leur construction en tant que navires de la classe Minotaur avait été suspendue non seulement en raison du gel des dépenses acheté au fin de la Seconde Guerre mondiale (à cause de laquelle les fonds étaient très limités pour quoi que ce soit), mais aussi à cause d'un désir de prendre du recul et de digérer les leçons de la guerre avant de se lancer dans de nouvelles constructions. [xlvi] Ces navires étaient considérés comme un moyen d'accélérer l'entrée en service de ces leçons digérées lorsqu'il a été décidé d'achever leur construction, sans le coût d'une nouvelle classe s'il y avait des erreurs.[xlvii]

Beaucoup pensaient que les leçons les plus importantes concernaient la puissance de feu, un nouveau canon de 6 pouces avait été développé et installé sur les Tigres lorsqu'ils sont entrés en service - chaque canon/canon avait une cadence de tir de 20 coups par minute, donc les Tigres avec deux doubles les tourelles de canon pouvaient chacune fournir 80 tours par minute d'appui-feu pour les opérations amphibies, comme cela s'était avéré important pendant la guerre de Corée.[xlviii] Les canons seraient également excellents pour la destruction de la marine marchande, un autre rôle opérationnel projeté.[xlix] . Les trois Tigres tels qu'ils étaient construits à l'origine n'avaient pas d'armes guidées, mais ils étaient toujours considérés comme utiles : la RN ne s'attendait pas à ce que les armes guidées entrent en service aussi rapidement et croyait que même lorsqu'elles le feraient, les canons auraient toujours leur place dans l'arsenal de la flotte. [l] Le canon a été un succès et la possibilité de moderniser les navires hérités tels que le HMS Belfast des navires de la classe Town a été envisagée. [li]

Cela ne devait pas être le cas et la classe Tiger non plus, aucun n'ayant accompli plus de dix-neuf ans en tant que navire commandé. [lii] C'était en comparaison frappante avec la durée de vie moyenne de la classe Town de trente ans. étaient des périodes de service particulièrement courtes étant donné que deux des navires de la classe Tigre (tigre et Blake, le troisième, Lion, n'était pas en assez bon état même pour cela) a eu des mises à niveau / conversions très importantes à mi-vie, gagnant des missiles et des hélicoptères au détriment de la tourelle arrière de 6 pouces. [liv] Leur disparition était un symptôme des réductions plus importantes des dépenses de défense et de la marine, mais c'était aussi le reflet du fait que ces navires n'étaient pas vraiment à la hauteur de la tâche qui leur était demandée. Avec une portée de 8 000 nm à 16 nœuds et une vitesse de pointe de seulement 31,5 nœuds, ils n'étaient tout simplement pas suffisants pour affronter les raiders de surface soviétiques. They had been operationally confined to Task Group Operations and instead of providing a limited substitute for the aircraft carriers, the Tigers had needed their protection. For task force operations, the Tiger Class’ weapons and sensor fit was good, and provide an adequate contribution.The Tiger Class was not up to the standard needed for that primary, or justifying, mission of cruisers protecting the SLOCs from surface raiders.[lv] Without that justification the Tigers became a very hard ‘sell’ for the RN in face of Treasury questions.[lvi][lvii]

Conclusion

Given these limitations, to what extent did the Royal Navy’s understanding of Soviet cruisers affect its ship procurement during the beginning of the Cold War? If impact was measured only in paper work generated, research accomplished and debate instigated then the Sverdlov class did have more than an equal and opposite reaction from the RN. However, the metrics for measurement of impact must also include materiel generated, in this case the resulting ships. Materiel analysis is complex the RN had cruisers in service and because of the suspended Minotaurs/Tiger class it had the option of hedging its bets instead of building new vessels in response – despite all the innovative and interesting options that were examined. This certainly explains why the most visible response in terms of material to the Soviet surface raider threat was the development of the Buccaneer strike aircraft an asymmetric response that made the most of what was available, rather than a more direct viable solution to the threat of Soviet surface raiders that the Sverdlov class represented.

Unfortunately for the RN, the transitional period of the 1950s limited the available options not only in terms of technology, but also in terms of what the fleet would be. One aspect of the transition from Empire to Commonwealth was the loss of the highly visible role/budget justification of imperial policing. In comparison to this contraction, technology was driving an across-the board classification-blurring increase in the size of warship designs as they were sought to accommodate the addition increasingly sophisticated equipment/weaponry an example of this blurring being the cruiser-destroyer concept. In a time when there were many other draws on the public purse, such as the National Health Service, Nuclear Weapons and rebuilding a nation devastated by WWII, the growth of individual warships resulted in higher costs for the vessels themselves, for new systems and technology and for training.

In the end, the RN’s response was mostly (as far as surface ships were concerned) a vicious paper tiger. Adequate or even great designs on paper translated into warships completed during the period that were not up to the tasks they were envisioned to do. The importance of the response was such that successive Admiralty Boards put extensive effort into design programs, focused so many resources and fought so many Whitehall battles for vessels. Not entirely fruitless, these negotiations did lay the ground work for many other concepts to become reality, vessels which were up to missions required of them and which would be of considerable value in future conflicts. In addition to these benefits, the eventual selection of the 4.5in gun as the standard deck gun for all escorts after flirtations with 6in, 5in & 3in, and the decision to purchase Exocet SSM were consequence of the debates that affected not just the RN’s cruisers, but the whole fleet. Furthermore it must be remembered that throughout this period, the RN was never less than the second navy of NATO, and it kept to its own style – partly due to spending limits, but also perception of mission.[lviii] Whilst the USN went for the ‘Super Power Fleet’ as enshrined by experience of war in the pacific, the RN built something different, similar in image and scale definitely but always different – meaning the Soviets always had to consider the British when building their own ships.

This conceptual relationship between the Royal Navy and Soviet Navy was perhaps best illustrated by the fact both the Soviet Navy and the RN built Aviation Cruisers – or rather that is what they chose to describe their carriers for differing reasons.[lix] Furthermore, this piece of history does perhaps serve to shed some light on today’s events, and the current Russian naval rearmament.[lx] The procurement of Mistral class LHDs from France [lxi] along with the construction of new classes of warship in Russian Yards, is not a Mahanian challenge for dominance of the sea [lxii] but a quest for projection of influence and power which would serve to dispute that dominance.[lxiii] In simple terms the Russians like their Soviet predecessors in the 1950s are not seeking to match anyone in strength, but to match them in capabilities so as to be able to influence events in their favour. The question remains though whether their current naval rearmament will be as influential on the RN’s future construction today as it did in the 1950s, when it not only mobilised cruisers from slipways, but more importantly mobilised minds in search of countermeasures, producing systems, practices and decisions which effect the RN to this day.


Contenu

Despite claimed to be "virtual copies of Japan's first French built ironclad ram, Kotetsu", the "Azuma"-class actually a completely different design, similar only in some lines. The actual "Azuma" was an ironclad ram, with only two guns in unrotated towers on the bow and stern. The "Azuma"-class are battery ironclads with much more powerfull artillery armament.

This ships are wooden-hulled armored screw steamers, with additional sail propulsion for ocean cruising. They have elevated forecastle and aftercastle. Their bow have a very large ramming bulb, probably additioned by cast-iron ram.

Armament: [ edit | modifier la source]

The "Azuma"-class ships are armied with a combination on cast-iron muzzle-loading smoothbore guns and catapults, that launch the incendary "firebombs". Their usuall armament is a 14 of 100-pounder guns in armored battery and four catapults for such small ships, their armament seems to be too heavy.

The alternate configuration - probably, an attempt to solve the stability problems - consisted of 20 guns of only 40-pdr, and four catapults. This armament seems more usual for their size.

Also, all ships of this class equipped with a long ram bow, capable of breaking through the underwater hull of any Alliance ships.

Armor: [ edit | modifier la source]

The "Azuma"-class have a complete armored belt from bow to stern. The belt composed of cast-iron plates of unspecified thickness probably no more than 4,5-inches (120-140 mm). The later-build ship probably have wrought-iron belts.

The ship lacked any actual horizontal protection (I.e. armored deck), which was a great disadvantage against Alliance aircraft, and inflict a lot of losses.

Powerplants: [ edit | modifier la source]

The "Azuma"-class propelled by the two screws and two double-expansion steam engines. Described as crude and prone to malfunctions, this engines are capable to move ships of about 10 knots. The coal supply is limited, so for the fuel economy "Azuma"-class have two sail masts and schooner rig.


Pensacola Class Cruisers - History

Aperçu

Entering service between 1937 and 1939, the ten British “Town” class cruisers were the most modern vessels of their type in the Royal Navy when World War II began. Built in response to large 6-inch gunned cruisers in the U.S. and Japanese navies and primarily designed for the defense of trade, they saw arduous service in a wide range of roles, playing a decisive part in victories such as the Battle of the Barents Sea and the destruction of the German Navy’s Scharnhorst at the North Cape. The cost was heavy: four of the ships were lost and the other six all survived heavy damage, in some cases on more than one occasion.

In this major study, Conrad Waters makes extensive use of archive material to provide a technical evaluation of the “Town” class design and its subsequent performance. He outlines the class’s origins in the context of interwar cruiser policy, explains the design and construction process, and describes the characteristics of the resulting ships and how these were adopted in the light of wartime developments. Heavily illustrated with contemporary photographs and drawings by A. D. Baker III, John Jordan, and George Richardson, British Town Class Cruisers provides a definitive reference to one of the Royal Navy’s most important World War II warship designs.

Editorial Reviews

“This book has three defining characteristics. It is large. It is heavy. It is excellent. Readers who have any of Norman Friedman’s books on United States warships will find themselves on familiar ground here since the format and content are very similar and to the same high standard…. A grand visual treat…. Greatly impressed by this volume and recommends it very highly.” —Nautical Research Journal


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Pensacola was the lead ship of her class of heavy cruisers. In the early 1930s, she served on both coasts of the United States. During the attack on Pearl Harbor which started the Pacific War and drew the United States into WW2, she was en route between Pearl Harbor and Manila she was diverted to Brisbane, Australia, and returned to Pearl Harbor on 19 Jan 1942. On 17 Feb 1942, she arrived off Samoa to join Task Force 11, which was centered around the carrier Lexington.

ww2dbase On 20 Feb 1942, Pensacola's anti-aircraft weapons helped to repel an aerial attack by 18 Japanese aircraft in two waves. On 6 Mar, carrier Yorktown joined the task force. Pensacola escorted the carriers in their offensives and patrols in the South Pacific until Apr 1942.

ww2dbase On 26 May 1942, Pensacola entered Pearl Harbor and joined with the carrier Enterprise. Two days later, they departed for Midway Atoll and made a rendezvous with Task Force 17 in which Pensacola participated in the Battle of Midway with. As Yorktown was attacked by Japanese aircraft, Pensacola left Enterprise to aid the carrier, but by the time she arrived Yorktown had already been disabled. While Yorktown's damage control crew worked furiously, Pensacola provided anti-aircraft support, shooting down four torpedo bombers during the second attack. After Yorktown sank, Pensacola returned to Enterprise and embarked on a chase of the Japanese forces. The Enterprise group returned to Pearl Harbor on 13 Jun.

ww2dbase On 22 Jun 1942, Pensacola transported 1,157 men of Marine Aircraft Group 22 to Midway, and remained in the Hawaiian chain until 7 Aug.

ww2dbase In Aug 1942, Pensacola sailed for the South Pacific. On 2 Oct, she departed Noumea, New Caledonia with carrier Hornet for Guadalcanal. On 24 Oct, the Hornet group joined Enterprise group, and two days later the combined force entered into the Battle of the Santa Cruz Islands. During the battle Pensacola provided anti-aircraft support against Japanese dive and torpedo bombers, but she was not able to prevent Hornet from receiving fatal damage. Hornet was eventually abandoned Pensacola brought 188 survivors of the carrier to Noumea on 30 Oct. Although the price was hefty, the Americans stopped a major Japanese naval offensive.

ww2dbase In early Nov 1942, Pensacola guarded transports landing Marines on Guadalcanal. At Guadalcanal, she participated in the First Naval Battle of Guadalcanal on 13 Nov and the Battle of Tassafaronga on 30 Nov. In the latter action, among heavy gunfire, she was struck by two torpedoes, causing heavy damage. The torpedoes struck on the port side, flooding her engine room and ripping open the oil tanks, but she continued to fire the guns that remained functional. Despite the heavy damage, the damage control crew of Pensacola saved the ship, pulling into port at Tulagi while still aflame. 125 were killed and 68 injured at the end of the battle. After emergency repairs at Tulagi and Espiritu Santo, she arrived at Pearl Harbor on 27 Jan 1943 to receive proper repairs.

ww2dbase Pensacola's next mission was not until Nov 1943 when she bombarded Betio of Tarawa Atoll with 600 shells to soften Japanese defenses before the Marine landing. For the next two months, she performed as anti-aircraft screen for carriers and supply ships. In Jan and Feb 1944, she bombarded Japanese garrisons in the Marshall Islands. Between Mar and Apr 1944, she screened carriers across the Pacific. In Jun, she was transferred to northern Pacific, attacking Japanese airfields in the Kurile Islands in late Jun 1944 and patrolled off Alaska in Jul. Returning to Central Pacific, she bombarded Wake Island on 3 Sep and Marcus Island on 9 Oct. In mid-Oct, she participated in the campaign to gain control of the Philippines, including her direct involving at the landing at Luzon on 20 Oct.

ww2dbase In the night of 11 to 12 Nov 1944, Pensacola bombarded Iwo Jima. On 8 Dec 1944, 5 Jan 1945, 24 Jan 1945, and 27 Jan 1945, she bombarded Japanese defenses at Iwo Jima and Chichi Jima to prepare for the landing scheduled for 19 Feb. On 16 Feb, she was involved in the three days of pre-invasion naval bombardment, receiving six hits from Japanese shore batteries in the process, killing 17 men and injuring 119 others. She remained at Iwo Jima until 3 mar.

ww2dbase On 25 Mar 1945, Pensacola supported the landing at Okinawa and remained there until 15 Apr. She then returned to Mare Island Navy Yard in California, United States for overhaul. She exited from the shipyard on 3 Aug, by then the war was about to end. She anchored in the Japanese port of Ominato on 8 Sep as a part of the occupation force, and performed as a Magic Carpet transport to bring American servicemen home between Nov 1945 and Jan 1946.

ww2dbase Pensacola was decommissioned in 1946 after being used as the target of an atomic test. She was sunk on 10 Nov 1948.

ww2dbase Source : Wikipédia.

Last Major Revision: Nov 2006

Heavy Cruiser Pensacola Interactive Map

Pensacola Operational Timeline

6 Feb 1930 Pensacola was commissioned into service.
19 Jan 1942 USS Pensacola arrived at Pearl Harbor, US Territory of Hawaii.
28 May 1942 USS Enterprise and Task Force 16 departed Pearl Harbor, US Territory of Hawaii for Midway Atoll.
17 Aug 1942 USS Hornet and Task Force 17 departed Pearl Harbor, US Territory of Hawaii for the South Pacific.
5 Oct 1942 Task Force 17 (USS Hornet, Northampton, Pensacola, Juneau, San Diego, 3 destroyers) struck Japanese installations around the southern end of Bougainville in the Solomon Islands (Buin-Faisi-Tonolai Raid).
30 Nov 1942 Near Guadalcanal, Solomon Islands, US cruisers ambushed a night time fast destroyer convoy led personally by Rear Admiral Raizo Tanaka. Tanaka's quick thinking led to a Japanese victory in the Battle of Tassafaronga. Cruisers USS Northampton, USS Pensacola, USS Minneapolis, and USS New Orleans (New Orleans-class) were badly damaged by torpedoes.
3 Sep 1944 Task Group 12.5 consisting of carrier USS Monterey, cruisers USS Chester, USS Pensacola, USS Salt Lake City, and destroyers USS Cummings, USS Reid, and USS Dunlap conducted a bombardment of Japanese positions on Wake Island in the Pacific.
26 Aug 1946 Pensacola was decommissioned from service.

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.

Partagez cet article avec vos amis:

Commentaires soumis par les visiteurs

1. Ted Gatchel says:
20 Jul 2016 05:34:14 PM

My father, John Philip Gatchel passed away on 1996. He was a 20 year navy veteran and served on the USS Pensacola in WW II. Is there any record that he served onboard, he was a CPO. Merci.

2. John Fitzpatrick says:
27 Jan 2017 04:11:38 PM

My dad was on the USS Pensacola when it was struck. Are there records? He died in 1994. His name was also John Fitzpatrick.
I served in the Navy in Vietnam.

3. Mike Klein says:
2 Apr 2017 03:59:06 PM

My father, Bernard N. Klein was in V-Division aboard the USS Pensacola (CA-24) during 1943 to 1945, last two battles in the pacific. He gave me amazing photos taken during the war by the ship photographer. He passed in 2001, God bless them all!

4. C.J. says:
1 Jun 2017 08:29:55 PM

My friend, Don Evanstad, age 94, sailed on the Pensacola. He is doing well and will turn 95 this fall. Hats off to all of the men of the Pensacola.

5. Davidw says:
22 Aug 2017 03:32:00 PM

Pensacola was not part of the 1st Naval Battle of Guadalcanal, she was part of the screen for Enterprise.

6. Mark Weaver says:
22 Aug 2017 03:47:22 PM

My late uncle Harold H. Hiser served on the Pensacola and was wounded in action. He used to host an annual reunion of "Pensy Pals" every summer at his cottage in Sanford, MI.

7. Mike Klein says:
10 Nov 2017 11:10:00 AM

C.J., if possible, please ask Mr. Evanstad if he knew my father, his nickname was either Bernie or Mike. He served as a Metalsmith for the planes. I can contacted via [email protected] Thanks!

8. Anonymous says:
2 Mar 2018 01:29:42 PM

Can anyone tell me what battle (skirmish) the Pensacola was engaged in on 04 March 1942? Merci.

9. David Stubblebine says:
2 Mar 2018 04:02:19 PM

Re: Comment Above:
On 4 Mar 1942, Pensacola was screening Lexington in the Solomon Sea. They had just repelled a bomber attack south of Bougainville on 20 Feb 1942 and were preparing for strikes against Lae and Salamaua in New Guinea on 10 Mar 1942.

10. David Desch says:
4 Mar 2018 10:00:16 AM

Does anyone remember serving with my Uncle Cecil Page, he was killed on the USS Pensacola during WW2. He was 19.

11. Karen says:
6 Mar 2018 02:22:18 PM

Thank you David. I am looking to confirm some information about a Y3C who was "Killed in Action" March 4, 1942. That date is according to his grave marker which doesn't necessarily mean it is correct. He was assigned to the Pensacola. Are there lists of casualties?

12. Anonymous says:
26 Apr 2018 06:55:52 PM

I have a photo of a sailor in uniform with USS Pensacola on his cap. Back of photo is a name of Riley S. Whiteside. Any info would be appreciated. Merci.

13. Laurel says:
27 Jul 2018 07:13:21 PM

My dad Casey Pena was a gunman he revived purple heart

14. Bernadette says:
9 Dec 2018 07:59:27 AM

My grandfather, Bernard Subak, was on the USS Pensacola during WWII. He remembered the ship being hit, and his job was to weight down the body bags and sew them shut. He never really spoke about anything. He did however go to the reunions for the men that served on the ship, and I think that brought him comfort.

15. LARRY BRAYTON says:
17 Mar 2019 08:20:14 PM

I SERVED ON THE PENSACOLA IN 1945-46. WOULD LOVE TO HEAR FROM ANYOTHER SHIPMATES.

16. Anonymous says:
21 Mar 2019 02:02:25 PM

Larry Brayton, my grandfather was corpsman John Fitzpatrick on the Pensacola. He passed when I was 12, never got the stories. I served in the Marines 02-06. I’m sure if he were still around we would have great stories to trade. Does his name ring a bell?

17. Mark Stines says:
27 Aug 2019 07:40:22 PM

FM1 Robert Charles Russ was my mom's oldest brother..he was killed on Nov 30 during the Battle of Tasafaronga. he was working in the engine room that was hit with a torpedo..Ironically we both enlisted on September 27, him in ཥ and me in ྀ. I am named after him and sure wish I could have met him.

18. James Yavorsky says:
5 Feb 2020 05:12:13 AM

My uncle that I was named after, Rev James Yavorsky, was a chaplain on the Pensacola. At his eulogy it was noted that he buried 22 sailors at sea at Iwo Jima, but the information above says only 17 were killed in the hits from the shore batteries. There were a lot of others injured, so I would suspect that at least 5 died soon after. Does anyone know any specifics? I have seen a listing of the 17 that died, so who were the other five? Did those perish in another attack?

19. Bert Corcoran says:
28 Mar 2021 05:02:03 PM

My grandfather served on the Pensacola from sometime in late 1943 through the end of the war. I'm interested in collecting any photographs anyone has of that time and hosting them online. I have a handful and will be scanning them to share online. Email me at [email protected] if you want to share any documents, photos, etc.

Tous les commentaires soumis par les visiteurs sont des opinions de ceux qui les soumettent et ne reflètent pas les vues de WW2DB.


TIL that the Pensacola-class was launched with two triple torpedo launchers.

When the Pensacola gets moved down to T6, it wouldn't be too unlikely to have her in her stock hull. And it wouldn't make it awkward coming from the Omaha to have the torpedoes as well.

As entertaining as it would be, it's probably not happening unless the USN starts suffering downtiered-stock-hull-premium syndrome. As-built Pensacola had only 5"/25s for AA, and in only 4x1 rather than 8x1 like she has in-game. It would probably also be too much hassle trying to shoehorn torpedoes onto the stock hull when they're going away on the upgraded one USN low- and mid-tier torpedoes are pretty mediocre at best.

1930 Pensacola would also make a really shitty downtiered stock premium anyways. Literally no AA, but wrecks everything in sight with those 8" guns. The lower you place her, the more insignificant her lack of armor becomes too. I would honestly favor Northampton over her in that situation, because Northampton's profile is much fatter, she has even less armor, and she weighs even less, because the USN somehow didn't think to actually do something with the weight they freed up by shrinking the armored citadel.


Upcoming Training Events



Coalition Operating Status as 28 December 2020

The Early Learning Coalition of Escambia County is OPEN for business!

The Coalition is still fully functional and can provide all services, however, in light of the recent increase in cases of COVID-19 in Escambia County we are restricting access to people coming to our offices. To the greatest extent possible, we are requiring all persons make an appointment before coming to our offices. Before coming to the Coalition please call 850-595-5400 first so we can discuss what is the best way the Coalition can best support your needs, and if necessary, we can make an appointment to meet with you.

As a reminder the Coalition only has one entrance now. The entrance to our former Eligibility Offices is secured as that suite has been shut down as a result of the fire in August 2020. The new primary entrance for all services is the one to Suite 210 (Admin offices). We have reconfigured the entryway to accommodate all clients, parents, providers, and the public at this one location.

The Coalition&rsquos hours of operation are as follows:

Monday - Thursday 7:30 a.m. to 5:00 p.m. and Friday 7:30 a.m. to 11:30 p.m.

Our Address is:

3300 N Pace Blvd, Suite 210 | Pensacola, FL 32505

(We recommend if you are searching for our location to use this address and not our company name as most map programs and apps still associate our company name with our old location which we moved from over six years ago.)

Phone: (850) 595-5400 | Fax: (850) 466-3783

For specific types of services please contact us by phone or email as follows:

School Readiness/VPK clients please contact:

Parents/guardians with questions or seeking child care:

Providers and others with questions or business needs:

Call 850-595-5400 or [email protected]
Fax: (850) 466-3783

What's Happening: News of Interest and Updates:

ELC Escambia Increases School Readiness Provider Rates Effective January 1, 2021

The Early Coalition of Escambia has increased the rates it pays Providers of the School Readiness Program effective January 1, 2021. This is the result of a Statewide initiative to increase provider rates to better align with local market rates for child care services. The Florida Office of Early Learning did a statewide analysis of rates and identified an appropriate amount of increases for services for children infant to five year-olds. A one page summary of the background for this initiative and the methodology used can be found here . The Current 2020 rates, and the Proposed 2021 rates and a summary of the increases by type and care level can be found here . If you have questions regarding this initiative send them to [email protected] For a more detailed report and information regarding the statewide impact of this opportunity can be found here .

First Responder and Health Care Worker Child Care

The Early Learning Coalition of Escambia County and the State of Florida program of providing child care to children of first responders and health care workers ends for all participants on March 31, 2021. Child care will phase out for families as their referrals end sometime in the first three months of 2021. No new referrals will be accepted after December 31, 2020.

Note to Current Clients (Parents and Guardians)

The payment of Parent Co-payments by the Coalition will end on December 31, 2020. After this date, all parents and guardians must resume payment of assigned co-payments (parent fees). Your Child Care Provider has been notified and should resume collecting these payments in January 2021.

School Readiness Match Program

The Early Learning Coalition of Escambia County now has the authority to serve a new category of families and children using a combination of local funding and State matching funds. The qualification requirements for the School Readiness Program still, except families can now initially earn between 150% of FPL and 85% of SMI and be eligible for services. For details in English click here.

La Coalición de Educación Temprana del Condado de Escambia ahora tiene la autoridad de servir a una nueva categoria de familias y niños usando una combinación de fondos locales y Estatales. Los requisitos para qualificar para el Programa de Preparación Escolar aún , excepto que las familias ahora pueden inicialmente ganar entre 150% del (FPL) Nivel de pobreza federal y el 85% del (SMI) Ingreso medio estatal y ser elegibles para los servicios. Para detalles en Español haga clic aquí.

Voluntary Pre-Kindergarten Program

Do you have a four year old eligible for Voluntary Pre-Kindergarten or if you are ready now to make an application for VPK click on the link below.

Our On-site VPK Program support hours are Monday - Thursday from 9:00 a.m. to 3:00 p.m.

Local VPK Registration Contact Number - 850-607-8556 or 850-741-8304

Please Note: VPK application documentation will not be accepted on-site outside of normal support hours.

____________________________________________________________

School Readiness Program

Are you interested in applying for child care? Then please visit our Parent Resource page, or if you are ready now to make an application for services click on the link below.

For questions regarding Child Care services, please contact our Eligibility Departments' Front Desk at 850-332-6775 or [email protected]

If you are looking for information regarding child care providers in Escambia County please contact us at 850-595-5915 or by email at [email protected] We offer Child Care Resource and Referral services from 8 am to 5 pm Monday through Thursday, and 7:30 am to 11:30 pm Friday. As an alternative, we invite you to download this form, fill it out, and send it back to us using one of the provided methods on the form for assistance without having to visit our offices during regular business hours.

For all other business please contact our Main Office at 850-595-5400.

Early Learning Coalition of Escambia County Mission Statement

To identify and meet the needs of children and families to lay the foundation for lifetime success by: maximizing each child&rsquos potential, preparing children to enter school ready to learn, and helping families achieve economic self-sufficiency.

To support this mission, the Coalition upholds these values:

  1. Early learning programs shall prepare children for success in school.
  2. Early learning programs shall involve parents as their child&rsquos first teacher and support family skill building,
  3. Early learning programs shall be an integrated and seamless system of services and shall be implemented by the local coalition working with partnering agencies and programs.
  4. Early learning programs shall be coordinated and public funding integrated to achieve effectiveness and efficiency.
  5. Early learning programs shall be supported in their efforts to expand professional development and promote program quality.

Provider Portal: All providers are now required to register and maintain their information in the new State Data System. The Provider Portal is your link to this new system. This is your place to keep your business data current, submit your attendance information for payment, and other features yet to come. To access this system use the link below.

Attendance Days: The Coalition will accept Reimbursement Packages for the prior month on the first three business days of each month. Service hours for processing and submitting packages are from 7:00 a.m. to 5:00 p.m. when the days are on Monday to Thursday, and 8:00 a.m. to 11:00 a.m. if one of the three business days occurs on a Friday. The Coalition encourages all Providers to submit their documentation by email or fax, however, if necessary, Providers can scan their paperwork in the Coalition&rsquos Admin front office. Providers are required to submit their attendance sheet and sign-in/sign-out sheets each month. Electronic copies of all documents are all that is required. A paper copy of the attendance sheet is no longer required.

Early Learning Coalition of Escambia County - Public Records Requests

It is the policy of the Early Learning Coalition of Escambia County to comply with Florida&rsquos public records law and state retention schedules for public records, including electronic mail (e-mail). Florida&rsquos public records law, listed in Chapter 119, Florida Statutes, states: &ldquoIt is the policy of this state that all state, county, and municipal records are open for personal inspection and copying by any person. Providing access to public records is a duty of each agency.&rdquo

Procedure for Requesting Records: The full Coalition policy for public records, Request for Public Records Policy and Procedure, ELCEC 1401.1C, is available in our Administrative Office. Please make your request in writing by completing the Public Records Request Form, ELCEC 1401.3A, which can be found at this link. All public records requests must be provided to the Executive Assistant of the Coalition who is also the Records Custodian. Per Chapter 119, F.S., the Coalition has up to five (5) business days to complete the public records request. Public records which are exempt from the provisions of section 119.07(1), F.S. will be available only as specified by applicable state and federal laws and rules.

Public records will be available for inspection or copying during reasonable times and under reasonable conditions between 8:00 a.m. and 5:00 p.m., Monday through Thursday and 7:30 a.m. until 11:30 a.m. on Friday, excluding published Coalition holidays.

The Coalition has the right to request a deposit of the estimated fees before processing begins. The five (5) day completion timeframe will begin once the deposit is received.

To submit a Public Records Request, please either contact the Records Custodian listed directly, or complete the Public Records Request Form, ELCEC 1401.3A and forward it by email, fax or regular mail to the Records Custodian who will process the request per our policy and procedures.

Records Request Contact: Bruce Watson, Records Custodian


Voir la vidéo: USS Pensacola - Guide 096